1 Pierre 1.1

Î Î­Ï„ÏÎżÏ‚ áŒ€Ï€ÏŒÏƒÏ„ÎżÎ»ÎżÏ‚ áŒžÎ·ÏƒÎżáżŠ ΧρÎčÏƒÏ„ÎżáżŠ ጐÎșλΔÎșÏ„Îżáż–Ï‚ παρΔπÎčÎŽÎźÎŒÎżÎčς ÎŽÎčÎ±ÏƒÏ€ÎżÏáŸ¶Ï‚ Î ÏŒÎœÏ„ÎżÏ…, Î“Î±Î»Î±Ï„ÎŻÎ±Ï‚, ÎšÎ±Ï€Ï€Î±ÎŽÎżÎșÎŻÎ±Ï‚, áŒˆÏƒÎŻÎ±Ï‚, Îșα᜶ ΒÎčÎžÏ…ÎœÎŻÎ±Ï‚,
  • versets sĂ©lectionnĂ©s
  • VidĂ©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • HĂ©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Nous trouvons dans ces Ă©pĂźtres de Pierre les mĂȘmes grandes doctrines que dans celles de l’apĂŽtre Paul ; elles s’appliquent aux mĂȘmes buts pratiques.

Ces Ă©pĂźtres sont remarquables par la douceur, la gentillesse, et l'humble amour qui s’en dĂ©gagent. Elles rĂ©sument clairement et succinctement les Ă©lĂ©ments suivants : des consolations et des directives nĂ©cessaires Ă  l'encouragement et la conduite d'un chrĂ©tien dans son cheminement vers la patrie cĂ©leste, Ă©levant ses pensĂ©es et ses dĂ©sirs vers cette fĂ©licitĂ© qui l’attend, en le fortifiant contre toute opposition, corruption, tentation et affliction qui le guettent.

* L'apÎtre Pierre bénit Dieu pour ses bienfaits, à travers Christ. (1 Pierre 1:1-9) Le salut par Christ a été prédit dÚs les premiÚres prophéties. (1 Pierre 1:10-12) Tous sont exhortés à suivre une sainte conduite ; (1 Pierre 1:13-16) Que la Sainteté se retrouve dans leur cheminement, leurs privilÚges, et leurs obligations. (1 Pierre 1:17-25)

1 Pierre 1:1-9 Cette Ă©pĂźtre de Pierre s’adresse en principe aux croyants, Ă©tant gĂ©nĂ©ralement de vĂ©ritables « étrangers » en chaque ville ou pays, dissĂ©minĂ©s dans toutes les nations.

Ces chrétiens doivent attribuer leur salut à l'Amour du PÚre envers Ses « élus », à la Rédemption du Fils, et à la Sanctification du Saint-Esprit ; ils peuvent ainsi rendre gloire à un Dieu trinitaire, en lequel ils ont été baptisés.

L'espoir, selon l’esprit du monde, se rĂ©fĂšre seulement Ă  ce qui est incertain : tous les espoirs ici-bas sont en effet chancelants, bĂątis sur le sable ; l'espĂ©rance cĂ©leste, aux yeux du monde, est une conjecture aveugle et sans fondement. Mais l'espĂ©rance des enfants de Dieu est vivante ! Non seulement dans son essence, mais Ă©galement quant Ă  ses effets. Cette espĂ©rance anime et console dans toutes les dĂ©tresses, permettant de franchir toutes les difficultĂ©s.

La MisĂ©ricorde divine est Ă  l’origine de toute espĂ©rance cĂ©leste, une MisĂ©ricorde sans limites. La solide conviction du salut est un principe actif et vivant dans l'Ăąme du croyant.

La joie qui anime tout chrĂ©tien, provient de la connaissance de la fĂ©licitĂ© cĂ©leste qui lui est rĂ©servĂ©e. Cette joie est incorruptible et ne peut disparaĂźtre. Ne pouvant ĂȘtre souillĂ©e, elle reste pure et parfaite. Elle ne peut se flĂ©trir, elle demeure constante, malgrĂ© tous les alĂ©as possibles.

Tous les biens ici-bas sont entachĂ©s de dĂ©fauts et perfectibles ; les propriĂ©taires de belles demeures sont en perpĂ©tuel souci de se faire dĂ©rober ce qu’ils possĂšdent ; le luxe et le confort sont trop souvent Ă  l’origine de troubles de santĂ©. Les riches propriĂ©tĂ©s sont souvent entachĂ©es par le pĂ©chĂ©, Ă  la fois pour les obtenir, comme pour les habiter.

Sommes-nous prĂȘts Ă  nous dĂ©tourner de ce que nous possĂ©dons, Ă©tant persuadĂ©s qu’il s’agit parfois d’objets sans utilitĂ© rĂ©elle, qui peuvent, par leur emploi, nous priver de certaines libertĂ©s ou de joie... Les possessions du monde sont incertaines et Ă©phĂ©mĂšres, semblables aux fleurs des champs. Ce qui est conservĂ© dans le ciel a infiniment plus de valeur.

Bienheureux ceux dont le cƓur est assurĂ©, par le Saint-Esprit, de recevoir un « hĂ©ritage cĂ©leste » ! Dieu n’accorde pas seulement la GrĂące Ă  Son peuple, mais Il prĂ©serve ce dernier, pour qu’il connaisse Sa gloire.

Chaque croyant a toujours un sujet pour lequel il peut grandement se réjouir ; il doit témoigner de son appartenance spirituelle par sa conduite. Le Seigneur n'afflige pas par plaisir, mais cependant, Son amour et Sa Sagesse permettent que Ses enfants subissent des épreuves « tranchantes », pour leur bien final.

La qualitĂ© de l'or n'augmente pas par l'Ă©preuve du feu, en fait, elle diminue ; la foi, quant Ă  elle, est affermie par l’épreuve, et les afflictions. L'or finira par disparaĂźtre, et ne peut permettre d’acquĂ©rir que ce qui est pĂ©rissable, alors que l'Ă©preuve de la foi permettra de louer, d'honorer, et de glorifier le Seigneur !

Que ces pensĂ©es nous aident Ă  supporter les prĂ©sentes afflictions ! Portons notre regard vers l'excellence de Christ, et vers Son amour pour nous ; cela vivifiera en notre cƓur le « feu spirituel », qui s'Ă©lĂšvera dans un sacrifice d'amour envers Lui ! La gloire de Dieu et notre bonheur spirituel sont tellement unis, que la recherche sincĂšre d’un de ces Ă©lĂ©ments, nous conduira Ă  l’autre, quand notre Ăąme, par notre nature, ne sera plus assujettie au mal. La certitude d’une telle espĂ©rance est perçue par les croyants, comme dĂ©jĂ  acquise !

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimĂ© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
DĂ©couvrir sur TopMusic
LANDRY GNONHANLOU LE CULTE
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptĂ©s Ă  vos centres d'intĂ©rĂȘts. En savoir plus...