Crowdfunding SELAH

Romains 14.1

Les rapports entre les forts et les faibles en la foi. Ch. 14 :1 à 15 :13

Chapitre 14.

1 à 12 Exhoration aux deux partis à se respecter mutuellement.

L'ap√ītre vient de pr√©senter le commandement de l'amour fraternel comme l'accomplissement de toute la loi. (Romains 13.8-10)

C'est ce qui l'am√®ne peut-√™tre √† penser √† ce groupe de chr√©tiens de Rome qui mettaient leur conscience √† se refuser certains aliments et √† observer certains jours, et qui √©taient expos√©s par l√† m√™me √† m√©conna√ģtre l'importance bien plus grande du commandement de l'amour, tandis que, d'autre part, les chr√©tiens plus √©clair√©s pouvaient √™tre entraid√©s, par des discussions avec les premiers, √† transgresser ce commandement.

C'est peut-√™tre aussi la recommandation de "ne pas prendre soin de la chair," (Romains 13.14) qui conduit l'ap√ītre √† parler de chr√©tiens qui paraissaient pratiquer cette r√®gle par leur abstinence.

Quoi qu'il en Soit, Paul avait été informé de la situation intérieure de l'Eglise de Rome, des divisions dont elle était menacée par les divergences de vues entre les "forts" et les "faibles." C'est ce qui l'oblige à traiter le sujet de leurs relations réciproques. Il abordait ainsi une application spéciale des principes qu'il avait posés touchant les rapports entre chrétiens. (Romains 12.9 et suivants)

Celui qui est faible dans la foi, celui dont la foi est faible sur un point particulier, accueillez le ; montrez-vous bienveillants à son égard. Cette exhortation s'adresse à toute l'Eglise.

Les faibles n'étaient donc qu'une petite minorité. Il n'est pas probable que Paul leur ait, le premier, appliqué cette épithète de faibles.

On les d√©signait ainsi dans l'Eglise de Rome, et Paul adopte cette d√©signation parce qu'elle correspondait √† la v√©rit√©. Ces chr√©tiens, qui se faisaient des scrupules de manger de la viande et se croyaient tenus d'observer certains jours, √©taient r√©ellement faibles dans la foi¬†; ils n'avaient pas compris tout le conseil de Dieu, ni cru √† la pl√©nitude de sa gr√Ęce¬†; ils ne saisissaient pas la glorieuse libert√© dont jouit l'enfant de Dieu, apr√®s que Christ l'a affranchi des servitudes l√©gales (Galates 5.1 et suivants¬†; Colossiens 2.20).

Mais ils étaient sincères dans leur erreur et ils ne faisaient pas des abstinences et des observances auxquelles ils se soumettaient pour leur compte personnel, une règle pour tous, ni une condition du salut.

Si tel avait √©t√© le cas, Paul les aurait combattus √©nergiquement, comme il avait fait pour les juda√Įsants qui troublaient les Eglises de Galatie, (Galates 3.1 et suivants) comme il fit plus tard pour les faux docteurs de Colosses. (Colossiens 2.8, suivants)

Lui, si s√©v√®re et inflexible √† l'√©gard de ceux qui pr√©tendaient imposer l'observation de la loi et √©tablir leur justice par les ¬úuvres, en an√©antissant la gr√Ęce, lui qui p√©trissait ces juda√Įsants des noms de "faux ap√ītres" et de "s√©ducteurs" (2Corinthiens 11.13) et traitait leur enseignement de "doctrines de d√©mons," (1Timoth√©e 4.1) nous le trouvons ici plein du plus tendre support envers ces √Ęmes faibles et timor√©es qui s'affligeaient seulement de voir leurs fr√®res sans scrupules √† l'√©gard de ce qu'ils estimaient d√©fendu au chr√©1ien. Il r√©prouve avec vivacit√© les jugements s√©v√®res dont ils √©taient l'objet. Il les prend sous sa protection et plaide en leur faveur aupr√®s des forts, (comparez Romains 15.1) recommandant a ceux-ci de les supporter avec charit√©, de condescendre √† leur infirmit√©, de les aimer comme des fr√®res.

Quelles le√ßons l'exemple de l'ap√ītre donne aux chr√©tiens de tous les temps¬†!

- Les opinions varient sur l'origine et la race des faibles, les uns voient en eux d'anciens pa√Įens, les autres des Juifs. Les premiers se fondent sur le fait que la loi de Mo√Įse n'interdit pas l'usage de toute viande, (verset 2) mais seulement celui de la chair de certains animaux, (Actes 10.14) et en concluent que les faibles sont des pa√Įens, conduits par des vues dualistes √† regarder la mati√®re comme mauvaise par ellem√™me.

Les autres considèrent les faibles comme des chrétiens d'origine juive, parce qu'ils faisaient une distinction entre les jours ; (verset 5) observer des jours de fête, et le sabbat en particulier, demeurait la préoccupation persistante de ceux qui avaient été élevés sous la loi. Cette dernière opinion nous parait la plus vraisemblable.

On ne peut nier qu'il y avait dans l'Eglise de Rome une minorit√© jud√©o-chr√©tienne. Les faibles se recrutaient dans son sein. Sous l'influence d'id√©es d'origine pa√Įenne, beaucoup de Juifs en √©taient venus √† condamner l'usage de la viande et m√™me du vin. (verset 21) Tel √©tait le cas des ess√©niens, ces asc√®tes qui formaient des colonies de moines sur les bords de la mer Morte et qui s'√©taient r√©pandus dans beaucoup de contr√©es.

Les faibles de Rome n'étaient cependant pas des esséniens, car ceux-ci condamnaient aussi le mariage et faisaient de leurs abstinences une question de principe. Paul aurait été obligé de les combattre comme les faux docteurs de Colosses. (Colossiens 2.20 et suivants)

Ce qui prouve aussi que les faibles √©taient des chr√©tiens d'origine juive, c'est la mani√®re dont l'ap√ītre invoque en leur faveur l'exemple de Christ qui, pour eux, "s'est fait serviteur de la circoncision." (Romains 15.8) Il faut remarquer enfin qu'ils n'osaient manger de la viande parce qu'ils estimaient cet aliment impur en soi, tandis que certains membres de l'Eglise de Corinthe (1Corinthiens 8) √©taient retenus par la crainte que la viande achet√©e sur le march√© ne provint de b√™tes sacrifi√©es aux idoles

Les derniers mots du verset, par lesquels l'ap√ītre caract√©rise l'accueil qu'il recommande de faire au faible, sont traduits par la plupart¬†: "sans discussions d'opinions." Mais le premier mot grec est le substantif d'un verbe qui signifie¬†: juger, d√©cider entre des opinions, des partis¬†; le second est rendu imparfaitement par "opinions." Il signifie proprement le dialogue, la discussion qu'un homme a avec lui-m√™me ou avec d'autres.

L'ap√ītre veut dire¬†: que les forts s'abstiennent, en accueillant les faibles, de juger leurs pens√©es, leurs d√©lib√©rations, leurs h√©sitations, (Philippiens 2.14) ou de trancher les questions controvers√©es.


  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

    • Job 4

      3 Tu as donné de nombreux avertissements, tu as fortifié les bras qui se baissaient,

      Esa√Įe 35

      3 *Fortifiez les mains affaiblies et affermissez les genoux flageolants !
      4 Dites √† ceux qui ont le cŇďur battant¬†: ¬ę¬†Fortifiez-vous, n‚Äôayez pas peur¬†! Voici votre Dieu¬†: elle viendra, la vengeance, la r√©mun√©ration de Dieu. Il viendra lui-m√™me pour vous sauver.¬†¬Ľ

      Esa√Įe 40

      11 Pareil à un berger, il s’occupera de son troupeau, il prendra les agneaux dans ses bras et les portera contre sa poitrine ; il conduira les brebis qui allaitent.

      Esa√Įe 42

      3 Il ne cassera pas le roseau ab√ģm√© et n'√©teindra pas la m√®che qui fume encore, mais c‚Äôest en toute v√©rit√© qu‚Äôil r√©v√©lera le droit.

      Ezéchiel 34

      4 Vous n’avez pas assisté les bêtes affaiblies, vous n’avez pas soigné celle qui était malade ni pansé celle qui était blessée, vous n'avez pas ramené celle qui s’était égarée ni cherché celle qui était perdue, mais vous les avez dominées avec violence et cruauté.
      16 J’irai à la recherche de celle qui est perdue, je ramènerai celle qui s’est égarée, je panserai celle qui est blessée et j’assisterai celle qui est affaiblie. En revanche, je détruirai celles qui sont grasses et vigoureuses. Je veux prendre soin d’elles avec équité.

      Zacharie 11

      16 En effet, je fais surgir dans le pays un berger qui ne s’occupera pas des brebis disparues. Il n'ira pas à la recherche des plus jeunes, il ne soignera pas les blessées, il ne nourrira pas les bien portantes, mais il mangera la viande des plus grasses et arrachera leurs sabots.

      Matthieu 10

      40 ¬Ľ Si quelqu‚Äôun vous accueille, c‚Äôest moi qu‚Äôil accueille, et celui qui m‚Äôaccueille accueille celui qui m'a envoy√©.
      41 Celui qui accueille un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui accueille un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste.
      42 Et si quelqu‚Äôun donne √† boire ne serait-ce qu'un verre d'eau froide √† l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en v√©rit√©, il ne perdra pas sa r√©compense.¬†¬Ľ

      Matthieu 12

      20 Il ne cassera pas le roseau ab√ģm√© et n'√©teindra pas la m√®che qui fume encore, jusqu'√† ce qu'il ait fait triompher la justice.

      Matthieu 14

      31 Aussit√īt J√©sus tendit la main, l‚Äôempoigna et lui dit¬†: ¬ę¬†Homme de peu de foi, pourquoi as-tu dout√©¬†?¬†¬Ľ

      Matthieu 18

      5 et celui qui accueille en mon nom un petit enfant comme celui-ci m’accueille moi-même.
      6 Mais si quelqu'un fait trébucher un seul de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspende à son cou une meule de moulin et qu'on le jette au fond de la mer.
      10 ¬Ľ Faites bien attention de ne pas m√©priser un seul de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans le ciel sont continuellement en pr√©sence de mon P√®re c√©leste.

      Luc 17

      2 Il vaudrait mieux pour lui qu'on attache √† son cou une meule de moulin et qu'on le jette √† la mer, plut√īt qu‚Äôil ne fasse tr√©bucher un seul de ces petits.

      Jean 13

      20 En v√©rit√©, en v√©rit√©, je vous le dis, qui re√ßoit celui que j'aurai envoy√© me re√ßoit, moi, et qui me re√ßoit re√ßoit celui qui m'a envoy√©.¬†¬Ľ

      Romains 4

      19 Sans faiblir dans la foi, il n’a pas considéré que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de 100 ans, ni que Sara n'était plus en état d'avoir des enfants.

      Romains 14

      1 Accueillez celui qui est faible dans la foi sans discuter ses opinions.
      21 Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin et de t'abstenir de ce qui peut être pour ton frère un obstacle, [un piège ou une source de faiblesse].

      Romains 15

      1 Nous qui sommes forts, nous avons le devoir de supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas et de ne pas rechercher ce qui nous pla√ģt.
      7 Accueillez-vous donc les uns les autres comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

      1 Corinthiens 3

      1 Pour ma part, fr√®res et sŇďurs, je n'ai pas pu vous parler comme √† des personnes dirig√©es par l‚ÄôEsprit, mais comme √† des personnes dirig√©es par leur nature propre, comme √† de petits enfants en Christ.
      2 Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter. D’ailleurs, même maintenant vous ne le pouvez pas

      1 Corinthiens 8

      7 Mais tous n'ont pas cette connaissance. Quelques-uns, marqués par la manière dont ils perçoivent encore les idoles, mangent de ces viandes comme leur étant sacrifiées, et leur conscience, qui est faible, en est souillée.
      8 Or ce n'est pas un aliment qui nous rapproche de Dieu : si nous en mangeons, nous n'avons rien de plus ; si nous n'en mangeons pas, nous n'avons rien de moins.
      9 Veillez, toutefois, à ce que votre liberté ne devienne pas un obstacle pour les faibles.
      10 En effet, si quelqu'un te voit, toi qui as de la connaissance, assis à table dans un temple d'idoles, lui qui est faible, ne sera-t-il pas encouragé dans sa conscience à manger des viandes sacrifiées aux idoles ?
      11 Ainsi, à cause de ta connaissance le faible ira à sa perte, ce frère pour lequel Christ est mort !
      12 En p√©chant ainsi contre les fr√®res et sŇďurs et en blessant leur conscience, qui est faible, c‚Äôest contre Christ que vous p√©chez.
      13 C'est pourquoi, si un aliment représente un piège pour mon frère, je ne mangerai jamais de viande afin de ne pas faire trébucher mon frère.

      1 Corinthiens 9

      22 J'ai été [comme] faible avec les faibles afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous afin d'en sauver de toute manière quelques-uns,

      Philippiens 2

      29 Accueillez-le dans le Seigneur avec une joie sans réserve et ayez de l’estime pour de tels hommes.

      2 Jean 1

      10 Si quelqu'un vient chez vous et n'apporte pas cet enseignement, ne le prenez pas chez vous et ne le saluez pas,

      3 Jean 1

      8 Nous devons donc accueillir de tels hommes afin de travailler avec eux pour la vérité.
      9 J'ai écrit [quelques mots] à l'Eglise, mais Diotrèphe, qui aime être le premier parmi eux, ne nous accueille pas.
      10 C'est pourquoi, si je viens, je rappellerai les actes qu'il commet en bavardant contre nous de façon malveillante. Non content de cela, il n’accueille pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l'Eglise.

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Fermer
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Rivers & Robots Still (Vol 1)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider