TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

2 Corinthiens 4

    • 1 Chapitre 4.

      1 à 6 Caractère du ministère de Paul.

      Comparer 2Corinthiens 3.4,12,18, o√Ļ l'ap√ītre nous dit quel est le fondement de ce courage, de cette confiance¬†; c'est √† cela qu'il rattache sa pens√©e, par ces mots¬†: c'est pourquoi. (Comparer aussi 2Corinthiens 2.14)

      2 L'ap√ītre, opposant son minist√®re √† celui des faux docteurs, indique en quelques traits √©nergiques les caract√®res de l'un et de l'autre¬†: aux choses cach√©es de la honte (Grec¬†:), c'est-√†-dire aux r√©ticences calcul√©es de ceux qui ont honte de la v√©rit√©, (Romains 1.16) qui n'osent pas proclamer franchement leurs opinions ou leurs motifs secrets, ou qui veulent les insinuer par des moyens √©quivoques et cach√©s, Paul oppose la libre manifestation de la v√©rit√©, en laquelle il a foi, et qui se suffit √† elle-m√™me, pour triompher par sa propre force¬†; aux artifices (1Corinthiens 3.19) par lesquels plusieurs falsifient la Parole de Dieu, (2Corinthiens 2.17) il oppose le t√©moignage de toute conscience d'homme, (2Corinthiens 5.11) conscience devant laquelle il n'a pas besoin d'autre recommandation que son minist√®re m√™me. (2Corinthiens 3.1-3)

      Et tout cela devant Dieu, qui se fait garant de la sincérité de son serviteur. Quelle puissance dans un tel témoignage ! Quelle force et quel courage Paul devait trouver dans un ministère ainsi exercé !

      4 Un minist√®re de l'Evangile, tel que le d√©crit Paul, √īte aux auditeurs qui ne croient pas toute esp√®ce de pr√©texte¬†: l'ap√ītre a d√©clar√© qu'au lieu de voiler la manifestation de la v√©rit√© divine comme Mo√Įse devait le faire pour un temps, (2Corinthiens 3.12,13) et comme les faux docteurs le faisaient pour de mauvais motifs, (verset 2) il la proclame franchement, pleinement. (verset 2)

      - Chacun pouvant ainsi éprouver, par sa propre expérience, si la lumière de l'Evangile qui resplendit à ses yeux vient de Dieu, (2Corinthiens 3.18) à qui la faute si, pour plusieurs, l'Evangile reste voilé ?

      Paul en indique deux causes, causes toutes morales, qui se retrouvent en tout temps en tout lieu : de tels hommes ne voient pas la lumière du soleil à son plein midi, parce que, en vertu d'une incrédulité qui n'est qu'une secrète haine de la vérité de Dieu, Satan a aveuglé leurs entendements. Ainsi, l'effet parait intellectuel, il l'est en réalité ; mais, encore une fois, la cause est morale.

      L'absence de la foi peut n'√™tre que de l'ignorance,¬†;mais l√† o√Ļ a resplendi la lumi√®re de l'Evangile, si elle a √©t√© repouss√©e, c'est que "les hommes ont mieux aim√© les t√©n√®bres que la lumi√®re." Cela est d'autant plus √©vident, qu'√† l'action t√©n√©breuse de Satan (nomm√© le dieu de ce si√®cle, de ce monde, parce qu'il y a son r√®gne et y est ador√© sous mille formes, Jean 12.31¬†; Eph√©siens 2.2¬†; 6.12)

      Paul peut opposer la lumière (Grec : "l'illumination") de l'Evangile de la gloire de Christ, resplendissant aux yeux de tous, se rendant témoignage à ellemême ainsi que la lumière du soleil, et manifestant Christ comme l'image de Dieu. (Hébreux 1.3) Sa personne, sa vie, plus encore que ses enseignements, sont la révélation complète de Dieu : "Celui qui m'a vu, a vu mon Père." (Jean 14.7-9, note.)

      5 Grec : "Car ce n'est pas nous-mêmes que nous prêchons, mais Christ Jésus (comme) LE SEIGNEUR, et nous (comme) vos serviteurs."

      Cette remarque importante doit confirmer et prouver versets 3,4. Que ce Jésus-Christ, qui est l'image de Dieu, soit de plus en plus connu, et cela comme le Seigneur absolu de tous, appelant tous les hommes au salut par son glorieux Evangile, tel est l'objet de la prédication.

      Tous ceux qui ne le pr√™chent pas purement et exclusivement¬†; qui m√™lent √† cette pr√©dication leur sagesse, leurs doctrines, leurs opinions¬†; qui cherchent leur propre gloire, leurs avantages terrestres, ou annoncent le salut par les Ňďuvres humaines, tous ceux-l√† se pr√™chent eux-m√™mes, et ne sont pas les serviteurs des Eglises¬†; ils en sont les ma√ģtres, les tyrans.

      Plus J√©sus-Christ est exalt√©, plus l'homme dispara√ģt, et l'inverse. "Il faut qu'il croisse et que je diminue." (Jean 3.30)

      6 Grec : "Pour l'illumination de la connaissance de la gloire de Dieu, en la face de Christ." (Comparer 2Corinthiens 3.18)

      "Saint Paul rappelle ici le commencement de la cr√©ation, les t√©n√®bres et la lumi√®re, et il montre que cette nouvelle Ňďuvre de Dieu est plus grande que la premi√®re. Alors, il dit¬†: "Que la lumi√®re soit, et la lumi√®re fut¬†;" maintenant, il n'a pas dit seulement, il est devenu lui-m√™me la lumi√®re. Aussi, ne voyons-nous pas seulement les choses du dehors par cette lumi√®re, mais nous voyons Dieu lui-m√™me en J√©sus-Christ." Chrysost√īme.

      La cr√©ation visible est ici, comme toujours, une image de la cr√©ation morale. (2Corinthiens 5.17¬†; Romains 4.17¬†; Eph√©siens 2.10) Toujours aussi cette illumination int√©rieure de ceux qui re√ßoivent la lumi√®re a pour but qu'ils la r√©pandent √† leur tour au sein des t√©n√®bres de ce monde. (Philippiens 2.15) Ils ne le peuvent qu'en amenant les hommes √† J√©sus-Christ, en la face duquel resplendit cette gloire bien autrement que sur le visage de Mo√Įse. (2Corinthiens 3.7 et suivants)

      7 7 à 18 Faiblesse et force des serviteurs de Dieu.

      Grec¬†: "Afin que l'excellence de cette puissance soit de Dieu et non de nous" Jusqu'ici l'ap√ītre a expos√© les glorieuses pr√©rogatives du minist√®re de la nouvelle alliance¬†; maintenant, il va en montrer une autre face¬†: c'est dans la faiblesse et l'infirmit√© de ses serviteurs, dans leurs souffrances et leur mort graduelle, que cet Evangile pr√©pare et accomplit ses victoires. (versets 8-12)

      Par l√†, l'homme reste humili√© et toute gloire revient √† Dieu. Ce tr√©sor immense d'un minist√®re de gr√Ęce et de lumi√®re, nous le portons dans des vases de terre, juste image de cette faiblesse, de cette abjection naturelle, de ces dangers du corps et de l'√Ęme auxquels les plus fid√®les serviteurs de Dieu sont toujours expos√©s par les tentations, les combats du dedans et du dehors. Par l√† m√™me il devient d'autant plus √©vident que cette grande puissance qu'exerce l'Evangile est de Dieu, non de l'homme.

      10 Dans ces contrastes, dont le dernier (verset 18) r√©sume tous les autres, l'ap√ītre, loin de nier sto√Įquement les souffrances des serviteurs de Dieu ou de les d√©guiser √† la mani√®re du monde, les reconna√ģt et les proclame hautement¬†; mais √† chaque douleur il oppose le rem√®de qui vient de Dieu, √† chaque danger, la d√©livrance¬†; et c'est ainsi qu'en r√©servant √† l'homme toute humiliation, il fait remonter √† Dieu toute la gloire.

      - La mort (Grec¬†: "mortification") de J√©sus-Christ, (verset 10) aussi bien que sa vie nouvelle apr√®s sa r√©surrection, se continuent et s'accomplissent toujours de nouveau dans ses membres, surtout dans ses plus fid√®les serviteurs. Par leur communion intime et vivante avec lui, ils passent partout o√Ļ il a pass√©¬†; humiliations, douleurs, mort du vieil homme, vie nouvelle. (verset 11) Comme lui et par lui, ils combattent et vainquent en succombant¬†; lui-m√™me souffre et triomphe en eux. (Actes 9.16, note.)

      Ce n'est qu'ainsi que sa vie se manifeste dans leur corps. Comment¬†? par la d√©livrance des dangers, (versets 8-10) par la r√©surrection¬†? (verset 14) Sans doute, mais le corps est l'organe de cette vie terrestre qu'il s'agit de perdre pour recueillir la vie v√©ritable, qui se manifeste en nous √† proportion que l'autre d√©cro√ģt. (versets 11,16¬†; comparez Matthieu 10.39)

      12 L'ap√ītre fait ici une application nouvelle de la pens√©e de verset 10. Tant qu'il vit sur cette terre, √† lui la mort, chaque jour, pour la cause de J√©sus¬†; √† ses fr√®res la vie. C'est-√†-dire qu'imitant le renoncement complet de son Sauveur, son d√©vouement pour les siens jusqu'√† la mort, (Matthieu 20.28) p√©n√©tr√© du plus intime amour pour les Eglises, Paul consent √† tout souffrir, tout, jusqu'√† cette mort graduelle ou violente √† laquelle il s'√©tait vou√©, pourvu que ses fr√®res en recueillissent les fruits de r√©g√©n√©ration et de vie que l'Evangile leur apportait par lui.

      Il faut bien se garder de voir en ces paroles, avec Chrysost√īme et Calvin, une ironie, par laquelle l'ap√ītre voulait faire honte aux Corinthiens de leurs aises, tandis que lui souffrait. C'est du s√©rieux le plus tragique. Mourir √† soi-m√™me avec J√©sus, dans sa communion et par l'efficace de sa croix, telle est la destination de tout v√©ritable disciple du Ma√ģtre.

      Paul donne dans versets 10,11 la d√©finition la plus profonde du minist√®re √©vang√©lique. Le but de ce minist√®re est de produire la vie. Or, la vie n'est produite qu'au prix de la mort. Le Sauveur se compara√ģt au grain de froment qui ne peut porter du fruit s'il ne meurt¬†; (Jean 12.24) cette image s'applique √©galement au disciple. Par la mort √† la vie¬†: cette grande loi, qui se manifeste d√©j√† au sein de la nature, est la loi du d√©veloppement du r√®gne de Dieu et doit √™tre la norme de toute activit√© tendant √† contribuer √† ce d√©veloppement.

      14 Dans cette existence passag√®re et mortelle, l'ap√ītre renonce √† toute compensation, √† toute r√©compense.

      Plein de ce même Esprit de foi qui était en David, (Psaumes 116.10) il parle parce qu'il a cru, et il ne s'attend qu'à la résurrection future ; certain de cette pleine délivrance de la mort, ce lui est assez pour tout supporter et tout souffrir ici-bas, et ce qui rend son immortelle espérance d'autant plus douce et plus glorieuse, c'est l'assurance qu'il verra près de lui, en la présence de Dieu, ceux à qui il a sacrifié sa vie. (verset 14, fin.)

      Puissance miraculeuse de la gr√Ęce, produisant dans un homme p√©cheur ce degr√© sublime du d√©vouement et de l'amour¬†! Ici, comme partout, la r√©surrection du chr√©tien est identifi√©e avec celle de J√©sus qui en est la source. Paul ne dit pas m√™me¬†: nous ressusciterons par J√©sus, selon le texte re√ßu, mais avec J√©sus, parce que c'est le m√™me acte de la puissance divine.

      15 Ces mots¬†: Car toutes choses sont pour vous (Grec¬†: "√† cause de vous"), g√©n√©ralisent encore plus la grande pens√©e de d√©vouement exprim√©e par l'ap√ītre. (versets 12-14)

      - Les derni√®res paroles de ce verset, telles qu'elles sont rendues, signifient que la gr√Ęce divine, d√©j√† si multipli√©e envers les Corinthiens, abonde encore davantage, s'augmente par les actions de gr√Ęces de plusieurs, et sert ensuite √† la gloire de Dieu¬†: double pens√©e bien propre √† nous faire sentir la sainte importance d'une vraie reconnaissance dans la vie chr√©tienne¬†!

      D'autres traduisent¬†: "Afin que la gr√Ęce, √©tant multipli√©e par le moyen de plusieurs (qui la re√ßoivent et y ont part), fasse abonder l'action de gr√Ęce '√† la gloire de Dieu.'"

      16 Ce courage de l'ap√ītre r√©sulte de tout ce qui pr√©c√®de (verset 1¬†: c'est pourquoi) et aussi de ce qu'il va dire.

      - L'homme intérieur, c'est l'esprit de l'homme, pénétré et sanctifié par l'Esprit de Dieu ; (Romains 7.22) l'homme extérieur, c'est le corps mortel, la chair, (versets 10,11) et tous les besoins, toutes les infirmités qui l'accompagnent.

      Cette partie de notre √™tre est vou√©e √† la mort, √† la destruction, pour repara√ģtre un jour dans la gloire. Or, comme nous y trouvons fr√©quemment un obstacle aux progr√®s dans la sanctification, un lourd fardeau qui retarde notre course, l'ap√ītre d√©clare que la destruction graduelle de ce corps de mort, loin de produire un affaiblissement pareil dans l'homme int√©rieur, sert au d√©veloppement, au renouvellement journalier de ce dernier. (Comparer 1Pierre 4.1)

      C'est la même pensée déjà exprimée en d'autres termes aux versets 10,11. Quel motif pour le chrétien de ne point perdre courage ! Dans les privations extérieures, dans la souffrance, dans la maladie, aux approches de la mort, cette expérience fut toujours pour les enfants de Dieu une toutepuissante consolation.

      18 Ces grandes et saintes pensées (versets 17,18) ne peuvent être comprises par celui qui a admis le principe fondamental de la vie chrétienne : "Par la souffrance à la gloire, par la croix à la couronne."

      L'affliction n'est pas seulement la pierre de touche o√Ļ nous reconnaissons la r√©alit√© de notre foi et de notre esp√©rance, elle produit (Grec¬†: "op√®re") pour nous la gloire √©ternelle, et surtout elle en donne un avant-go√Ľt qui nous serait inconnu sans cette destruction graduelle de l'homme ext√©rieur. (verset 16)

      Ces pensées, parfaitement absurdes pour l'homme naturel, ne sont acceptables même pour le chrétien que moyennant les frappants contrastes dont Paul les accompagne : affliction légère ? passagère ? oui, mais seulement en comparaison et en vue de ce poids éternel de gloire, d'une gloire (Grec :) "par excellence et en excellence ;" oui mais seulement pour ceux qui regardent non aux choses visibles, mais aux invisibles, et qui sont pénétrés de la pensée que les choses visibles, quelles qu'elles soient, ne sont que pour un temps très court et que les invisibles seules sont éternelles.

      En toute autre condition, ces paroles, prises dans leur sens absolu, para√ģtront incroyables. Ainsi nous sommes tous, √† chaque heure, dans toutes nos actions et nos pens√©es, en pr√©sence de cette alternative¬†: choisir entre ce qui est pour un temps et ce qui est √©ternel¬†; entre une jouissance de quelques jours, suivie d'une mis√®re infinie, et une affliction qui passe, mais qui produit une gloire √©ternelle, souverainement excellente.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.