TopCartes x PLM collab

2 Thessaloniciens 3

    • 1 Chapitre 3.

      1 à 5 Priez pour nous. Le Seigneur vous affermira.

      Grec : "Afin que la Parole du Seigneur coure et soit glorifiée." C'est-àdire que cette Parole se répande par la prédication de l'Evangile et se manifeste avec la glorieuse puissance qui lui est propre. Paul attend cet effet des prières de ses frères : voilà ce que les chrétiens oublient trop. (1Thessaloniciens 5.25)

      2 Des pers√©cuteurs, qui voulaient emp√™cher cette action puissante de la Parole divine qu'annon√ßait l'ap√ītre (voy. l'introduction et 2Thessaloniciens 1.6 suivants)¬†; peut-√™tre aussi des hommes qui troublaient l'Eglise de Thessalonique au sujet du prochain retour de Christ. (2Thessaloniciens 2.2,3)

      Ou "la foi n'est pas de tous," n'est pas un don que tous aient re√ßu, une disposition du cŇďur qui se trouve chez tous. L'Evangile est toujours ce filet qui ramasse toutes sortes de choses, bonnes et mauvaises. (Matthieu 13.47)

      Or tout, dans la vie chrétienne, dépend de la foi ; sans elle, même au sein des Eglises, il peut se trouver des hommes déréglés et méchants.

      En grec, le mot de foi signifie aussi fid√©lit√©, et, dans ce sens, l'ap√ītre √©tablit ce contraste propre √† consoler ses lecteurs¬†: "tous n'ont pas la fid√©lit√©, mais le Seigneur est fid√®le, qui..." (verset 3)

      3 Ou "du méchant," du démon et de ses machinations par la main "des méchants" qui le servent. (verset 2)

      Il est pourtant plus probable que Paul entend la délivrance du mal, de tout le mal que pourraient faire les hommes, de tout autre mal.

      La confiance de l'ap√ītre est en harmonie avec la pri√®re qu'il vient d'adresser √† Dieu. (2Thessaloniciens 2.16,17)

      5 Que Dieu vous donne dans vos √©preuves cette patience avec laquelle Christ a support√© toutes ses souffrances. Pour cela il n'y a qu'un moyen¬†: l'amour de Dieu, en vos cŇďurs.

      - D'autres traduisent "l'attente patiente de Christ," et entendent par là l'attente de son retour. Cette pensée n'est pas dans le texte.

      6 6 à 15 Exhortation au bon ordre, au travail.

      Grec : "qui marche d'une manière contraire à l'ordre," ce qui, comme le prouve l'exhortation qui suit, ne suppose pas une vie déréglée dans le sens immoral que nous attachons à ce mot (comparez versets 7,11 et 1Thessaloniciens 5.14), mais une conduite contraire au bon ordre, se plaisant dans l'oisiveté. (verset 11)

      Grec : "non selon la tradition qu'ils ont reçue de nous." (Voir 2Thessaloniciens 2.15, note.) Ici, diverses variantes sans importance : "qu'il a reçue," - "que vous avez reçue," - "qu'ils ont reçue." Cette dernière est la plus autorisée.

      10 Proverbe usité chez les Juifs, expression de la loi universelle du travail ; et par conséquent aussi, censure de ceux qui, à Thessalonique, mangeaient, sans travailler, le pain des autres.
      11 Il y a, en grec, un jeu de mot par lequel, au moyen d'une particule ajoutée, le verbe travailler se trouve signifier s'occuper de choses vaines, de recherches curieuses, inutiles.

      Paul a sans doute en vue de vaines questions religieuses, en particulier celles qui concernaient le retour prochain du Seigneur. (2Thessaloniciens 2.1,2)

      12 On voit par ce dernier mot qu'il y avait des membres de l'Eglise qui ne mangeaient point leur propre pain, mais celui des autres, sous prétexte de s'occuper des affaires du règne de Dieu. (Comparer 1Thessaloniciens 4.11,12)

      L'exemple de l'ap√ītre, qu'il oppose √† une telle vie, (versets 7-9) devait les couvrir de confusion, puisque lui, qui donnait ses journ√©es √† l'Ňďuvre de son Ma√ģtre, employait une partie de ses nuits √† travailler de ses mains afin de n'√™tre √† charge √† aucun.

      La loi du travail est universelle pour l'homme ; personne, et le chrétien moins que tout autre, ne peut manger son pain avec une bonne conscience, s'il ne se soumet à cette loi. (verset 10)

      Ce d√©sordre tenait sans doute, en partie, √† la surexcitation caus√©e par le premier z√®le de la conversion, et surtout par l'attente du retour imm√©diat de Christ. (2Thessaloniciens 2.2¬†; voir l'introduction) Mais un tel √©tat de choses, ind√©pendamment de ses dangers pour la vie chr√©tienne, √©tait propre √† d√©shonorer l'Evangile aux yeux de ceux qui ne l'avaient point encore re√ßu. De l√† l'importance que l'ap√ītre attache √† tout ramener √† une vie bien ordonn√©e.

      13 L'ap√ītre, dans l'admirable sagesse qui lui est donn√©e, redoute tous les extr√™mes¬†: s'il en est qui abusent de la charit√© de leurs fr√®res pour vivre dans l'oisivet√©, ce n'est point une raison pour ceux-ci de se d√©courager dans leurs bienfaits. Il y aura toujours des chr√©tiens pauvres qui en seront dignes.
      15 Grec : "Si quelqu'un n'obéit point à notre parole par la lettre, signalezle."

      Ce que quelques-uns (Luther, Calvin, M. Rilliet entre autres) ont traduit : "Signalez-le par la lettre" (que vous nous écrirez), et ils pensent que Paul se réservait ainsi d'exercer lui-même cet acte de discipline. Gerlach aussi admet ce sens, qui n'est pourtant point probable.

      D'autres encore traduisent : "Signalez-le par cette lettre," c'est-à-dire par l'autorité qu'elle vous donnera sur lui ; n'ayez plus de rapports avec lui, excluez-le. Cette interprétation aussi est forcée.

      Dans la pensée de Paul, sa parole et sa lettre sont une même chose.

      Ce qu'il avait dit au sujet du fr√®re qui vit d'une mani√®re d√©r√©gl√©e (verset 6) se rapportait surtout aux communications personnelles avec lui¬†; maintenant, s'il n'ob√©it pas √† l'exhortation de l'ap√ītre, il doit √™tre publiquement signal√© comme rebelle et exclu de toute communion avec l'Eglise, afin qu'il en ait de la confusion et, par l√†, qu'il rentre en lui-m√™me. N√©anmoins, de peur qu'il ne soit tout √† fait d√©courag√©, l'ap√ītre veut que l'on unisse la charit√© √† cet acte de s√©v√©rit√©. (verset 15)

      C'est ici le premier exemple de discipline ecclésiastique dans l'Eglise primitive.

      16 16 √† 18 VŇďux et salutations.

      La sainte guerre que toute l'Eglise est appelée à faire au mal n'est point opposée à la paix ; elle est au contraire le moyen de l'obtenir.

      Mais l'ap√ītre n'attend la vraie paix que de Celui qui en est la source, et qu'il aime, √† cause de cela, √† nommer le Seigneur de la paix, ou ailleurs "le Dieu de la paix." (1Thessaloniciens 5.23¬†; H√©breux 13.20)

      17 L'ap√ītre veut que ses lecteurs reconnaissent √† son √©criture l'authenticit√© de sa lettre. (1Corinthiens 16.21¬†; Colossiens 4.18) Il insiste sur cette remarque √† cause de la lettre qu'on lui avait faussement attribu√©e. (2Thessaloniciens 2.2)

      D'autres voient le signe donn√© par Paul, non seulement dans son √©criture, mais aussi dans le vŇďu apostolique, (verset 18) qui termine toutes ses √©p√ģtres. L'une et l'autre pens√©e sont vraies.

      18 "Toutes les civilit√©s du grand docteur de la gr√Ęce se bornent √† la souhaiter √† ses amis. C'est son caract√®re et son seing, parce que c'est l'effusion continuelle de son cŇďur. Aimons-la avec lui cette gr√Ęce sans laquelle nous ne pouvons rien aimer qu'√† notre condamnation." Quesnel.
Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.