Dictionnaire Biblique de Top Bible

CAUSE

1.

La notion philosophique de cause, c-à-d. le principe de la causalité qui se trouve à l'origine de tout fait et de toute existence, était étrangère à la pensée israélite, qui répugnait à l'abstraction et ignorait l'idée moderne de loi générale du monde. L'argument appelé cosmologique depuis Kant, D'après lequel ce monde est un effet contingent qui suppose une cause première nécessaire, est indiqué sous forme populaire par saint Paul (Ro 1:19 et suivant) et par son disciple l'anonyme auteur de l'épître aux Heb : « II n'y a pas de maison qui n'ait été construite par quelqu'un ; or, celui qui a construit toutes choses, c'est Dieu. » (Heb 3:4). Cette personnification de la cause première en Dieu, Dieu vivant et agissant, le Dieu de toutes les initiatives, domine toute la Révélation biblique des deux alliances, mais comme une conviction intuitive des croyants inspirés, et non comme la conclusion d'un raisonnement métaphysique (voir Dieu). Pour l'ancien Israël, Dieu était la « cause suprême et absolue de tout » (Oehler) ; il l'était directement, car on ne distinguait pas entre cause première et causes secondes, entre volonté providentielle et lois naturelles : le tonnerre était sa voix (Ps 29:3), la glace provenait de son souffle (Job 37:10), etc. Il était même la cause des souffrances et du mal : qu'on lise les affirmations intrépides des prophètes : Am 3:6, La 3:37 et suivant, Esa 45:7. Ce dernier point de vue souleva d'ailleurs, avec les malheurs du Royaume et le désastre de l'exil, le troublant problème du mal, sujet du poème de Job et de certains Psaumes (Ps 37, Ps 73). La pensée religieuse israélite ne voulut jamais admettre, en tout cas, que Dieu pût être cause du péché, ni comme auteur, ni comme instigateur (Jas 1:13 et suivants), et le récit de la chute l'attribue à une puissance adverse (Ge 3), comme la parabole de l'ivraie affirme l'oeuvre d'un ennemi (Mt 13:23). Voir Cosmogonie et Chute. --Tout problème des origines demeure enveloppé d'un certain mystère ; mais les prophètes et l'Évangile projettent la pleine lumière sur le problème des destinées ; pour employer le langage philosophique, en Dieu la « cause première », voilée, a pour contrepartie la « cause finale », révélée : car son but suprême, son dessein permanent, est la suppression de la souffrance, la défaite du péché et le salut du pécheur pour l'établissement du Royaume. (cf. Jn 9:1-5, Ro 11:32,1Co 15:24-28, etc) C'est le plan de sa rédemption : l'iniquité des pécheurs est cause des meurtrissures de son serviteur, mais il veut faire de ces meurtrissures la cause de leur guérison (Esa 53:5) ; l'Éternel agit ainsi, non à cause d'eux, mais à cause de son saint nom, à sanctifier dans le monde (Eze 36:22 et suivant). Cet « à cause de... » marque son dessein final de Dieu Sauveur et Roi. Calvin, appliquant à notre salut l'analyse des modes de la causalité, en distinguait quatre causes : l'efficiente, savoir la miséricorde de Dieu ; la matérielle, le Christ obéissant ; l'instrumentale, notre foi ; la finale, la démonstration de sa justice et la glorification de son amour (Instit., III, 14:17, 21). C'est ainsi que les fidèles du Sauveur Jésus, « en perdant leur vie à cause de lui, la retrouveront » (Mt 10:39). L'humanité, comme l'individu, est appelée à pouvoir célébrer en Dieu « l'auteur, la source et la cause de son éternel bonheur ».

Ici et là apparaît le terme de cause au sens restreint, personne responsable (1Sa 22:22, 2Ma 13:4) ou circonstances déterminantes (Job 19:23, Sag 17:13) : « l'idolâtrie, principe, cause et fin de tout mal » (Sag 14:27), la vocation de saint Paul qui est « la cause des maux qu'il endure » (2Ti 1:12). Mais l'idée est évidemment bien plus fréquente que le terme, tout le long des Écritures. Les expressions courantes « à cause de vous » (Ro 11:28), « à cause de mon espérance » (Ac 23:6), etc., représentent de simples prépositions grecques équivalentes à « pour », « en faveur de », etc. Dans Jn 15:25, « ils m'ont haï sans motif » serait d'un meilleur style que « sans cause », d'autant que c'est la trad. de la Vers. Syn. dans Ps 35:19 69:5, textes cités ici par Jésus ; comp. Esa 52:4, etc., et dans le n° 25 du Psautier : « Qui nuit au juste sans cause. » (Voir Encycl., art. Cause.)

2.

La notion judiciaire de cause, c-à-d. d'affaire à régler en justice, est familière aux auteurs sacrés ; l'hébreu possède plusieurs termes pour l'exprimer. Dabar est la parois, exactement la « palabre » des litiges africains : il s'agit des « petites causes », de la « cause des justes », etc. (Ex 18:22 23:8, De 1:17 17:8,2Sa 15:3 etc.), quelques fois au sens plus général de « cas » (Jos 20:4). Rîb souligne l'idée de contestation : c'est le procès à plaider (Pr 18:17 25:9), la cause de l'étranger, du pauvre, de l'orphelin, de la veuve (Job 29:16, Pr 22:23 23:11, Esa 1:23), de Baal (Jug 6:31). évoque l'action du juge, dans la « c. des petits », « la c. sacrée de l'orphelin » (Pr 29:7, Jer 5:28), ou dans le défi que le second Ésaïe lance aux idoles au nom du vrai Dieu : « Présentez votre cause, exposez vos preuves ! » (Esa 41:21). Dans le N.T., le terme grec correspondant, aïtia, désigne ordinairement le « chef d'accusation » ou « motif de condamnation » (Mr 15:26 etc.), ou bien le sujet ou motif tout court (Mt 19:3, Ac 28:30 etc.) ; et l'on voit aussi saint Paul, au sens pr., défendre sa cause. (Ac 24:10 26:1, etc. ; grec apologeïsthaï )

Il suit de là que maintes victimes de l'injustice, les opprimés, les persécutés, les malheureux, les « pauvres d'Israël », en particulier aux époques tourmentées de la royauté et de l'exil, se tournent vers Dieu pour lui soumettre avec confiance leur « cause ». Cette figure était d'autant plus naturelle que les prophètes mettaient en scène le procès de Jéhovah avec les infidèles (Os 4:1, Esa 1:18, Mic 6:2, Jer 25:31). Mais la « cause » des fidèles élargit plus ou moins les termes hébreux précités (surtout les deux derniers), depuis le sens de « procès » jusqu'à celui de « parti » et d' « intérêt ». David proscrit par Saül demande que Dieu défende sa cause (1Sa 24:16) ; le livre de Job, poème de la souffrance injuste, porte devant Dieu la cause du héros (Job 5:8 35:14 36:17, et aussi Job 13:18 et Job 23:4, où l'hébreu est michpât =justice). Les croyants des Ps crient : « O Dieu, défends ma cause ! » (Ps 35:23 43:1 119:154), ou bien lui rendent grâces de l'avoir défendue (Ps 9:5, cf. La 3:58) ; notre Psautier en vers franc, employait encore cette expression dans Ps 7:8 10:14 17:2. Les prophètes attendent, affirment ou annoncent que l'Éternel se charge de leur cause et de celle de son peuple (Mic 7:9, Jer 11:20 20:12 30:13 50:34 51:36, Esa 51:22). Certains de ces passages sous-entendent que la cause des justes est. la même que celle de Dieu ; mais la « cause de Dieu » n'apparaît guère que dans Ps 74:23 : « Lève-toi, ô Dieu, défends ta cause ! » et dans Ro 3:4: « Tu gagneras ta cause » (citation de Ps 51:6 d'après LXX).

Les Huguenots persécutés comme les Israélites, dont ils chantaient les Psaumes, éprouvèrent comme eux le sentiment d'avoir à soutenir devant les peuples et les rois une cause qui n'était pas seulement leur cause, mais où ils voyaient aussi la cause de Dieu. Calvin, dans ses Sermons sur Job, insiste sur le fait que celui-ci plaide sa bonne cause d'une mauvaise manière, alors qu'une bonne cause conforme à la vérité doit se défendre par de bons moyens, fondés dans la vérité (OEuvres, éd. Strasb., t. 33, p. 23SS). Ailleurs Calvin distingue « les causes profanes du monde », les « causes appartenant aux prêtres », et « une cause de la foi » ou « une cause spirituelle » (Instit., IV, I 1:15). Il est donc tout naturel que les Protestants, parlant du mouvement de la Réforme, l'aient volontiers appelé, à partir, semble-t-il, de 1560 environ, « cette cause », « notre cause », « la cause », « leur bonne et juste cause », « sa cause » (celle de Dieu), etc. (Lettre à la Reine mère en 1560, Bèze au Colloque de Poissy, Testament de Coligny, etc., etc.). En la désignant ainsi, non par esprit de contestation, mais comme défenseurs de l'Évangile dans l'injuste querelle et le terrible combat qui leur étaient imposés, ils remontaient d'instinct, à travers les martyrs de l'Église, jusqu'aux psalmistes et aux prophètes, les témoins demeurés fidèles malgré tout à la Révélation de Jéhovah, Jn L.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 3

      1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que l'Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : « Dieu a-t-il vraiment dit : ‘Vous ne mangerez aucun des fruits des arbres du jardin’ ? »
      2 La femme répondit au serpent : « Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.
      3 Cependant, en ce qui concerne le fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous n'en mangerez pas et vous n'y toucherez pas, sinon vous mourrez.’ »
      4 Le serpent dit alors à la femme : « Vous ne mourrez absolument pas,
      5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme Dieu : vous connaîtrez le bien et le mal. »
      6 La femme vit que l'arbre était porteur de fruits bons à manger, agréable à regarder et précieux pour ouvrir l'intelligence. Elle prit de son fruit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari qui était avec elle et il en mangea.
      7 Leurs yeux à tous les deux s'ouvrirent, et ils prirent conscience qu'ils étaient nus. Ils attachèrent des feuilles de figuier ensemble et s'en firent des ceintures.
      8 Quand ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu en train de parcourir le jardin vers le soir, l'homme et sa femme se cachèrent loin de l'Eternel Dieu au milieu des arbres du jardin.
      9 Cependant, l'Eternel Dieu appela l'homme et lui dit : « Où es-tu ? »
      10 Il répondit : « J'ai entendu ta voix dans le jardin et j'ai eu peur, parce que j’étais nu. Alors je me suis caché. »
      11 L'Eternel Dieu dit : « Qui t'a révélé que tu étais nu ? Est-ce que tu as mangé du fruit de l'arbre dont je t'avais interdit de manger ? »
      12 L'homme répondit : « C’est la femme que tu as mise à mes côtés qui m'a donné de ce fruit, et j'en ai mangé. »
      13 L'Eternel Dieu dit à la femme : « Pourquoi as-tu fait cela ? » La femme répondit : « Le serpent m'a trompée et j'en ai mangé. »
      14 L'Eternel Dieu dit au serpent : « Puisque tu as fait cela, tu seras maudit parmi tout le bétail et tous les animaux sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.
      15 Je mettrai l'hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci t'écrasera la tête et tu lui blesseras le talon. »
      16 Il dit à la femme : « J'augmenterai la souffrance de tes grossesses. C'est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. »
      17 Il dit à l'homme : « Puisque tu as écouté ta femme et mangé du fruit au sujet duquel je t'avais donné cet ordre : ‘Tu n'en mangeras pas’, le sol est maudit à cause de toi. C'est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.
      18 Il te produira des ronces et des chardons, et tu mangeras de l'herbe des champs.
      19 C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, et ce jusqu'à ce que tu retournes à la terre, puisque c’est d’elle que tu as été tiré. Oui, tu es poussière et tu retourneras à la poussière. »
      20 Adam appela sa femme Eve, car elle devait être la mère de tous les vivants.
      21 L'Eternel Dieu fit des habits en peau pour Adam et pour sa femme, et il les leur mit.
      22 L'Eternel Dieu dit : « Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous pour la connaissance du bien et du mal. Maintenant, empêchons-le de tendre la main, de prendre aussi du fruit de l'arbre de vie, d'en manger et de vivre éternellement ! »
      23 Ainsi, l'Eternel Dieu le chassa du jardin d'Eden pour qu'il cultive la terre d'où il avait été tiré.
      24 Après avoir chassé Adam, il posta à l'est du jardin d'Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante pour garder le chemin de l'arbre de vie.

      Exode 18

      22 Ce sont eux qui jugeront le peuple de manière permanente. Ils porteront devant toi toutes les affaires importantes et jugeront eux-mêmes les petites causes. Allège ta charge et qu'ils la portent avec toi.

      Exode 23

      8 Tu n'accepteras aucun cadeau, car les cadeaux aveuglent ceux qui ont les yeux ouverts et pervertissent les paroles des justes.

      Josué 20

      4 L’auteur de l’homicide s'enfuira vers l'une de ces villes, s'arrêtera à l'entrée de la ville et exposera son cas aux anciens de cette ville. Ils l’accueilleront chez eux dans la ville et lui donneront un endroit où habiter avec eux.

      Juges 6

      31 Joas répondit à tous ceux qui se présentèrent à lui : « Est-ce à vous de défendre Baal ? Est-ce à vous de venir à son secours ? Toute personne qui défendra Baal mourra avant le matin. Si Baal est un dieu, qu'il se défende lui-même, puisqu'on a démoli son autel. »

      1 Samuel 22

      22 David dit à Abiathar : « Je savais bien, l’autre jour, que Doëg l'Edomite, qui se trouvait là, ne manquerait pas d'informer Saül. C'est moi qui suis responsable de la mort de tous les membres de ta famille.

      1 Samuel 24

      16 L'Eternel jugera et prononcera son verdict entre toi et moi. Il regardera et il défendra ma cause, il me rendra justice en me délivrant de toi. »

      2 Samuel 15

      3 Absalom lui disait : « Regarde ! Ta cause est bonne et juste, mais personne ne t'écoutera chez le roi. »

      Job 5

      8 » Quant à moi, je rechercherais Dieu et c'est à Dieu que j'exposerais ma cause.

      Job 13

      18 Me voici prêt à défendre ma cause. Je sais que j'ai raison.

      Job 19

      23 » Si seulement mes paroles pouvaient être écrites, si seulement elles pouvaient être enregistrées dans un livre !

      Job 23

      4 Je défendrais ma cause devant lui, je remplirais ma bouche d'arguments,

      Job 29

      16 J'étais un père pour les pauvres, j'examinais la cause d’un inconnu.

      Job 35

      14 » Même si tu affirmes ne pas le remarquer, ta cause est devant lui : attends-le !

      Job 36

      17 » Mais si tu défends ta cause comme le méchant, le jugement sera inséparable de ta cause.

      Job 37

      10 Par son souffle Dieu produit la glace et la surface de l’eau se fige.

      Psaumes 7

      8 Que l’assemblée des peuples vienne t’entourer, reviens dominer sur elle dans les hauteurs !

      Psaumes 9

      5 car tu soutiens mon droit et ma cause, tu sièges sur ton trône en juste juge.

      Psaumes 10

      14 Tu vois cependant leur peine et leur souffrance, tu regardes, pour prendre en main leur cause. C’est à toi que le malheureux s’abandonne, c’est toi qui viens en aide à l’orphelin.

      Psaumes 17

      2 Que mon droit paraisse devant toi, que tes yeux voient où est l’intégrité !

      Psaumes 29

      3 La voix de l’Eternel retentit sur l’eau, le Dieu de gloire fait gronder le tonnerre ; l’Eternel domine les grandes eaux.

      Psaumes 35

      19 Ils sont à tort mes ennemis : qu’ils ne se réjouissent pas à mon sujet ! *Ils me détestent sans raison : qu’ils ne m’insultent pas du regard !
      23 Réveille-toi, lève-toi pour me faire justice, mon Dieu et mon Seigneur, défends ma cause !

      Psaumes 37

      1 De David. Ne t’irrite pas contre les méchants, n’envie pas ceux qui font le mal,
      2 car ils sont fauchés aussi vite que l’herbe, et ils se flétrissent comme le gazon vert.
      3 Confie-toi en l’Eternel et fais le bien, aie le pays pour demeure, et que la fidélité soit ta nourriture !
      4 Fais de l’Eternel tes délices, et il te donnera ce que ton cœur désire.
      5 Recommande ton sort à l’Eternel, mets ta confiance en lui, et il agira :
      6 il fera paraître ta justice comme la lumière, et ton droit comme le soleil en plein midi.
      7 Garde le silence devant l’Eternel et espère en lui, ne t’irrite pas contre celui qui réussit dans ses entreprises, contre l’homme qui réalise ses méchants projets !
      8 Laisse la colère, abandonne la fureur, ne t’irrite pas : ce serait mal faire,
      9 car les méchants seront exterminés, mais ceux qui espèrent en l’Eternel possèdent le pays.
      10 Encore un peu de temps, et le méchant n’existe plus ; tu regardes l’endroit où il était, et il a disparu.
      11 Les humbles possèdent le pays, et ils jouissent d’une paix abondante.
      12 Le méchant complote contre le juste, et il grince des dents contre lui,
      13 mais le Seigneur se moque du méchant, car il voit que son jour arrive.
      14 Les méchants tirent l’épée, ils bandent leur arc pour faire tomber le malheureux et le pauvre, pour égorger ceux dont la voie est droite.
      15 Mais leur épée transperce leur propre cœur, et leur arc se brise.
      16 Mieux vaut le peu du juste que l’abondance de nombreux méchants,
      17 car la force des méchants sera brisée, tandis que l’Eternel soutient les justes.
      18 L’Eternel connaît les jours des hommes intègres, et leur héritage dure éternellement.
      19 Ils ne sont pas couverts de honte quand vient le malheur et ils sont rassasiés quand la famine est là,
      20 tandis que les méchants disparaissent, les ennemis de l’Eternel connaissent le même sort que les plus beaux pâturages : ils s’évanouissent, ils s’évanouissent comme une fumée.
      21 Le méchant emprunte, et il ne rend pas ; le juste est compatissant, et il donne,
      22 car ceux que l’Eternel bénit possèdent le pays, et ceux qu’il maudit sont exterminés.
      23 L’Eternel affermit les pas de l’homme, et il prend plaisir à sa voie ;
      24 s’il tombe, il n’est pas rejeté, car l’Eternel lui prend la main.
      25 J’ai été jeune, j’ai vieilli, et je n’ai pas vu le juste être abandonné ni ses descendants mendier leur pain.
      26 Il est toujours compatissant, il prête, et sa descendance est bénie.
      27 Détourne-toi du mal, fais le bien, et tu auras pour toujours une demeure,
      28 car l’Eternel aime ce qui est droit, et il n’abandonne pas ses fidèles : ils sont toujours sous sa garde, tandis que la descendance des méchants est exterminée.
      29 Les justes posséderont le pays, et ils y demeureront définitivement.
      30 La bouche du juste annonce la sagesse, et sa langue proclame la justice.
      31 La loi de son Dieu est dans son cœur, ses pas ne faiblissent pas.
      32 Le méchant épie le juste et cherche à le faire mourir,
      33 mais l’Eternel ne le livre pas entre ses mains, et il ne le laisse pas condamner quand il est jugé.
      34 Espère en l’Eternel, suis sa voie, et il t’élèvera pour que tu possèdes le pays, tandis que tu verras les méchants exterminés.
      35 J’ai vu l’homme violent dans toute sa puissance : il s’étendait comme un arbre verdoyant,
      36 mais il est passé et il n’existe plus ; je le cherche, et je ne le trouve plus.
      37 Observe celui qui est intègre et regarde celui qui est droit, car il y a un avenir pour l’homme de paix,
      38 tandis que les rebelles sont tous détruits, l’avenir des méchants est réduit à néant.
      39 Le salut des justes vient de l’Eternel : il est leur forteresse dans les moments de détresse.
      40 L’Eternel les secourt et les délivre, il les délivre des méchants et les sauve, parce qu’ils cherchent refuge en lui.

      Psaumes 43

      1 Rends-moi justice, ô Dieu, défends ma cause contre une nation infidèle ! Délivre-moi des hommes trompeurs et criminels !

      Psaumes 51

      6 J’ai péché contre toi, contre toi seul, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux. *C’est pourquoi tu es juste dans tes paroles, sans reproche dans ton jugement.

      Psaumes 69

      5 Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête, *ceux qui me détestent sans raison ; ils sont puissants, ceux qui veulent me réduire au silence, qui sont à tort mes ennemis. Ce que je n’ai pas volé, il faut que je le rende.

      Psaumes 73

      1 Psaume d’Asaph. Oui, Dieu est bon pour Israël, pour ceux qui ont le cœur pur.
      2 Toutefois, mon pied allait trébucher, mes pas étaient sur le point de glisser,
      3 car j’étais jaloux des vantards en voyant le bien-être des méchants :
      4 rien ne les tourmente jusqu’à leur mort, et leur corps prend de l’embonpoint ;
      5 ils n’ont aucune part aux souffrances humaines, ils ne sont pas frappés comme le reste des hommes.
      6 C’est pourquoi ils se parent de l’orgueil comme d’un collier, la violence les enveloppe comme un manteau.
      7 Leurs yeux ressortent dans un visage plein de graisse, les mauvaises pensées de leur cœur débordent.
      8 Ils ricanent et parlent méchamment d’opprimer, ils profèrent des discours hautains,
      9 leur bouche s’attaque au ciel et leur langue balaie la terre.
      10 Voilà pourquoi son peuple se tourne de leur côté, il boit leurs paroles avidement comme de l’eau,
      11 et il dit : « Comment Dieu pourrait-il savoir ? Y a-t-il de la connaissance chez le Très-Haut ?
Afficher tous les 171 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider