FERMER
www.quiestleheros.com

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le TopChrétien ne vit que de dons. Le site et ses contenus n'existent que par la générosité de 0,5% de ses internautes. S'il était possible de doubler le nombre de personnes engagées à nos côtés, il serait possible d'annoncer l’Évangile à des milliers de personnes supplémentaires chaque jour ! Oui, votre don fait la différence ! Nous avons besoin de vous. Le héros de la foi dont nous parle Hébreux 11, c'est vous ! MERCI.

Dictionnaire Biblique de Top Bible

EGYPTE (8)

L'Egypte et la Bible.

L'Egypte a joué un rôle de premier plan dans les destinées d'Israël. Aussi en retrouvons-nous la mention dans la plus grande partie des livres de la Bible. Les Hébreux l'appelaient Mitsraïm (voir ce mot) ; « le nom d'Egypte dérive de la transcription grecque A ïguptos, du nom de Haîkouphtah (=château des doubles de Phtah), qui était donné à la ville de Memphis dans un grand nombre de textes hiéroglyphiques » (Maspero). L'origine de l'Egypte est indiquée dans la Table des Peuples de la Genèse et ses peuples y sont dénombrés (Ge 10:6,13). Abraham séjourne en Egypte à cause d'une famine (Ge 12). C'est encore une famine qui amène la famille de Jacob en Egypte. Les annales patriarcales racontent que Joseph l'Hébreu fut le réorganisateur de l'Egypte et qu'il installa sa famille dans la riche contrée de Gossen (Ge 47:11,27). C'était au temps de la dynastie sémite des Hyksos.

--Quand les pharaons Hyksos eurent été renversés, « s'éleva sur l'Egypte un nouveau roi qui n'avait point connu Joseph » (Ex 1:8), proprement « qui ne voulait rien savoir de Joseph », ni des services qu'il avait rendus, ni des promesses faites à sa famille. Et les pharaons de la XVIII e dynastie entreprirent la destruction systématique des Hébreux.

--Moïse (Ex 1:10-22), élevé à la cour des pharaons et possédant de ce chef une culture très supérieure à celle de ses compatriotes, organise l'exode. La sortie d'Egypte, accomplie dans des circonstances miraculeuses (Ex 14, cf. Jos 2:10, Ps 114, etc.) rappelées dans le N.T., (cf. 1Co 10:1, Heb 8:9, Jude 1:6) sert de fondement moral à la constitution qui organise au Sinaï la nation israélite : « Je suis Jéhovah, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte » (Ex 20:2). Les tribus se mettent en route vers Canaan, regrettant, à l'étape, la saveur des oignons d'Egypte (No 11:6).

--Nous ne savons rien des rapports de l'Egypte et d'Israël pendant les temps troublés des Juges, temps troublés aussi pour les pharaons. Les relations reparaissent avec Salomon qui épouse la fille d'un pharaon (1Ro 3:1), laquelle reçoit en dot Guézer (1Ro 9:16). A la suite de ce mariage, le commerce avec l'Egypte devient actif (1Ro 10:28). Mais le bon accord ne régna pas toujours, et l'Egypte accorda tour à tour sa protection à Hadad l'Edomite qui fit la guerre à Salomon (1Ro 11) et à Jéroboam l'Ephraïmite qui suscita le schisme des dix tribus à l'instigation du prophète Ahija (1Ro 11 1Ro 12). Selon toute vraisemblance, ce fut Jéroboam qui incita le pharaon Sisak (le premier pharaon désigné par son nom dans la Bible (1Ro 14:25) =Sheshonq I er, fondateur de la XVII e dynastie, d'origine libyenne) à envahir le royaume de Juda, pour empêcher Roboam de se jeter sur le jeune royaume d'Israël. Sisak pilla Jérusalem, mais ne put rien garder de sa conquête. Sous le règne d'Asa, un des successeurs de Sisak : Osorkon I er, appelé Zérach par la Bible, et que 2Ch 14:9, dans un récit fort amplifié, qualifie bien à tort d'Éthiopien puisque les rois éthiopiens de l'Egypte ne vinrent qu'avec la XXIII e dynastie, s'efforça de reprendre le territoire de Juda, mais il n'y réussit pas. Ces raids occasionnels ne semblent pas avoir troublé longtemps les rapports entre l'Egypte et la Palestine. Le propos des soldats syriens dans 2Ro 7:6, au temps d'Elisée, donne à penser que le hasard des batailles faisait faire parfois cause commune aux Israélites et aux Égyptiens. La science, la civilisation, le séculaire prestige de l'Egypte exerçaient sur les Israélites une sorte de fascination que toute la politique égyptienne contribuait à renforcer. Trop affaiblie pour pouvoir reconquérir par la force des armes ses protectorats dans le Proche Orient, et de plus en plus inquiétée par le mouvement des peuples asiatiques qui poussait les populations de l'Asie Mineure et de la Mésopotamie vers la vallée du Nil, l'Egypte entretenait avec soin, dans le couloir palestinien, l'esprit d'hostilité qui animait les deux royaumes contre leurs voisins du nord et de l'est. Quand les grands conquérants de Ninive et de Babylone eurent étendu leur domination jusqu'à la Méditerranée, l'espoir d'être soutenus par l'Egypte poussa Israël et Juda à violer leur serment de fidélité et à entrer dans de précaires coalitions. C'est ainsi que le mirage de l'Egypte fut fatal à Samarie et a Jérusalem. Osée, roi d'Israël, eut la malencontreuse idée d'appeler à son aide le pharaon So pour l'aider à secouer le joug de Salmanasar. L'Assyrien accourut et détruisit le royaume d'Israël (2Ro 17:6). Malgré cet avertissement, le royaume de Juda, demeuré seul, poursuivit la même politique. Malgré l'opposition des prophètes qui voyaient clair dans le jeu égyptien, le parti en faveur de l'alliance avec l'Egypte fut toujours puissant à Jérusalem (cf. Os 7:11-16, Esa 18 Esa 19 Esa 20 Esa 30 Esa 36, Na 3:8-10, Jer 2 Jer 9 Jer 15 Jer 37 Jer 43 Jer 44 Jer 46, Eze 17, comp. Eze 29 à Eze 32). « L'Egypte, disait le Rabsaké de Sennachérib, n'est qu'un roseau cassé, qui blesse la main qui s'y appuie » (2Ro 18:21, Esa 36:6). Dans l'espèce il avait raison. Ce ne fut pas l'intervention de l'Egypte, mais bien une intervention divine qui sauva Jérusalem des griffes de Sennachérib (2Ro 19, Esa 37). Seul parmi les rois de Juda, Josias rompit avec la tradition pro-égyptienne ; mais il fut tué à Méguiddo, dans un combat malheureux, imprudemment offert au pharaon Néco (2Ro 23:29). Ses descendants revinrent aux anciens errements et se révoltèrent contre Nébucadnetsar. L'Egypte, étroitement enfermée sur sa terre par le conquérant caldéen, ne put intervenir en leur faveur, et ce fut la fin de Jérusalem (2Ro 24). La foi dans les pharaons était telle, qu'à l'heure de la suprême détresse les enfants de Juda s'enfuirent en Egypte. Le vieux prophète Jérémie fut entraîné, bien malgré lui (Jer 24:8 41:17 43:7 44:1,2Ro 25:26), sur la route que devaient reprendre un jour, d'après l'Évangile de l'enfance, Joseph et Marie (cf. Mt 2:13 et suivant et l'application symbolique du verset 15). La responsabilité des pharaons dans les malheurs survenus au peuple élu reparaît une dernière fois au ch. 44 de Jérémie (Jer 44:30) où le prophète, mettant le pharaon Hophra sur le même pied que Sédécias le parjure, dit : « Ainsi parle l'Éternel : Je vais livrer le pharaon Hophra, roi d'Egypte, entre les mains de ses ennemis, comme j'ai livré Sédécias, roi de Juda »

--C'est alors qu'intervint la Perse, qui ouvrit un chapitre nouveau de l'histoire en s'emparant de la Mésopotamie, de la Palestine et de l'Egypte qui fut réduite en satrapie (525 av. J. -C). --Les Judéens ou Juifs prospérèrent en Egypte sous la domination perse. Ils y étaient même si nombreux qu'un temple à Jéhovah appelé « temple de Jahou » avait été élevé pour eux à Éléphantine. Il existait déjà lorsque Cambyse envahit l'Egypte. Le papyrus araméen qui nous en parle raconte qu'on détruisit alors tous les temples des idoles, mais que les Perses respectèrent le temple de Jahou (papyrus de la dix-septième année de Darius II, 408 ou 407 av. J. -C.).

--De la domination perse, les Juifs d'Egypte passèrent sous la domination grecque. La succession d'Alexandre donna l'Egypte aux Lagides. En Egypte plus encore qu'en Palestine le judaïsme s'hellénisa, et Ptolémée Philopator (221-203) essaya de rallier les Juifs à son dieu patron Dionysos, en leur faisant accroire que Jéhovah Tsebaoth n'était autre que Sabazios (surnom du Dionysos phrygien). Mais cette tentative, qui dénotait plus d'esprit que de discernement, échoua. Ptolémée Philadelphe (284-247), mieux inspiré, avait déjà fait traduire en grec pour la bibliothèque d'Alexandrie les saints livres des Juifs. Les Juifs hellénisés s'attachèrent passionnément à cette traduction des « livres par excellence » : Biblia. Alexandrie, patrie d'Apollos, devint le centre de la science juive des Écritures. (cf. Ac 18:24 et suivant) Son plus grand docteur fut Philon, contemporain de Jésus-Christ. On se souvient que les Juifs d'Alexandrie s'étaient dressés comme les adversaires d'Etienne à Jérusalem (Ac 6:9). Ce fut pourtant la doctrine d'Etienne qui l'emporta, et Alexandrie donna au christianisme sa première grande école chrétienne, dont Clément et son disciple Origène furent les plus illustres représentants.

--La tradition ecclésiastique attribue à l'évangéliste Marc la fondation de l'Église d'Alexandrie. Eusèbe précise même qu'en la huitième année de Néron (an 62) Annien succéda à Marc sur le siège d'Alexandrie.

--L'Apocalypse (Ap 11:8) donne à la grande cité où gisent les cadavres des deux témoins de Dieu, le nom symbolique : Egypte ; témoignant par là que, dans les milieux fervents de l'apocalyptique, l'empire des pharaons a gardé jusqu'à la fin son caractère d'irréductible adversaire du Royaume de Dieu. Alex. W.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

Afficher tous les 483 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Melody Nadal Un Noël Jazz
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...