Dictionnaire Biblique de Top Bible

EXCLUSIVISME

Un des caractères spécifiques de la religion de Jéhovah. Les autres dieux, d'origine ancestrale, tribale ou naturiste, étaient liés au destin du peuple qui les honorait. Les circonstances les appelaient à s'associer, à se combattre, parfois à se supplanter. Tout ce monde divin projeté dans le ciel par l'imagination des hommes, sans réalité historique et sans stabilité morale, ne pouvait prétendre qu'à un exclusivisme relatif et devait un jour disparaître, soit par désuétude, soit dans un panthéon. Tout autre est la façon dont Jéhovah se présente à l'adoration d'Israël. Jéhovah entre dans l'histoire des Hébreux à l'occasion de faits précis (Ex 1-2), se présente à eux par l'intermédiaire d'une personnalité qui les domine, et traite avec eux une alliance (voir ce mot), fondée dès les premiers jours sur la toute-puissance du Dieu juste et sur la fidélité morale de l'adorateur. L'exclusivisme est donc la condition même du culte de Jéhovah.

On sait le rôle que jouaient les alliances dans la vie nationale des milieux apparentés à Israël. Un contrat que rien ne devait déchirer, un rite institué pour manifester l'observation scrupuleuse du contrat, tel était, dans le Proche-Orient sémitique, le commencement de toute vie morale et sociale. Tel fut le commencement de la religion nationale qui avait pour but d'unir Israël au vrai Dieu.

Israël s'engage, sans comprendre tout ce que portait en germe le culte auquel il se vouait. Son histoire montre, qu'il continuait à croire à l'existence des autres dieux, et que, lorsqu'il le jugeait opportun, il invoquait leur secours, abandonnait même Jéhovah pour les mettre en son lieu (Jug 11:24, Ru 1:15,2Ro 3:27, Jer 16:13, etc.). Mais le fondement posé par Moïse le ramenait toujours à la notion du Dieu seul vivant, maître souverain des destinées d'Israël et, par Israël, du destin de l'humanité (voir Jalousie, II).

Admettre que la religion donnée par Moïse à Israël ne différait pas essentiellement de celle des nations voisines de même race que lui, serait aller à l'encontre des témoignages du peuple hébreu lui-même, lequel, dans ses éléments pieux, a toujours manifesté le sentiment que la culture étrangère lui avait été plus nuisible qu'utile, et que son âge d'or avait été l'époque du désert, c-à-d, le temps le plus rapproché de la révélation du Sinaï, le temps où la vie nomade de ses pères le tenait à l'abri des séductions de la civilisation païenne et le groupait sous la forte main de Moïse, dans la dépendance exclusive de Jéhovah, dans l'observation de la charte qu'il leur avait donnée (Os 9:10 10:1, De 4:4, Jer 2:2 etc.). On ne saurait refuser le Décalogue primitif à Moïse sans porter un coup fatal à la vraie notion de l'exclusivisme jéhoviste et, proprement, lui ôter son véritable fondement.

Quand Jésus parut, les Juifs ne songeaient plus à associer à Jéhovah les divinités étrangères ni à contester l'unité et l'universalité du Dieu qu'ils adoraient ; mais la raison profonde de l'exclusivisme de son culte leur échappait. Jésus l'a rétablie quand, après avoir proclamé à son tour l'exclusivisme de la religion de son Père (Lu 4:8, cf. De 6:13), il lui donna pour assise définitive le fondement moral : le service. « Nul ne peut servir deux maîtres... » (Mt 6:24). Le choix de ses disciples, son attitude vis-à-vis des foules, ses affirmations sur la valeur unique du culte en esprit, montrent que l'exclusivisme dogmatique ou ecclésiastique qui amène des chrétiens à condamner d'autres chrétiens aussi fidèles qu'eux dans le service du Maître, n'est qu'une déviation de l'exclusivisme biblique et relève, non de la fidélité, mais de l'étroitesse. Cet exclusivisme, lorsqu'il sévit dans les Églises, y est l'origine de calomnies, de divisions, de persécutions, et, loin d'aider au Royaume de Dieu, met obstacle à son avancement. Voir Dieu (les noms de). Alex. W.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Exode 1

      1 Voici les noms des fils d'Israël venus en Egypte avec Jacob, chacun accompagné de sa famille :
      2 Ruben, Siméon, Lévi, Juda,
      3 Issacar, Zabulon, Benjamin,
      4 Dan, Nephthali, Gad et Aser.
      5 Les personnes issues de Jacob étaient au nombre de 70 en tout. Joseph était alors en Egypte.
      6 Puis Joseph mourut, ainsi que tous ses frères et toute cette génération-là.
      7 Les Israélites eurent des enfants et pullulèrent ; ils devinrent très nombreux et puissants, au point de remplir le pays.
      8 *Un nouveau roi parvint au pouvoir en Egypte, un roi qui n'avait pas connu Joseph.
      9 Il dit à son peuple : « Voilà que les Israélites forment un peuple plus nombreux et plus puissant que nous.
      10 Allons ! Montrons-nous habiles vis-à-vis de lui : empêchons-le de devenir trop nombreux, car en cas de guerre il se joindrait à nos ennemis pour nous combattre et sortir ensuite du pays. »
      11 On établit donc sur lui des chefs de corvées afin de l'accabler de travaux pénibles. C'est ainsi qu'on construisit les villes de Pithom et de Ramsès destinées à servir d'entrepôts au pharaon.
      12 Mais plus on accablait les Israélites, plus ils devenaient nombreux et envahissants, au point que l'on éprouva de la haine pour eux.
      13 Alors les Egyptiens soumirent les Israélites à un dur esclavage.
      14 Ils leur rendirent la vie amère par de lourds travaux avec de l’argile et des briques ainsi que par tous les travaux des champs. Ils leur imposaient toutes ces charges avec cruauté.
      15 Le roi d'Egypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux. L'une s'appelait Shiphra et l'autre Pua.
      16 Il leur dit : « Quand vous aiderez les femmes des Hébreux à avoir leur enfant et que vous regarderez sur le siège d’accouchement, si c'est un garçon, faites-le mourir ; si c'est une fille, laissez-la vivre. »
      17 Mais les sages-femmes avaient la crainte de Dieu et elles ne firent pas ce que leur avait dit le roi d'Egypte : elles laissèrent vivre les enfants.
      18 Le roi d'Egypte convoqua les sages-femmes et leur dit : « Pourquoi avez-vous agi ainsi et avez-vous laissé vivre les enfants ? »
      19 Les sages-femmes répondirent au pharaon : « C'est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Egyptiennes. Elles sont vigoureuses et accouchent avant l'arrivée de la sage-femme. »
      20 Dieu fit du bien aux sages-femmes et le peuple devint nombreux et très puissant.
      21 Parce que les sages-femmes avaient eu la crainte de Dieu, Dieu fit prospérer leur famille.
      22 Alors le pharaon ordonna à tout son peuple : « Vous jetterez dans le fleuve tout garçon qui naîtra et vous laisserez vivre toutes les filles. »

      Exode 2

      1 Un homme de la famille de Lévi avait pris pour femme une Lévite.
      2 Cette femme fut enceinte et mit au monde un fils. Elle vit qu'il était beau et elle le cacha pendant trois mois.
      3 Lorsqu'elle ne put plus le garder caché, elle prit une caisse de jonc, qu'elle enduisit de bitume et de poix ; puis elle y mit l'enfant et le déposa parmi les roseaux sur la rive du fleuve.
      4 La sœur de l'enfant se posta à une certaine distance pour savoir ce qui lui arriverait.
      5 Or, la fille du pharaon descendit au fleuve pour se baigner tandis que ses servantes se promenaient le long du fleuve. Elle vit la caisse au milieu des roseaux et envoya sa servante la prendre.
      6 Quand elle l'ouvrit, elle vit l'enfant : c'était un petit garçon qui pleurait. Prise de pitié pour lui, elle dit : « C'est un enfant des Hébreux ! »
      7 Alors la sœur de l'enfant dit à la fille du pharaon : « Veux-tu que j'aille te chercher une nourrice parmi les femmes des Hébreux afin qu'elle allaite cet enfant pour toi ? »
      8 « Vas-y », lui répondit la fille du pharaon. Et la jeune fille alla chercher la mère de l'enfant.
      9 La fille du pharaon lui dit : « Emporte cet enfant et allaite-le pour moi ; je te donnerai ton salaire. » La femme prit l'enfant et l'allaita.
      10 Quand il eut grandi, elle l'amena à la fille du pharaon et il fut un fils pour elle. Elle l'appela Moïse, « car, dit-elle, je l'ai retiré de l'eau. »
      11 Une fois devenu grand, Moïse sortit vers ses frères et vit leurs pénibles travaux. Il vit un Egyptien frapper un Hébreu, un de ses frères.
      12 Il regarda de tous côtés, vit qu'il n'y avait personne et tua l'Egyptien qu'il cacha dans le sable.
      13 Quand il sortit le jour suivant, il vit deux Hébreux se battre. Il dit à celui qui avait tort : « Pourquoi frappes-tu ton prochain ? »
      14 Cet homme répondit alors : * « Qui t'a établi chef et juge sur nous ? Est-ce pour me tuer que tu me parles, tout comme tu as tué l'Egyptien ? » Moïse eut peur et se dit : « L'affaire est certainement connue. »
      15 Le pharaon apprit ce qui s'était passé et il chercha à faire mourir Moïse, mais Moïse s'enfuit loin de lui et s'installa dans le pays de Madian. Il s'arrêta près d'un puits.
      16 Le prêtre de Madian avait sept filles. Celles-ci vinrent puiser de l'eau et elles remplirent les abreuvoirs pour faire boire le troupeau de leur père.
      17 Les bergers arrivèrent et les chassèrent. Alors Moïse se leva, prit leur défense et fit boire leur troupeau.
      18 Quand elles furent de retour chez Réuel, leur père, il demanda : « Pourquoi revenez-vous si vite aujourd'hui ? »
      19 Elles répondirent : « Un Egyptien nous a délivrées de la main des bergers ; il nous a même puisé de l'eau et a fait boire le troupeau. »
      20 Réuel dit à ses filles : « Où est-il ? Pourquoi avez-vous laissé cet homme ? Allez l'appeler pour qu'il vienne prendre un repas. »
      21 Moïse décida de s’installer chez cet homme, qui lui donna en mariage sa fille Séphora.
      22 Elle mit au monde un fils, qu'il appela Guershom « car, dit-il, je suis en exil dans un pays étranger. »
      23 Longtemps après, le roi d'Egypte mourut. Les Israélites gémissaient du fond de l'esclavage, ils poussaient des cris. Leurs appels montèrent du fond de l'esclavage jusqu'à Dieu.
      24 Dieu entendit leurs gémissements et se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob.
      25 Dieu vit les Israélites, il comprit leur situation.

      Juges 11

      24 Ce que ton Dieu Kemosh te donne à posséder, ne le possèdes-tu pas ? Et tout ce que l'Eternel, notre Dieu, a mis en notre possession devant nous, nous ne pourrions pas le posséder !

      Ruth 1

      2 Le nom de cet homme était Elimélec, celui de sa femme Naomi, et ses deux fils s'appelaient Machlon et Kiljon ; ils étaient éphratiens, de Bethléhem en Juda. Arrivés au pays de Moab, ils s'y établirent.
      15 Naomi dit à Ruth : « Tu vois, ta belle-sœur est retournée vers son peuple et vers ses dieux ; retourne chez toi comme elle ! »

      Jérémie 2

      2 « Va crier aux oreilles de Jérusalem : ‘Voici ce que dit l’Eternel : Je me souviens de ton attachement de jeune fille, de ton amour de jeune mariée. Tu me suivais alors dans le désert, sur une terre impossible à ensemencer.

      Jérémie 16

      13 Je vous expulserai de ce pays dans un pays inconnu aussi bien de vous que de vos ancêtres, et là vous servirez d’autres dieux jour et nuit, car je ne vous accorderai plus aucune faveur.’

      Osée 9

      10 J'ai trouvé Israël comme des raisins dans le désert, j'ai vu vos ancêtres comme les premiers fruits d'un figuier, mais ils sont allés vers Baal-Peor, ils se sont consacrés à l'infâme idole et ils sont devenus aussi détestables que l'objet de leur amour.

      Osée 10

      1 Israël était une vigne fertile qui produisait beaucoup de fruits. Plus ses fruits étaient abondants, plus il a multiplié les autels ; plus son pays était prospère, plus il a embelli les statues.

      Matthieu 6

      24 » Personne ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent.

      Luc 4

      8 Jésus lui répondit : « [Retire-toi, Satan ! En effet, ] il est écrit : C’est le Seigneur, ton Dieu, que tu adoreras et c’est lui seul que tu serviras. »

      Romains 3

      27 Où est donc la raison de se montrer fier ? Elle a été exclue. Par quelle loi ? Par celle des œuvres ? Non, par la loi de la foi.
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider