Dictionnaire Biblique de Top Bible

FAMILLE

Dans l'Ancien Testament.

Dans l'antiquité israélite, la polygamie était de pratique courante, comme du reste chez tous les peuples orientaux (Ge 4:19 28:9 29:15-30 37:2, Jug 8:30,2Sa 3:2-6 5:13 12:8,1Ro 11:3,2Ch 24:3). Les législations successives ne la prohibèrent jamais explicitement, mais des mesures indirectes (Ex 21:10, De 17:17 21:15), et surtout le développement de la piété monothéiste, sous l'influence des prophètes qui assimilaient volontiers à un mariage l'union de Dieu avec son peuple et considéraient l'idolâtrie comme une sorte d'infidélité conjugale (Os 2:2-20, Eze 16:8-19, Esa 62:4 et suivant), en amenèrent la diminution progressive et la disparition à peu près totale : il semble bien qu'après l'exil la monogamie a été de plus en plus, pour l'élite juive, puis pour le peuple, l'idéal du mariage (Pr 31:10-31, Tob 1:9 8:6-8, Suz. 2,7,63, Mt 18:25, Lu 1:5).

Aussi, à l'origine et pendant longtemps, la famille israélite fut-elle un groupement beaucoup plus considérable que la famille moderne, et peut-être plus important même que la gens romaine. La famille, ou plutôt, selon le terme en usage, la « maison » d'un particulier, comprenait en effet : ses femmes, qu'il avait épousées moyennant des présents en argent accordés à leurs pères (Ge 34:1 et suivant, Ex 22:16 et suivant, De 22:29), ou en échange d'un louage de services (Ge 29:18,27), ou enfin en récompense de quelque exploit fameux (Jos 15:16,1Sa 18:22-25) ; ses concubines (Ge 22:24 36:12, Jug 8:31,2Sa 21:11,1Ch 1:32), qui étaient des captives de guerre (No 31:11-18, Jug 5:30) ou qu'il avait acquises à prix d'argent (Ex 21:7 et suivant) ; ses enfants, nés des unes et des autres et dont le nombre était parfois élevé (Jug 10:4 12:9,14,2Ro 10:1) ; ses gendres et belles-filles avec leurs enfants ; ses enfants illégitimes (Jug 11:1-3) ; ses esclaves avec leurs femmes et enfants.

Les droits du mari étaient à peu près ceux d'un propriétaire, libre de disposer de son avoir à son gré : certaines limites précises étaient pourtant fixées à son bon plaisir. Bien que la femme ou la concubine fût, pour ainsi dire, son bien, le mari n'avait pas le droit de la vendre (Ex 21:8, De 21:14). L'une comme l'autre lui devaient une fidélité absolue, tandis que lui pouvait avoir des liaisons en dehors du foyer : il n'était considéré comme adultère et digne de mort que s'il entretenait des rapports avec une femme mariée ou une jeune fiancée (De 22:22-24, Le 20:10). Il avait seul l'initiative en matière de divorce, la femme ne pouvant être autorisée à dénoncer de son côté un contrat dont elle était l'objet et qui avait été conclu avec son père en dehors d'elle. Dès que le mari apercevait en sa femme « quelque chose de répréhensible », il pouvait la renvoyer (De 24:1). Toutefois son droit de répudier se trouvait prescrit à l'égard d'une femme s'il l'avait faussement accusée d'immoralité (De 22:13-19) ou s'il avait eu commerce avec elle avant de l'épouser (De 22:29). Il lui était, d'autre part, interdit de reprendre à son foyer une femme qui, répudiée d'abord par lui et ensuite mariée à un autre, était redevenue libre par un deuxième divorce ou par le veuvage (De 24:2-4).

L'autorité du père sur les enfants n'était pas loin d'être absolue : elle pouvait même aller, dans certains cas, jusqu'au droit de mort (Ge 38:21, Jug 11:29-40). Le père avait le pouvoir de choisir, pour ses fils, des femmes et, pour ses filles, des maris à sa convenance (Ge 24:3 28:1 et suivants) ; il lui était permis de vendre ses enfants, surtout ses filles, comme esclaves (Ex 21:7,2Ro 4:1, Ne 5:4 et suivant).

L'éducation des enfants reposait sur des principes très sévères et la loi prévoyait les châtiments les plus rigoureux pour les enfants indociles : selon les termes mêmes du Livre de l'Alliance, maudire son père ou sa mère entraînait la peine de mort (Ex 21:17). Au VII e siècle, le Deutéronome fixait la procédure de la mise en jugement des enfants indisciplinables et vicieux, qui étaient passibles de la lapidation (De 21:18-21). Au II e siècle avant l'ère chrétienne, le Siracide encourage encore les parents à la plus extrême sévérité à l'égard des enfants et surtout des filles (Sir 7:23 et suivant 30:1 - 13).

Les enfants des épouses et des concubines étaient, comme leurs mères, sur un pied d'égalité dans la maison ; ils figuraient les uns et les autres sur les tables généalogiques (Ge 36:12,1Ch 1:32) ; cependant, les premiers seuls avaient le droit d'héritage, les seconds pouvant tout au plus recevoir des présents de leur père (Ge 21:10 24:36 25:6, Jug 11:2).

Pour les crimes contre la famille, voir Crimes, délits et peines. --Voir Bertholet, Hist. Civ. Isr., p. 169ss.

Dans le Nouveau Testament.

Sur la famille, pas plus que sur d'autres sujets, Jésus n'a laissé un enseignement théorique et complet. On trouve cependant dans les Évangiles certaines paroles fondamentales et décisives. Ainsi il est certain que, sans se prononcer en termes formels contre la polygamie, Jésus l'a implicitement condamnée en sanctionnant de son autorité l'antique tradition relative à l'origine de l'humanité : à ses yeux, la monogamie est d'institution divine. Le mariage étant d'ailleurs pour lui un don si total des époux l'un à l'autre qu'ils ne font plus qu'une seule et même personne, il en résulte, d'une part, que la polygamie est exclue, et, d'autre part, que la famille n'est pas, comme dans le régime patriarcal, une sorte de monarchie absolue où la volonté du père faisait loi pour tous (Ge 1:27 2:18,22-24, Mt 19:4-6, Mr 10:6-8). D'un autre côté, « l'homme n'ayant pas le pouvoir de séparer ce que Dieu a uni », Jésus envisage le divorce comme une concession faite à la dureté de coeur de l'homme : il n'autorise, quant à lui, la répudiation que pour cause d'infidélité et il interdit au conjoint répudié de contracter un nouveau mariage (Mt 5:32 19:6-9 ; dans Mr 10:5-12 et Lu 16:18, l'interdiction du divorce est absolue). Pour le Christ, donc, l'union intime, profonde, indissoluble, du mari et de la femme est la base indispensable de la famille.

L'apôtre Paul, dans ses épîtres, aborde à plusieurs reprises les problèmes de l'ordre domestique ; les conseils qu'il est appelé à donner à ses lecteurs sur ce sujet procèdent d'une conception dans laquelle les rapports de subordination nécessaire dans la famille sont transfigurés à la lumière de l'amour mutuel. Il considère, à la suite de Jésus, la monogamie comme l'ordre normal (1Co 7:2) et voulu de Dieu qui, selon les mots de la Genèse auxquels l'apôtre se réfère, a créé l'homme et la femme pour qu'ils s'attachent l'un à l'autre et deviennent un seul être (Eph 5:31) ; il en souligne le caractère auguste et sacré en assimilant le mariage à l'union mystique du Christ avec l'Église (Eph 5:25,29,32) Les passages des épîtres pastorales (1Ti 3:2,12, Tit 1:6) ont en vue non la polygamie, comme si elle n'était proscrite que pour les seuls chefs de l'Église, mais les secondes noces, interdites à ces derniers pour des raisons de convenance. Dans la famille chrétienne, selon l'enseignement de saint Paul, il y a une hiérarchie indispensable : le mari est le chef de la femme (1Co 11:3, Eph 5:23) ; celle-ci lui doit par conséquent le respect (Eph 5:33) et la soumission, une soumission, non pas craintive, mais affectueuse et confiante, comme celle du fidèle pour le Christ (Eph 5:22,24, Col 3:18, Tit 2:5). En revanche, le mari ayant lui-même pour chef le Christ (1Co 11:3) ne doit pas faire de son autorité le despotisme : il doit l'exercer dans l'amour (Col 3:19) ; bien plus, le rôle véritable du mari est, non pas de dominer sur sa femme, mais, tout au contraire, de se dévouer totalement pour elle, à l'exemple du Christ qui s'est livré pour l'Église (Eph 5:25,30) ; au reste, « dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme » : (1Co 11:11) ils se complètent mutuellement et la subordination nécessaire de l'une à l'autre s'efface, ou du moins se tempère, dans la communion de leur vie spirituelle qui amène entre eux un échange continu de pensées, de vertus et d'assistance. De même, l'autorité du père sur les enfants ne peut pas être non plus une tyrannie : prenant son modèle, son soutien et son inspiration dans le Seigneur (Eph 6:4), elle doit se manifester dans le calme de manière à ne pas faire naître l'irritation et le découragement (Col 3:21). De leur côté, les enfants sont tenus au respect et à l'obéissance envers leurs parents : cela est normal et juste, dit l'apôtre (Eph 6:1) ; c'est d'ailleurs un devoir agréable et facile quand on est au Seigneur (Col 3:20) ; c'est, au surplus, une cause et une garantie de bonheur (Eph 6:2). Enfin pour que, dans la famille chrétienne, l'obéissance des serviteurs ne soit pas servile et de pure contrainte, mais cordiale et de bon aloi, l'apôtre demande que, loin d'être arbitraire et altière, l'autorité des maîtres soit humaine, juste, équitable, exempte de sévices et même de menaces. --En (Eph 6:5,9, Col 3:22-4:1) résumé, la famille idéale n'apparaît au grand apôtre des païens, ni comme une monarchie, ainsi que dans l'antiquité juive et païenne, ni comme une république, ainsi qu'elle tend de plus en plus à le devenir de nos jours, mais, peut-on dire, comme une harmonie, les rapports de subordination indispensable du chef et des membres s'exerçant, grâce a l'Esprit du Seigneur, qui est le vrai chef invisible du foyer, dans une atmosphère de bonne entente, de considération mutuelle et d'amour réciproque.

La même manière de voir se retrouve dans l'épître de Pierre, exposée avec moins de vigueur que sous la plume de saint Paul. Si la femme doit au mari obéissance et soumission, le mari, de son côté, est tenu envers elle à la douceur, parce qu'elle est d'un sexe plus faible, et au respect, parce qu'elle est appelée à hériter comme lui de la grâce de la vie. Le foyer normal d'ailleurs doit être un sanctuaire : il convient donc que rien dans les rapports des uns avec les autres ne puisse venir paralyser l'élan de la prière commune (1Pi 3:1-7).

Voir Éducation, Enfant, Femme, Mariage, etc.

Ch. K.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 1

      27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu. *Il créa l'homme et la femme.

      Genèse 2

      18 L'Eternel Dieu dit : « Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis. »
      22 L'Eternel Dieu forma une femme à partir de la côte qu'il avait prise à l'homme et il l'amena vers l'homme.

      Genèse 4

      19 Lémec prit deux femmes. L'une s’appelait Ada, l'autre Tsilla.

      Genèse 21

      10 Alors elle dit à Abraham : * « Chasse cette esclave et son fils, car le fils de cette esclave n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac. »

      Genèse 22

      24 Sa concubine, appelée Réuma, a aussi mis au monde Thébach, Gaham, Tahash et Maaca. »

      Genèse 24

      3 et je vais te faire jurer au nom de l'Eternel, le Dieu du ciel et le Dieu de la terre, de ne pas prendre pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j'habite,
      36 Sara, la femme de mon seigneur, a donné dans sa vieillesse un fils à mon seigneur et il lui a fait don de tout ce qu'il possède.

      Genèse 25

      6 Quant aux fils de ses concubines, il leur fit des cadeaux et il les envoya de son vivant loin de son fils Isaac, vers l'est, dans un pays d'Orient.

      Genèse 28

      1 Isaac appela Jacob, le bénit et lui ordonna : « Tu ne prendras pas une femme cananéenne.
      9 et il alla trouver Ismaël. Il prit pour femme, en plus des femmes qu'il avait, Mahalath, qui était la fille d'Ismaël, le fils d'Abraham, et la sœur de Nebajoth.

      Genèse 29

      15 puis ce dernier lui dit : « Parce que tu fais partie de ma parenté, devrais-tu me servir pour rien ? Dis-moi quel sera ton salaire. »
      18 Jacob aimait Rachel. Il dit donc : « Je te servirai 7 ans pour Rachel, ta fille cadette. »
      27 Termine la semaine avec celle-ci et nous te donnerons aussi l'autre pour le service que tu feras encore chez moi pendant sept nouvelles années. »

      Genèse 34

      1 Dina, la fille que Léa avait donnée à Jacob, sortit pour voir les filles du pays.

      Genèse 36

      12 Thimna était la concubine d'Eliphaz, le fils d'Esaü ; elle donna à Eliphaz Amalek. Voilà quels sont les descendants d'Ada, la femme d'Esaü.

      Genèse 37

      2 Voici la lignée de Jacob. A l'âge de 17 ans, Joseph prenait soin du troupeau avec ses frères. Le garçon était en compagnie des fils de Bilha et de Zilpa, les femmes de son père, et il rapportait leurs mauvais propos à leur père.

      Genèse 38

      21 Il interrogea les habitants de l'endroit en disant : « Où est la prostituée qui se tenait à Enaïm, sur le chemin ? » Ils répondirent : « Il n'y a jamais eu ici de prostituée sacrée. »

      Exode 21

      2 Si tu achètes un esclave hébreu, il servira six années, mais la septième il sortira libre, sans rien payer.
      7 » Si un homme vend sa fille comme esclave, elle ne sortira pas libre comme le font les esclaves de sexe masculin.
      8 Si elle déplaît à son maître alors qu’il avait pensé la prendre pour femme, celui-ci facilitera son rachat ; mais il n'aura pas le droit de la vendre à des étrangers, ce serait la trahir.
      10 S'il prend une autre femme, il ne supprimera rien à la nourriture, aux vêtements et au droit conjugal de la première.
      17 * » Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.

      Exode 22

      16 Si le père refuse de la lui accorder en mariage, il paiera en argent la valeur de la dot des jeunes filles vierges.

      Lévitique 20

      10 Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s'il commet un adultère avec la femme de son prochain, l'homme et la femme adultères seront punis de mort.

      Nombres 31

      11 Ils prirent tout le butin et toutes les prises de guerre, tant personnes que bêtes,
      12 et ils amenèrent les prisonniers, les prises de guerre et le butin à Moïse, au prêtre Eléazar et à l'assemblée des Israélites. Ceux-ci campaient dans les plaines de Moab près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho.
      13 Moïse, le prêtre Eléazar et tous les princes de l'assemblée sortirent du camp à leur rencontre.
      14 Moïse s'irrita contre les commandants de l'armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines qui revenaient de l'expédition.
      15 Il leur dit : « Comment ! Vous avez laissé la vie à toutes les femmes !
      16 Ce sont justement elles qui, sur le conseil de Balaam, ont entraîné les Israélites à commettre l'infidélité envers l'Eternel, dans l'affaire de Peor ; alors un fléau a éclaté dans l'assemblée de l'Eternel.
      17 Maintenant, tuez tout garçon parmi les petits enfants et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui.
      18 Mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n'ont pas connu le lit d'un homme.

      Josué 15

      16 Caleb dit : « Je donnerai ma fille Acsa en mariage à celui qui battra Kirjath-Sépher et s’en emparera. »

      Juges 5

      30 ‘N’est-ce pas parce qu’ils trouvent du butin ? N’est-ce pas parce qu’ils se le partagent ? #Une jeune fille, deux jeunes filles par homme, #du butin en vêtements de couleur pour Sisera, #du butin en vêtements de couleur brodés, #un vêtement de couleur, deux vêtements brodés #pour le cou du vainqueur ?’

      Juges 8

      30 Gédéon eut 70 fils, tous issus de lui, car il eut plusieurs femmes.
      31 Sa concubine, qui résidait à Sichem, lui donna aussi un fils, qu’on appela Abimélec.

      Juges 10

      4 Il avait 30 fils, qui montaient sur 30 ânons et qui possédaient 30 villes, appelées aujourd'hui encore « bourgs de Jaïr » et situées dans le pays de Galaad.

      Juges 11

      1 Jephthé le Galaadite était un vaillant guerrier. Il était le fils d'une prostituée et son père était un certain Galaad.
      2 La femme de Galaad lui donna des fils qui, devenus grands, chassèrent Jephthé et lui dirent : « Tu n’auras pas d’héritage dans la famille de notre père, car tu es le fils d'une autre femme. »
      3 Jephthé s'enfuit loin de ses frères et habita dans le pays de Tob. Des vauriens se rassemblèrent à ses côtés, et ils faisaient avec lui les expéditions guerrières.
      29 L'Esprit de l'Eternel reposa sur Jephthé. Il traversa Galaad et Manassé, puis il passa à Mitspé de Galaad. De là, il marcha contre les Ammonites.
      30 Jephthé fit un vœu à l'Eternel. Il dit : « Si tu livres les Ammonites entre mes mains,
      31 toute personne qui, à mon heureux retour de chez les Ammonites, sortira de chez moi pour venir à ma rencontre appartiendra à l'Eternel, et je l'offrirai en holocauste. »
      32 Jephthé marcha contre les Ammonites et l'Eternel les livra entre ses mains.
      33 Il leur infligea une très grande défaite, depuis Aroër jusque vers Minnith, espace qui comptait 20 villes, et jusqu'à Abel-Keramim. Les Ammonites furent humiliés devant les Israélites.
      34 Jephthé retourna chez lui à Mitspa. Et voici que sa fille sortit à sa rencontre avec des tambourins et des danses. C'était son seul enfant : il n'avait pas de fils et pas d'autre fille.
      35 Dès qu'il la vit, il déchira ses vêtements et dit : « Ah ! ma fille ! Tu me jettes dans l'abattement, tu fais partie de ceux qui me troublent ! J'ai fait un vœu à l'Eternel et je ne peux revenir en arrière. »
      36 Elle lui dit : « Mon père, si tu as fait un vœu à l'Eternel, traite-moi conformément à tes paroles, maintenant que l'Eternel t'a vengé de tes ennemis, des Ammonites. »
      37 Elle dit encore à son père : « Accorde-moi seulement ceci : laisse-moi partir pendant deux mois ! Je m'en irai, je me rendrai dans les montagnes et j’y pleurerai ma virginité avec mes compagnes. »
      38 Jephthé répondit : « Vas-y ! » et il la laissa partir pour deux mois. Elle s'en alla avec ses compagnes et pleura sa virginité sur les montagnes.
      39 Au bout des deux mois, elle revint vers son père et il accomplit sur elle le vœu qu'il avait fait. Elle n'avait pas eu de relations avec un homme. Il y eut depuis lors une prescription en Israël :
      40 tous les ans, 4 jours par an, les filles d'Israël s'en vont célébrer la fille de Jephthé le Galaadite.

      Juges 12

      2 Jephthé leur répondit : « Nous avons eu de grands sujets de querelle, mon peuple et moi, avec les Ammonites et, quand je vous ai appelés à l’aide, vous ne m'avez pas délivré d’eux.
      9 Il eut 30 fils, il maria 30 filles à l’extérieur de sa tribu et il fit venir pour ses fils 30 filles d’autres tribus. Il fut juge en Israël pendant 7 ans.
      14 Il eut 40 fils et 30 petits-fils, qui montaient sur 70 ânons. Il fut juge en Israël pendant 8 ans.

      1 Samuel 18

      22 Saül donna l’ordre suivant à ses serviteurs : « Parlez en secret à David et dites-lui : ‘Le roi a de l’affection pour toi et tous ses serviteurs t'aiment. Deviens maintenant son gendre !’ »
      23 Les serviteurs de Saül répétèrent ces paroles à David et il répondit : « Croyez-vous qu'il soit facile de devenir le gendre du roi ? Je ne suis qu’un homme pauvre, sans importance. »
      24 Les serviteurs de Saül lui rapportèrent ce qu'avait répondu David.
      25 Saül dit : « Voici comment vous parlerez à David : ‘Le roi ne réclame aucune dot. Toutefois, il désire 100 prépuces de Philistins pour être vengé de ses ennemis.’ » Saül avait le projet de faire tomber David entre les mains des Philistins.

      2 Samuel 3

      2 David eut des fils à Hébron. Son aîné fut Amnon, qu’il eut d'Achinoam de Jizreel ;
      3 le deuxième fut Kileab, d'Abigaïl de Carmel, la femme de Nabal ; le troisième, Absalom, fils de Maaca, elle-même fille de Talmaï, roi de Gueshur ;
      4 le quatrième, Adonija, fils de Haggith ; le cinquième, Shephathia, fils d'Abithal ;
      5 le sixième, Jithream, de sa femme Egla. Tels sont les fils que David eut à Hébron.
      6 Durant la guerre entre la famille de Saül et celle de David, Abner avait tenu ferme pour la famille de Saül.

      2 Samuel 21

      11 On informa David de ce qu'avait fait Ritspa, fille d'Ajja et concubine de Saül.

      1 Chroniques 1

      32 Fils de Ketura, la concubine d'Abraham : elle mit au monde Zimran, Jokshan, Medan, Madian, Jishbak et Shuach. Fils de Jokshan : Séba et Dedan.

      2 Chroniques 24

      3 Ce dernier prit deux femmes pour Joas, et il eut des fils et des filles.

      Néhémie 5

      4 D'autres encore disaient : « Nous avons dû emprunter de l'argent en hypothéquant nos champs et nos vignes pour payer le tribut du roi.

      Proverbes 31

      10 Qui trouvera une femme de valeur ? Elle vaut bien plus que des perles.
      11 Le cœur de son mari a confiance en elle, et c’est tout bénéfice pour lui.
      12 Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie.
      13 Elle se procure de la laine et du lin et travaille d'une main joyeuse.
      14 Pareille à un navire marchand, elle rapporte ses provisions de loin.
      15 Elle se lève alors qu'il fait encore nuit, et elle donne la nourriture à sa famille et ses ordres à ses servantes.
      16 Elle pense à un champ, et elle l'achète. Avec le fruit de son travail elle plante une vigne.
      17 Avec la force en guise de ceinture, elle affermit ses bras.
      18 Elle constate que ce qu'elle gagne est bon. Sa lampe ne s'éteint pas pendant la nuit :
      19 elle file elle-même la laine, elle tisse elle-même les habits.
      20 Elle ouvre ses bras au malheureux, elle tend la main au pauvre.
      21 Elle ne redoute pas la neige pour sa famille, car chacun y est habillé de cramoisi.
      22 Elle se fait des couvertures, elle a des habits en fin lin et en pourpre.
      23 Son mari est reconnu aux portes de la ville, lorsqu'il siège avec les anciens du pays.
      24 Elle fait des chemises et les vend, et elle livre des ceintures au marchand.
      25 La force et l'honneur, voilà ce qui l’habille. Elle rit en pensant à l'avenir.
      26 Elle ouvre la bouche avec sagesse et un enseignement plein de bonté est sur sa langue.
      27 Elle veille à la bonne marche de sa maison, elle ne mange pas le pain de la paresse.
      28 Ses fils se lèvent et la disent heureuse, son mari aussi, et il chante ses louanges :
      29 « Bien des femmes font preuve de valeur, mais toi, tu leur es à toutes supérieure. »
      30 La grâce est trompeuse et la beauté est illusoire ; c'est de la femme qui craint l'Eternel qu’on chantera les louanges.
      31 Donnez-lui du fruit de son travail et qu'aux portes de la ville ses œuvres fassent son éloge !

      Esaïe 62

      4 On ne t’appellera plus « abandonnée », on ne dira plus à ta terre « dévastation », mais on t’appellera « mon plaisir est en elle » et l’on appellera ta terre « mariée », car l'Eternel prend plaisir en toi et ta terre aura un mari.

      Ezéchiel 16

      8 Je suis passé près de toi et je t’ai regardée : tu étais en âge d’aimer. J’ai étendu sur toi le pan de mon habit, j’ai couvert ta nudité et je me suis engagé envers toi. Je suis entré dans une relation d’alliance avec toi, déclare le Seigneur, l'Eternel, et tu as été à moi.
      9 » Je t’ai lavée dans l'eau, j’ai fait disparaître le sang qui était sur toi et je t’ai parfumée avec de l'huile.
      10 Je t’ai habillée avec des vêtements brodés et chaussée avec du cuir fin ; je t’ai mis un bandeau de fin lin et je t’ai drapée de soie.
      11 Je t’ai parée de bijoux : j’ai mis des bracelets à tes poignets, un collier à ton cou,
      12 un anneau à ton nez, des boucles à tes oreilles et une couronne magnifique sur ta tête.
      13 Ainsi, tu étais parée d'or et d'argent et tu étais habillée de fin lin, de soie et d'étoffes brodées. Tu te nourrissais de fleur de farine, de miel et d'huile. Tu étais devenue extrêmement belle et tu as prospéré au point de devenir un royaume.
      14 On a commencé à parler de toi parmi les nations, à cause de ta beauté. En effet, elle était parfaite grâce à la splendeur dont je t'avais ornée, déclare le Seigneur, l'Eternel.
      15 » Cependant, tu as placé ta confiance dans ta beauté et tu t'es appuyée sur ta réputation pour te prostituer. Tu as entraîné tous les passants à se prostituer avec toi, tu as été à eux.
Afficher tous les 177 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider