Dictionnaire Biblique de Top Bible

GLOIRE

(hébreu kdbod ; grec doxà). Terme fréquemment employé, dans des sens assez différents. Le terme hébreu dérive d'une racine qui exprime l'idée de pesanteur ; ce rapprochement entre le poids et la gloire a été fait par l'apôtre Paul (2Co 4:17, un poids éternel de gloire). De là découle un premier sens : ce qui recouvre, d'où ornement, parure. Exemples : Mt 6:29, Salomon dans toute sa gloire, c-à-d, revêtu de ses ornements royaux ; Esa 35:2, la gloire du Liban, les forêts de cèdres qui couvrent ses pentes ; Ps 49:17, la gloire d'une maison ; Mt 4:8, Ap 21:26, la gloire des royaumes, des nations, leurs richesses. La chevelure est la gloire de la femme (1Co 11:15) ; la force est la gloire des jeunes gens (Pr 20:29) ; les pères sont la gloire des enfants (Pr 17:8) ; Jéhovah est la gloire d'Israël (Jer 2:11).

De l'idée de richesse et de parure, de ce qui donne de l'éclat, nous en arrivons à l'éclat lui-même. La gloire de Dieu est considérée tout d'abord comme le rayonnement qui se dégage de sa personne, rayonnement qui éblouit, aveugle et inspire à tous crainte, respect, admiration et adoration ; Ézéch, 1:28, une splendeur semblable à celle de l'arc dans la nuée, telle était sa gloire ; Ex 24:17, sa gloire semblait un feu dévorant ; c'est cet éclat qui empêchera Moïse de contempler la face de Jéhovah car nul ne peut la contempler et vivre (Ex 33:18,20). Cf. Lu 2:9, Ac 7:55, Ap 21:23.

Encore un pas, de cette manifestation en quelque sorte physique de la splendeur divine nous arrivons a une conception purement spirituelle : la gloire de Dieu, c'est l'éclat de ses perfections infinies, la révélation de sa sainteté, de sa puissance, de son amour ; et c'est ainsi que si l'homme ne peut contempler cette gloire face à face, du moins elle pourra lui apparaître comme réfléchie par un miroir (2Co 3:18). La gloire divine nous est en effet révélée par l'oeuvre créatrice (Ps 19:2) et en particulier par l'homme formé à l'image de Dieu (2Co 11:7) ; elle transparaît dans les manifestations de sa justice souveraine (Esa 24:23), dans cette sainteté qu'aucune souillure ne saurait atteindre (Esa 6:3), dans son amour rédempteur manifesté en Jésus-Christ (Jn 1:14, Heb 1:3). Chaque étape de l'histoire d'Israël, si pleine de bénédictions et de délivrances, porte comme l'empreinte de la gloire divine. Elle couronne le Sinaï (Ex 24:16), demeure unie aux tables de la loi enfermées dans l'arche (Ps 78:61) ; elle est dans la nuée qui guide la marche au désert (No 14:22), elle remplit le temple (2Ch 7:1), plane sur Sion (Za 2:5).

En Christ, le Seigneur de gloire (1Co 2:8, Jas 2:1), elle ne cesse de se manifester, par sa sainteté (Jn 17:4), ses miracles (Jn 2:11 11:4), lors de sa transfiguration (2Pi 1:17), par sa résurrection (Ro 6:4), et lors du jugement qu'il présidera dans la majesté royale et avec les prérogatives divines (Mt 16:27 25:31). Une autre expression : rendre gloire, ou donner gloire à Dieu (Ro 14:11), signifie : louer, célébrer ses perfections, lui rendre honneur. Le mot grec doxa =renommée, honneur, rend parfaitement le sens à donner au terme gloire dans cette expression fort courante (voir Doxologie). Rendre gloire à Dieu, c'est reconnaître tout d'abord qu'à Lui seul doivent revenir nos hommages (1Ti 1:17), et que c'est à Lui seul que nous sommes redevables de toute grâce (Jn 9:24). Mettre son espoir dans les choses qui viennent du monde, c'est rechercher une vaine gloire (Ga 5:26), gloire qui bientôt sera enlevée (Os 4:7), gloire qui trompe ceux qui s'y confient : (Esa 20:5) toute gloire appartient à l'Éternel, et doit être cherchée en Lui (Jn 5:44,1Th 2:6). Rendre gloire à Dieu ou le glorifier, c'est aussi, à l'exemple du Sauveur, refléter sa gloire en notre propre vie, par nos oeuvres. C'est ainsi que Pierre sera appelé à glorifier Dieu par sa mort (Jn 21:19, cf. 1Co 6:20, Eph 1:12).

La gloire enfin c'est l'état de béatitude dans lequel se trouve Dieu, c'est la splendeur du ciel, récompense promise aux bons serviteurs que le Maître invitera à entrer dans sa joie (Mt 25:21). Cette gloire, héritage promis aux fidèles, Jésus la possédait avant son incarnation (Jn 17:5), elle lui a été rendue après son ascension (Lu 24:26) ; c'est par Jésus que nous sommes appelés à en posséder l'héritage (2Ti 2:10, Col 3:4, Ro 5:2) ; notre corps même participera à cette glorification (1Co 15:43).

Dans Ps 16:9 30:12 57:9, l'hébreu kâbod est rendu dans nos traductions par coeur (Sg.), âme (Vers. Syn.), ou langue (Calvin, Comment, sur Ps.), sans doute parce que l'âme est l'élément supérieur de la personnalité, le reflet de la gloire divine, et la langue l'instrument qui sert à glorifier Dieu. Quant à la dénomination mystérieuse : les Gloires (Jude 8,2Pi 2:11), elle désigne les créatures de l'ordre le plus élevé, c-à-d, les anges. P. B. -M.

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Les différentes versions
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Versets relatifs

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...