Dictionnaire Biblique de Top Bible

HEURE

Pour la division du jour en heures, voir Temps. Dans l'A.T., c'est le mot hébreu très général èth =temps, qui exprime l'idée d'heure, même dans la locution courante « demain à pareille heure » (Ex 9:18,1Sa 9:16 20:12,1Ro 19:2 etc.). Dans le N.T., c'est le mot grec hôra qui peut désigner, suivant les cas, toute période, jour ou nuit, partie de mois, saison, année, ou même durée, aussi bien qu'une heure précise ou un moment convenable ; de même le grec kaïros, dans Jn 7:6,8, etc. La notion d'heure est donc assez indéterminée et variable, d'autant que pour les anciens les moyens de l'enregistrer étaient fort approximatifs.

Le Christ du quatrième évangile, par l'expression répétée : « L'heure vient », plusieurs fois suivie de la précision : « et elle est déjà venue », fait allusion au régime nouveau que son ministère inaugure dans le monde, régime tout spirituel, quant au culte (appel à la Samaritaine : Jn 4:21,23), quant à la vie des croyants (appel aux Juifs : Jn 5:25,28), quant à l'épreuve de leur foi (appel aux disciples : Jn 16:2,25-32). Une expression analogue dans le même évang, comporte un sens beaucoup plus limité : comme le Christ parle de la future mère qui voit « son heure venue » --l'heure douloureuse de l'enfantement (Jn 16:21) --, de même il parle trois fois de la venue de « son heure » à lui (Jn 2:4 12:23 17:1), et trois fois l'évangéliste en parle aussi (Jn 7:30 8:20 13:1). Il s'agit de l'heure de sa manifestation de Messie, glorieuse dans la douleur ; cette heure n'est pas celle de son choix, mais celle qu'aura choisie le Père. Dans l'épisode de Jn 12:20,32, lorsque des Grecs pieux viennent à lui, le Seigneur s'émeut en pensant aux conditions tragiques de l'heure qui « est venue » : celle de sa glorification (verset 23), de son élévation destinée à attirer tous les hommes ; son trouble s'exprime en un dialogue avec lui-même : « Maintenant mon âme est troublée ; et que dirai-je ? Père, délivre-moi de cette heure ! Mais c'est pour cela même que je suis venu jusqu'à cette heure ! Père, glorifie ton nom ! » (verset 27 et suivant). Cette traduction, la plus probable, montre bien l'opposition entre la voix de la nature, si Jésus la laissait parler : « Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? » et la voix de l'Esprit et de sa vocation : « Mais c'est pour cela même que je suis venu jusqu'à cette heure ! » puis la solution de la crise dans la prière confiante : « Père, glorifie ton nom ! » Pour certains critiques, l'évangéliste attribuerait ici à Jésus la répudiation de la prière même que lui prête Marc (Mr 14:35) en Gethsémané, parce que son agonie, rapportée par les évangiles synopt., aurait paru à ce quatrième évangéliste incompatible avec sa conception du Christ (Bbl. Cent.) ; F. Godet nous paraît plus psychologue quand il voit dans cette scène « le prélude de celle de Gethsémané ; seulement, dans cette dernière, Jésus, au comble de l'angoisse, pousse réellement le cri devant lequel il s'arrête ici. Cette nuance délicate, conforme à la différence des deux situations, prouve le caractère strictement historique de chacune d'elles... Admirons la gradation entre Lu 12:49 et suivant, Jn 12:27 et la scène de Gethsémané, gradation qui peint si naturellement l'émotion croissante avec laquelle Jésus s'approchait lentement de la croix ». (Comment, sur Jn, III, pp. 279-283.)

Les synoptiques montrent en effet, eux aussi, cette approche de « l'heure » : celle où les disciples n'ont pu veiller (Mr 14:37, Mt 26:40), celle qui est venue avec le disciple traître (Mr 14:41 et suivant, Mt 26:45), celle que le Maître dénonce aux prêtres responsables comme « leur heure », où se déchaîne « la puissance des ténèbres » (Lu 22:58). D'ailleurs, les synoptiques n'ignorent pas non plus l'heure de l'élévation du Seigneur après celle de son sacrifice : tandis que l'évangile spirituel a annoncé sa « glorification » (Jn 13:1 17:1 etc.), eux ont conservé l'annonce de « l'heure » future, solennelle entre toutes, celle où le Fils de l'homme viendra (Mt 24:43,50 Lu 12:39,46). le point précis du temps qu'elle marquera, nul ne le sait, que Dieu, le seul Maître de l'heure ; d'où le devoir pour les croyants d'être prêts, dans la vigilance et le fidèle service (Mr 14:32 et suivants et parallèle, Mt 25:13). Le voyant de l'Apocalypse s'inspire de ces exhortations du Maître quand il annonce, non seulement l'heure de l'épreuve (Ap 3:10), mais aussi celle de sa venue (Ap 3:3), de ses châtiments (Ap 9:15) et du jugement (Ap 14:7). L'apocryphe Siracide, qui parle quelque part de la mort comme de « l'heure du compte à rendre » (18:20), clôt son livre par une parole prophétique lorsqu'il conclut : « Accomplissez votre tâche avant l'heure (par où il entend : l'heure dernière), et Dieu vous donnera votre récompense, à Son heure ! » (51:30). Jn L.

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Les différentes versions
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Versets relatifs

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
The city harmonic We are
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...