Dictionnaire Biblique de Top Bible

MAGNIFICAT

Premier mot et nom latin liturgique, d'après la Vulgate (Magnificat anima mea Dominum =mon âme magnifie le Seigneur), dif éantique chanté par Marie (Lu 1:46-55) après la salutation de sa parente Elisabeth, qu'elle visite à la suite de l'Annonciation (1:26,45). Trois manuscrits de l'ancienne Version Latine (des IV e, V e et VII° siècle) l'attribuent à Elisabeth et non à Marie (verset 46), et cette variante était connue déjà d'Irénée, d'Origène, peut-être de Jérôme.

On peut, à vrai dire, invoquer quelques considérations en sa faveur :

le Magnificat est fortement inspiré du cantique d'Anne (1Sa 2), dont l'exultation à l'annonce d'une maternité longtemps désirée correspond mieux à la situation d'Elisabeth qu'à celle de Marie ;

c'est d'Elisabeth qu'il est dit qu'elle « fut remplie du Saint-Esprit » (verset 41), comme Zacharie avant de prophétiser (verset 67) ;

le grec du verset 56 dit : « Marie demeura avec elle », pronom qui se trouve très loin du nom d'Elisabeth (verset 41) si ce n'est pas celle-ci qui a gardé la parole du verset 42 jusqu'au v. 55 ; etc.

L'attribution du Magnificat à Marie, presque unanime dans les manuscrits et la tradition, n'en reste pas moins la plus vraisemblable :

son chant fait de nombreuses allusions à des passages de l'A. T, autres que le cantique d'Anne, et n'emprunte pas à ce dernier, précisément, la mention de la femme stérile qui va enfanter (1Sa 2:5) ;

si la salutation d'Elisabeth comme le cantique de Zacharie sont prononcés par des croyants « remplis du Saint-Esprit », cette indication n'est pas plus indispensable pour le Magnificat de Marie qu'elle ne le sera pour le Nunc dimittis (voir art.) de Siméon (Lu 2:25-32) ;

la déclaration de Marie : « Tous les âges m'appelleront bienheureuse » (verset 48) paraît faire écho à celle d'Elisabeth à son sujet : « Bienheureuse est celle qui a cru » (verset 45) ;

il eût été peu naturel qu'après avoir répondu dans un esprit de parfaite confiance à l'annonciation de l'ange (verset 34,38) Marie fût restée sans réponse à la salutation de sa parente, et la joie sereine de son cantique est exactement, semble-t-il, dans le ton que pouvait le mieux lui inspirer l'enthousiasme d'Elisabeth faisant l'éloge de sa foi.

Le Magnificat est en effet la majestueuse effusion d'un intense bonheur, mais dans la profonde humilité d'une fidèle servante du Seigneur. S'il fait penser au cantique d'Anne, il est infiniment plus religieux. Rien sur la naissance annoncée ni sur la situation personnelle de la future mère, soit comme privilège soit comme opprobre ; (cf. Mt 1:18 et suivant) le mot de saint Ignace sur « le Verbe issu du silence » demeure vrai. Comme les simples croyants dont la connaissance de la Bible est la seule culture expriment volontiers leurs grandes émotions dans les termes scripturaires dont s'est tissée leur vie intérieure consciente et subconsciente, ainsi la pieuse Marie à cette minute d'exaltation se répand en citations de l'A. T, et des Apocryphes, qu'avec tous les Juifs fidèles elle possédait de mémoire depuis l'enfance. En foule se pressent les réminiscences de l'Écriture, non point seulement de 1Sa 2, mais aussi de Job, Deut., Es., Mich., etc. et surtout des Psaumes (voir une Bible à parallèles), peut-être encore d'autres écrits juifs comme les 18 Bénédictions de la Synagogue (1re parallèle v. 54 et suivant, 2 e parallèle v. 49, 12 e parallèle v.), pour célébrer en Dieu le Sauveur. Ce chant peut être analysé en 4 brèves strophes :

Marie rend grâces (verset 46,47) : en son âme et son esprit, c'est-à-dire le for intérieur le plus intime et la personnalité tout entière qui proclament avec joie la grandeur du Dieu qui sauve ;

Marie objet de grâce (verset 48,49) : pauvre villageoise, elle reçoit un honneur divin suprême, les « grandes choses » du Tout-Puissant (cf. Ses « exploits » dans les Ps 71:16,19, etc.), ineffable bienfait qui sera toujours célébré ; (cf. Ge 30:13, Lu 1:4 11:27)

Dieu répare l'injustice (verset 50,53) : parce que saint et miséricordieux pour les siens, il va :

(a) manifester sa puissance en dispersant les orgueilleux,

(b) détrôner les grands en élevant les petits,

(c) rassasier les meurt-de-faim et rejeter les opulents ;

Dieu vient secourir Israël (verset 54,55) : avènement des temps messianiques, préparés dès longtemps par sa miséricorde et par ses prophéties, et qui vont ouvrir une ère éternelle.

Comme ceux de Zacharie et de Siméon, le cantique de Marie dépasse nettement le judaïsme, mais sans complètement atteindre l'Évangile. Il sonne la révolte de la conscience contre les iniquités sociales (principalement la 3 e strophe), en des termes analogues à ceux de nombreux Psaumes, ou de protestations juives comme l'ouvrage Pseudépigraphe des Psaumes de Salomon (p. ex. 5:13 et suivant), et cela sans leur prendre leur exclusivisme national et leurs accents vindicatifs ; aucune autre prophétie d'Israël ne montre l'accomplissement des promesses aussi prochain, presque immédiat. Mais le Magnificat fait encore moins de place que le Benedictus et le Nunc dimittis à la personne du Sauveur : aucun titre, aucun fait ne précise à l'avance les mystères de son être, sa vie, sa mort, sa victoire ou son oeuvre.

Cet hymne apparaît comme le produit d'un moment de transition bien déterminé, au crépuscule de l'ancienne dispensation mais avant l'aube de la nouvelle (d'après H.P. Liddon, The Magnificat, 1889). C'est ce qui nous empêche d'y voir une oeuvre plus tardive, un cantique de l'Église chrétienne primitive reporté par la suite dans l'évangile de l'enfance (Weiszajcker ; voir Marie, parag. 2) : comment l'Église se fût-elle contentée, dans le bouillonnement de son témoignage missionnaire au Crucifié Ressuscité, d'aussi vagues déclarations messianiques de la part de la mère elle-même du Seigneur Jésus ? Et l'explication psychologique indiquée plus haut pour rendre compte de ce genre lyrique composé d'une mosaïque de textes sacrés, nous dispense de chercher si cette composition n'en remonterait pas seulement à l'évangéliste lui-même : certes, sa langue grecque a récrit l'original araméen, à travers lequel certains critiques croient même pouvoir retrouver le sens féminin, maternel ; mais le fond du cantique porte la marque de sa date : « Lorsque les temps furent accomplis, Dieu envoya son Fils, né d'une femme... » (Ga 4:4). Le Magnificat, sublime chant de l'Incarnation, est au seuil de l'Évangile, antérieur à Jésus-Christ.

Il est entré dans les anciennes liturgies de l'Église : cantique du matin en Orient ; quelque temps aussi en Occident avec le Gloria (voir ce mot), il y fut ensuite introduit dans les offices du soir, aux Vêpres. Jn L.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 30

      13 Léa dit : « Que je suis heureuse ! Oui, les femmes me diront heureuse. » Et elle l'appela Aser.

      Exode 5

      13 Les inspecteurs insistaient : « Terminez votre tâche, chaque jour la tâche journalière, comme quand il y avait de la paille. »

      1 Samuel 2

      1 Anne fit cette prière : « Mon cœur se réjouit en l'Eternel, #ma force a été relevée par l'Eternel. #Ma bouche s'est ouverte contre mes ennemis, #car je me réjouis de ton secours. #
      2 Personne n'est saint comme l'Eternel. #Il n'y a pas d'autre Dieu que toi, #il n'y a pas de rocher pareil à notre Dieu.
      3 » Ne prononcez plus de paroles hautaines ! #Que l'arrogance ne sorte plus de votre bouche, #car l'Eternel est un Dieu qui sait tout #et qui pèse la valeur de toutes les actions.
      4 » L'arc des puissants est brisé, #et les faibles ont la force pour ceinture. #
      5 Ceux qui étaient rassasiés se louent pour du pain, #et ceux qui étaient affamés se reposent. #Même la stérile accouche sept fois, #et celle qui avait beaucoup d'enfants devient flétrie.
      6 » L'Eternel fait mourir et il fait vivre, #il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter. #
      7 L'Eternel appauvrit et il enrichit, #il abaisse et il élève. #
      8 De la poussière il retire le pauvre, #du fumier il relève le faible, #pour les faire asseoir avec les grands, #et il leur donne en possession un trône de gloire. » Oui, c’est à l'Eternel qu’appartiennent les fondements de la terre, #et c'est sur eux qu'il a établi le monde. #
      9 Il gardera les pas de ses bien-aimés, #tandis que les méchants seront réduits au silence dans les ténèbres. #En effet, l'homme ne triomphera pas par la force.
      10 » Les ennemis de l'Eternel trembleront. #Du haut du ciel il fera gronder son tonnerre contre eux. #L'Eternel jugera les extrémités de la terre. #Il donnera la puissance à son roi #et il relèvera la force de celui qu’il a désigné par onction. »
      11 Elkana repartit chez lui à Rama et l'enfant resta au service de l'Eternel devant le prêtre Eli.
      12 Les fils d'Eli étaient des vauriens qui ne connaissaient pas l'Eternel.
      13 Voici quelle était la manière d'agir de ces prêtres envers le peuple : lorsque quelqu'un offrait un sacrifice, le serviteur du prêtre arrivait au moment où l'on faisait cuire la viande ; tenant à la main une fourchette à trois dents,
      14 il piquait dans le récipient, dans le chaudron, dans la marmite ou dans le pot, et tout ce que la fourchette ramenait, le prêtre le prenait pour lui. Voilà comment ils agissaient vis-à-vis de tous les Israélites qui venaient à Silo.
      15 Avant même qu'on ne fasse brûler la graisse, le serviteur du prêtre arrivait et disait à celui qui offrait le sacrifice : « Donne de la viande à rôtir pour le prêtre ; il n’acceptera de ta part aucune viande cuite, c'est de la viande crue qu'il veut. »
      16 Si l'homme lui disait : « Quand on aura brûlé la graisse, tu prendras ce qui te plaira », le serviteur répondait : « Non ! Donne-la maintenant, sinon je la prends de force. »
      17 Ces jeunes gens se rendaient coupables d'un très grand péché devant l'Eternel, parce qu'ils traitaient avec mépris les offrandes faites à l'Eternel.
      18 Samuel faisait le service devant l'Eternel et cet enfant était habillé d'un éphod en lin.
      19 Sa mère lui faisait chaque année une petite robe et la lui apportait lorsqu’elle montait à Silo avec son mari pour offrir le sacrifice annuel.
      20 Eli bénit Elkana et sa femme en disant : « Que l'Eternel te fasse avoir des enfants de cette femme pour remplacer celui qu'elle a prêté à l'Eternel ! » Et ils repartirent chez eux.
      21 Lorsque l'Eternel fut intervenu pour Anne, elle devint enceinte et elle eut trois fils et deux filles. Quant au jeune Samuel, il grandissait devant l'Eternel.
      22 Eli était très âgé lorsqu’il apprit comment ses fils agissaient vis-à-vis de tout Israël. Il apprit aussi qu'ils couchaient avec les femmes qui se rassemblaient à l'entrée de la tente de la rencontre.
      23 Il leur dit : « Pourquoi faites-vous de telles choses ? En effet, tout le peuple me parle de vos mauvaises actions.
      24 Non, mes enfants, ce que j'entends dire n'est pas bon, vous faites pécher le peuple de l'Eternel.
      25 Si un homme pèche contre un autre homme, Dieu le jugera, mais s'il pèche contre l'Eternel, qui pourra intercéder en sa faveur ? » Mais ils n'écoutèrent pas leur père, car l'Eternel voulait les faire mourir.
      26 Le jeune Samuel continuait à grandir, et il était agréable aussi bien à l'Eternel qu’aux hommes.
      27 Un homme de Dieu se rendit vers Eli et lui dit : « Voici ce que dit l'Eternel : Ne me suis-je pas révélé aux membres de ta famille, lorsqu'ils étaient en Egypte et étaient esclaves du pharaon ?
      28 Je les ai choisis parmi toutes les tribus d'Israël pour être à mon service en tant que prêtres, pour monter à mon autel, pour brûler le parfum, pour porter l'éphod devant moi, et j'ai donné à la famille de ton père tous les sacrifices passés par le feu qu’offrent les Israélites.
      29 Pourquoi traitez-vous avec mépris mes sacrifices et mes offrandes, ceux que j'ai ordonné de faire dans ma demeure ? Et comment se fait-il que tu accordes plus d’importance à tes fils qu’à moi ? C’en est au point où vous vous engraissez des meilleures parts de toutes les offrandes d'Israël, mon peuple.
      30 C'est pourquoi, l'Eternel, le Dieu d'Israël, déclare : J'avais certes dit que ta famille et celle de ton ancêtre marcheraient devant moi pour toujours, mais maintenant, l'Eternel le déclare, loin de moi cette intention ! En effet, j'honorerai celui qui m'honore, mais ceux qui me méprisent seront méprisés.
      31 Voici que viennent les jours où je vais briser ta force et celle de ta famille, de sorte qu'il n'y aura plus de vieillard chez toi.
      32 Tu verras un adversaire dans ma demeure, tandis qu'Israël sera comblé de biens par l'Eternel, et il n'y aura plus jamais de vieillard dans ta famille.
      33 Je laisserai subsister l'un des tiens près de mon autel afin d'épuiser tes yeux et d'attrister ton âme, mais tous les membres de ta famille mourront dans la force de l'âge.
      34 Tu auras pour signe ce qui arrivera à tes deux fils Hophni et Phinées : ils mourront tous les deux le même jour.
      35 Je ferai surgir pour moi un prêtre fidèle, qui agira selon mon cœur et selon mon désir. Je lui construirai une maison stable et il marchera toujours devant celui que j’aurai désigné par onction.
      36 Tous les membres restants de ta famille viendront se prosterner devant lui pour avoir une pièce d'argent et un morceau de pain ; ils diront : ‘Je t’en prie, rattache-moi à l'une des fonctions de prêtre, afin que j'aie un morceau de pain à manger.’ »

      Psaumes 71

      16 Je raconterai tes hauts faits, Seigneur Eternel, je rappellerai ta justice, la tienne seule.
      19 Ta justice, ô Dieu, atteint les sommets. Tu as accompli de grandes choses : ô Dieu, qui est semblable à toi ?

      Lamentations 3

      1 Je suis l'homme qui a vu la misère sous le bâton de sa fureur.
      2 Il m'a poussé, il m’a fait avancer dans les ténèbres, et non dans la lumière.
      3 Sans cesse il tourne et retourne sa main contre moi.
      4 Il a fait dépérir ma chair et ma peau, il a brisé mes os.
      5 Il a érigé des constructions contre moi, il m'a environné de poison et de douleur.
      6 Il me fait habiter dans les ténèbres, comme ceux qui sont morts depuis longtemps.
      7 Il m'a emmuré pour que je ne puisse pas sortir, il a alourdi mes chaînes.
      8 J'ai beau crier et implorer du secours, il tient ma prière enfermée.
      9 Il a barré mon chemin avec des pierres de taille, il a dévié mes sentiers.
      10 Il a été pour moi un ours en embuscade, un lion dans un endroit caché.
      11 Il a détourné mes voies, il m'a mis en pièces, il a fait de moi un homme dévasté.
      12 Il a tendu son arc et m'a dressé comme cible pour ses flèches.
      13 Il a fait pénétrer dans les profondeurs de mon être les flèches de son carquois.
      14 Je suis pour tout mon peuple un objet de moquerie, à longueur de journée je suis l'objet de leurs chansons.
      15 Il m'a rassasié d’herbes amères, il m'a enivré d'absinthe.
      16 Il a cassé mes dents avec des cailloux, il m'a piétiné dans la cendre.
      17 Tu m'as enlevé la paix, j’ai oublié ce qu’est le bonheur.
      18 Alors j'ai dit : « Je n’ai plus d’avenir, je n'ai plus d'espérance en l'Eternel ! »
      19 Souviens-toi de ma détresse et de ma misère, de l'absinthe et du poison !
      20 Moi, je m’en souviens bien et je sombre.
      21 Voici ce que je veux méditer pour garder espoir :
      22 les bontés de l'Eternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne prennent pas fin ;
      23 elles se renouvellent chaque matin. Que ta fidélité est grande !
      24 Je le déclare, l'Eternel est mon bien, c'est pourquoi je veux m’attendre à lui.
      25 L'Eternel a de la bonté pour celui qui compte sur lui, pour celui qui le recherche.
      26 Il est bon d'attendre en silence le secours de l'Eternel.
      27 Il est bon, pour l'homme, de devoir se plier à des contraintes dans sa jeunesse.
      28 Qu’il se tienne solitaire et silencieux, lorsque l'Eternel le lui impose !
      29 Qu’il mette sa bouche dans la poussière : il y a peut-être de l’espoir.
      30 Qu’il présente la joue à celui qui le frappe, qu’il soit rassasié d’insultes !
      31 En effet, le Seigneur ne rejette pas pour toujours,
      32 mais quand il cause du chagrin, il fait preuve de compassion, tant sa bonté est grande.
      33 De fait, ce n'est pas de bon cœur qu'il humilie, qu'il cause du chagrin aux hommes.
      34 Quand on écrase et piétine tous les prisonniers d’un pays,
      35 quand on viole le droit d’un homme devant le Très-Haut,
      36 quand on fait du tort à un être humain alors qu’il défend sa cause, le Seigneur ne le voit-il pas ?
      37 Qui n’a qu’à parler pour qu’une chose se produise, si le Seigneur ne l’a pas ordonnée ?
      38 N'est-ce pas de la bouche du Très-Haut que sortent les malheurs et le bonheur ?
      39 Pourquoi l’être humain resté en vie se plaindrait-il ? Que chacun se plaigne de ses propres péchés !
      40 Réfléchissons à nos voies, examinons-les et retournons à l'Eternel !
      41 Elevons notre cœur, tout comme nos mains, vers le Dieu qui est au ciel :
      42 « Nous, nous avons commis des transgressions, nous nous sommes révoltés, et toi, tu n'as pas pardonné.
      43 Tu t'es enveloppé de colère et tu nous as poursuivis, tu as tué sans pitié.
      44 Tu t'es enveloppé d'un nuage pour empêcher la prière de parvenir jusqu’à toi.
      45 Tu as fait de nous un objet de mépris et de rejet au milieu des peuples. »
      46 Tous nos ennemis ouvrent la bouche contre nous.
      47 Nous avons connu la terreur et le trou, la dévastation et la ruine.
      48 Des torrents d'eau coulent de mes yeux à cause du désastre qui frappe la fille de mon peuple.
      49 Mon œil fond en larmes, sans repos, sans répit,
      50 jusqu'à ce que l'Eternel regarde et voie du haut du ciel.
      51 Mon œil me fait souffrir, à cause du malheur qui s’est abattu sur toutes les filles de ma ville.
      52 Ils m'ont pourchassé avec persévérance comme si j’étais un oiseau, ceux qui sont mes ennemis sans raison.
      53 Ils ont voulu mettre fin à ma vie en me jetant dans un puits et m’ont lancé des pierres.
      54 L’eau a submergé ma tête. Je me disais : « Je suis perdu ! »
      55 J'ai fait appel à ton nom, Eternel, au plus profond du puits.
      56 Tu as entendu ma voix : ne bouche pas tes oreilles à ma demande de délivrance, à mon appel au secours !
      57 Le jour où j’ai fait appel à toi, tu t'es approché, tu as dit : « N’aie pas peur ! »
      58 Seigneur, tu as défendu ma cause, tu as racheté ma vie.
      59 Eternel, tu as vu le tort qu’on m’a fait : rends-moi justice !
      60 Tu as vu leur soif de vengeance, tous leurs complots contre moi.
Afficher tous les 128 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Emilie Charette Rendez-Vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider