Dictionnaire Biblique de Top Bible

MARC (évangile de) 6.

VI Origine. L'auteur de l'évangile est juif d'origine, comme le trahissent ses citations araméennes, fidèles reproductions de celles qu'en faisait Pierre, sa connaissance des habitudes juives et de leurs interprétations (voir plus bas), ses notes explicatives sur la saison des figues (Mr 11:13) ou sur la situation du mont des Oliviers (Mr 13:3), notes destinées à des lecteurs qui ne connaissaient pas la Palestine. On a donc vu, tout le long de cette étude sur la forme et le fond de notre évangile, s'accumuler de fortes présomptions, dont la réunion peut paraître décisive, en faveur de son unanime attribution par les premiers siècles à Marc « interprète de Pierre », « disciple et interprète de Pierre », qui « longtemps suivit Pierre », etc. Sans doute cette tradition ne retient pas le souvenir de Marc auxiliaire de Paul tel qu'il apparaît dans les Ac et dans quelques épîtres de l'apôtre des païens, mais elle cadre fort bien avec les données de Ac 12 montrant Pierre reçu chez la mère du jeune Marc et avec la mention de la 1re ép. de Pierre de « Marc, mon fils » (1Pi 5:13), expression qui pose entre eux une différence d'âge d'environ une génération et qui réunit le disciple et le maître vers la fin de la carrière de celui-ci. Qu'à différentes époques Marc se soit trouvé au service de l'un ou l'autre des deux grands missionnaires, c'est une trace de plus des liens qui rapprochèrent « l'apôtre des circoncis » et « l'apôtre des païens » (Ga 2:7 et suivants), et qui se retrouveront dans la tradition chrétienne postérieure réunissant à Rome la mémoire de « saint Pierre et saint Paul ». On sait que Paul y fut martyr après un ou deux séjours plus ou moins prolongés ; on doit tenir pour à peu près certain que Pierre y partagea le même sort, s'étant rendu dans la capitale de l'empire quelque temps avant la grande persécution de Néron en 64 (voir Simon Pierre, parag. III).

C'est donc à Rome tout particulièrement que Marc fut l'interprète de Pierre, et c'est là qu'il écrivit son évangile. Mais nous voyons par l'épître de Paul aux Romains (voir art.) que dans leur Église la majorité était passée de bonne heure des judéo-chrétiens aux pagano-chrétiens ; or il est évident, précisément, que l'évangile de Marc a en vue des lecteurs d'origine païenne : il n'introduit aucune généalogie du Christ ; il ne cite l'A. T, que lorsque la citation est faite par Jésus lui-même (seule exception : 12 ; quant à Mr 15:28, ce verset manque dans les manuscrits les plus anciens) ; chaque fois qu'il reproduit, d'après la citation textuelle qu'en faisait Pierre, les mots araméens prononcés par Jésus, il en ajoute toujours la traduction (Mr 3:17 5:41 7:11,34 14:36 15:22,34) preuve qu'il a conscience de s'adresser à d'autres qu'à des Juifs ; il prend soin de définir les us et coutumes, les vocables du culte israélite (Mr 2:26, la parenthèse « pains qu'il est permis aux sacrificateurs seuls de manger » ; Mr 7:2,4,11, explications significatives ; Mr 14:12, définition du premier jour des pains sans levain, comme, Mr 15:42, du jour de préparation) ; dans Mr 7:21 s il semble paraphraser à l'usage des non-Israélites les commandements de la seconde table du Décalogue. Marc paraît même s'adapter quelquefois au langage de Rome, lorsqu'il rend littéralement une locution latine : to ikanon poïêsaï =satis facere-- satisfaire (Mr 15:15), ou lorsqu'il transcrit sans les traduire les mots latins eux-mêmes : non seulement ceux qu'on pouvait connaître en Palestine province de l'empire (denarius =denier (Mr 6:37 etc.), legio-- légion (Mr 5:9,15), proetorium =prétoire) (Mr 15:16) et qui se trouvent aussi dans Matthieu ou Luc mais d'autres plus spéciaux pour lesquels l'expression ne manquait pas en grec : krabattos-- grabat, pour lit (Mr 2:4 6:55), speculator = bourreau (Mr 6:27), quadrans =1/4 d'un sou (Mr 12:42), centurio-- centenier (Mr 15:39,44 et suivant), xestes (forme populaire de sex-tarius =vase, Mr 7:4).

On a même généralisé cet emploi du latin, en supposant que l'évangile avait d'abord été composé dans cette langue ; si l'on devait prendre le terme d' « interprète » au sens strict de traducteur, il pourrait indiquer que Marc traduisait Pierre non pas surtout dans le grec courant, qu'au cours de ses missions Pierre avait bien dû apprendre à parler, mais plutôt dans la langue même de Rome, le latin. Seulement, c'est à coup sûr dans le sens large de secrétaire qu'il faut comprendre le titre de Marc « interprète » ; le grec était compris à Rome, comme le prouvent les ép. aux Romains de saint Paul et de saint Clément. L'idée d'un Marc original latin ne tient pas à l'examen de notre texte grec, lequel est sans conteste un original et non une traduction (cette observation vaut aussi bien contre l'hypothèse d'un Mr original en araméen).

Il peut encore se trouver un indice de la rédaction de Marc à Rome dans la valeur particulière que semblent lui reconnaître un certain nombre de manuscrits occidentaux comme les plus anciennes versions latines et le codex gréco-latin de Bèze. Ajoutons que la mention, inutile en soi, dans Mr 15:21, des fils de Simon de Cyrène, Alexandre et Rufus, avait son intérêt pour les chrétiens de Rome, qui connaissaient Rufus si c'est le même que Paul salue dans Ro 16:13 (Identification possible, mais non certaine). Enfin le surnom de Jean Marc, Marcus, est un prénom romain.

Quant à l'époque de cette rédaction, malgré les quelques anciens témoignages qui montrent Marc l'écrivant déjà du vivant de Pierre, les autres témoignages sont plus naturels : ce fut certainement quand l'apôtre eut la bouche fermée par la mort, que l'Église éprouva le besoin auquel répondit son secrétaire, d'y pourvoir en reproduisant ses souvenirs par écrit. Si comme il est probable Pierre périt dans la grande persécution de Néron qui suivit de près l'incendie de Rome--lequel éclata le 19 juillet 64--, la date la plus ancienne possible pour la rédaction de Marc doit être la fin de l'an 64 ou mieux l'an 65. D'autre part on ne peut à notre avis la repousser au delà de 70, car l'évangéliste, qui se borne aux allusions vagues de Mr 13:1 14:58 à propos de la destruction du temple, ne semble pas connaître ce que devait être en cette année-là la ruine irréparable de la ville sainte et du saint lieu. Il parle dans Mr 2:26 de ce qui est permis (temps présent) aux prêtres du Temple. Il est même assez vraisemblable qu'il ne sait rien encore des révoltes juives qui dès 65 ouvrirent en Palestine l'ère des troubles et des implacables répressions. Marc aurait donc été écrit entre 64 et 70, plus probablement vers 64-66.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Lévitique 19

      1 L'Eternel dit à Moïse :
      2 « Transmets ces instructions à toute l'assemblée des Israélites : *Vous serez saints, car je suis saint, moi, l'Eternel, votre Dieu.
      3 Chacun de vous traitera sa mère et son père avec déférence et respectera mes sabbats. Je suis l'Eternel, votre Dieu.
      4 Vous ne vous tournerez pas vers les faux dieux, vous ne vous ferez pas des dieux en métal fondu. Je suis l'Eternel, votre Dieu.
      5 » Quand vous offrirez à l'Eternel un sacrifice de communion, vous l'offrirez de sorte qu'il soit accepté.
      6 On mangera la victime le jour où vous la sacrifierez ou le lendemain. On brûlera au feu ce qui restera jusqu'au troisième jour.
      7 Si l'on en mange le troisième jour, ce sera une chose infecte : le sacrifice ne sera pas accepté.
      8 Celui qui en mangera supportera les conséquences de sa faute, car il profane ce qui est consacré à l'Eternel : cette personne-là sera exclue de son peuple.
      9 » Quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu ne moissonneras pas ton champ jusqu’aux bords et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner.
      10 Tu ne cueilleras pas non plus les grappes restées dans ta vigne et tu ne ramasseras pas les grains qui en seront tombés. Tu le laisseras au pauvre et à l'étranger. Je suis l'Eternel, votre Dieu.
      11 » Vous ne commettrez pas de vol et vous ne recourrez ni au mensonge ni à la tromperie les uns envers les autres.
      12 Vous ne jurerez pas faussement par mon nom, car ce serait déshonorer le nom de ton Dieu. Je suis l'Eternel.
      13 » Tu n’exploiteras pas ton prochain et tu ne prendras rien par violence. Tu ne garderas pas chez toi jusqu'au lendemain la paie d’un salarié.
      14 Tu ne maudiras pas un sourd et tu ne mettras devant un aveugle rien qui puisse le faire tomber, mais tu craindras ton Dieu. Je suis l'Eternel.
      15 » Tu ne commettras pas d'injustice dans tes jugements : tu n’avantageras pas le faible et tu ne favoriseras pas non plus le grand, mais tu jugeras ton prochain avec justice.
      16 » Tu ne propageras pas de calomnies parmi ton peuple et tu ne t’attaqueras pas à la vie de ton prochain. Je suis l'Eternel.
      17 Tu ne détesteras pas ton frère dans ton cœur, mais tu veilleras à reprendre ton prochain, ainsi tu ne te chargeras pas d'un péché à cause de lui.
      18 Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune contre les membres de ton peuple. *Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Eternel.
      19 » Vous respecterez mes prescriptions. Tu n'accoupleras pas deux bêtes d’espèces différentes. Tu n'ensemenceras pas ton champ de deux espèces de semences. Et tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux espèces de fils.
      20 » Lorsqu'un homme couchera avec une femme, si c'est une esclave fiancée à un autre homme et qui n'a pas été rachetée ou affranchie, ils seront punis, mais non de mort, parce qu'elle n'a pas été affranchie.
      21 L'homme amènera un bélier à l'Eternel, à l'entrée de la tente de la rencontre, en sacrifice de culpabilité pour sa faute.
      22 Le prêtre fera l'expiation pour lui devant l'Eternel avec le bélier offert en sacrifice de culpabilité pour le péché qu'il a commis, et le péché qu'il a commis lui sera pardonné.
      23 » Quand vous serez entrés dans le pays et que vous y aurez planté toutes sortes d'arbres fruitiers, vous rejetterez leurs fruits comme étant impurs ; pendant trois ans vous les considérerez comme impurs, on n'en mangera pas.
      24 La quatrième année, tous leurs fruits seront consacrés à l'Eternel au milieu des réjouissances.
      25 La cinquième année, vous mangerez leurs fruits et vous continuerez à les récolter. Je suis l'Eternel, votre Dieu.
      26 » Vous ne mangerez rien avec du sang. Vous n'observerez ni les serpents ni les nuages pour en tirer des pronostics.
      27 Vous ne couperez pas en rond les coins de votre chevelure et tu ne raseras pas les coins de ta barbe.
      28 Vous ne ferez pas d'incisions sur votre corps pour un mort et vous ne vous ferez pas de tatouages. Je suis l'Eternel.
      29 » Tu ne déshonoreras pas ta fille en la livrant à la prostitution, de peur que le pays ne se prostitue et ne se remplisse de crimes.
      30 » Vous respecterez mes sabbats et vous traiterez mon sanctuaire avec déférence. Je suis l'Eternel.
      31 Ne vous adressez pas à ceux qui invoquent les esprits et aux spirites, ne les recherchez pas, de peur de vous rendre impurs par eux. Je suis l'Eternel, votre Dieu.
      32 » Tu te lèveras devant la personne aux cheveux blancs et tu traiteras le vieillard avec honneur. Tu craindras ton Dieu. Je suis l'Eternel.
      33 Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne le maltraiterez pas.
      34 Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un Israélite, comme l’un de vous ; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers en Egypte. Je suis l'Eternel, votre Dieu.
      35 » Vous ne commettrez pas d’injustice ni dans les jugements, ni dans les mesures de dimension, ni dans les poids, ni dans les mesures de capacité.
      36 Vous aurez des balances justes, des poids justes, des mesures de solides justes et des mesures de liquides justes. Je suis l'Eternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir d'Egypte.
      37 Vous respecterez toutes mes prescriptions et toutes mes règles, vous les mettrez en pratique. Je suis l'Eternel. »

      Marc 2

      4 Comme ils ne pouvaient pas l'aborder à cause de la foule, ils découvrirent le toit au-dessus de l’endroit où il se tenait et descendirent par cette ouverture le brancard sur lequel le paralysé était couché.
      26 Il est entré dans la maison de Dieu, à l’époque du grand-prêtre Abiathar, a mangé les pains consacrés qu'il n'est permis qu'aux prêtres de manger et en a même donné à ses compagnons ! »

      Marc 3

      17 Jacques, fils de Zébédée, et Jean, frère de Jacques, auxquels il donna le nom de Boanergès, qui signifie « fils du tonnerre » ;

      Marc 5

      9 Il lui demanda : « Quel est ton nom ? » « Mon nom est légion, car nous sommes nombreux », répondit-il.
      15 Ils vinrent vers Jésus et virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion de démons, assis, habillé et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur.
      41 Il la prit par la main et lui dit : « Talitha koumi », ce qui signifie : « Jeune fille, lève-toi, je te le dis ».

      Marc 6

      27 Il envoya sur-le-champ un garde, avec ordre d'apporter la tête de Jean-Baptiste. Le garde alla décapiter Jean dans la prison
      37 Jésus leur répondit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! » Mais ils lui dirent : « Faut-il aller acheter des pains pour 200 pièces d’argent et leur donner à manger ? »
      55 et parcoururent tous les environs ; ils se mirent à apporter les malades sur des brancards là où ils apprenaient sa présence.

      Marc 7

      2 Ils virent quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées.
      4 Et quand ils reviennent de la place publique, ils ne mangent pas avant de s'être purifiés. Ils tiennent encore à beaucoup d'autres traditions comme le lavage des coupes, des cruches et des vases de bronze. –
      11 Mais d’après vous, si un homme dit à son père ou à sa mère : ‘Ce dont j'aurais pu t'assister est corban, c'est-à-dire une offrande à Dieu’,
      21 En effet, c'est de l’intérieur, c'est du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, l'immoralité sexuelle, les meurtres,
      34 Puis il leva les yeux au ciel, soupira et dit : « Ephphatha » – c'est-à-dire « Ouvre-toi ».

      Marc 11

      13 Il aperçut de loin un figuier qui avait des feuilles et alla voir s'il y trouverait quelque chose, mais quand il se fut approché, il ne trouva que des feuilles, car ce n'était pas la saison des figues.

      Marc 12

      42 Une pauvre veuve vint aussi ; elle y mit deux petites pièces, une toute petite somme.

      Marc 13

      1 Lorsque Jésus sortit du temple, un de ses disciples lui dit : « Maître, regarde : quelles pierres et quelles constructions ! »
      3 Puis il s'assit sur le mont des Oliviers, en face du temple. Pierre, Jacques, Jean et André lui posèrent en privé cette question :

      Marc 14

      12 Le premier jour des pains sans levain, où l'on sacrifiait l'agneau pascal, les disciples de Jésus lui dirent : « Où veux-tu que nous allions te préparer le repas de la Pâque ? »
      36 Il disait : « Abba, Père, tout t'est possible. Eloigne de moi cette coupe ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »
      58 « Nous l'avons entendu dire : ‘Je détruirai ce temple fait par la main de l'homme, et en trois jours j'en construirai un autre qui ne sera pas fait de main d'homme.’ »

      Marc 15

      15 Voulant satisfaire la foule, Pilate leur relâcha Barabbas et, après avoir fait fouetter Jésus, il le livra à la crucifixion.
      16 Les soldats conduisirent Jésus à l'intérieur de la cour, c'est-à-dire dans le prétoire, et ils rassemblèrent toute la troupe.
      21 Ils forcèrent un passant qui revenait des champs à porter la croix de Jésus. C’était Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus.
      22 Ils conduisirent Jésus à l'endroit appelé Golgotha, ce qui signifie « lieu du crâne ».
      28 [Ainsi fut accompli ce que dit l'Ecriture : Il a été compté parmi les criminels. ]
      34 Et à trois heures de l'après-midi, Jésus s'écria d'une voix forte : « Eloï, Eloï, lama sabachthani ? » – ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?
      39 Quand l’officier romain qui se tenait en face de Jésus [entendit son cri et] le vit expirer de cette manière, il dit : « Cet homme était vraiment le Fils de Dieu. »
      42 Le soir venu, comme c'était le jour de la préparation, c'est-à-dire la veille du sabbat,
      44 Pilate s'étonna qu'il soit déjà mort ; il fit venir l’officier et lui demanda si Jésus était mort depuis longtemps.

      Actes 12

      1 A cette époque-là, le roi Hérode se mit à maltraiter des membres de l'Eglise,
      2 et il fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean.
      3 Quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. – C'était pendant la fête des pains sans levain. –
      4 Après l'avoir fait arrêter et jeter en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune ; il avait l'intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque.
      5 Pierre était donc gardé dans la prison et l'Eglise adressait d'ardentes prières à Dieu pour lui.
      6 La nuit qui précédait le jour où Hérode allait le faire comparaître, Pierre, attaché avec deux chaînes, dormait entre deux soldats ; des sentinelles postées devant la porte gardaient la prison.
      7 Soudain, un ange du Seigneur survint et une lumière resplendit dans la cellule. L'ange réveilla Pierre en le frappant au côté et lui dit : « Lève-toi vite ! » Les chaînes tombèrent de ses mains.
      8 Puis l'ange lui dit : « Mets ta ceinture et tes sandales. » C’est ce qu’il fit. L'ange lui dit encore : « Mets ton manteau et suis-moi. »
      9 Pierre sortit et le suivit, sans savoir que ce que l'ange faisait était réel : il croyait avoir une vision.
      10 Ils passèrent la première garde, puis la seconde, et ils arrivèrent à la porte de fer qui mène à la ville. La porte s'ouvrit d'elle-même devant eux ; ils sortirent et s'avancèrent dans une rue. Aussitôt l'ange quitta Pierre.
      11 Revenu à lui-même, Pierre dit : « Maintenant, je sais vraiment que le Seigneur a envoyé son ange et qu'il m'a délivré du pouvoir d'Hérode et de tout ce que le peuple juif attendait. »
      12 Après avoir réfléchi, il se dirigea vers la maison de Marie, la mère de Jean, surnommé Marc, où beaucoup de personnes étaient réunies et priaient.
      13 Il frappa à la porte d'entrée et une servante appelée Rhode s'approcha pour écouter.
      14 Elle reconnut la voix de Pierre et, dans sa joie, au lieu d'ouvrir, elle courut annoncer que Pierre se tenait devant la porte.
      15 Ils lui dirent : « Tu es folle », mais elle soutenait que c'était bien vrai. Ils dirent alors : « C'est son ange. »
      16 Cependant Pierre continuait à frapper. Ils ouvrirent et furent stupéfaits de le voir.
      17 De la main, il leur fit signe de se taire et il [leur] raconta comment le Seigneur l'avait tiré de la prison. Il ajouta : « Annoncez-le à Jacques et aux frères et sœurs. » Puis il sortit et s'en alla dans un autre endroit.
      18 Quand il fit jour, il y eut une grande agitation parmi les soldats : qu’était donc devenu Pierre ?
      19 Hérode le fit rechercher, mais on ne le trouva pas. Il interrogea les gardes et donna l'ordre de les faire exécuter. Ensuite il quitta la Judée et descendit à Césarée pour y séjourner.
      20 Hérode était en conflit avec les Tyriens et les Sidoniens. Mais ils vinrent le trouver d'un commun accord et, après avoir gagné Blastus, le responsable de sa chambre, ils demandèrent la paix parce que leur région dépendait de celle du roi pour son ravitaillement.
      21 Le jour fixé, Hérode, habillé de sa tenue royale, était assis sur son trône et leur adressait publiquement un discours.
      22 Le peuple s'écria : « C'est la voix d'un dieu et non d'un être humain ! »
      23 Un ange du Seigneur le frappa immédiatement parce qu'il n'avait pas donné gloire à Dieu. Il mourut rongé par des vers.
      24 Quant à la parole de Dieu, elle se propageait de plus en plus.
      25 Une fois leur mission à Jérusalem accomplie, Barnabas et Saul repartirent, emmenant avec eux Jean, surnommé Marc.

      Romains 16

      13 Saluez Rufus, celui qui a été choisi dans le Seigneur, et sa mère, qui est aussi la mienne.

      Galates 2

      7 Au contraire, ils ont vu que l'Evangile m'avait été confié pour les incirconcis comme à Pierre pour les circoncis

      1 Pierre 5

      13 Ceux qui ont été choisis comme vous et sont à Babylone vous saluent, ainsi que Marc, mon fils.
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Emilie Charette Rendez-Vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider