Dictionnaire Biblique de Top Bible

MELCHISÉDEC

Roi de Salem, fit apporter du pain et du vin à Abraham et à ses gens revenant victorieux de leur combat contre Kedor-Laomer. Prêtre du Dieu Très-Haut (El-Elyôn), il bénit aussi Abraham au nom de son Dieu, et en retour Abraham lui remit la dîme de son butin (Ge 14:18,20). C'est tout ce que nous savons de ce personnage énigmatique qui joua un très grand rôle dans la spéculation juive et chrétienne.

I

Melchisédec, hébreu Malki-Tsédeq, peut se traduire « mon roi Tsédeq », c-à-d. « mon roi est Tsédeq » ou « Tsédeq est mon roi », le nom Tsédeq étant vraisemblablement celui d'une divinité phénicienne ou cananéenne. Ce nom est tout à fait analogue à celui d'Adoni-Tsédeq --mon Seigneur est Tsédeq : (Jos 10:1) une inscription phénicienne nous donne le nom propre Tsidki-Mélek (Tsidki =Tsédeq avec suffixe), qui est celui de Melchisédec retourné, et une inscription cunéiforme présente le nom propre Sidki-ilu (ilu est l'équivalent de l'hébreu El, nom de Dieu). Le nom de ce dieu, oublié, devint un substantif rendant l'idée de correction, de droit, de justice (hébreu tsèdèq ). C'est pourquoi le nom de Melchisédec est traduit « Roi juste » ou « Roi de justice » par l'historien juif Josèphe (Ant., I, 10:27) et l'épître aux Hébreux (Heb 7:2).

La ville de Salem dont Melchisédec est roi ne peut être que Jérusalem, appelée Ourousalim dans les tablettes de Tell el-Amarna. C'est vraisemblablement une abréviation poétique de cet antique nom, ainsi que le montre le Ps 76:4, qui le met en parallèle avec celui de Sion. Josèphe et les Targums affirment cette identification, que la notice elle-même impose. Le « Dieu Très-Haut », El-Elyôn, dont Melchisédec est le prêtre, nous ramène à la religion primitive des Sémites. El est, en effet, le nom par lequel toutes les populations sémitiques désignaient primitivement la divinité. Quant à la qualification Elyôri, elle rappelle les anciens noms de El-Chadddi (Dieu Tout-puissant) et de El-Olam (Dieu d'éternité) ; et si nous en croyons Philon de Byblos reproduit par Eusèbe (Proep. évangile, I, 10-12), le panthéon phénicien connaissait un « Elioun nommé Très-Haut », père du ciel et de la terre.

Quant à sa double qualité de roi et de prêtre, elle est conforme aux antiques usages phéniciens et probablement cananéens, comme à l'antique tradition israélite qui nous montre Gédéon, Saül, David, Salomon, remplir les fonctions de prêtre parce que chefs du peuple. C'est bien comme prêtres (hébreu kohèn) que sont même désignés les fils de David (2Sa 8:18) et deux autres princes (Ira, 2Sa 20:26 ; Zabud, 1Ro 4:5), alors que nos versions interprètent : ministres d'État (Sg.), conseillers intimes (V S.), principaux officiers (Ost.).

Quel que soit donc le jugement que l'on porte sur la valeur historique, vivement débattue, de Ge 14, il est incontestable que rien dans la notice consacrée à Melchisédec n'est contraire à la vraisemblance historique. Le fait même que cette notice paraît avoir été introduite après coup, car elle interrompt visiblement le récit relatif au roi de Sodome, peut être un argument en faveur de sa provenance d'une source historique inconnue, peut-être une tradition locale de Jérusalem. Il ne faut jamais oublier, en effet, que nous sommes loin de connaître toutes les anciennes traditions israélites et cananéennes. Après la conquête, on a dû prendre soin de faire disparaître tout ce qui pouvait attester de bons rapports, et surtout une communauté religieuse, entre les ancêtres des conquérants et la population cananéenne.

II

Le mystère enveloppant la personne de Melchisédec, ce très ancien roi de Jérusalem dont les origines, la vie et la fin sont totalement ignorées, qui apparaît un instant pour disparaître tout aussitôt, la majesté de ce prêtre du Dieu Très-Haut devant lequel un Abraham se prosterne, ont vivement frappé l'imagination des lecteurs et auditeurs de la Genèse. L'auteur du Ps 110 fait dire par Jéhovah à son héros : « Tu es prêtre pour toujours selon l'ordre (ou à la manière) de Melchisédec » (verset 4). Qu'a-t-il voulu dire ? Vraisemblablement que le roi élu réunira en sa personne la double dignité de roi et de prêtre. (cf. Za 6:13) Or, à l'époque de Jésus, le Ps 110 était devenu l'une des plus populaires prophéties messianiques, comme le montre sa fréquente utilisation dans le N.T. (Mt 22:41-46 et parallèle, Ac 2:34 5:31,1Co 15:25-28 Eph 1:20-22, Heb 1:13). Par l'intermédiaire de ce psaume, Melchisédec devint pour les milieux chrétiens le prototype du Messie, donc de Jésus-Christ.

Dans cet ordre d'idées, l'auteur de l'épître aux Hébreux établit un parallèle très fouillé entre le Christ et Melchisédec (Heb 5:6-10 6:20 7:1-17) pour démontrer la supériorité de la nouvelle alliance sur l'ancienne. Melchisédec n'est pour lui qu'un personnage purement allégorique, préfigurant Christ. Son sacerdoce est supérieur au sacerdoce lévitique puisqu'il bénit Abraham et que celui-ci lui paie la dîme ; il n'a ni commencement ni fin, puisqu'on ne lui connaît ni père, ni mère, et qu'il n'est pas question de sa mort, tandis que les Lévites naissent et meurent ; le nom de sa ville est Paix ou Salut ; roi de justice, il est donc aussi roi de paix ou du salut. La conclusion s'impose d'elle-même : il ne peut s'agir d'un personnage historique ; Melchisédec est la préfiguration du Christ.

Le philosophe juif Philon d'Alexandrie, contemporain de Jésus, avait été autrement fantaisiste dans son interprétation allégorique. Melchisédec était pour lui une image du Logos divin fonctionnant comme prêtre de l'âme humaine et lui fournissant une nourriture spirituelle délicieuse.

La voie était ouverte aux spéculations les plus hasardeuses. Pour Origène, Melchisédec était un ange parce qu'il n'avait ni père, ni mère ; une secte dénommée les Melchisédikites prétendait qu'il était l'incarnation d'une puissance très supérieure au Christ. Un Pseudépigraphe éthiopien, intitulé la Vie d'Adam, raconte que Melchisédec, fils de Kénan (Ge 5:10), fut placé par Dieu comme prêtre éternel auprès du cadavre d'Adam et qu'il donna la communion (pain et vin) à Abraham. Le cadavre d'Adam reposait au milieu de la terre, soit sous le rocher de Golgotha. (Actuellement encore, on montre à Jérusalem un autel de Melchisédec, érigé dans l'église des Apôtres, qui fait partie des édifices construits autour de l'église du Saint-Sépulcre.)

Parmi les Réformateurs, Luther et Mélanchton pensaient que Melchisédec n'était autre que le patriarche Sem, que la chronologie biblique fait vivre 135 ans après l'émigration d'Abraham en Palestine. Ce faisant, ils suivaient les Targums et la plupart des rabbins qui, en réaction contre le christianisme, avaient abandonné toute interprétation allégorique. Calvin, dans son commentaire sur l'épître aux Hébreux, suit fermement l'interprétation figurative de cette épître. « Ce qui a été figuré en Melchisédec a été vraiment manifesté en Christ... Melchisédec n'est point ici considéré en sa qualité privée, mais comme une figure sacrée de Christ. Et il ne faut pas penser que cela ait été omis par cas fortuit ou par inadvertance, à savoir qu'il n'est point parlé de sa généalogie, et n'est fait aucune mention de sa mort, mais plutôt le Saint-Esprit a fait ceci tout à propos, afin de nous élever par-dessus l'ordre commun des hommes. A cette cause, la conjoncture de ceux qui disent que Melchisédec a été l'un des enfants de Noé, à savoir Sem, n'est point vraisemblable, car si on vient à parler d'un homme certain et connu, cette troisième similitude entre Melchisédec et Christ ne sera point ferme,.. Ceci doit être rapporté à la qualité que soutenait Melchisédec, à savoir représentant la personne du Fils de Dieu. » La plupart des théologiens modernes protestants ont abandonné toute interprétation allégorique et s'en tiennent à l'explication historique. A. S.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 5

      10 Enosh vécut 815 ans après la naissance de Kénan et il eut des fils et des filles.

      Genèse 14

      1 Durant leur règne, Amraphel, roi de Shinear, Arjoc, roi d'Ellasar, Kedorlaomer, roi d'Elam, et Tideal, roi de Gojim,
      2 firent la guerre à Béra, roi de Sodome, à Birsha, roi de Gomorrhe, à Shineab, roi d'Adma, à Shémeéber, roi de Tseboïm, et au roi de Béla, c’est-à-dire Tsoar.
      3 Ces derniers s’étaient tous rassemblés dans la vallée de Siddim, c’est-à-dire la mer Morte.
      4 Pendant 12 ans ils avaient été soumis à Kedorlaomer, mais la treizième année ils s’étaient révoltés.
      5 Cependant, la quatorzième année, Kedorlaomer et les rois qui étaient ses alliés se mirent en marche et battirent les Rephaïm à Ashteroth-Karnaïm, les Zuzim à Ham, les Emim à Shavé-Kirjathaïm
      6 et les Horiens dans leur région montagneuse de Séir, jusqu'au chêne de Paran qui se trouve près du désert.
      7 Puis ils repartirent, vinrent à En-Mishpath, c’est-à-dire Kadès, et battirent les Amalécites sur tout leur territoire, ainsi que les Amoréens installés à Hatsatson-Thamar.
      8 Alors les rois de Sodome, de Gomorrhe, d'Adma, de Tseboïm et de Béla, c’est-à-dire Tsoar, s'avancèrent. Ils se rangèrent en ordre de bataille contre eux dans la vallée de Siddim :
      9 contre Kedorlaomer, roi d'Elam, Tideal, roi de Gojim, Amraphel, roi de Shinear, et Arjoc, roi d'Ellasar. Ils étaient 4 rois contre 5.
      10 La vallée de Siddim était couverte de puits de bitume. Le roi de Sodome et celui de Gomorrhe prirent la fuite et y tombèrent ; le reste s'enfuit vers la montagne.
      11 Les vainqueurs s’emparèrent de toutes les richesses de Sodome et de Gomorrhe et de toutes leurs provisions, puis ils s'en allèrent.
      12 Ils s’emparèrent aussi, avec ses biens, de Lot, le fils du frère d'Abram, avant de s’en aller. C’est qu’il habitait à Sodome.
      13 Un rescapé vint l'annoncer à Abram l'Hébreu. Celui-ci habitait parmi les chênes de Mamré l'Amoréen, un frère d'Eshcol et d'Aner. En effet, ils avaient fait alliance avec lui.
      14 Dès qu'Abram apprit que son neveu avait été fait prisonnier, il arma 318 de ses plus braves serviteurs, nés chez lui, et il poursuivit les rois jusqu'à Dan.
      15 Il divisa sa troupe pour les attaquer de nuit avec ses serviteurs. Il les battit et les poursuivit jusqu'à Choba, qui est au nord de Damas.
      16 Il ramena toutes les richesses. Il ramena même son neveu Lot avec ses biens, ainsi que les femmes et le peuple.
      17 Lorsque Abram revint de sa victoire sur Kedorlaomer et sur les rois qui étaient ses alliés, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Shavé, c’est-à-dire la vallée du roi.
      18 Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin. Il était prêtre du Dieu très-haut.
      19 Il bénit Abram en disant : « Qu'Abram soit béni par le Dieu très-haut, le maître du ciel et de la terre !
      20 Béni soit le Dieu très-haut qui a livré tes ennemis entre tes mains ! » *Abram lui donna la dîme de tout.
      21 Le roi de Sodome dit à Abram : « Donne-moi les personnes et prends pour toi les richesses. »
      22 Abram répondit au roi de Sodome : « Je le jure, la main levée vers l'Eternel, le Dieu très-haut, le maître du ciel et de la terre :
      23 je ne prendrai rien de tout ce qui t’appartient, pas même un fil ni un cordon de sandale, afin que tu ne puisses pas dire : ‘C’est moi qui ai enrichi Abram.’
      24 Il n’y aura rien pour moi, sauf ce qu'ont mangé les jeunes gens et la part des hommes qui m’ont accompagné : Aner, Eshcol et Mamré. Eux, ils prendront leur part. »

      Josué 10

      1 Adoni-Tsédek, le roi de Jérusalem, apprit que Josué s'était emparé d'Aï et l'avait vouée à la destruction, qu'il avait traité Aï et son roi comme il avait traité Jéricho et son roi et que les habitants de Gabaon avaient fait la paix avec Israël et vivaient au milieu d'eux.

      2 Samuel 8

      18 Benaja, fils de Jehojada, était le chef des Kéréthiens et des Péléthiens ; et les fils de David étaient ministres d'Etat.

      2 Samuel 20

      26 et Ira de Jaïr était ministre d'Etat de David.

      Psaumes 76

      4 C’est là qu’il a brisé les flèches, le bouclier, l’épée et les armes de guerre. – Pause.

      Psaumes 110

      1 Psaume de David. *L’Eternel a déclaré à mon Seigneur : « Assieds-toi à ma droite jusqu’à ce que j’aie fait de tes ennemis ton marchepied. »
      2 L’Eternel étendra de Sion le sceptre de ta puissance : domine au milieu de tes ennemis !
      3 Ton peuple est plein d’ardeur, quand tu rassembles ton armée ; avec des ornements sacrés, du sein de l’aurore, ta jeunesse vient à toi comme une rosée.
      4 *L’Eternel l’a juré, et il ne se rétractera pas : « Tu es prêtre pour toujours à la manière de Melchisédek. »
      5 Le Seigneur est à ta droite, il écrase des rois le jour de sa colère.
      6 Il exerce la justice parmi les nations : tout est rempli de cadavres, il écrase des chefs sur tout le territoire.
      7 Il boit au torrent pendant la marche, c’est pourquoi il relève la tête.

      Zacharie 6

      13 C'est lui qui construira le temple de l'Eternel. Il portera les insignes de la majesté, il siégera sur son trône pour dominer et sera prêtre sur son trône, et une parfaite union régnera entre les deux fonctions.’

      Matthieu 22

      41 Comme les pharisiens se trouvaient rassemblés, Jésus les interrogea
      42 en ces termes : « Que pensez-vous du Messie ? De qui est-il le fils ? » Ils lui répondirent : « De David. »
      43 Et Jésus leur dit : « Comment donc David, animé par l'Esprit, peut-il l'appeler Seigneur lorsqu'il dit :
      44 Le Seigneur a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied’ ?
      45 Si donc David l'appelle Seigneur, comment peut-il être son fils ? »
      46 Aucun ne put lui répondre un mot. Et, depuis ce jour, personne n'osa plus lui poser de questions.

      Actes 2

      34 David en effet n'est pas monté au ciel, mais il dit lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-toi à ma droite

      Actes 5

      31 Dieu l'a élevé à sa droite comme Prince et Sauveur pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.

      1 Corinthiens 15

      25 En effet, il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds.
      26 Le dernier ennemi qui sera anéanti, c'est la mort.
      27 Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsque Dieu dit que tout lui a été soumis, il est évident que c’est à l’exception de celui qui lui a soumis toute chose.
      28 Lorsque tout lui aura été soumis, alors le Fils lui-même se soumettra à celui qui lui a soumis toute chose, afin que Dieu soit tout en tous.

      Ephésiens 1

      20 Cette puissance, il l'a déployée en Christ quand il l'a ressuscité et l'a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes,
      21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute souveraineté et de tout nom qui peut être nommé, non seulement dans le monde présent, mais encore dans le monde à venir.
      22 Il a tout mis sous ses pieds et il l'a donné pour chef suprême à l'Eglise

      Hébreux 1

      13 Enfin, auquel des anges a-t-il déjà dit : Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied ?

      Hébreux 5

      6 Il dit aussi ailleurs : Tu es prêtre pour toujours à la manière de Melchisédek.
      7 Pendant sa vie terrestre, Christ a présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa piété.
      8 Ainsi, bien qu’étant Fils, il a appris l'obéissance par ce qu’il a souffert.
      9 Et parfaitement qualifié, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel,
      10 car Dieu l'a déclaré grand-prêtre à la manière de Melchisédek.

      Hébreux 6

      20 là où Jésus, établi grand-prêtre pour toujours à la manière de Melchisédek, est entré pour nous en précurseur.

      Hébreux 7

      2 et Abraham lui a donné la dîme de tout. D'après la signification de son nom, Melchisédek est d'abord roi de justice ; ensuite il est roi de Salem, c'est-à-dire roi de paix.
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider