Dictionnaire Biblique de Top Bible

NEZ

Le même mot hébr., au sing, (aph) et au duel (appaïm), peut désigner le nez ou les narines : au sens propre, (Ca 7:5) en tant qu'organe de l'odorat (Am 4:10, Ps 115:6, Sag 15:15) ou organe extérieur de la respiration, identifiée avec la vie comme le souffle l'était avec l'esprit (voir ce mot) ; d'où les expressions figurées de Ge 2:7, Sag 2:2, Esa 2:22 (Sg. : l'homme, dans les narines duquel il n'y a qu'un souffle) et La 4:20 (litt. : l'esprit de nos narines, c-à-d, celui par qui nous respirions encore [Vers. Syn. ], celui qui nous faisait respirer [Sg. ]).

Les élégantes orientales appréciaient l'anneau au nez (Ge 24:47, Esa 3:21 Eze 16:12 Pr 11:22) aussi bien qu'aux oreilles (voir Ornements). Parmi les supplices que les Assyriens infligeaient aux vaincus il faut citer l'anneau passé aux narines (2Ro 19:28 parallèle Esa 37:29, cf. fig. 107), le nez coupé ou arraché ; (Eze 23:25) c'est ainsi qu'on pouvait parfois dompter les bêtes féroces en leur mettant une boucle aux naseaux. (Job 40:19,21)

Dans le troisième des défauts corporels excluant de la prêtrise, désigné par l'hébreu khâroum, (Le 21:18) beaucoup de versions, à la suite des LXX et de la Vulgate, voient un mutilé du nez (Sg. : nez camus), mais ce sens est très incertain ; il s'agit probablement d'une mutilation (Vers. Syn. : ceux auxquels il manque un membre ; Bbl. Cent. : mutilé), peut-être affectant spécialement la figure, nez, lèvres, oreilles, etc. Dans Eze 8:17, on pense ordinairement que le prophète condamne les idolâtres qui observent la pratique persane des adorateurs du soleil et du feu, d'approcher de leurs narines un rameau sacré ; Reuss traduit cette phrase comme une menace proverbiale : « mais ils portent la serpette à leur propre nez ! »

Les poètes de l'A. T, ne reculent pas devant l'anthropomorphisme qui attribue le vent au souffle de la face (litt., des narines) de Jéhovah, (Ex 15:8) l'orage au feu de sa bouche et à la fumée de ses narines, (Ps 18:9) ou qui fait offrir le parfum devant la face (litt., les narines) de l'Eternel. (De 33:10) L'hébreu aph, en effet, prend souvent par extension le sens de face, en particulier dans l'expression : se prosterner la face (litt., le nez) contre terre, (Ge 19:1 42:6 etc.) et aussi celui de colère (celle qui gonfle les narines), en particulier dans l'expression : sa colère s'enflamme ; (Ge 27:45, Ex 4:14, Jos 7:1 etc.) Pr 30:33 joue sur les deux sens du mot : nez et colère. Voir Face, Colère.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...