FERMER
www.quiestleheros.com

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le TopChrétien ne vit que de dons. Le site et ses contenus n'existent que par la générosité de 0,5% de ses internautes. S'il était possible de doubler le nombre de personnes engagées à nos côtés, il serait possible d'annoncer l’Évangile à des milliers de personnes supplémentaires chaque jour ! Oui, votre don fait la différence ! Nous avons besoin de vous. Le héros de la foi dont nous parle Hébreux 11, c'est vous ! MERCI.

Dictionnaire Biblique de Top Bible

PARABOLE

I Définition de la parabole.

Le mot gr. parabole (de paraballeïn-- mettre à côté, comparer) correspond à l'hébreu mâchai, dont la racine exprime, elle aussi, l'idée de similitude, mais qui ne peut nous être d'un grand secours pour définir la parabole, car il est employé dans des sens très divers pour désigner par exemple : des sentences (Job 27:1 29:1, Pr 26:7,9), des proverbes (1Sa 10:12 24:13,1Ro 4:32, Pr 1:1 10:1, Eze 18:2), des oracles (No 23:7 24:3 Hab 2:6), des paroles mystérieuses ou obscures (Ps 49:5 78:2), des récits figuratifs appelés « paraboles » mais qui sont en réalité des allégories (Eze 17:1,21 24:3-14). Les compatriotes d'Ézéchiel disaient de lui : (Eze 21:5) « N'est-ce pas un faiseur de paraboles ? » (Sg.), « Cet homme ne fait que parler en énigmes » (Vers. Syn.).

C'est par parabole que les LXX ont le plus souvent traduit mâchai, et c'est également ce mot que nous trouvons dans le N.T. où il a aussi des sens différents : proverbe (Lu 4:23 6:39), comparaison (Mt 24:32), image figurative (Heb 9:9 11:19). Dans Jn 16:25,29, Sg. traduit par « parabole » et la Vers. Syn. par « similitude » le gr. paroïmia, que Stapfer rend plus exactement par « terme figuré ». Mais, dans la grande majorité des cas, le mot parabole désigne bien la parabole proprement dite.

La parabole est une figure du langage symbolique. Comme l'indique l'étymologie, elle est une comparaison. Mais cette définition n'est pas suffisante, car, si la parabole est bien une similitude, ce qui la distingue de la simple comparaison et ce qui lui donne son caractère propre, c'est qu'elle se présente toujours sous la forme d'un court récit. La parabole ne doit être confondue ni avec la fable, ni avec l'allégorie (voir Symbolisme).

II Les paraboles de Jésus.

C'est bien d'elles qu'il s'agit dans cette étude, non pas seulement à cause de leur valeur propre, mais parce que, à part trois exceptions, ce sont les seules que nous trouvions dans la Bible. En effet, si les métaphores, les comparaisons, les allégories tiennent une très grande place dans la littérature de l'A.T., il ne s'y trouve que trois paraboles proprement dites : celle du prophète Nathan cherchant à éveiller le sentiment du péché dans le coeur de David coupable de meurtre et d'adultère (2Sa 12:1,14), celle de l'Ecclésiaste sur la petite ville assiégée (Ec 9:13,16) et celle du prophète Ésaïe sur la vigne de l'Éternel (Esa 5:1,7). Dans le N.T., d'autre part, seuls les évangiles renferment des paraboles, et encore faut-il ajouter qu'elles se trouvent toutes dans les Synoptiques, car le langage figuré de l'évangile selon saint Jean est nettement allégorique.

Si Jésus a souvent employé la parabole, cela ne veut pas dire qu'il ait créé ce genre de récit, car nous savons que les rabbins en faisaient un fréquent usage. Seulement ceux-ci s'en servaient, non pour instruire le peuple, mais pour enseigner leur doctrine à leurs disciples. De là le caractère trop didactique et souvent même trop ésotérique des paraboles rabbiniques. Celles de Jésus, au contraire, destinées au peuple ou aux disciples, eux-mêmes gens du peuple, sont simples, vivantes, concrètes, d'un naturel et d'une fraîcheur incomparables. Leur valeur est unique, comme unique est la personne de Celui qui les a données.

Essayons de dresser une liste des paraboles qui nous ont été conservées. Il nous faut, tout d'abord, mettre à part les simples comparaisons qui ne se présentent pas sous la forme de récits et qui sont très nombreuses, car on sait à quel point le langage de Jésus est imagé.

En voici quelques-unes :

la ville sur la montagne (Mt 5:14), la lampe sur le pied de lampe (Mt 5:15 et suivant et parallèle), les oiseaux du ciel et les lis des champs (Mt 6:26,30 et parallèle), une pierre au lieu de pain (Mt 7:9-11 et parallèle), l'arbre et son fruit (Mt 7:16,19 et parallèle), l'étoffe neuve et le vin nouveau (Mt 9:16 et suivant et parallèle), les brebis au milieu des loups (Mt 10:16), les enfants qui jouent sur la place publique (Mt 11:16-19 et parallèle), l'homme fort (Mt 12:29 et parallèle), la poule qui rassemble sa couvée sous ses ailes (Mt 23:37 et parallèle), la tour et son devis, le roi et ses projets de guerre, le sel perdant sa saveur (Lu 14:28,33), le grain de froment (Jn 12:24), etc.

Restent les paraboles proprement dites. Il est difficile d'en fixer le nombre exact, car la ligne de démarcation entre elles et les simples comparaisons est dans plusieurs cas trop peu précise pour rendre possible une discrimination rigoureuse. Pour tenter un essai de classification des paraboles, le mieux est de suivre l'ordre chronologique, qui permet de les ranger approximativement en trois groupes.

Le premier groupe comprend les paraboles prononcées dans la première période du ministère de Jésus et dont le thème fondamental est le Royaume de Dieu.

Ce sont :

les deux maisons (Mt 7:24, Lu 6:48), le semeur (Mt 13:1, Mr 4:3, Lu 8:5), la semence jetée en terre (Mr 4:26), l'ivraie (Mt 13:24), le grain de sénevé (Mt 13:31, Mr 4:30, Lu 13:18), le levain (Mt 13:33, Lu 13:21), le trésor caché (Mt 13:44), la perle de grand prix (Mt 13:45), le filet (Mt 13:47).

Dans le deuxième groupe, nous avons les paraboles données durant la seconde période du ministère dans des circonstances très diverses. Les unes sont, comme celles du premier groupe, des similitudes, tandis que d'autres sont plutôt des exemples illustrant, par un cas particulier, une vérité générale. La plupart ne se trouvent que dans l'évangile selon saint Luc.

En voici la liste :

les deux débiteurs (Lu 7:41), le bon Samaritain (Lu 10:30), l'ami importun (Lu 11:5), le riche insensé (Lu 12:16), les serviteurs vigilants (Lu 12:36), le figuier stérile (Lu 13:6), la brebis perdue (Lu 15:3, Mt 18:12), la drachme perdue (Lu 15:8), l'enfant prodigue (Lu 15:11), l'économe infidèle (Lu 16:1), Lazare et le riche (Lu 16:19), le juge inique (Lu 18:1), le pharisien et le péager (Lu 18:9), le serviteur impitoyable (Mt 18:23), les ouvriers (Mt 20:1).

Le troisième groupe comprend les paraboles de la fin du ministère. Elles reprennent le thème du Royaume de Dieu, mais en accentuant la note eschatologique.

Ce sont :

les deux fils (Mt 21:28), les vignerons (Mt 21:33, Mr 12:1, Lu 20:9), le festin (Mt 22:1, Lu 14:16), les dix vierges (Mt 25:1), les talents (Mt 25:14, Lu 19:12).

III Le but des paraboles.

Jésus parle en paraboles pour rendre accessibles des vérités spirituelles en prenant des comparaisons et des exemples dans le monde matériel et dans la vie ordinaire. Il admet ainsi une harmonie profonde entre le monde de l'Esprit et le monde de la nature, harmonie en vertu de laquelle ce qui est connu de celui-ci permet, par analogie, de comprendre ce qui est affirmé de celui-là. Il tire parti des faits les plus familiers et des choses les plus communes pour illustrer sa pensée et mettre son enseignement à la portée des plus humbles et des plus ignorants. En un mot, Jésus parle en paraboles pour mieux être compris de tous. Or telle ne paraît pas avoir été toujours l'idée que les disciples se sont faite des paraboles. Il semble que, dans certains cas, ils les aient considérées comme des énigmes dont le sens caché aux profanes devait être révélé aux initiés. C'est bien ce que laisse supposer le texte de Mr 4:10-12 : « A vous, il est donné de pénétrer le mystère du Royaume de Dieu, mais à ceux-là, ceux du dehors, tout arrive en paraboles, afin qu'en voyant ils voient mais n'aperçoivent pas, qu'en entendant ils entendent mais ne comprennent pas, de peur qu'ils ne se convertissent et qu'il ne leur soit pardonné » (cf. Lu 8:10 et Esa 6:9 et suivant). Cette explication, si elle était vraie, serait la négation même non seulement de tout l'enseignement, mais aussi de toute l'oeuvre de Jésus « venu pour chercher et sauver ce qui était perdu ». L'évangile selon saint Matthieu donne une tout autre raison en remplaçant ce afin que » (gr. hina) par « parce que » (gr. hoti). « C'est pour cela que je leur parle en paraboles, c'est parce que, tout en voyant, ils ne voient point ; tout en entendant, ils n'entendent ni ne comprennent » (Mt 13:10,15). Ici, la parabole, bien loin d'avoir pour but de produire une sorte d'obscurcissement des esprits, est rendue nécessaire à cause même de cet obscurcissement, comme un moyen de grâce accordé par Dieu aux hommes qui, aveuglés par le péché et par l'erreur, ne peuvent saisir la vérité que si elle s'abaisse au niveau de leur infirmité.

Ajoutons que si les paraboles ont pour but de rendre plus intelligibles les vérités religieuses enseignées, elles ne les présentent pas avec une évidence contraignante. Elles peuvent être d'une admirable limpidité pour laisser apparaître ces vérités à ceux qui veulent les trouver et les posséder ; mais, à cause même de la matérialité des images employées, elles peuvent aussi rester opaques et ne rien révéler à ceux qui, ne voulant pas comprendre, ne retiennent que l'histoire elle-même, comme si celle-ci n'avait aucune signification spirituelle. En d'autres termes, elles sont autant d'appels qui, s'adressant à tous, respectent la liberté de chacun. De là, le solennel avertissement de Jésus : « Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende » (Mt 13:9).

IV Interprétation des paraboles.

La différence de nature qui existe entre la parabole et l'allégorie entraîne une différence d'interprétation. En effet, dans l'allégorie, à cause de l'identification qui se produit entre le signe et la chose signifiée, chaque détail a par lui-même un sens caché qui doit être découvert. Dans la parabole, au contraire, la comparaison des réalités mises en présence et qui restent distinctes l'une de l'autre ne porte que sur un seul point. Le récit n'est donc donné d'un bout à l'autre que pour mettre en lumière une seule vérité ; et c'est cette vérité qu'il faut chercher à apercevoir. Les détails ne sont là que pour le développement de l'histoire et chacun d'eux n'a de sens qu'en fonction de l'ensemble du récit. C'est donc une erreur, trop souvent commise, que de traiter les paraboles comme si elles étaient des allégories, car on se perd ainsi dans des subtilités, au lieu de saisir tout simplement la vérité essentielle que chacune d'elles contient. Alb. D.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...