Dictionnaire Biblique de Top Bible

PASTORALES (épîtres) 2.

II Circonstances, temps et lieux où furent composées les Pastorales.

Paul est en liberté quand il écrit la lettre que nous appelons la 1 re à Timothée. Le destinataire est à Éphèse, Paul paraît être en Macédoine ; du moins est-ce en partant pour cette province qu'il a fait à son disciple un devoir de rester dans la capitale de l'Asie proconsulaire, afin de combattre l'enseignement de certains docteurs (1Ti 1:3). Il espère d'ailleurs l'y rejoindre bientôt (1Ti 3:14 4:13).

L'épître à Tite est écrite aussi à un moment où Paul peut aller et venir à son gré. Il a laissé Tite en Crète en le chargeant d'y régulariser l'organisation des communautés (Tit 1:5). Mais Ti aura bientôt à venir le retrouver à Nicopolis (Épire). C'est là que Paul a résolu de passer l'hiver. Il va envoyer en Crète Artémas ou Tychique, sans doute pour remplacer Tite, car celui-ci ne pourra partir que quand l'un ou l'autre de ces deux hommes sera arrivé (Tit 3:12). Il est invité à pourvoir Apollos et un légiste nommé Zénas, vraisemblablement les porteurs de la lettre, de ce qu'il leur faut pour un voyage ultérieur dont le but n'est pas indiqué (Tit 3:13).

Paul est prisonnier à Rome quand il écrit 2Timothée (2Ti 1:8,16 2:9) Déjà une fois il a comparu devant le tribunal impérial, et si, alors, toute aide humaine lui a manqué, le Seigneur l'a secouru et délivré, voulant qu'il pût achever son oeuvre parmi les Gentils (2Ti 4:16 et suivant). Mais maintenant il prévoit que son procès se terminera par une condamnation à mort (2Ti 4:6-8). Confiant dans le Seigneur, qui l'accueillera dans son céleste royaume (2Ti 4:18), il est prêt au sacrifice ; mais il se sent humainement bien isolé. Plusieurs, sur lesquels il croyait pouvoir compter, ont fait défection : c'est le cas de Démas (2Ti 4:9) ; c'est le cas de tout un groupe de chrétiens d'Asie (2Ti 1:13). Il loue par contre le dévouement d'un autre Asiate, Onésiphore, qui, sitôt arrivé à Rome, s'est mis à sa recherche et n'a eu de cesse qu'il ne l'ait trouvé dans sa prison ; mais il semble qu'Onésiphore ne soit plus de ce monde au moment de l'envoi de la lettre (2Ti 1:16 et suivants, cf. 2Ti 4:19). D'autres compagnons l'ont quitté apparemment pour se livrer à un travail missionnaire : Tite est en Dalmatie, Crescens--nommé seulement ici--en Galatie ou en Gaule (2Ti 4:10). Il a envoyé Tychique à Éphèse (2Ti 4:12). Pour le moment, Luc seul est auprès de lui (2Ti 4:11). Aussi soupire-t-il après la présence de Timothée et le presse-t-il de venir à Rome au plus tôt, avant l'hiver (2Ti 1:4 4:9,21), en se faisant accompagner par Marc (2Ti 4:11). La lettre ne dit pas où se trouve le destinataire. Il ne doit pas être loin de Troas, car il est prié d'en rapporter un manteau et des livres laissés chez un nommé Carpus (2Ti 4:13). Les probabilités sont pour Éphèse. L'apôtre fait mention de plusieurs Éphésiens ou Asiates. Tychique est du nombre (Ac 20:4) ; de même Trophime, mentionné 2Ti 4:20. Si Tychique a été délégué à Éphèse, il y a apparence que c'est comme futur remplaçant de Timothée. Et si Timothée est chargé de saluer la famille d'Onésiphore (2Ti 4:19), qu'il a vu à l'oeuvre à Éphèse (2Ti 1:18), c'est sans doute parce qu'il n'a pas encore quitté la ville où cet homme de bien habitait avec les siens avant de venir à Rome. Prisca et Aquilas, à qui Paul envoie aussi ses salutations (2Ti 4:19), ont été à Éphèse et peuvent y être de nouveau, après être retournés pour quelque temps à Rome (Ac 18:18,26,1Co 16:19, Ro 16:3).

En tenant compte de ces indications, on a essayé, mais en vain, de rapporter la composition des Pastorales à une phase de la carrière de Paul qui nous soit connue par ses autres épîtres ou par les Actes.

Nous savons par Ac 20:1 que Paul partit pour la Macédoine après ses deux ans et demi ou trois ans d'activité à Éphèse. La 1re à Timothée daterait-elle de ce temps ? Non, puisqu'on y voit que Timothée est resté en Asie, alors que, d'après Ac 19:22, il avait précédé Paul en Macédoine où nous le retrouvons un peu plus tard auprès de l'apôtre (2Co 1:1). En outre, à ce moment, Paul ne songeait pas à revenir à Éphèse. Son but était, après Corinthe, Jérusalem, où il avait à porter la collecte. Comme un voyage de Paul à Corinthe, non mentionné par les Actes, paraît devoir s'intercaler dans son grand séjour à Éphèse (2Co 12:14 13:1,2:1 etc.), on a supposé que l'apôtre avait cette fois aussi passé par la Macédoine pour se rendre en Achaïe, et qu'il aurait écrit 1Ti à cette occasion. Mais il ressort du contenu de l'épître, en particulier de ce qui y est dit de l'exercice des charges ecclésiastiques, que l'Église d'Éphèse a déjà bien des années d'existence ; cela ne se comprend pas si 1Ti se place par rang d'âge entre nos deux épîtres aux Corinthiens.

Touchant l'épître à Tite, on a émis cette hypothèse : Paul aurait interrompu son premier séjour à Corinthe (Ac 18:11) pour se rendre en Crète avec Tite, ou s'y serait arrêté au cours du voyage qui devait l'amener de Corinthe en Syrie (Ac 18:18-22), et aurait écrit peu après à son disciple demeure dans l'île. Mais, dans notre épître, il parle d'Apollos comme de quelqu'un qu'il connaît bien ; or, il ne dut faire qu'à Éphèse la connaissance de ce brillant prédicateur, revenu d'Achaïe en Asie (Ac 19:1,1Co 16:12). L'épître à Tite ne saurait donc être antérieure au grand séjour à Éphèse. Daterait-elle de ce séjour même ? On peut supposer que Paul a visité la Crète à l'occasion du voyage à Corinthe que les Actes ne mentionnent pas ; ainsi notre lettre se placerait entre les deux épîtres aux Corinthiens (comme 1Ti d'après une hypothèse mentionnée plus haut). Apollos, qui était à Éphèse lors de l'envoi de 1 Cor., a pu à quelque temps de là naviguer vers la Crète avec Zénas avant ou au lieu de retourner en Achaïe, ce que Paul désirait qu'il fît (1Co 16:12). Cependant 2Co parle d'une activité de Tite à Corinthe qui appartient à la même époque. Il serait donc venu rejoindre son maître, non à Nicopolis, mais à Éphèse, et aurait reçu une nouvelle mission. Certes, la phase éphésienne du ministère de Paul est d'une longueur qui rend bien des suppositions possibles, mais on en vient de la sorte à la surcharger invraisemblablement. Et quoique le silence des Actes sur l'évangélisation de la Crète ne soit pas un argument péremptoire, il est pourtant digne de remarque que Luc, quand il raconte le passage dans les eaux crétoises du navire qui portait Paul prisonnier (Ac 27:7,13), ne dise rien qui fasse soupçonner que l'apôtre ait jadis débarqué dans cette île et y ait fondé des communautés. Enfin, nous avons à tenir compte d'une observation qui vaut pour l'épître à Tite comme pour la première à Timothée. Si ces deux lettres sont censées contemporaines des épîtres aux Galates et aux Corinthiens, elles se trouvent séparées de la seconde à Timothée par un intervalle dont la durée se concilie mal avec les étroits rapports que ces trois écrits offrent entre eux.

Écrite alors que Paul était prisonnier à Rome, la 2 e à Timothée ne peut avoir vu le jour pendant la captivité romaine dont parlent les Actes. Si l'on suppose qu'elle date du début de cette captivité, c-à-d, d'avant l'envoi des épîtres aux Colossiens, à Philémon, aux Éphésiens, aux Philippiens, on s'explique, il est vrai, la présence, signalée par ces épîtres (Col 1:1 4:10, Phi 1:1 2:19 et suivants), de Timothée et de Marc à Rome. Obéissant tous deux à l'appel de Paul (2Ti 1:4 4:9,11,21), ils seraient venus le rejoindre dans l'intervalle. Mais il faut encore que Tychique, envoyé de Rome à Éphèse d'après 2Ti 4:12, soit revenu avant que Paul écrive aux Éphésiens et aux Colossiens, puisque ces lettres mentionnent l'envoi en Asie du même Tychique, cette fois accompagné d'Onésime (Eph 6:21 et suivant, Col 4:7 et suivants, cf. Phm 1:10 et suivant). Et comment expliquer que Paul, si délaissé d'après 2 Tim., soit de nouveau si entouré, ayant auprès de lui, non pas seulement Luc, non pas seulement Timothée et Marc, mais aussi Aristarque, Jésus Justus, Épaphras et Démas (Col 4:10-14), ce Démas qui l'avait abandonné par amour pour le présent siècle ? --Une (2Ti 4:9) autre solution a été tentée : c'est de mettre 2Ti non plus au commencement, mais à la fin de la même captivité romaine, après l'épître aux Philippiens. Dans celle-ci, on voit que Timothée était à Rome (Phi 1:1), mais que Paul avait l'intention de l'envoyer bientôt à Philippes (Phi 2:19) et suivants). De Philippes, Timothée se serait rendu à Éphèse, d'où Paul le rappellerait. Le grand isolement dont l'apôtre se plaint dans 2Ti n'est pas en désaccord avec Php 2:20,21. Mais les objections qu'il nous reste à signaler valent contre toute tentative de placer la composition de notre épître dans le temps que délimite la notice d'Ac 28:30, et prennent d'autant plus de force qu'on se rapproche davantage du terme de ces deux ans. « Éraste est resté à Corinthe, et j'ai laissé Trophime malade à Milet », lit-on 2Ti 4:20. Si ceci a été écrit au cours des deux années en question, les faits mentionnés par Paul ont dû se passer quand il se rendit de Corinthe à Jérusalem par la Macédoine et l'Asie. Trophime était de ceux qui accompagnèrent l'apôtre (Ac 20:4), et l'on s'arrêta à Milet (Ac 20:15). Mais nous retrouvons ensuite Trophime à Jérusalem avec Paul (Ac 21:29). Se serait-il remis assez promptement pour le rejoindre dans l'intervalle ? On peut l'admettre à la rigueur. Mais un homme dans son bon sens ne parle pas ainsi d'un incident déjà ancien, et qui n'a pas eu de suite, à quelqu'un qui n'a pas dû l'ignorer (Timothée était du voyage). De plus, comment Paul ne s'aviserait-il qu'une fois à Rome de réclamer son manteau et ses livres (2Ti 4:13), si c'est à l'occasion de ce même voyage qu'il les a laissés à Troas ? (Ac 20:6)

Il faudrait renoncer à trouver pour nos épîtres une place dans la vie de Paul, s'il était établi que sa carrière a pris fin après deux ans de captivité à Rome. Mais c'est une conclusion qu'on ne peut tirer sans arbitraire de la brusque terminaison du livre des Actes. Le plus probable est que Paul est mort seulement quelques années plus tard, après un nouvel emprisonnement, comme le suppose la tradition relative à son voyage en Espagne (voir Chronol. du N.T., t. I, p. 206). La 2 e à Timothée doit dater de cette seconde captivité. La seule interprétation naturelle de 2Ti 4:16 et suivant est bien d'y voir, avec Eusèbe (H.E., II, 22), une allusion à un premier procès suivi de libération. Il s'agit en effet d'une délivrance qui devait permettre à l'apôtre de continuer et de parfaire son oeuvre missionnaire. C'est autre chose et c'est plus qu'une assistance qu'il aurait reçue d'En-haut à la première audience du procès en cours, procès dont il prévoit l'issue.

Si, comme nous l'admettons, Paul a été relâché à la suite d'un premier jugement, les circonstances auxquelles se rapportent nos trois épîtres peuvent être reconstituées d'une manière satisfaisante. Cette libération aura permis à l'apôtre de retourner en Orient, comme nous savons qu'il en avait le désir (Phm 1:22, Phi 1:26 2:24). Fit-il d'abord, ou remit-il à plus tard le voyage en Espagne qu'il projetait déjà en écrivant aux Romains ? (Ro 15:28) On ne peut rien affirmer à cet égard. Remarquons cependant que, dans 2 Tim., les impressions rapportées des pays du Levant paraissent être encore assez fraîches, ce qui ne dispose pas à croire que Paul ait visité l'Espagne entre son retour de ces contrées et sa nouvelle incarcération à Rome.

Quoi qu'il en soit, voici l'idée que nous pouvons nous faire de son nouvel et dernier itinéraire oriental. De Rome, ou d'Espagne, il se rend en Crète, y prêche l'Evangile, mais n'y reste pas fort longtemps. Laissant Tite continuer son oeuvre (Tit 1:5), il reprend la mer. Son but est la Macédoine. Timothée, qui voulait soit l'y accompagner, soit l'y rejoindre, reçoit l'ordre de rester plutôt à Éphèse (1Ti 1:3. --Ce texte est souvent compris comme signifiant que Paul est allé d'abord de Crète en Asie, et que c'est à son départ d'Éphèse qu'il a dit à son disciple de ne pas quitter cette ville. Mais l'ordre a pu être donné par lettre ou transmis par un tiers). De Macédoine probablement, ou peut-être d'Epire, il écrit à Timothée et à Tite, donnant à ce dernier rendez-vous à Nicopolis, où il compte passer l'hiver. Quelque temps plus tard, disons l'hiver une fois passé, il se remet en route, gagne les côtes d'Asie, s'arrête à Troas (2Ti 4:13) et à Milet (2Ti 4:20). On peut supposer qu'il revit Timothée à Éphèse, puisque telle était son intention (1Ti 3:14 4:13), voire même qu'il poussa jusqu'en Phrygie, selon le projet formé depuis longtemps (Phm 1:22). Mais ici encore, la preuve manque. Ce qu'il dit du manteau et des livres laissés chez Carpus ferait croire que son itinéraire du retour a été modifié. La phrase : « Eraste est resté à Corinthe » (2Ti 4:20) suggère qu'il visita aussi, en revenant, la capitale de l'Achaïe. Nous le retrouvons à Rome, de nouveau prisonnier et écrivant ou dictant la 2 e à Timothée. Pas de difficulté pour les allées et venues de Tychique. Il y a bien assez de marge entre l'époque où Paul envoyait ce chrétien en Asie avec les épîtres aux Éphésiens et aux Colossiens, et celle où il parle de déléguer en Crète, soit Tychique, soit Artémas. C'est sans doute Artémas qui a été choisi. Tychique a pu suivre Paul à Rome et de là repartir pour Éphèse, un peu avant l'envoi de 2 Timothée. Voir Paul (ses voyages), VI, et la carte.

L'ordre de composition des Pastorales ressort assez clairement de leur contenu, du moins en ce qui concerne la postériorité de la 2 e ép. à Timothée par rapport à la 1re à Timothée et à l'épître à Ti ; de ces deux, qui évidemment se suivent de près, on ne peut dire avec certitude laquelle a été écrite en premier. Nos trois lettres doivent dater des années qui vont de la fin de la première captivité romaine (61) à la mort de saint Paul. La date de cette mort n'est pas sûre : il n'est nullement établi que l'apôtre des Gentils se soit trouvé à Rome en 64 et ait péri victime de la persécution qui se déchaîna après l'incendie. Mais on ne saurait descendre au delà de 68, année de la mort de Néron, la tradition constante de l'Église étant que Paul, comme Pierre, souffrit le martyre sous le règne de cet empereur. Il ne nous paraît pas possible de préciser davantage. Quel est l'hiver que Paul voulut passer en Epire ? Quel est celui qu'il voyait venir quand il appelait Timothée auprès de lui et qui dut être le dernier de sa vie, si tant est qu'il lui ait été donné de le vivre encore ? Résignons-nous à l'ignorer.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

📚 Un livre exceptionnel !

Nous avons réuni dans un livre, rien que pour vous, les 100 meilleures "Pensées du Jour" du Top !
Pour quelques jours encore, le tarif de ce très beau livre est réduit pour vous permettre de le découvrir et de l'offrir à vos amis.
Plus d’infos en cliquant ici !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Lamentations 1

      1 Comment ! Elle est assise solitaire, cette ville si peuplée, elle est pareille à une veuve ! Elle qui était grande parmi les nations, elle qui était une princesse parmi les provinces, la voilà maintenant astreinte à la corvée !
      2 Elle pleure durant la nuit et ses joues sont couvertes de larmes. Parmi tous ceux qui l'aimaient, pas un ne la console : tous ses amis l’ont trahie, ils sont devenus ses ennemis.
      3 Juda est en exil, accablé par la misère et un grand esclavage. Il habite au milieu des nations sans y trouver de repos. Tous ses persécuteurs l'ont rattrapé au beau milieu des détresses.
      4 Les chemins de Sion sont dans le deuil, car on ne va plus aux fêtes. Toutes ses portes sont désertes, ses prêtres gémissent, ses jeunes filles sont pleines de chagrin et elle-même est remplie d'amertume.
      5 Ses adversaires ont pris le dessus, ses ennemis sont tranquilles, car c’est l'Eternel qui l’a plongée dans le chagrin à cause du grand nombre de ses transgressions. Ses enfants ont marché en déportés devant l’adversaire.
      6 La fille de Sion a perdu toute sa splendeur. Ses chefs sont pareils à des cerfs qui n’ont rien trouvé à brouter et qui fuient, sans force, devant celui qui les pourchasse.
      7 Durant ces jours de misère et d’errance, Jérusalem s'est souvenue de tous les biens précieux dont elle jouissait par le passé. Quand sa population est tombée entre les mains de l’adversaire, il n’y a eu personne pour l’aider : ses ennemis l'ont regardée et ont ri de sa chute.
      8 Jérusalem a gravement péché. Voilà pourquoi elle inspire le dégoût. Tous ceux qui l'honoraient la méprisent, car ils ont vu sa nudité. Elle-même gémit et tourne le dos.
      9 Son impureté se trouve dans les pans de sa robe. Elle n’avait pas imaginé sa fin ; elle est tombée d'une manière étonnante et personne ne la console. « Vois ma misère, Eternel, face à l’arrogance de l’ennemi ! »
      10 L’adversaire a étendu la main sur tout ce qu'elle avait de précieux. En effet, Jérusalem a vu les nations pénétrer dans son sanctuaire, alors que tu leur avais interdit d’entrer dans ton assemblée.
      11 Toute sa population gémit, elle cherche du pain. Ils ont donné tout ce qu’ils avaient de précieux pour de la nourriture afin de retrouver des forces. « Vois, Eternel, regarde, car je suis méprisée !
      12 Que cela ne vous arrive pas, à vous qui passez sur le chemin ! Regardez et voyez s'il y a une souffrance pareille à la mienne, à celle qui me fait si mal, à celle que l'Eternel m'a infligée le jour où il a déversé toute l’ardeur de sa colère.
      13 D'en haut il a lancé un feu dans mes os et il les piétine. Il a tendu un piège sous mes pieds, il m'a fait tomber en arrière. Il m'a livrée à la dévastation, je suis constamment souffrante.
      14 Sa main a fait de mes transgressions une charge, elles se sont entremêlées, hissées sur ma nuque. Il a brisé ma force. Le Seigneur m'a livrée entre des mains auxquelles je suis incapable de résister.
      15 Le Seigneur a terrassé tous les guerriers qui étaient avec moi, il a convoqué contre moi un rassemblement pour briser mes jeunes hommes. Le Seigneur a écrasé au pressoir la jeune fille, la fille de Juda.
      16 C'est pour cela que je pleure. Mes yeux fondent en larmes car il s'est éloigné de moi, celui qui pourrait me consoler, celui qui aurait pu me redonner des forces. Mes fils sont désespérés car l'ennemi est puissant. »
      17 Sion a tendu les mains et personne ne l'a consolée ; l'Eternel a donné ses ordres contre Jacob aux adversaires qui l’entouraient et Jérusalem est devenue un objet d'horreur au milieu d'eux.
      18 « L'Eternel est juste, car je me suis révoltée contre ses ordres. Ecoutez donc, vous, tous les peuples, et voyez ma douleur ! Mes jeunes filles et mes jeunes hommes sont partis en déportation ;
      19 j'ai appelé mes amis et ils m'ont trompée ; mes prêtres et mes anciens ont expiré dans la ville, alors qu’ils cherchaient de la nourriture pour retrouver des forces.
      20 Regarde, Eternel, car je suis dans la détresse ! Je suis profondément tourmentée, profondément bouleversée, car j'ai été vraiment rebelle. Dehors, l'épée m’a privée d’enfants ; dedans, c’est la mort.
      21 On a entendu mes gémissements et personne ne m'a consolée. Tous mes ennemis ont appris mon malheur, et ils se sont réjouis de ce que tu en étais l’auteur. Tu as fait venir le jour que tu avais annoncé. Qu’ils deviennent eux aussi pareils à moi !
      22 Que toute leur méchanceté vienne devant toi ! Traite-les comme tu m'as traitée à cause de toutes mes transgressions, car mes soupirs sont nombreux et mon cœur est souffrant ! »

      Lamentations 2

      1 Comment ! A cause de sa colère, le Seigneur maintient de sombres nuages sur la fille de Sion ! Il a précipité du ciel sur la terre la fierté d'Israël ! Il ne s'est pas souvenu de son marchepied, le jour de sa colère !
      2 Le Seigneur a englouti sans pitié tous les domaines de Jacob. Dans sa fureur, il a démoli les forteresses de la fille de Juda, il les a précipitées par terre. Il a profané le royaume et ses chefs.
      3 Dans son ardente colère, il a abattu toute la force d'Israël. Il a retiré sa main droite en présence de l'ennemi. Il a allumé en Jacob comme un feu dont les flammes dévorent tout ce qui l’entoure.
      4 Il a tendu son arc comme un ennemi, sa main droite s'est dressée comme celle d'un assaillant. Il a fait disparaître tout ce qui plaisait aux regards, il a déversé sa fureur comme un feu sur la tente de la fille de Sion.
      5 Le Seigneur a été comme un ennemi : il a englouti Israël, il a englouti tous ses palais, il a détruit ses forteresses. Il a rempli la fille de Juda de plaintes et de gémissements.
      6 Il est passé en force, comme on force la clôture d’un jardin, il a détruit son lieu de rencontre. L'Eternel a fait oublier dans Sion les fêtes et les sabbats et, dans sa violente colère, il a rejeté le roi et le prêtre.
      7 Le Seigneur a repoussé son autel, détesté son sanctuaire. Il a livré entre les mains de l'ennemi les murs des palais de Sion. Des cris ont retenti dans la maison de l'Eternel, comme un jour de fête.
      8 L'Eternel avait projeté de détruire les murs de la fille de Sion. Il a étendu le ruban à mesurer, il n'a pas retiré sa main pour l’empêcher de tout engloutir. Il a plongé dans le deuil remparts et murailles : ensemble ils dépérissent.
      9 Ses portes se sont enfoncées dans la terre, il a démoli et brisé ses verrous. Son roi et ses chefs sont dispersés parmi les nations. Il n'y a plus de loi. Même ses prophètes ne reçoivent plus aucune vision de l'Eternel.
      10 Les anciens de la fille de Sion sont assis par terre, ils restent silencieux ; ils ont couvert leur tête de poussière, ils se sont habillés de sacs. Les jeunes filles de Jérusalem baissent la tête vers la terre.
      11 Mes yeux s’épuisent dans les larmes, je suis profondément tourmenté, ma bile se déverse par terre à cause du désastre qui frappe la fille de mon peuple. Des enfants et des nourrissons tombaient en défaillance sur les places de la ville.
      12 Ils disaient à leur mère : « Où y a-t-il du blé et du vin ? » tandis qu’ils tombaient en défaillance comme des blessés dans les rues de la ville, qu’ils rendaient l'âme sur la poitrine de leur mère.
      13 Que dois-je te dire ? A quoi te comparer, fille de Jérusalem ? Quel exemple te donner pour te consoler, vierge, fille de Sion ? En effet, ton désastre est aussi grand que la mer. Qui pourra te guérir ?
      14 Tes prophètes ont eu pour toi des visions sans valeur ni saveur ; ils n'ont pas dévoilé ta faute afin de changer ton sort. Ils t'ont communiqué des messages mensongers et trompeurs.
      15 Tous les passants applaudissent en te voyant. Ils sifflent, ils secouent leur tête au sujet de la fille de Jérusalem : « Est-ce bien la ville que l’on présentait comme une beauté parfaite, la joie de toute la terre ? »
      16 Tous tes ennemis ouvrent la bouche contre toi, ils sifflent, ils grincent des dents. Ils disent : « Nous l'avons engloutie ! C'est bien le jour que nous attendions. Nous l'avons atteint, nous le voyons ! »
      17 L'Eternel a mis en œuvre ce qu'il avait décidé. Il a accompli sa parole, celle qu'il avait depuis longtemps ordonnée. Il a démoli sans pitié, il a fait de toi la joie de l'ennemi, il a relevé la force de tes adversaires.
      18 Le cœur des vaincus crie vers le Seigneur. Muraille de la fille de Sion, laisse couler tes larmes jour et nuit, comme un torrent ! Ne te donne aucun répit et que ton œil n'ait pas de repos !
      19 Lève-toi, crie ta détresse dans la nuit, au début de tes insomnies ! Déverse ton cœur comme de l'eau devant le Seigneur ! Lève tes mains vers lui pour la vie de tes enfants qui meurent de faim à tous les coins de rue !
      20 « Vois, Eternel ! Regarde qui tu as traité de cette manière ! Fallait-il que des femmes dévorent ceux qu’elles ont mis au monde, les petits enfants dont elles ont pris soin avec tendresse ? Fallait-il que prêtres et prophètes soient massacrés dans le sanctuaire du Seigneur ?
      21 Les enfants et les vieillards sont couchés par terre dans les rues, mes jeunes filles et mes jeunes hommes sont tombés sous les coups d'épée. Tu les as tués, le jour de ta colère, tu les as massacrés sans pitié.
      22 Tu convoques comme pour un jour de fête ceux qui me terrorisent de tous côtés. Le jour de la colère de l’Eternel, il n'y a eu ni rescapé ni survivant. Ceux dont j’avais pris soin avec tendresse et que j’avais élevés, mon ennemi les a exterminés. »

      Actes 18

      11 Il s’établit là un an et six mois, enseignant la parole de Dieu parmi les Corinthiens.
      18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères et sœurs et embarqua pour la Syrie avec Priscille et Aquilas. Il s'était fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un vœu.
      19 Ils arrivèrent à Ephèse où Paul laissa ses compagnons. Lui-même entra dans la synagogue et s'entretint avec les Juifs,
      20 qui lui demandèrent de prolonger son séjour [chez eux]. Mais il refusa
      21 et prit congé d'eux en disant : « [Il faut absolument que je célèbre la fête prochaine à Jérusalem. ] Je reviendrai vers vous, si Dieu le veut. » Et il partit d'Ephèse en bateau.
      22 Il débarqua à Césarée et monta à Jérusalem pour saluer l'Eglise, puis il descendit à Antioche.
      26 Il se mit à parler avec assurance dans la synagogue. Après l'avoir écouté, Aquilas et Priscille le prirent avec eux et lui exposèrent plus exactement la voie de Dieu.

      Actes 19

      1 Pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul arriva à Ephèse après avoir traversé les hautes provinces de l'Asie. Il rencontra quelques disciples
      22 Il envoya en Macédoine deux de ses aides, Timothée et Eraste, et resta lui-même encore quelque temps en Asie.

      Actes 20

      1 Lorsque le tumulte eut cessé, Paul fit venir les disciples [et les encouragea], puis il prit congé d'eux et partit pour la Macédoine.
      4 Il avait pour l'accompagner [jusqu'en Asie] Sopater de Bérée, [fils de Pyrrhus, ] Aristarque et Secundus de Thessalonique, Gaïus de Derbe, Timothée, ainsi que Tychique et Trophime, originaires d'Asie.
      6 De notre côté, après la fête des pains sans levain, nous avons embarqué à Philippes et, au bout de 5 jours, nous les avons rejoints à Troas où nous avons passé 7 jours.
      15 De là, continuant par la mer, nous sommes arrivés le lendemain en face de Chios. Le jour suivant nous sommes passés par Samos, et le jour d'après nous sommes arrivés à Milet.

      Actes 21

      29 En effet, ils avaient vu Trophime d'Ephèse avec lui dans la ville et croyaient que Paul l'avait fait entrer dans le temple.

      Actes 27

      7 Pendant plusieurs jours nous avons navigué lentement, et ce n'est pas sans difficulté que nous sommes parvenus à la hauteur de Cnide, où le vent ne nous a pas permis d'aborder. Nous avons alors doublé le cap Salmoné pour passer au sud de la Crète.
      13 Un léger vent du sud s’est mis à souffler et, se croyant maîtres de leur projet, ils ont levé l'ancre et ont longé de près l'île de Crète.

      Actes 28

      30 Paul est resté deux années entières dans une maison qu'il avait louée. Il accueillait tous ceux qui venaient le voir.

      Romains 15

      28 Dès que j'aurai réglé cette affaire et que je leur aurai remis ces dons, je partirai pour l'Espagne et je passerai chez vous.

      Romains 16

      3 Saluez Prisca et Aquilas, mes collaborateurs en Jésus-Christ.

      1 Corinthiens 16

      12 Quant au frère Apollos, je l'ai beaucoup encouragé à venir aussi chez vous avec les frères, mais ce n'était décidément pas sa volonté de le faire maintenant ; il viendra quand il en aura l'occasion.
      19 Les Eglises d'Asie vous saluent. Aquilas et Priscille, ainsi que l'Eglise qui se réunit dans leur maison, vous saluent chaleureusement dans le Seigneur.

      2 Corinthiens 1

      1 De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et du frère Timothée à l'Eglise de Dieu qui est à Corinthe et à tous les saints qui sont dans toute l'Achaïe :

      2 Corinthiens 12

      14 Voici que pour la troisième fois je suis prêt à aller chez vous, et je ne serai pas à votre charge, car ce ne sont pas vos biens que je recherche, c'est vous-mêmes. En effet, ce n'est pas aux enfants de faire des réserves pour leurs parents, mais aux parents pour leurs enfants.

      Ephésiens 6

      21 Afin que vous connaissiez vous aussi quelle est ma situation et ce que je fais, Tychique, le frère bien-aimé qui est un fidèle serviteur dans le Seigneur, vous informera de tout.

      Colossiens 1

      1 De la part de Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et du frère Timothée

      Colossiens 4

      7 Tychique, qui est notre frère bien-aimé, un serviteur fidèle et mon compagnon de service dans le Seigneur, vous informera de tout ce qui me concerne.
      10 Aristarque, mon compagnon de détention, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des instructions : s'il vient chez vous, faites-lui bon accueil.
      11 Jésus, appelé Justus, vous salue aussi. Ils sont parmi les circoncis les seuls qui travaillent avec moi pour le royaume de Dieu et ils ont été un grand encouragement pour moi.
      12 Epaphras, qui est l’un des vôtres, vous salue. Serviteur de [Jésus-]Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières afin que vous teniez bon, comme des hommes mûrs, pleinement disposés à faire toute la volonté de Dieu.
      13 Je lui rends en effet ce témoignage : il se dépense sans compter pour vous, pour ceux de Laodicée et pour ceux de Hiérapolis.
      14 Luc, le médecin bien-aimé, vous salue, ainsi que Démas.

      1 Timothée 1

      3 A mon départ pour la Macédoine, je t'ai encouragé à rester à Ephèse pour donner instruction à certaines personnes de ne pas enseigner d'autres doctrines

      1 Timothée 3

      14 Je t'écris cela avec l’espoir de te rejoindre bientôt.

      2 Timothée 1

      4 Je me rappelle tes larmes et je désire te voir afin d'être rempli de joie.
      8 N'aie donc pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier, mais souffre avec moi pour l'Evangile en comptant sur la puissance de Dieu.
      13 Prends pour modèle les saines paroles que tu as entendues de moi, dans la foi et l'amour qui sont en Jésus-Christ.
      16 Que le Seigneur accorde sa compassion à la famille d'Onésiphore, car il m'a souvent réconforté et n'a pas eu honte de ma situation de prisonnier.
      18 Que le Seigneur lui donne d'obtenir grâce auprès du Seigneur ce jour-là. Tu sais mieux que personne combien de services il a rendus à Ephèse.

      2 Timothée 4

      6 Pour ma part, en effet, je suis déjà comme sacrifié et le moment de mon départ approche.
      7 J'ai combattu le bon combat, j'ai terminé la course, j'ai gardé la foi.
      8 Désormais, la couronne de justice m'est réservée. Le Seigneur, le juste juge, me la remettra ce jour-là, et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui auront attendu avec amour sa venue.
      9 Tâche de me rejoindre au plus vite,
      10 car Démas m'a abandonné par amour pour le monde présent et il est parti pour Thessalonique, tandis que Crescens est allé en Galatie et Tite en Dalmatie.
      11 Luc seul est avec moi. Prends Marc et amène-le avec toi, car il m'est utile pour le ministère.
      12 Par ailleurs, j'ai envoyé Tychique à Ephèse.
      13 Quand tu viendras, rapporte-moi le manteau que j'ai laissé à Troas chez Carpus et les livres, surtout les parchemins.
      16 La première fois que j’ai présenté ma défense, personne ne m'a soutenu, tous m'ont au contraire abandonné. Qu’il ne leur en soit pas tenu compte !
      18 Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise et me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !
      19 Salue Prisca et Aquilas ainsi que la famille d'Onésiphore.
      20 Eraste est resté à Corinthe et j'ai laissé Trophime malade à Milet.

      Tite 1

      5 Je t'ai laissé en Crète afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler et que tu établisses des anciens dans chaque ville en suivant mes instructions :

      Tite 3

      12 Lorsque je t'enverrai Artémas ou Tychique, empresse-toi de venir me rejoindre à Nicopolis, car c'est là que j'ai décidé de passer l'hiver.
      13 Aide avec empressement Zénas, l’expert de la loi, et Apollos dans leur voyage, en faisant en sorte qu’il ne leur manque rien.

      Philémon 1

      10 Je t’adresse cette requête à propos de mon enfant, celui qui est devenu mon fils en prison, Onésime.
      22 En même temps, prépare-moi un logement, car j'espère vous être rendu grâce à vos prières.
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...