Dictionnaire Biblique de Top Bible

PIÉTÉ

(du latin pietas : vénération envers Dieu, les parents, la patrie). L'idée religieuse de piété est exprimée dans l'A. T, par le mot khésed, qui implique tout ensemble l'application du coeur et de la volonté au service de Dieu (Jer 2:2, Os 6:4, Esa 57:1), et par le mot îrâh, crainte. Dans Esa 11:2 et Pr 1:7, les versions grecques rendent indifféremment ce terme par eusébéïa, eulabéïa, photos ; d'où il appert que les notions de piété et de crainte traduisent un même sentiment dans la religion des Israélites (voir Crainte de l'Éternel). Quand viendra le règne du Messie, Jérusalem sera appelée « Splendeur de la piété » (Bar 5:4) ; « une très belle récompense est réservée à ceux qui s'endorment dans la piété » (2Ma 12:45).

L'A. T, connaît à peine le mot de piété, tant il est vrai qu'au sein du peuple qui avait pour mission d'être le peuple de Dieu un même souffle devait animer le corps et l'âme : vivre et craindre l'Éternel, inséparablement unis par définition dans l'existence de la nation comme dans celle de l'individu, sont fonction l'un de l'autre ; que la piété se relâche, et tout avenir est compromis : l'impiété appelle le châtiment. Lorsque les manifestations du sens religieux d'Israël se bornent à des pratiques extérieures et au sentiment parfois douteux qui les inspire, Jéhovah n'est pas satisfait : « J'aime la piété et non les sacrifices... » (Os 6:6, cf. Mic 6:8). Elles expriment un sentiment spasmodique : « Votre piété est comme la nuée du matin, comme la rosée qui bientôt se dissipe » (Os 6:4). D'ailleurs cette affection et ce respect prétendus pour les choses de la religion manquent souvent de sincérité (Esa 58:5, Mal 1:8). Eliphaz accuse Job d' « anéantir la piété » (Job 15:4). Ps 31:24 recommande aux gens pieux d' « aimer Jéhovah ». Plus tardivement nous trouvons l'explication déjà élaborée d' « actes » ou « oeuvres de piété » (2Ch 32:32 35:26, Ne 13:14). Tout cela est encore fort éloigné des exigences de Jéhovah.

Mais si le mot se rencontre peu fréquemment dans l'A. T, et si, en général, la piété d'Israël s'avère comme gravement insuffisante, légitimant l'accusation suprême d'adultère (Jer 5:7 9:2 23:10, etc.) et le courroux de l'Éternel, elle n'a pourtant pas cessé, à travers l'histoire du prophétisme puis sous l'impulsion initiale des Hasidéens (voir ce mot), de compter des représentants authentiques jusqu'à ce que le piétisme des humbles, successeurs spirituels des Hasidim, ait préparé le berceau du Messie (voir Pauvre). A ceux-là on appliquerait volontiers la parole de Calvin : « La piété est comme l'âme de la vie. »

Cette définition mystique revêt tout son sens lorsque nous passons au N.T. Jésus ne prononce pas le mot de piété, dans nos évangiles (voir Justice, 2), mais tout son enseignement, toute sa personne tendent à provoquer chez ceux qu'il approche l'éclosion de la piété vraie. Le terme lui-même n'apparaîtra que plus tard, sous la plume des apôtres, pour caractériser et comme synthétiser dans ses divers éléments (foi, amour, reconnaissance, adoration, obéissance, etc.) la vie nouvelle du racheté de Jésus-Christ. Le redressement apporté par Jésus dans l'échelle des valeurs morales et dans les conceptions religieuses de ses auditeurs a pour conséquence de ramener au sein de l'humanité encline à de terrestres accommodations le devoir et la possibilité en Lui d'une vie religieuse conforme à la volonté du Dieu saint. La gloire du disciple de Jésus sera d'être « comme son Maître », modèle normatif de la piété.

Une définition plus rigoureuse s'impose donc, qui précise la nature, l'objet, le but et le moyen de la piété chrétienne. Sa nature : une attitude d'âme ; son objet : Dieu ; son but : la sainteté ; son moyen : l'effort continu. Si l'on considère la sanctification comme un don de Dieu à l'homme, on peut concevoir la piété, de la part de l'homme, comme l'appel de ce don, l'assimilation de ce don, la mise en oeuvre de ce don, « l'attitude à la fois réceptive et active par laquelle la volonté de l'homme se fait à chaque instant l'organe de la volonté de Christ, qui, lui prêtant sa force, accomplit ainsi par elle le devoir de la situation donnée ». Nous dirons donc avec Calvin que « la piété est [la vertu] qui, nous ayant séparés des souillures du monde, nous unit à Dieu par la sainteté » (Inst. Chr., III, 7), ou, plus brièvement avec Finney : « L'essence de la piété est d'obéir à Jésus-Christ. »

Et c'est bien sous cette forme que les textes du N.T. nous présentent la piété, soit qu'il s'agisse, dans le livre des Actes, des hommes pieux qui seront les premiers convertis de la Pentecôte (Ac 2), de l'entourage du centenier Corneille (Ac 10) ou des amis d'Etienne qui enseveliront le premier martyr (Ac 8:2), soit que dans les épîtres, en particulier dans les Pastorales (voir ce mot), nous recueillions l'enseignement apostolique. La piété, attitude de l'âme (Tit 2:12), a pour objet Dieu (Heb 12:28) révélé en Jésus-Christ (1Ti 3:16 6:3,2Pi 1:3), pour but la sainteté (1Ti 6:5,2Ti 3:5), pour moyen l'effort continu (1Ti 4:8 6 : et suivant) ; elle ne peut manquer de porter en l'âme chrétienne ses fruits bénis : promesse de la vie présente et de celle qui est à venir (1Ti 4:8), contentement d'esprit (1Ti 6:6), voire garantie contre l'erreur doctrinale (1Ti 6:3, Tit 1:1), de même que dans la vie sociale (1Ti 2:2,10) elle est une vertu indispensable (2Pi 1:6 3:11), un trésor incomparable (1Ti 4:8) et, malgré l'opposition des méchants et la persécution (2Ti 3:12,2Pi 2:9), le grand gain (1Ti 6:6).

La splendeur des horizons ouverts à la piété rayonne sous la plume de saint Paul dans le passage 1Ti 3:16 : « De l'aveu de tous le mystère de la piété est grand : celui qui a été manifesté en chair a été justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché parmi les païens, cru dans le monde, élevé dans la gloire » (voir Mystère) : par l'initiation à la vérité de Dieu en Christ, vérité à la fois surnaturelle et historique qui est la mise en oeuvre de la toute-puissance céleste pour aboutir au salut du monde et à la glorification du Sauveur, l'âme pieuse pénètre l'infini de la sagesse et de l'amour divins (Eph 3:14,21) ; elle contemple le déploiement du plan rédempteur dans sa grandeur incommensurable et pourtant accessible au plus humble chrétien que sa piété agrège à l'Église du Dieu vivant, laquelle, par la piété de ses membres, est dans le monde « la colonne et l'appui de la vérité » (1Ti 3:15).

L'extension en piété filiale de l'attitude d'âme si exclusivement orientée vers Dieu est légitimée par saint Paul (1Ti 5:4), qui y voit une manière de service spirituel envers le Père céleste ; « le second degré de piété est envers ceux qui nous ont engendrés », dira Calvin.

La piété n'est étrangère à l'accomplissement d'aucun devoir, dans l'existence du chrétien, puisqu'elle tend à amener l'homme, par l'union avec Dieu, à une perfection accomplie ; il est donc juste d'affirmer avec le Réformateur qu'elle est « le commencement, le milieu et la fin de la vie chrétienne ». H. W.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • 2 Chroniques 32

      32 Le reste des actes d'Ezéchias et sa piété, cela est décrit dans la vision du prophète Esaïe, fils d'Amots, et dans les annales des rois de Juda et d'Israël.

      Néhémie 13

      14 Souviens-toi de moi, mon Dieu, à cause de cela, mon Dieu, et n'oublie pas mes actes de fidélité envers la maison de mon Dieu et son fonctionnement !

      Job 15

      4 Toi, tu détruis même la crainte de Dieu, tu supprimes toute réflexion devant Dieu.

      Psaumes 31

      24 Aimez l’Eternel, vous, tous ses fidèles ! L’Eternel garde les croyants, mais il punit sévèrement les orgueilleux.

      Proverbes 1

      7 La connaissance commence par la crainte de l'Eternel. Il faut être fou pour mépriser la sagesse et l'instruction.

      Esaïe 11

      2 L'Esprit de l'Eternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et de discernement, Esprit de conseil et de puissance, Esprit de connaissance et de crainte de l'Eternel.

      Esaïe 57

      1 Le juste disparaît et personne ne prend cela à cœur, les hommes de bien sont enlevés et personne ne comprend que c'est à cause du mal que le juste est enlevé.

      Esaïe 58

      5 Est-ce un jeûne de ce genre que je préconise, un jour où l'homme s’humilie ? S’agit-il de courber la tête comme un roseau ? Faut-il se coucher sur le sac et la cendre ? Est-ce cela que tu appelles un jeûne, un jour agréable à l'Eternel ?

      Jérémie 2

      2 « Va crier aux oreilles de Jérusalem : ‘Voici ce que dit l’Eternel : Je me souviens de ton attachement de jeune fille, de ton amour de jeune mariée. Tu me suivais alors dans le désert, sur une terre impossible à ensemencer.

      Jérémie 5

      7 « Pourquoi te pardonnerais-je ? Tes enfants m'ont abandonné, ils font des serments au nom de dieux qui n’en sont pas. J’ai pourvu à leurs besoins et eux, ils se livrent à l'adultère, ils se rassemblent dans la maison de la prostituée.

      Jérémie 9

      2 Ils ont la langue tendue comme un arc et lancent le mensonge. Ce n'est pas grâce à la vérité qu'ils sont puissants dans le pays, car ils commettent mal sur mal, et moi, ils ne me connaissent pas, déclare l'Eternel.

      Jérémie 23

      10 En effet, le pays est rempli de personnes qui commettent l’adultère. Le pays est en deuil à cause de la malédiction dont il est l’objet, les plaines du désert sont desséchées. Ils courent après le mal, ils n'ont du courage que pour ce qui est injuste.

      Osée 6

      4 Que puis-je te faire, Ephraïm ? Que puis-je te faire, Juda ? Votre attachement est pareil à la nuée du matin, à la rosée qui se dissipe très vite.
      6 En effet, *je prends plaisir à la bonté et non aux sacrifices, à la connaissance de Dieu plus qu’aux holocaustes.

      Michée 6

      8 On t'a fait connaître, homme, ce qui est bien et ce que l'Eternel demande de toi : c'est que tu mettes en pratique le droit, que tu aimes la bonté et que tu marches humblement avec ton Dieu.

      Malachie 1

      8 Quand vous offrez en sacrifice une bête aveugle, n'est-ce pas mal ? Quand vous offrez une bête boiteuse ou malade, n'est-ce pas mal ? Offre-la donc à ton gouverneur ! Te recevra-t-il bien, te fera-t-il bon accueil ? dit l'Eternel, le maître de l’univers.

      Actes 2

      1 Quand le jour de la Pentecôte arriva, ils étaient tous ensemble au même endroit.
      2 Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent violent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis.
      3 Des langues qui semblaient de feu leur apparurent, séparées les unes des autres, et elles se posèrent sur chacun d'eux.
      4 Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, comme l'Esprit leur donnait de s'exprimer.
      5 Or il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel.
      6 A ce bruit, ils accoururent en foule, et ils furent stupéfaits parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue.
      7 Ils étaient [tous] remplis d'étonnement et d'admiration et ils se disaient [les uns aux autres] : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous galiléens ?
      8 Comment se fait-il donc que nous les entendions chacun dans notre propre langue, notre langue maternelle ?
      9 Parthes, Mèdes, Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée, de la Cappadoce, du Pont, de l'Asie,
      10 de la Phrygie, de la Pamphylie, de l'Egypte, du territoire de la Libye voisine de Cyrène et résidents venus de Rome, Juifs de naissance ou par conversion,
      11 Crétois et Arabes, nous les entendons parler dans notre langue des merveilles de Dieu ! »
      12 Tous remplis d'étonnement et ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres : « Qu'est-ce que cela veut dire ? »
      13 Mais d'autres se moquaient et disaient : « Ils sont pleins de vin doux. »
      14 Alors Pierre, debout avec les onze apôtres, s'exprima d’une voix forte en ces termes : « Hommes de Judée et vous tous qui séjournez à Jérusalem, comprenez ce qui se passe et prêtez l'oreille à mes paroles !
      15 Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car il est neuf heures du matin.
      16 Mais maintenant se réalise ce qu'a dit le prophète Joël :
      17 Dans les derniers jours, dit Dieu, je déverserai de mon Esprit sur tout être humain ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards auront des rêves.
      18 Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, durant ces jours-là, je déverserai de mon Esprit et ils prophétiseront.
      19 Je ferai des prodiges en haut dans le ciel et des signes miraculeux en bas sur la terre : du sang, du feu et une vapeur de fumée ;
      20 le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant l'arrivée du jour du Seigneur, de ce jour grand et glorieux.
      21 Alors toute personne qui fera appel au nom du Seigneur sera sauvée.
      22 » Israélites, écoutez ces paroles ! Dieu vous a désigné Jésus de Nazareth en accomplissant par lui, au milieu de vous, des miracles, des prodiges et des signes, comme vous le savez vous-mêmes.
      23 Cet homme vous a été livré suivant le projet défini et la prescience de Dieu. [Vous l’avez arrêté, ] vous l'avez fait mourir sur une croix par l’intermédiaire d’hommes impies.
      24 Mais Dieu a brisé les liens de la mort, il l'a ressuscité, parce qu'il n'était pas possible qu’elle le retienne.
      25 En effet, David dit à propos de lui : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, parce qu'il est à ma droite afin que je ne sois pas ébranlé.
      26 C'est pourquoi mon cœur est dans la joie et ma langue dans l'allégresse ; même mon corps reposera avec espérance,
      27 car tu n'abandonneras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton saint connaisse la décomposition.
      28 Tu m'as fait connaître les sentiers de la vie, tu me rempliras de joie par ta présence.
      29 » Mes frères, qu’il me soit permis de vous parler en toute franchise au sujet du patriarche David : il est mort, il a été enseveli et son tombeau existe encore aujourd'hui parmi nous !
      30 Or il était prophète et il savait que Dieu lui avait juré par serment de faire surgir [le Messie, ] un de ses descendants, pour le faire asseoir sur son trône.
      31 C'est donc la résurrection du Christ qu'il a prévue et annoncée en disant qu'il ne serait pas abandonné au séjour des morts et que son corps ne connaîtrait pas la décomposition.
      32 » C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité, nous en sommes tous témoins.
      33 Elevé à la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis et il l'a déversé, comme vous le voyez et l'entendez [maintenant].
      34 David en effet n'est pas monté au ciel, mais il dit lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-toi à ma droite
      35 jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied.’
      36 Que toute la communauté d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Messie ce Jésus que vous avez crucifié. »
      37 Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché et dirent à Pierre et aux autres apôtres : « Frères, que ferons-nous ? »
      38 Pierre leur dit : « Changez d’attitude et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.
      39 En effet, la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. »
      40 Et par beaucoup d'autres paroles, il rendait témoignage et les encourageait en disant : « Sauvez-vous de cette génération pervertie ! »
      41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent donc baptisés et, ce jour-là, le nombre des disciples augmenta d’environ 3000 personnes.
      42 Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières.
      43 La crainte s'emparait de chacun et il se faisait beaucoup de prodiges et de signes miraculeux par l’intermédiaire des apôtres.
      44 Tous ceux qui croyaient étaient ensemble et ils avaient tout en commun.
      45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et ils en partageaient le produit entre tous, en fonction des besoins.
      46 Chaque jour, avec persévérance, ils se retrouvaient d’un commun accord au temple ; ils rompaient le pain dans les maisons et ils prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur.
      47 Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. Le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Eglise ceux qui étaient sauvés.

      Actes 8

      2 Des hommes pieux enterrèrent Etienne et le pleurèrent beaucoup.

      Actes 10

      1 Il y avait à Césarée un homme appelé Corneille qui était officier dans la troupe romaine appelée « cohorte italienne ».
      2 Il était pieux et craignait Dieu avec toute sa maison ; il donnait beaucoup d'argent au peuple et ne cessait de prier Dieu.
      3 Vers trois heures de l'après-midi, il vit clairement dans une vision un ange de Dieu entrer chez lui et lui dire : « Corneille ! »
      4 Il fixa les regards sur lui et, rempli de crainte, répondit : « Qu'y a-t-il, Seigneur ? » L'ange lui dit : « Tes prières et les dons que tu as faits sont montés devant Dieu et il s'en est souvenu.
      5 Maintenant, envoie des hommes à Jaffa et fais venir Simon, surnommé Pierre ;
      6 il est logé chez un certain Simon, un tanneur dont la maison se trouve près de la mer. »
      7 Dès que l'ange qui lui avait parlé fut parti, Corneille appela deux de ses serviteurs et un soldat pieux parmi ceux qui étaient attachés à son service ;
      8 il leur raconta tout ce qui s’était passé et les envoya à Jaffa.
      9 Le lendemain, alors que ces hommes étaient en route et qu'ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le toit vers midi pour prier.
      10 Il eut faim et voulut manger. Pendant qu'on préparait le repas, il tomba en extase.
      11 Il vit le ciel ouvert et un objet ressemblant à une grande nappe attachée aux quatre coins qui descendait et s'abaissait vers la terre.
      12 A l'intérieur se trouvaient tous les quadrupèdes et reptiles de la terre ainsi que les oiseaux du ciel.
      13 Une voix lui dit : « Lève-toi, Pierre, tue et mange ! »
      14 Mais Pierre dit : « Certainement pas, Seigneur, car je n'ai jamais rien mangé de souillé ni d'impur. »
      15 A nouveau, pour la deuxième fois, la voix lui parla : « Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le considère pas comme impur ! »
      16 Cela se produisit trois fois et, aussitôt après, l'objet disparut dans le ciel.
      17 Pierre restait perplexe sur le sens de la vision qu'il avait eue. Pendant ce temps, les hommes envoyés par Corneille avaient demandé où était la maison de Simon. Ils se présentèrent à la porte
      18 et appelèrent pour savoir si c'était bien là que logeait Simon, surnommé Pierre.
      19 Pierre réfléchissait encore à la vision quand l'Esprit lui dit : « Il y a trois hommes qui te cherchent.
      20 Lève-toi, descends et pars avec eux sans hésiter, car c'est moi qui les ai envoyés. »
      21 Pierre descendit et dit à ces hommes : « Me voici, je suis celui que vous cherchez. Quelle est la raison qui vous amène ici ? »
      22 Ils répondirent : « L’officier romain Corneille est un homme juste et craint Dieu. Toute la nation des Juifs lui rend un bon témoignage. Or, il a été divinement averti par un saint ange de te faire venir dans sa maison et d'écouter tes paroles. »
      23 Alors Pierre les fit entrer et les logea. Le lendemain, il [se leva et] partit avec eux. Quelques-uns des frères de Jaffa l'accompagnèrent.
      24 Ils arrivèrent à Césarée le jour suivant. Corneille les attendait. Il avait invité sa parenté et ses amis intimes.
      25 Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était venu à sa rencontre, se jeta à ses pieds et se prosterna.
      26 Mais Pierre le releva en disant : « Lève-toi ! Moi aussi, je suis un être humain. »
      27 Tout en conversant avec lui, il entra et trouva beaucoup de personnes réunies.
      28 « Vous savez, leur dit-il, qu'il est interdit à un Juif de se lier à un étranger ou d'entrer chez lui, mais Dieu m'a montré qu’il ne faut déclarer aucun être humain souillé ou impur.
      29 C'est pourquoi je n'ai pas eu d'objection à venir quand vous m'avez appelé. Je vous demande donc pour quelle raison vous m'avez fait venir. »
      30 Corneille répondit : « Il y a trois jours, [je jeûnais] jusqu’à cette heure-ci [et] je priais dans ma maison à trois heures de l'après-midi ; un homme aux vêtements resplendissants s'est alors présenté devant moi et a dit :
      31 ‘Corneille, ta prière a été exaucée et Dieu s'est souvenu des dons que tu as faits.
      32 Envoie donc quelqu'un à Jaffa et fais venir Simon, surnommé Pierre. Il est logé dans la maison de Simon le tanneur, près de la mer. [Lorsqu'il sera venu, il te parlera. ]’
      33 J'ai alors tout de suite envoyé quelqu'un vers toi et tu as bien fait de venir. Maintenant donc nous sommes tous devant Dieu pour écouter tout ce que le Seigneur t'a ordonné de nous dire. »
      34 Alors Pierre prit la parole et dit : « En vérité, je reconnais que Dieu ne fait pas de favoritisme
      35 et que dans toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable.
      36 Il a envoyé sa parole aux Israélites en leur annonçant la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous.
Afficher tous les 130 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider