Dictionnaire Biblique de Top Bible

PIÉTÉ

(du latin pietas : vénération envers Dieu, les parents, la patrie). L'idée religieuse de piété est exprimée dans l'A. T, par le mot khésed, qui implique tout ensemble l'application du coeur et de la volonté au service de Dieu (Jer 2:2, Os 6:4, Esa 57:1), et par le mot îrâh, crainte. Dans Esa 11:2 et Pr 1:7, les versions grecques rendent indifféremment ce terme par eusébéïa, eulabéïa, photos ; d'où il appert que les notions de piété et de crainte traduisent un même sentiment dans la religion des Israélites (voir Crainte de l'Éternel). Quand viendra le règne du Messie, Jérusalem sera appelée « Splendeur de la piété » (Bar 5:4) ; « une très belle récompense est réservée à ceux qui s'endorment dans la piété » (2Ma 12:45).

L'A. T, connaît à peine le mot de piété, tant il est vrai qu'au sein du peuple qui avait pour mission d'être le peuple de Dieu un même souffle devait animer le corps et l'âme : vivre et craindre l'Éternel, inséparablement unis par définition dans l'existence de la nation comme dans celle de l'individu, sont fonction l'un de l'autre ; que la piété se relâche, et tout avenir est compromis : l'impiété appelle le châtiment. Lorsque les manifestations du sens religieux d'Israël se bornent à des pratiques extérieures et au sentiment parfois douteux qui les inspire, Jéhovah n'est pas satisfait : « J'aime la piété et non les sacrifices... » (Os 6:6, cf. Mic 6:8). Elles expriment un sentiment spasmodique : « Votre piété est comme la nuée du matin, comme la rosée qui bientôt se dissipe » (Os 6:4). D'ailleurs cette affection et ce respect prétendus pour les choses de la religion manquent souvent de sincérité (Esa 58:5, Mal 1:8). Eliphaz accuse Job d' « anéantir la piété » (Job 15:4). Ps 31:24 recommande aux gens pieux d' « aimer Jéhovah ». Plus tardivement nous trouvons l'explication déjà élaborée d' « actes » ou « oeuvres de piété » (2Ch 32:32 35:26, Ne 13:14). Tout cela est encore fort éloigné des exigences de Jéhovah.

Mais si le mot se rencontre peu fréquemment dans l'A. T, et si, en général, la piété d'Israël s'avère comme gravement insuffisante, légitimant l'accusation suprême d'adultère (Jer 5:7 9:2 23:10, etc.) et le courroux de l'Éternel, elle n'a pourtant pas cessé, à travers l'histoire du prophétisme puis sous l'impulsion initiale des Hasidéens (voir ce mot), de compter des représentants authentiques jusqu'à ce que le piétisme des humbles, successeurs spirituels des Hasidim, ait préparé le berceau du Messie (voir Pauvre). A ceux-là on appliquerait volontiers la parole de Calvin : « La piété est comme l'âme de la vie. »

Cette définition mystique revêt tout son sens lorsque nous passons au N.T. Jésus ne prononce pas le mot de piété, dans nos évangiles (voir Justice, 2), mais tout son enseignement, toute sa personne tendent à provoquer chez ceux qu'il approche l'éclosion de la piété vraie. Le terme lui-même n'apparaîtra que plus tard, sous la plume des apôtres, pour caractériser et comme synthétiser dans ses divers éléments (foi, amour, reconnaissance, adoration, obéissance, etc.) la vie nouvelle du racheté de Jésus-Christ. Le redressement apporté par Jésus dans l'échelle des valeurs morales et dans les conceptions religieuses de ses auditeurs a pour conséquence de ramener au sein de l'humanité encline à de terrestres accommodations le devoir et la possibilité en Lui d'une vie religieuse conforme à la volonté du Dieu saint. La gloire du disciple de Jésus sera d'être « comme son Maître », modèle normatif de la piété.

Une définition plus rigoureuse s'impose donc, qui précise la nature, l'objet, le but et le moyen de la piété chrétienne. Sa nature : une attitude d'âme ; son objet : Dieu ; son but : la sainteté ; son moyen : l'effort continu. Si l'on considère la sanctification comme un don de Dieu à l'homme, on peut concevoir la piété, de la part de l'homme, comme l'appel de ce don, l'assimilation de ce don, la mise en oeuvre de ce don, « l'attitude à la fois réceptive et active par laquelle la volonté de l'homme se fait à chaque instant l'organe de la volonté de Christ, qui, lui prêtant sa force, accomplit ainsi par elle le devoir de la situation donnée ». Nous dirons donc avec Calvin que « la piété est [la vertu] qui, nous ayant séparés des souillures du monde, nous unit à Dieu par la sainteté » (Inst. Chr., III, 7), ou, plus brièvement avec Finney : « L'essence de la piété est d'obéir à Jésus-Christ. »

Et c'est bien sous cette forme que les textes du N.T. nous présentent la piété, soit qu'il s'agisse, dans le livre des Actes, des hommes pieux qui seront les premiers convertis de la Pentecôte (Ac 2), de l'entourage du centenier Corneille (Ac 10) ou des amis d'Etienne qui enseveliront le premier martyr (Ac 8:2), soit que dans les épîtres, en particulier dans les Pastorales (voir ce mot), nous recueillions l'enseignement apostolique. La piété, attitude de l'âme (Tit 2:12), a pour objet Dieu (Heb 12:28) révélé en Jésus-Christ (1Ti 3:16 6:3,2Pi 1:3), pour but la sainteté (1Ti 6:5,2Ti 3:5), pour moyen l'effort continu (1Ti 4:8 6 : et suivant) ; elle ne peut manquer de porter en l'âme chrétienne ses fruits bénis : promesse de la vie présente et de celle qui est à venir (1Ti 4:8), contentement d'esprit (1Ti 6:6), voire garantie contre l'erreur doctrinale (1Ti 6:3, Tit 1:1), de même que dans la vie sociale (1Ti 2:2,10) elle est une vertu indispensable (2Pi 1:6 3:11), un trésor incomparable (1Ti 4:8) et, malgré l'opposition des méchants et la persécution (2Ti 3:12,2Pi 2:9), le grand gain (1Ti 6:6).

La splendeur des horizons ouverts à la piété rayonne sous la plume de saint Paul dans le passage 1Ti 3:16 : « De l'aveu de tous le mystère de la piété est grand : celui qui a été manifesté en chair a été justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché parmi les païens, cru dans le monde, élevé dans la gloire » (voir Mystère) : par l'initiation à la vérité de Dieu en Christ, vérité à la fois surnaturelle et historique qui est la mise en oeuvre de la toute-puissance céleste pour aboutir au salut du monde et à la glorification du Sauveur, l'âme pieuse pénètre l'infini de la sagesse et de l'amour divins (Eph 3:14,21) ; elle contemple le déploiement du plan rédempteur dans sa grandeur incommensurable et pourtant accessible au plus humble chrétien que sa piété agrège à l'Église du Dieu vivant, laquelle, par la piété de ses membres, est dans le monde « la colonne et l'appui de la vérité » (1Ti 3:15).

L'extension en piété filiale de l'attitude d'âme si exclusivement orientée vers Dieu est légitimée par saint Paul (1Ti 5:4), qui y voit une manière de service spirituel envers le Père céleste ; « le second degré de piété est envers ceux qui nous ont engendrés », dira Calvin.

La piété n'est étrangère à l'accomplissement d'aucun devoir, dans l'existence du chrétien, puisqu'elle tend à amener l'homme, par l'union avec Dieu, à une perfection accomplie ; il est donc juste d'affirmer avec le Réformateur qu'elle est « le commencement, le milieu et la fin de la vie chrétienne ». H. W.

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Les différentes versions
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Versets relatifs

Afficher tous les 130 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...