Dictionnaire Biblique de Top Bible

ROUE

(Hébr. ôphan, rac. tourner ?; galgal, rac. rouler ; grec trokhos, rac. courir.) La Bible désigne indifféremment par ces termes plusieurs sortes de roues.

I Sens propre.

1.

ROUES DE CHARS (voir ce mot). Les plus souvent mentionnées sont celles des chars de guerre (Ex 14:25, Esa 5:28, Jer 47:3, Eze 26:10, Na 3:2) et des chariots de l'agriculture (Esa 28:27 et suivant). A leur fabrication est comparée celle des « socles », d'airain et de métal fondu, destinés à porter les cuves dans le Temple de Salomon (1Ro 7:30,32 et suivant) ; ces roues, « faites comme celles d'un char », se composaient d'un essieu (le sens du terme hébreu est douteux), de rais ou rayons, fixés au moyeu et à la jante, sans doute au nombre de six ou de huit comme pour les chars de guerre d'Egypte et d'Assyrie (voir t. I, fig. 16 et 32). Il s'agit ici, d'ailleurs, de roues perfectionnées, car les chariots primitifs ont toujours eu d'abord des roues pleines, simples sections de troncs d'arbres (voir Gens et Choses de Pal., fig. 49).

2.

AUTRES ROUES. On peut citer encore : les roues ou poulies, facilitant le transport des seaux et godets des citernes ou des puits (voir Citerne, 2) ; qu'elle soit petite et tournée à la main, comme celle qu'on voit aujourd'hui au puits de Jacob, près de Naplouse, ou à l'un des puits de Béer-Séba, ou qu'elle soit grande et déplacée par une bête de somme, âne ou chameau, si la roue se casse l'eau n'est plus accessible ; (Ec 12:8, image de la mort soudaine)

--La roue du potier, plus exactement appelée un tour (Jer 18:3, Sir 38:29), et décrite dans notre art. Poterie. Tous les genres de roues énumérés ici se trouvent mentionnés dans les papyrus d'Egypte, innombrables témoins de la vie publique en Orient quelques siècles avant ou après l'ère chrétienne.

Pour le supplice de la « roue », voir Crimes, délits et peines.

II Sens figurés.

1.

IMAGES DIVERSES. L'emploi des roues du chariot pour fouler le grain en fait un emblème de châtiment et de répression (Pr 20:26, cf. Esa 28:27 et suivant).

--La roue qui tourne à vide représente l'esprit du sot.

--Dans (Sir 33:5) Jas 3:6, « le cours de la vie », qu'enflamme la langue, est litt. « la roue de la naissance » (grec génèseôs). Cette image peu claire « se retrouve chez Anacréon, Hérodote, Platon, Euripide » (Bbl. Cent.) ; un fragment interpolé dans le second Oracle sibyllin dit : « La souffrance est commune à tous, la vie est comme une roue, et le sort est incertain » (II, 87). Aussi a-t-on vu parfois dans ce passage de Jacques une allusion à des successions d'existences, d'après quelque philosophie de métempsycose (cf. la loi hindoue du Karma). Il se peut aussi que l'auteur chrétien d'origine juive pensât plus simplement à la création de la vie d'après la Genèse, et à quelque image de la vie sous la forme d'un char comme le chariot d'Ézéchiel (ci-dessous, parag. 2) : les roues, symbole de mouvement et d'activité, s'immobilisent quand le char de la vie a pris feu. Au reste, d'où que provienne l'image, le sens général en est clair : la mauvaise langue met le feu au cours de la vie.

2.

ROUES DU « CHARIOT D'ÉZECHIEL ». On a indiqué, dans l'article Char, l'idée générale de cette vision symbolique de Eze 1, reprise en Eze 10 (voir aussi Chérubin) : descriptions des plus compliquées, de valeur nullement picturale, mais purement idéale, et dont le texte obscur semble être çà et là plus ou moins altéré. L'image du char, constitué par le carré ultra-mobile des « êtres vivants » ailés, ou chérubins (Eze 1:9,14), évoque logiquement celle des quatre roues (Eze 1:15,21). Ces deux images doivent probablement être tenues pour successives et non pour juxtaposées : les roues apparaissent comme indépendantes des chérubins (1:15,18), mais en harmonie parfaite avec eux (Eze 1:19,21 10:12) par l'animation due au même Esprit (Eze 1:20 et suivant). Elles ont l'éclat d'une pierre précieuse (la pierre de Tarsis [la topaze ? ] était le symbole de la lumière) et une forme mystérieuse de roues entrelacées, sans doute sorte de sphère leur permettant de circuler instantanément dans tous les sens, à la façon du zigzag de l'éclair, (cf. Eze 1:14) sans les détours que les changements de direction imposent à un attelage (Eze 1:15-17). D'où leur nom : « Tourbillons rapides » (Eze 10:13). Cette extrême mobilité des roues symbolise l'omniprésence de Dieu ; leur hauteur gigantesque, son omnipotence ; les yeux tout autour de leurs jantes, son omniscience (Eze 1:18) ; le feu (voir ce mot) et les charbons ardents qui les environnent, sa sainteté (Eze 10 2,6). C'est cette révélation de Jéhovah, reçue par le jeune Ézéchiel (voir ce mot) dans le pays de l'exil, qui le bouleversa par sa nouveauté et fut le point de départ de sa vocation de prophète (ch. 1-3) ; c'est la vision significative que le Siracide a retenue de son livre (Sir 49:8).

Il n'est pas inutile de rappeler ici que la roue à rayons, dans les temps préhistoriques et tout spécialement dans la civilisation suméro-akkadienne, au pays de Babylonie, a été le symbole de la divinité, représentant une sorte d'idéogramme du soleil. Quand on en vint à diviniser les rois à partir du III e millénaire, la roue à rayons parut à côté de leur nom comme signe divin (ex. : Naram-Sin d'Akkad au XXVI e siècle et les souverains des XXI° et XXII° siècles).

Certains éléments de la vision d'Ézéchiel entreront dans celles de Daniel. (cf. Da 7:9) L'apocalyptique juive plus tardive fera des Roues des personnifications tout à fait distinctes des Chérubins et Séraphins : elles constituent à côté de ceux-ci une classe particulière d'anges dans le livre éthiopien d'Hénoc (61:10 70:7). Jn L.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Exode 14

      25 Il fit dévier les roues de leurs chars et rendit ainsi leur conduite difficile. Les Egyptiens dirent alors : « Prenons la fuite devant Israël, car l'Eternel combat pour lui contre nous. »

      Proverbes 20

      26 Un roi sage disperse les méchants et fait passer les roues sur eux.

      Ecclésiaste 12

      8 Comble de l’inconsistance, dit l'Ecclésiaste, tout n’est que fumée !

      Esaïe 5

      28 Ses flèches sont affûtées, et tous ses arcs tendus. Les sabots de ses chevaux sont durs comme de la pierre et les roues de ses chars ont l’aspect d’un tourbillon.

      Esaïe 28

      27 on n’écrase pas la nigelle avec le traîneau et la roue du chariot ne passe pas sur le cumin, mais on bat la nigelle avec un bâton et le cumin avec une baguette ;

      Jérémie 18

      3 Je suis descendu à la maison du potier et j’ai vu qu’il façonnait un objet sur un tour,

      Jérémie 47

      3 à cause du fracas que feront les sabots de ses puissants chevaux, à cause du tremblement de terre provoqué par ses chars et du vacarme de leurs roues. Les pères ne feront plus attention à leurs enfants, tant ils manqueront de force.

      Ezéchiel 1

      1 La trentième année, le cinquième jour du quatrième mois, je faisais partie des exilés, près du fleuve Kebar. Le ciel s’est ouvert et j’ai eu des visions divines.
      2 Le cinquième jour du mois – c'était la cinquième année de l’exil du roi Jojakin –
      3 la parole de l'Eternel a été adressée à Ezéchiel, le fils du prêtre Buzi, dans le pays des Babyloniens, près du fleuve Kebar. C’est là que la main de l'Eternel a reposé sur lui.
      4 Alors que je regardais, un vent impétueux est arrivé du nord, ainsi qu’une grande nuée et une gerbe de feu. Tout autour, une lumière rayonnait. Au centre, il y avait comme un éclat étincelant qui sortait du milieu du feu.
      5 Au centre encore, quelque chose ressemblait à quatre êtres vivants. Leur aspect était proche de celui des hommes.
      6 Chacun d'eux avait quatre visages et quatre ailes.
      7 Leurs jambes étaient droites, et leurs pieds pareils aux sabots d'un taureau. Ils étincelaient comme du bronze poli.
      8 Ils avaient des mains d'homme sous leurs ailes, sur les quatre côtés. Sur les quatre côtés, il y avait aussi leurs visages et leurs ailes, ceci pour chacun des quatre êtres vivants.
      9 Leurs ailes se touchaient l'une l'autre. Ils se déplaçaient sans dévier, chacun allait droit devant lui.
      10 Un de leurs visages ressemblait à celui des hommes, mais tous les quatre avaient aussi une face de lion à droite, une face de taureau à gauche et une face d'aigle.
      11 Voilà pour leurs visages. Leurs ailes étaient déployées vers le haut. Deux de leurs ailes touchaient celle d’un autre et deux couvraient leur corps.
      12 Chacun allait droit devant lui. Ils allaient là où l'Esprit allait. Ils se déplaçaient, et ils se déplaçaient sans dévier.
      13 Ces êtres vivants ressemblaient, par leur aspect, à des braises incandescentes. C'était pareil à l'aspect de torches enflammées. Un feu circulait entre les êtres vivants. Il jetait de la lumière et il en sortait des éclairs.
      14 Les êtres vivants couraient et revenaient comme la foudre.
      15 Je regardais ces êtres vivants et j’ai vu que sur la terre se trouvait une roue, à côté de chacun des êtres vivants aux quatre visages.
      16 Dans leur aspect et leur structure, les roues avaient un éclat pareil à celui de la chrysolithe, et toutes les quatre étaient pareilles. Leur aspect et leur structure étaient tels que chaque roue paraissait être au milieu d'une autre roue.
      17 Dans leurs déplacements, elles pouvaient suivre les quatre directions prises par les êtres vivants, et elles se déplaçaient sans dévier.
      18 La hauteur de leurs jantes était effrayante, et les jantes des quatre roues étaient couvertes d'yeux tout autour.
      19 Les roues suivaient les êtres vivants dans leurs déplacements : quand les êtres vivants s'élevaient au-dessus de la terre, les roues s'élevaient aussi.
      20 Ils allaient là où l'Esprit allait, et les roues s'élevaient simultanément avec eux, car l'esprit des êtres vivants était dans les roues.
      21 Quand ils se déplaçaient, elles se déplaçaient, et quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient ; quand ils s'élevaient au-dessus de la terre, les roues s'élevaient simultanément avec eux, car l'esprit des êtres vivants était dans les roues.
      22 Au-dessus de la tête des êtres vivants, la voûte céleste ressemblait à l’éclat d’un cristal. C’était impressionnant. Voilà l’étendue qu’il y avait au-dessus de leurs têtes.
      23 Sous la voûte céleste, leurs ailes étaient tendues l'une contre l'autre, et ils en avaient chacun deux qui les couvraient, ils en avaient chacun deux qui couvraient leur corps.
      24 J’ai entendu le bruit de leurs ailes, quand ils se déplaçaient : pareil au bruit des grandes eaux ou à la voix du Tout-Puissant, c'était un bruit aussi tumultueux que celui d'une armée. Quand ils s'arrêtaient, ils laissaient retomber leurs ailes.
      25 Une voix retentissait au-dessus de la voûte céleste qui était sur leurs têtes, lorsqu'ils s'arrêtaient et laissaient retomber leurs ailes.
      26 Au-dessus de la voûte céleste qui était sur leurs têtes, il y avait quelque chose de similaire à une pierre de saphir, qui ressemblait à un trône, et sur cette forme de trône apparaissait quelqu’un dont l’aspect ressemblait à celui d’un homme, tout en haut.
      27 J’ai vu comme un éclat étincelant, comme du feu, qui l’enveloppait tout autour. Depuis ce qui semblait être ses hanches jusqu'en haut et depuis ce qui semblait être ses hanches jusqu'en bas, j’ai vu quelque chose de similaire à du feu, une lumière qui rayonnait tout autour.
      28 Cette lumière qui rayonnait tout autour de lui avait le même aspect que l’arc-en-ciel dans les nuages un jour de pluie : c'était un reflet de la gloire de l'Eternel. A cette vue, je suis tombé le visage contre terre, puis j’ai entendu quelqu'un me parler.

      Ezéchiel 10

      1 J’ai regardé et j’ai vu, sur la voûte céleste qui était au-dessus de la tête des chérubins, comme une pierre de saphir dont l’aspect ressemblait à un trône ; c’était ce qui se voyait au-dessus d’eux.
      2 L'Eternel a dit à l'homme habillé de lin : « Va à l’intérieur du tourbillon, sous les chérubins ! Remplis tes mains de charbons ardents que tu prendras entre les chérubins et disperse-les sur la ville ! » Il y est allé sous mes yeux.
      3 Les chérubins se tenaient sur la droite du temple quand l'homme y est entré, et la nuée remplissait le parvis intérieur.
      4 La gloire de l'Eternel s’est élevée au-dessus du chérubin et s’est dirigée vers le seuil du temple. Alors le temple a été rempli de nuée et le parvis a été illuminé par la gloire de l'Eternel.
      5 On a entendu le bruit des ailes des chérubins jusqu'au parvis extérieur. Il était pareil à la voix du Dieu tout-puissant lorsqu'il parle.
      6 Lorsque l'homme habillé de lin a reçu cet ordre : « Prends du feu à l’intérieur du tourbillon, entre les chérubins », il est allé se placer près d’une roue.
      7 Alors un chérubin a tendu la main entre les autres chérubins pour atteindre le feu situé entre les chérubins. Il en a retiré des braises et les a mises dans les mains de l'homme habillé de lin. Celui-ci les a prises, puis il est sorti.
      8 On voyait aux chérubins, sous leurs ailes, une forme de main humaine.
      9 J’ai regardé et j’ai vu quatre roues près des chérubins, une près de chaque chérubin. Les roues avaient, dans leur aspect, un éclat pareil à celui d'une pierre de chrysolithe.
      10 Toutes les quatre avaient le même aspect ; chacune paraissait être au milieu d'une autre roue.
      11 Dans leurs déplacements, elles pouvaient suivre les quatre directions prises par les chérubins, et elles se déplaçaient sans dévier ; elles allaient du côté où se tournait la tête, sans dévier dans leur déplacement.
      12 Tout le corps des chérubins – y compris leur dos, leurs mains et leurs ailes – était couvert d'yeux tout autour, ainsi que, pour eux quatre, les roues.
      13 J’ai entendu qu'on appelait ces roues tourbillon.
      14 Chacun avait quatre visages. La première face était une face de chérubin, la deuxième une face d'homme, la troisième une face de lion et la quatrième une face d’aigle.
      15 Puis les chérubins se sont élevés. C'étaient les êtres vivants que j'avais vus près du fleuve Kebar.
      16 Les roues suivaient les chérubins dans leurs déplacements et, quand les chérubins déployaient leurs ailes pour s'élever au-dessus de la terre, les roues ne se détournaient pas d'eux : même là elles les suivaient.
      17 Quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient, et quand ils s'élevaient, elles s'élevaient avec eux, car l'esprit des êtres vivants était en elles.
      18 La gloire de l'Eternel s’est retirée du seuil du temple et s’est placée au-dessus des chérubins.
      19 Les chérubins ont déployé leurs ailes et se sont élevés de terre sous mes yeux quand ils sont sortis, accompagnés des roues. Ils se sont arrêtés devant l’entrée de la maison de l'Eternel, côté est, et la gloire du Dieu d'Israël était au-dessus d’eux, tout en haut.
      20 C'étaient les êtres vivants que j'avais vus sous le Dieu d'Israël, près du fleuve Kebar, et j’ai reconnu que c'étaient des chérubins.
      21 Chacun avait quatre faces et quatre ailes, et il y avait quelque chose qui ressemblait à des mains humaines sous leurs ailes.
      22 Leurs visages ressemblaient à ceux que j'avais vus près du fleuve Kebar : c'était le même aspect, c'étaient eux. Chacun allait droit devant lui.

      Ezéchiel 26

      10 Tu seras couverte de poussière à cause de sa quantité de chevaux. Tes murailles trembleront au bruit des cavaliers, des roues et des chars, lorsqu'il entrera dans tes portes comme on entre dans une ville conquise.

      Daniel 7

      9 » Pendant que je regardais, on a placé des trônes et l'Ancien des jours s'est assis. Son vêtement était aussi blanc que la neige et les cheveux de sa tête pareils à de la laine pure. Son trône était de flammes et ses roues étaient un feu dévorant.

      Nahum 3

      2 On entend le bruit du fouet, le fracas des roues, le galop des chevaux, le roulement des chars.

      Jacques 3

      6 La langue aussi est un feu, c'est le monde de la méchanceté. [Ainsi, ] la langue se trouve parmi nos membres ; elle souille tout notre corps et enflamme le cours de notre existence, étant elle-même enflammée par l'enfer.
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider