FERMER
www.quiestleheros.com

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le TopChrétien ne vit que de dons. Le site et ses contenus n'existent que par la générosité de 0,5% de ses internautes. S'il était possible de doubler le nombre de personnes engagées à nos côtés, il serait possible d'annoncer l’Évangile à des milliers de personnes supplémentaires chaque jour ! Oui, votre don fait la différence ! Nous avons besoin de vous. Le héros de la foi dont nous parle Hébreux 11, c'est vous ! MERCI.

Dictionnaire Biblique de Top Bible

TEMPÉRANCE

En son sens général, ce terme désigne la possession de soi, dans l'éloignement des excès et la modération des passions : idéal auquel se ramenait presque toute la morale païenne (voir PERFECTION, Vertu), notamment celle des Stoïciens.

Cette notion est exprimée dans le N.T. par les mots grecs ephrateïa, egkratès, dont la racine kratem évoque l'idée de puissance (Ac 24:25, Ga 5:22, Tit 1:8,2Pi 1:6, cf. Sir 26:15 : retenue).

Elle se distingue de la notion toute négative d'abstinence ou de continence, exprimée par le verbe de même racine egkrateuesthai (1Co 7:9 9:25).

De même, l'intempérance peut avoir le sens général :

manque de maîtrise sur soi-même (2Ti 3:3), esclavage de divers excès (Mt 23:25), ou s'appliquer à des cas particuliers, comme l'incontinence (1Co 7:5).
Enfin, les termes nèphein, nèphalios désignent la sobriété, la modération dans l'usage du vin en particulier (1Th 5:6,8,1Ti 3:2,11,2Ti 4:5, Tit 2:2,1Pi 1:13 4:7 5:8).

Les deux verbes composés ehnèphein, ananèpheïn, qui désignent le réveil de l'ivresse et le retour à la raison, sont employés au figuré par saint Paul dans 1Co 15:34 et 2Ti 2:26.

Enfin, le terme sophrôn et ses dérivés, employés surtout dans les épîtres pastorales, désignent le plus souvent la maîtrise de soi-même, que nos versions rendent par des traductions variées : tempérance, sagesse, sobriété, modestie, prudence, etc. (1Ti 2:9,15,2Ti 1:7, Tit 1:8 2:2 5,6,1Pi 4:7) ; le sens en est très clair dans la formule de Tit 2:12 : « vivre dans la tempérance, la justice et la piété », accomplissement des devoirs envers soi-même, envers le prochain et envers Dieu, --d'où l'emploi de cette formule compréhensive dans certaines de nos liturgies.

Le devoir de la tempérance n'est point inconnu à l'A.T., quoique le terme ne s'y trouve pas. Il est implicitement indiqué dans les récits qu'il fait de l'ivresse de Noé (Ge 9) ou de Lot (Ge 19) et de leurs suites humiliantes ou dégradantes, dans l'abstinence prescrite aux lévites (Le 10:8) et aux nazirs ; (No 6:3, Jug 13:4) voir Naziréen.

Il est explicite dans les nombreux préceptes des Proverbes sur les conséquences fâcheuses de l'abus du vin (Pr 4:17 20:1 21:17 23:21 31:6, cf. Sir 18:32 et suivants Sir 31:25 37:27,31), et dans les vigoureuses apostrophes des prophètes contre les excès (Am 6:3-7, Os 4:11, Esa 28, Mic 2:11 etc.). Voir Ivresse.

La tempérance, au sens large comme au sens étroit, est naturellement une vertu chrétienne. Elle doit être exigée des frères qui dirigent les communautés (1Ti 3:2 et suivant, Tit 1:8 et suivant, etc.). Elle est un fruit de l'Esprit, dans les vies libérées de l'esclavage de la chair par la grâce de l'Esprit saint (Ga 5:20-22).

Celui qui est en Christ, ayant été appelé à la liberté, n'est pas destiné à l'ascétisme : il peut user de tout, car « tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté pourvu qu'on le prenne avec actions de grâces » (1Ti 4:4) ;

Mais cette liberté est limitée par :

l'amour fraternel (Ro 14,1Co 8), par le désir de ne pas scandaliser les petits (1Co 10:23), et surtout par la crainte qu'elle ne soit « un prétexte pour vivre de façon charnelle » (Ga 5:13).
En effet, la liberté du chrétien peut être un piège, et s'il met sa confiance en lui-même, il risque de retomber dans l'esclavage honteux des sens.

D'où la nécessité :

d'user de ce monde comme n'en usant pas (1Co 7:31), de prendre garde (1Co 10:12), de veiller (Mt 24:42-51), car si « l'esprit est prompt, la chair est faible » (Mt 26:41).
La tempérance suppose en effet la maîtrise de soi, qui est une grâce, fille de la foi (2Pi 1:5,8) ; l'Évangile n'admet pas de scission entre la vie spirituelle du chrétien et sa vie habituelle : « Si nous vivons par l'Esprit, que notre conduite aussi soit inspirée de l'Esprit » (Ga 5:25). R. H.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

Afficher tous les 187 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Melody Nadal Un Noël Jazz
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...