Dictionnaire Biblique de Top Bible

THÉOLOGIEN

(grec théologos). Appellation absente des versions modernes de la Bible. Elle se trouvait dans le titre de l'Apo : « Apocalypse de [s. ] Jean le théologien », tel que le conservaient la plupart des révisions d'Ost. au cours du XIX e siècle. Ce titre provenait du Texte reçu (voir Texte du N.T.), texte grec du N.T. établi par les humanistes du XVI e siècle ; ils l'avaient adopté d'après quelques manuscrits. On en connaît en effet aujourd'hui une douzaine qui possèdent le titre de l'Apoc, avec la désignation de son auteur comme « théologien » ; mais c'est une bien faible proportion sur les 230 manuscrits grecs de ce livre, complets ou fragmentaires, aujourd'hui connus, et cette douzaine de manuscrits appartiennent à une époque tardive, entre le X° et le XV° siècle. C'est pourquoi nos versions modernes ne l'ont pas conservé.

En quel sens les copistes du Moyen âge avaient-ils appelé théologien l'auteur de l'Apocalypse ? Le grec théologos (de Théos =Dieu, et legeïn =parler) s'était appliqué d'abord aux écrivains, poètes ou philosophes, qui traitaient de Dieu et des choses divines, théogonies, cosmogonies (Aristote) ; mais ce terme peut aussi désigner ceux qui parlent au nom de Dieu, inspirés ou devins (Plutarque) : c'est ainsi que Lucien, dans son Alexandre, à propos du même personnage, emploie comme équivalents les termes de théologien (ch. 19) et de prophète (ch. 22). Le Voyant apocalypticien était bien un prophète (voir Apocalypse).

Un troisième sens, chez les auteurs ecclésiastiques, est celui qui fait du théologos un tenant de la conception du Logos (=Parole) qui est Théos (=Dieu) ; c'est en ce sens que le terme fut appliqué à Grégoire de Nazianze. Il a pu l'être aussi pour la même raison à Jean le Voyant parce qu'on l'identifiait avec l'apôtre auteur du 4° évang, où apparaît le Logos (voir ce mot) ; mais en ce cas il serait étrange que les manuscrits en question n'eussent pas adopté ce titre pour l'évangile qui parle du Logos, l'ayant adopté pour l'Apocalypse qui n'en parle pas.

Par ailleurs un assez grand nombre d'inscriptions d'Asie Mineure font connaître des « théologiens », et même des « théologiennes », dans les cultes païens de Pergame, Ephèse, Smyrne, Héraclée, etc., desservants, représentants et panégyristes des mystères divins, quelquefois aussi chanteurs d'hymnes (comp, les cantiques de l'Apo : Ap 5:9 14:3) ; ces analogies, originaires du milieu même où l'Apocalypse est née, sont toutes en faveur du sens « porte-parole de Dieu » appliqué à son auteur (cf. Deissmann, NES, p. 57s ; VGT, p. 287).

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...