Dictionnaire Biblique de Top Bible

VICTOIRE

Des mentions de victoires, au sens propre, ne peuvent manquer dans les livres de l'A. T, où les armées et la guerre (voir ces mots) jouent un rôle important (Ex 17:13, No 13:30,1Sa 17:50, 2Ma 10:28-38, etc. ; cf. Heb 11:34).

Le cantique de Débora, l'un des plus vieux documents de la Bible, chante « les victoires de JHVH » et de « ses chefs en Israël » (Jug 5:11) ; Judas Macchabée, avant de livrer bataille à Antiochus Eupator, donne pour mot d'ordre à ses troupes : « Victoire de Dieu ! » (2Ma 13:15).

Le point de vue religieux et le point de vue national se trouvent encore entremêlés à travers le livre des Psaumes : les fidèles croyants, souvent engagés dans d'inévitables conflits avec les ennemis d'Israël qui sont en même temps ennemis du vrai Dieu, cherchent leur force auprès de Lui (Ps 13:5 18:3,40 27:3), et le Ps 68 n'était point leur unique « psaume des batailles » ; (cf. Ps 35:1 144:1 et suivants, etc.) en rendant grâces à leur Dieu qui leur donne de vaincre (Ps 118:10,16 129:2 etc.), ils proclament Sa suprématie, celle de l'Esprit, sur les conquêtes des forces militaires (Ps 33:16 44:3,9 etc.). Presque toute la prédication prophétique avait assuré le peuple israélite de la défaite et de la ruine s'il persistait dans son infidélité, et toutes ces menaces se sont réalisées (voir Prophète).

Au point de vue figuré, qui se transporte dans le domaine individuel, le combat intérieur et la victoire sur soi-même ne paraissent guère dans l'A.T. On y trouve, dans la mystérieuse lutte de Jacob, une trace de l'antique conception qui voyait dans la prière une lutte de l'homme contre Dieu pour lui arracher son secours ; l'homme en sort « tout meurtri, mais vainqueur », et le récit explique par là le nouveau nom d'Israël : lutteur avec Dieu (Ge 32:24-30 ; cf. Os 12:4 et suivant). Le plus sensitif des prophètes, Jérémie, reçoit de Dieu la promesse qu'il ne sera pas vaincu par les puissants (Jer 1:19 15:20) ; mais c'est Dieu lui-même qui, en l'enrôlant au prix de tant de souffrances, l'a vaincu (Jer 20:7).

L'existence même d'un Ennemi de Dieu, (cf. Mt 13:28) chef de résistance contre son oeuvre parmi les hommes (voir Satan), implique un état de guerre au terme duquel Dieu doit remporter la victoire. Dans le mazdéisme, c'est la lutte supra-terrestre entre Ormuzd et Ahriman.

Dans la religion biblique et spécialement dans l'Évangile, les coups de l'Adversaire portent sur le Fils de Dieu et sur ses fidèles, par l'épreuve et la tentation (voir ce mot) ; le Père céleste leur garantit la victoire de son Esprit saint. On connaît les assauts du Diable contre Jésus, et ses victoires successives, jusqu'à la croix (Mt 4 parallèle Lu 4, Mt 16:23, Lu 22:53, Mr 14:35 15:34, Jn 19:30), couronnées par le triomphe de Pâques (Lu 24:26). C'est dans l'obéissance et le sacrifice devant la volonté (voir ce mot) de Dieu son Père que Jésus s'est montré vainqueur ; et d'avance, à la veille de quitter ses apôtres, il les associe à sa victoire : « Prenez courage, j'ai vaincu le monde ! » (Jn 16:33).

Les écrits de ces apôtres, témoins des premières réalisations spirituelles de l'Évangile, nous montrent les chrétiens lancés en pleine bataille par leur Maître et Sauveur dans un monde hostile.

Ils ont à lutter contre :

leurs propres passions et le péché de la nature humaine (Ro 7, Jas 4:1,1Pi 2:11, Heb 12:4), contre Satan et les puissances mauvaises (2Co 2:11, Ap 12:17, Eph 6 : et suivant), contre les incrédules ennemis de Dieu (Ro 15:30 et suivant), contre les souillures du monde (Jas 1:27,2Pi 2:20).
Mais ce combat est le « bon combat » (1Ti 1:18 6:12,2Ti 4:7 ; cf. 2Ti 2:3,2Co 10:4).

Aux membres fidèles de l'Église militante, dont la force est leur foi en Dieu (Col 1:29, Phi 1:27, Jude 1:3), le Seigneur assure sa « panoplie », c'est-à-dire toutes ses armes (Eph 6:10-20 ; voir Armes, II).

Et les épîtres abondent en joyeuses proclamations anticipées des victoires garanties : certitude de :

triompher de la tentation (1Co 10:13), d'être rendus par Celui qui les aime non seulement vainqueurs, mais plus que vainqueurs (Ro 8:37), ce qui permet de vaincre le mal par le bien (Ro 12:21), et d'être joints au propre triomphe du Christ en tous lieux (interprétation de 2Co 2:14 aussi légitime que la traduction habituelle « ... qui nous fait toujours triompher en Christ »),
constatation que les chrétiens ont reçu le pouvoir de vaincre les faux prophètes, et les jeunes gens le Malin (1Jn 4:4 2:13 et suivant), et le sublime cantique de délivrance, en l'honneur de Dieu qui, sur la mort même comme sur le péché, nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ (1Co 15:54-57).

Le témoin le plus proche des grands combats de l'Église, c'est l'Apocalypse ; c'est aussi le livre de la Bible qui célèbre le plus constamment et le plus fortement, devant les assauts du Diable et de la Bête (Ap 11:7), les vainqueurs et la victoire de l'Agneau (Ap 12:11 15:2 17:14) ; le cavalier symbolique « part en vainqueur, pour remporter la victoire » (Ap 6:2), et les sept lettres du Seigneur à son Église se ferment toutes sur une ineffable promesse du ciel « à celui qui vaincra » (Ap 2 7,11,17-26 3:5,12,21 21:7).

Le vocabulaire des métaphores de combat et de victoire continua de tenir une place importante dans le langage des Pères de l'Église ; il a persisté à travers les siècles, à des degrés divers suivant les milieux et les époques, et se retrouve dans certains types de chevalerie chrétienne, de prêtres soldats et de soldats chrétiens, chez certains mystiques comme le Bunyan de la sainte Guerre et dans l'organisation militaire de l'Armée du Salut, dans nos psaumes inspirés de l'A. T, comme dans nos cantiques populaires de réveil.

Les psychologues montrent dans ce fait, à côté des explications historiques ci-dessus indiquées, l'expression d'une des deux aspirations fondamentales de l'âme humaine : l'aspiration morale, élément à base de lutte, qui vise à triompher du Mal, l'autre étant l'aspiration mystique, qui tend à s'unir au principe du Bien, et constitue un élément à base d'amour. Le premier élément, isolé, évaporerait la religion en agitation superficielle, indécise quant à sa fin ; le second, isolé, l'écraserait en un quiétisme fatal à l'effort. Dans ce monde pécheur, la révélation du Dieu Sauveur nous tient à égale distance d'un optimisme satisfait et d'un pessimisme désespéré ; ce sont les conditions psychologiques nécessaires du « bon combat », sublimation de l'instinct combatif, et de la victoire, incarnation dans les faits de l'Amour éternel. (Voir à ce sujet Harnack, Militia Christi, 1905 ; Flournoy, Le génie religieux ; P. Bovet, L'instinct combatif, nouv. édit. 1928, ch. 1x.)

Jn L.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 32

      24 Il les prit, leur fit passer le torrent et le fit passer à tout ce qui lui appartenait.
      25 Jacob resta seul. C’est alors qu’un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore.
      26 Voyant qu'il n'était pas vainqueur contre lui, cet homme le frappa à l'emboîture de la hanche. Celle-ci se déboîta pendant qu'il luttait avec lui.
      27 Il dit : « Laisse-moi partir, car l'aurore se lève. » Jacob répondit : « Je ne te laisserai pas partir avant que tu ne m'aies béni. »
      28 Il lui demanda : « Quel est ton nom ? » Il répondit : « Jacob. »
      29 Il ajouta : « Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël, car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes et tu as été vainqueur. »
      30 Jacob lui demanda : « Révèle-moi donc ton nom. » Il répondit : « Pourquoi demandes-tu mon nom ? » et il le bénit là.

      Exode 17

      13 et Josué fut victorieux d’Amalek et de son peuple au tranchant de l'épée.

      Nombres 13

      30 Caleb fit taire le peuple qui murmurait contre Moïse. Il dit : « Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs ! »

      Juges 5

      11 Que de leur voix, du milieu des abreuvoirs, #les porteurs d’eau célèbrent les bienfaits de l'Eternel, #les bienfaits de son chef en Israël ! » Alors le peuple de l'Eternel est descendu vers les portes : #

      1 Samuel 17

      50 Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin ; il le frappa et le mit à mort sans avoir d'épée à la main.

      Psaumes 13

      5 En effet, mon ennemi pourrait dire : « Je l’ai vaincu », et mes adversaires se réjouir en me voyant ébranlé.

      Psaumes 18

      3 Eternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur, mon Dieu, mon rocher où je trouve un abri, mon bouclier, la force qui me sauve, mon rempart !
      40 Tu me donnes de la force pour le combat, tu fais plier sous moi mes adversaires.

      Psaumes 27

      3 Si une armée prend position contre moi, mon cœur n’éprouve aucune crainte. Si une guerre s’élève contre moi, je reste malgré cela plein de confiance.

      Psaumes 33

      16 Ce n’est pas une grande armée qui sauve le roi, ce n’est pas sa grande force qui délivre le guerrier.

      Psaumes 35

      1 De David. Eternel, accuse ceux qui m’accusent, combats ceux qui me combattent !

      Psaumes 44

      3 De ta main tu as chassé des nations pour qu’ils puissent s’établir, tu as frappé des peuples pour qu’ils puissent s’étendre.
      9 Nous chantons la louange de Dieu chaque jour, et nous célébrerons éternellement ton nom. – Pause.

      Psaumes 68

      1 Au chef de chœur. Psaume, chant de David.
      2 *Dieu se lève, ses ennemis se dispersent et ses adversaires prennent la fuite devant lui.
      3 Comme la fumée se dissipe, tu les dissipes ; comme la cire fond au feu, les méchants disparaissent devant Dieu.
      4 Mais les justes se réjouissent, ils triomphent devant Dieu, ils sont transportés de joie.
      5 Chantez en l’honneur de Dieu, célébrez son nom, préparez le chemin à celui qui s’avance à travers les déserts ! L’Eternel est son nom : réjouissez-vous devant lui !
      6 Le père des orphelins, le défenseur des veuves, c’est Dieu dans sa sainte demeure.
      7 Dieu donne un foyer à ceux qui sont solitaires, il délivre les prisonniers et les rend heureux ; seuls les rebelles habitent des lieux arides.
      8 O Dieu, tu es sorti à la tête de ton peuple, tu as marché dans le désert. – Pause.
      9 Alors la terre a tremblé, le ciel aussi a déversé son eau devant Dieu ; le Sinaï lui-même a tremblé devant Dieu, le Dieu d’Israël.
      10 Tu as fait tomber une pluie bienfaisante, ô Dieu, tu as fortifié ton peuple épuisé.
      11 Ton troupeau a habité dans le pays que dans ta bonté, ô Dieu, tu avais préparé pour les malheureux.
      12 Le Seigneur dit une parole, et les messagères de bonnes nouvelles sont légion.
      13 Les rois des armées fuient, ils fuient, et celle qui reste à la maison partage le butin.
      14 Tandis que vous êtes couchés au milieu des étables, les ailes de la colombe sont couvertes d’argent et son plumage est d’un jaune d’or.
      15 Lorsque le Tout-Puissant a dispersé les rois dans le pays, il neigeait sur le Tsalmon.
      16 Montagne de Dieu, montagne du Basan, montagne aux nombreuses cimes, montagne du Basan,
      17 pourquoi, montagnes aux nombreuses cimes, êtes-vous jalouses de la montagne que Dieu a choisie pour résidence ? Cependant, l’Eternel en fera sa demeure à perpétuité.
      18 Les chars de Dieu se comptent par dizaines de milliers, par milliers de milliers ; le Seigneur est au milieu d’eux sur le Sinaï, dans le sanctuaire.
      19 *Tu es monté sur les hauteurs, tu as emmené des prisonniers, tu as pris des dons parmi les hommes ; les rebelles aussi habiteront près de l’Eternel Dieu.
      20 Béni soit le Seigneur chaque jour ! Dieu porte nos fardeaux, il nous sauve. – Pause.
      21 Dieu est pour nous le Dieu des délivrances, c’est l’Eternel, le Seigneur, qui peut nous préserver de la mort.
      22 Oui, Dieu brisera la tête de ses ennemis, le crâne chevelu de ceux qui vivent dans le péché.
      23 Le Seigneur dit : « Je les ramènerai du Basan, je les ramènerai du fond de la mer,
      24 afin que tu plonges ton pied dans le sang et que la langue de tes chiens ait part au carnage des ennemis. »
      25 Ils voient ta marche, ô Dieu, la marche de mon Dieu, de mon roi, dans le sanctuaire.
      26 En tête vont les chanteurs, puis ceux qui jouent des instruments, au milieu des jeunes filles qui battent du tambourin.
      27 Bénissez Dieu dans les assemblées, bénissez le Seigneur, descendants d’Israël !
      28 Voilà Benjamin, le plus jeune, qui domine sur eux, les chefs de Juda et leur troupe, les chefs de Zabulon, les chefs de Nephthali.
      29 Ton Dieu ordonne que tu sois fort : fortifie, ô Dieu, ce que tu as fait pour nous !
      30 De ton temple tu règnes sur Jérusalem. Les rois t’apporteront des présents.
      31 Menace l’animal des roseaux, la troupe des taureaux avec les veaux des peuples, qui se prosternent avec des pièces d’argent ! Disperse les peuples qui aiment la guerre !
      32 Des grands viennent de l’Egypte ; l’Ethiopie accourt, les mains tendues vers Dieu.
      33 Royaumes de la terre, chantez en l’honneur de Dieu, célébrez le Seigneur ! – Pause.
      34 Chantez celui qui s’avance dans le ciel, le ciel ancien ! Voici qu’il fait retentir sa voix, sa voix puissante.
      35 Proclamez la force de Dieu ! Sa majesté s’étend sur Israël, et sa force éclate dans le ciel.

      Psaumes 118

      10 Toutes les nations m’entouraient : au nom de l’Eternel, je les taille en pièces.
      16 La main droite de l’Eternel est élevée, la main droite de l’Eternel agit avec puissance !

      Psaumes 129

      2 on m’a souvent combattu depuis ma jeunesse, mais on ne m’a pas vaincu.

      Psaumes 144

      1 De David. Béni soit l’Eternel, mon rocher, qui exerce mes mains pour le combat, mes doigts pour la bataille.

      Jérémie 1

      19 Ils te combattront, mais ils ne pourront rien faire contre toi, car je suis moi-même avec toi pour te délivrer, déclare l'Eternel. »

      Jérémie 15

      20 Je ferai de toi un mur de bronze inébranlable pour ce peuple. Ils te feront la guerre, mais ils ne l’emporteront pas sur toi, car je serai moi-même avec toi pour te sauver et te délivrer, déclare l'Eternel.

      Jérémie 20

      7 » Tu m'as persuadé, Eternel, et je me suis laissé persuader. Tu y es allé fort avec moi et tu as gagné. Je suis chaque jour un sujet de raillerie, tout le monde se moque de moi.

      Osée 12

      4 Dans le ventre maternel, Jacob a attrapé son frère par le talon et, devenu homme, il a lutté avec Dieu.

      Matthieu 4

      1 Puis Jésus fut emmené par l'Esprit dans le désert pour être tenté par le diable.
      2 Après avoir jeûné 40 jours et 40 nuits, il eut faim.
      3 Le tentateur s'approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
      4 Jésus répondit : « Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »
      5 Le diable le transporta alors dans la ville sainte, le plaça au sommet du temple
      6 et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ! En effet, il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
      7 Jésus lui dit : « Il est aussi écrit : Tu ne provoqueras pas le Seigneur, ton Dieu. »
      8 Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire
      9 et lui dit : « Je te donnerai tout cela, si tu te prosternes pour m'adorer. »
      10 Jésus lui dit alors : « Retire-toi, Satan ! En effet, il est écrit : C’est le Seigneur, ton Dieu, que tu adoreras et c’est lui seul que tu serviras. »
      11 Alors le diable le laissa. Et voici que des anges s'approchèrent de Jésus et le servirent.
      12 Lorsqu'il apprit que Jean avait été arrêté, Jésus se retira en Galilée.
      13 Il quitta Nazareth et vint habiter à Capernaüm, ville située près du lac, dans le territoire de Zabulon et de Nephthali,
      14 afin que s'accomplisse ce qu'avait annoncé le prophète Esaïe :
      15 Territoire de Zabulon et de Nephthali, route de la mer, région située de l'autre côté du Jourdain, Galilée à la population étrangère !
      16 Le peuple assis dans les ténèbres a vu une grande lumière, et sur ceux qui se trouvaient dans le pays de l’ombre de la mort une lumière s'est levée.
      17 Dès ce moment, Jésus commença à prêcher et à dire : « Changez d’attitude, car le royaume des cieux est proche. »
      18 Comme il marchait le long du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient un filet dans le lac ; c’étaient en effet des pêcheurs.
      19 Il leur dit : « Suivez-moi et je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. »
      20 Aussitôt, ils laissèrent les filets et le suivirent.
      21 Il alla plus loin et vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans une barque avec leur père Zébédée et qui réparaient leurs filets. Il les appela,
      22 et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père et le suivirent.
      23 Jésus parcourait toute la Galilée ; il enseignait dans les synagogues, proclamait la bonne nouvelle du royaume et guérissait toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.
      24 Sa réputation gagna toute la Syrie et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des épileptiques, des paralysés ; et il les guérissait.
      25 De grandes foules le suivirent, venues de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée et de l’autre côté du Jourdain.

      Matthieu 13

      28 Il leur répondit : ‘C'est un ennemi qui a fait cela.’Les serviteurs lui dirent : ‘Veux-tu que nous allions l'arracher ?’

      Matthieu 16

      23 Mais Jésus se retourna et dit à Pierre : « Arrière, Satan, tu es un piège pour moi, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. »

      Marc 14

      35 Puis il avança de quelques pas, se jeta contre terre et pria que, si cela était possible, cette heure s'éloigne de lui.

      Marc 15

      34 Et à trois heures de l'après-midi, Jésus s'écria d'une voix forte : « Eloï, Eloï, lama sabachthani ? » – ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

      Luc 4

      1 Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain. Il fut conduit par l'Esprit dans le désert
      2 où il fut tenté par le diable pendant 40 jours. Il ne mangea rien durant ces jours-là et, quand cette période fut passée, il eut faim.
      3 Le diable lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »
      4 Jésus lui répondit : « Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement [mais de toute parole de Dieu]. »
      5 Le diable l'emmena plus haut, [sur une haute montagne, ] et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre.
      6 Puis il lui dit : « Je te donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes, car elle m'a été donnée et je la donne à qui je veux.
      7 Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. »
      8 Jésus lui répondit : « [Retire-toi, Satan ! En effet, ] il est écrit : C’est le Seigneur, ton Dieu, que tu adoreras et c’est lui seul que tu serviras. »
      9 Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça au sommet du temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi d'ici en bas, car il est écrit :
Afficher tous les 226 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider