Dictionnaire Biblique de Top Bible

ENFANT

(En hébreu et même en grec ce terme peut s'appliquer à des âges divers, depuis la petite enfance jusqu'à l'adolescence ; d'où les traductions, suivant les versions : enfant, jeune homme, jeune fille, etc.).

Les enfants et la notion d'enfant, en opposition à l'idée de parents et à la notion d'homme fait, occupent une grande place dans l'A. T, et le N.T., dans la religion et la vie de l'Israélite comme du chrétien.

D'après l'A.T., c'est un devoir et un privilège pour l'homme d'avoir des enfants, nombreuse famille et lointaine descendance. « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre », ordonne Dieu au premier couple humain (Ge 1:28). Il promet à Abram la magnifique bénédiction d'une postérité aussi nombreuse que la poussière de la terre, les étoiles du ciel ou le sable qui est sur le bord de la mer (Ge 13:16 22:17) ; il change son nom en celui d'Abraham=père d'une multitude (Ge 17:5). Les Ps 127 Ps 128, parmi les faveurs que Dieu accorde à ceux qui le craignent, placent une famille nombreuse, et des fils qui sont pour le père ce que sont les flèches dans la main du guerrier : moyen de défense, de salut, de prospérité ; sa maison est comme un carquois bien rempli. Esa 54:1,4, comparant le pardon de Dieu envers Israël à la rentrée en grâce d'une épouse délaissée, lui annonce la grande joie d'une vie toute nouvelle, marquée entre autres bienfaits par des enfants en grand nombre.

Inversement, la privation d'enfants est opprobre, malheur et malédiction. Agar méprise Sara (Ge 16:4), comme Péninna mortifie Anne (1Sa 1:6, cf. Ps 113:9). Elisabeth se réjouit comme s'était réjouie Rachel quand Dieu enlève « l'opprobre de celle qui était appelée stérile » (Lu 1:25,36, Ge 30:1-23). Heureuses cependant celles-là, dit Jésus, --mais alors seulement--quand il s'agira d'échapper aux calamités imminentes (Lu 23:29).

Le nouveau-né, enfanté dans la douleur (Ge 3:16), quelques foiss avec l'aide d'une sage-femme (Ex 1:15 et suivants), était l'objet de soins auxquels Eze 16:4 fait allusion. Les garçons étaient circoncis le 8 e jour (voir Circoncision). Ordin'nourris par leur propre mère, les enfants n'étaient guère sevrés avant deux ou trois ans, comme c'est encore le cas aujourd'hui en Orient. (cf. Ge 21:8,1Sa 1:22,24) Voir Bertholet, Hist. Civ. Isr., p. 182ss,

Cet enfant, à la venue duquel on attachait tant de prix, était soigneusement instruit et élevé ; nombreux sont les préceptes à ce sujet. Il faut lui enseigner son devoir de bonne heure, afin que plus tard il ne se détourne pas du droit chemin (Pr 22:6) ; il ne faut pas lui épargner verge et correction (Pr 23:13 et suivant 22:15), par faiblesse ou par un amour mal entendu (Pr 13:24), pas plus qu'il ne faudrait se laisser aller jusqu'à la violence et jusqu'à le tuer (Pr 19:18). L'apôtre Paul recommande de même aux pères d'élever leurs enfants avec sagesse, de les corriger avec mesure, de peur qu'ils ne se découragent (Eph 6:4, Col 3:21, cf. Heb 12:7,10).

Dans cette éducation de l'enfant, le père et la mère ont leur part, chacun leur tâche à remplir (Pr 1:8 6:20). Le livre des Proverbes rapporte les conseils de pureté, de tempérance, de justice, d'équité, donnés à un roi par sa mère (Pr 31:1,9). Le jeune Timothée avait reçu de son aïeule et de sa mère (son père étant probablement païen) la foi israélite (2Ti 1:5 3:15 Ac 16:1). L'enfant apprenait la Loi de bonne heure apo bréphous =dès ta plus tendre enfance, dit Paul à Timothée). Les commandements de Dieu devaient lui être inculqués par son père, dans sa maison, quand il allait en voyage, quand il se couchait, quand il se levait, c-à-d, continuellement (De 6:5 et suivants, Ps 78:5 et suivant). Tous les sept ans, on devait lire la Loi devant tout Israël, en rassemblant à cet effet hommes, femmes, enfants et même les étrangers ; ainsi les enfants qui ne la connaîtront pas l'entendront et ils apprendront à craindre l'Éternel (De 31:10,13). Ce que les enfants devaient apprendre, c'était l'histoire même d'Israël et par elle comment Dieu avait choisi, formé, dirigé, éduqué, châtié, délivré, aimé son peuple ; par là ils concevront la reconnaissance envers Dieu et voudront le servir mieux que leurs pères, si souvent ingrats, indociles, rebelles (De 4:9 et suivant, Ps 78 Ps 104 Ps 106 Ps 107). Et quand ils demanderont : « Que signifie cet usage (Ex 12:26), que signifient ces préceptes, ces lois, ces ordonnances (De 6:20), que signifient ces pierres ? » (Jos 4:6) on leur dira ce que Dieu a fait et ce qu'il a ordonné.

Cette instruction de l'enfant était à la fois religieuse et morale : qu'on se rappelle les leçons que veut inculquer à ses jeunes lecteurs le sage du livre des Proverbes ; il s'agit d'acquérir la sagesse (voir ce mot), cette vertu dont le maître fait de grands éloges, qui sera si précieuse à l'enfant et au jeune homme pour le diriger et le garder corps et âme, et qui est faite à la fois de la crainte de l'Éternel et de l'intelligence pratique de la vie. Voir Éducation.

La position des enfants vis-à-vis de leurs parents était d'une entière dépendance. Dans la société antique, le père dispose de la vie de son enfant : païen, il peut l'immoler aux dieux, par ex. à Moloch (2Ro 16:3 21:6 23:10) ; Israélite, il peut, comme Jephté, l'offrir à Jéhovah (Jug 11:31-39) ; mais la révélation de Morija avait dès longtemps répudié les sacrifices d'enfants (Ge 22), et ces pratiques barbares, si communes chez les voisins d'Israël, sont toujours condamnées par la loi et les prophètes (Jer 32:35, Eze 16:20, Le 18:21 20:2,5). Mais il reste vrai que les parents ont le droit de vouer à l'avance leurs enfants au service de Dieu (1Sa 3) ou au naziréat (Jug 13:7).

L'enfant doit à ses parents honneur et respect, (Ex 20:12, Le 19:3) ainsi que soumission et obéissance. Toute infraction à cette loi morale, inscrite dans le code, est sévèrement punie ; celui qui les méprise est maudit (De 27:16). La peine de mort est prononcée sur celui qui frappe ou maudit son père ou sa mère (Ex 21:15,17) ; passible de la même peine est un fils insoumis, adonné au vice, dont le cas sera toutefois porté devant les anciens de la ville pour le prononcé de la sentence (De 21:18-21). L'Évangile, qui a tout pénétré de son esprit, montre aux enfants, en leur rappelant le commandement même de l'A.T., leur devoir d'obéissance envers leurs parents, comme il avait tracé à ceux-ci leurs devoirs d'éducateurs. Les uns et les autres doivent commander et obéir « selon le Seigneur », avec l'Esprit du Seigneur (Eph 6:13, Col 3:20).

Il ne faut pourtant pas méconnaître l'accent de tendresse paternelle ou maternelle qui est sensible déjà dans l'A.T. : la réponse d'Abraham à Isaac, aussi admirable pour sa délicatesse envers l'enfant que pour sa foi en Dieu (Ge 22:8) ; l'affection, d'ailleurs partiale, de Jacob pour le jeune Joseph (Ge 37:3), sa douleur inconsolable sur la disparition de ce fils (Ge 37:35), puis sur le départ de Benjamin (Ge 43:14), et le magnifique plaidoyer de Juda pour « l'enfant que son père aime » (Ge 44:18,34) ; l'émouvante histoire de la mère de Samuel (1Sa 1:11,20-28 2:18 et suivants) ; les jeûnes et prières de David pour le petit malade (2Sa 12:16-23) ; la prière persévérante mais sans phrases de la Sunamite (2Ro 4:18,37) ; les leçons symboliques qu'Ésaïe sait lire dans la venue des nouveau-nés (Esa 7:14 8:3 9:5) et qui annoncent les sublimes récits de Noël ; la place faite aux enfants par ce prophète (Esa 11:6,8) et par Za 8:5 dans les visions du règne messianique ; les accents pathétiques d'un témoin de la guerre inhumaine, qui a vu nourrissons, enfants, jeunes gens mourir de faim et de soif, et même des mères dévorer « le fruit de leurs entrailles » (La 2:11,19 4:4 5:13) ; le tableau du petit enfant rassasié, endormi sur le sein de sa mère (Ps 131:2) ; tout cela présage la douceur des foyers pieux autour des berceaux, telle qu'elle apparaît dans l'Évangile de l'enfance (Mt 1-2, Lu 1-2).

Avec le Seigneur Jésus, la notion d'enfant a revêtu une importance toute nouvelle. Non seulement l'Évangile, différent en cela de la Loi, est accessible aux enfants eux-mêmes, auxquels est révélé le secret du Royaume que souvent ne comprennent pas les hommes faits, sages et intelligents (Mt 11:25), --mais encore le Royaume est pour ceux qui ressemblent aux petits enfants (Mr 10:14 et parallèle). L'état d'esprit du petit enfant devient un modèle pour les dispositions d'âme de l'adulte, consistant surtout en celle qui les résume ou les inspire : l'humilité. Il faut être ou devenir humble comme l'enfant, comme lui se sentir devant Dieu, faible, petit, dépendant, pauvre de science, d'intelligence et de forces. Et pour cela, il faut, dit Jésus, « se retourner, changer, se convertir » (Mt 18:3).

L'enfance est comme sacrée aux yeux de Jésus. Il s'identifie avec elle, comme il s'identifie ailleurs avec le pauvre et le malheureux ; et recevoir un petit enfant en son nom, c'est le recevoir lui-même (Mt 18:5,25:40,46). Il faut bien se garder de scandaliser aucun de ces « petits », de ces petits qui croient, petits par l'âge et parce qu'ils sont à l'entrée de la vie, petits aussi par la foi et parce qu'ils sont au début de la vie chrétienne, et dont les anges, dans les cieux, contemplent la face du Père (Mt 18:6,10). La Révélation biblique affirme la filialité de l'homme à l'égard de Dieu, comme sa créature faite « à son image » (Ge 1:27), mais infidèle à sa vocation ; et l'Évangile révèle la paternité de Dieu, qui aime ses enfants jusqu'à se donner lui-même pour les sauver (Mt 5:45,48 6:9,25 7:11, Lu 15 : et suivants, etc.). Par la foi en Christ, nous recevons l'adoption de Dieu (Ro 8:15,17, Ga 4:4,7 etc.), et devenons ses enfants (1Jn 3:1). Voir Enfant de Dieu, Adoption.

Tandis que Jésus relevait exclusivement chez le petit enfant son attitude de confiance et d'humilité, leçon pour l'adulte, l'apôtre Paul, au contraire, relève presque exclusivement son ignorance, son imperfection, son insuffisance, que l'adulte ne doit pas conserver. Si au premier point de vue nous devons être comme des enfants, au second point de vue nous ne devons plus leur ressembler. « Montrez-vous des enfants quant à la malice, mais quant au jugement soyez des hommes faits » (1Co 14:20).

L'apôtre oppose l'époque de sa vie où il parlait, pensait, raisonnait en enfant, au moment où, devenu homme, il a quitté ce qui tenait de l'enfant (1Co 13:11). Comme l'enfant, en effet, le chrétien doit grandir, parvenir à l'état « d'homme fait », de façon à ne pas demeurer inexpérimenté, inconstant, simple et crédule, ballotté et emporté à tout vent de doctrine, prêt à se laisser séduire par la tromperie des hommes (Eph 4:13 et suivant). Après avoir reçu le lait, aliment des nouveau-nés, il doit s'assimiler une nourriture plus solide (1Co 3:1 et suivant, cf. Heb 5:12-14,1Pi 2:2). Les châtiments mêmes qu'il reçoit du Seigneur, comme ceux qu'un enfant reçoit de son père, contribuent à l'éducation de sa maturité (Heb 12:6,11). Voir Famille. S. M. et Jn L.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Genèse 1

      27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu. *Il créa l'homme et la femme.
      28 Dieu les bénit et leur dit : « Reproduisez-vous, devenez nombreux, remplissez la terre et soumettez-la ! Dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tout animal qui se déplace sur la terre ! »

      Genèse 3

      16 Il dit à la femme : « J'augmenterai la souffrance de tes grossesses. C'est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. »

      Genèse 13

      16 Je rendrai ta descendance pareille à la poussière de la terre, de sorte que, si quelqu'un peut compter la poussière de la terre, ta descendance aussi sera comptée.

      Genèse 16

      4 Il eut des relations avec Agar et celle-ci tomba enceinte. Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maîtresse avec mépris.

      Genèse 17

      5 On ne t'appellera plus Abram, mais ton nom sera Abraham, car *je te rends père d'un grand nombre de nations.

      Genèse 21

      8 L'enfant grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.

      Genèse 22

      1 Après cela, Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! »
      2 Dieu dit : « Prends ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac. Va-t'en au pays de Morija et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je t’indiquerai. »
      3 Abraham se leva de bon matin, sella son âne et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l'holocauste et partit pour aller à l'endroit que Dieu lui avait indiqué.
      4 Le troisième jour, Abraham leva les yeux et vit l'endroit de loin.
      5 Il dit à ses serviteurs : « Restez ici avec l'âne. Le jeune homme et moi, nous irons jusque là-bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous. »
      6 Abraham prit le bois pour l'holocauste, le chargea sur son fils Isaac et porta lui-même le feu et le couteau. Ils marchèrent tous les deux ensemble.
      7 Alors Isaac s'adressa à son père Abraham en disant : « Mon père ! » Il répondit : « Me voici, mon fils ! » Isaac reprit : « Voici le feu et le bois, mais où se trouve l'agneau pour l'holocauste ? »
      8 Abraham répondit : « Mon fils, Dieu pourvoira lui-même à l'agneau pour l'holocauste. » Et ils continuèrent à marcher tous les deux ensemble.
      9 Lorsqu'ils furent arrivés à l'endroit que Dieu lui avait indiqué, Abraham y construisit un autel et rangea le bois. Il attacha son fils Isaac et le mit sur l'autel par-dessus le bois.
      10 Puis Abraham tendit la main et prit le couteau pour égorger son fils.
      11 Alors l'ange de l'Eternel l'appela depuis le ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! »
      12 L'ange dit : « Ne porte pas la main sur l'enfant et ne lui fais rien, car je sais maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m'as pas refusé ton fils unique. »
      13 Abraham leva les yeux et vit derrière lui un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l'offrit en holocauste à la place de son fils.
      14 Abraham donna à cet endroit le nom de Yahvé-Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui : « A la montagne de l'Eternel il sera pourvu. »
      15 L'ange de l'Eternel appela une deuxième fois Abraham depuis le ciel.
      16 Il dit : « *Je le jure par moi-même – déclaration de l'Eternel –, parce que tu as fait cela et que tu n'as pas refusé ton fils unique,
      17 je te bénirai et je multiplierai ta descendance : elle sera *aussi nombreuse que les étoiles du ciel, pareille au sable qui est au bord de la mer. De plus, ta descendance possédera les villes de ses ennemis.
      18 *Toutes les nations de la terre seront bénies en ta descendance, parce que tu m’as obéi. »
      19 Abraham retourna vers ses serviteurs. Ils se levèrent et repartirent ensemble à Beer-Shéba. En effet, Abraham habitait à Beer-Shéba.
      20 Après cela, on annonça à Abraham : « Milca a aussi donné des fils à ton frère Nachor :
      21 Uts, son aîné, Buz, son frère, Kemuel, le père d'Aram,
      22 Késed, Hazo, Pildash, Jidlaph et Bethuel.
      23 Bethuel a eu pour fille Rebecca. Voilà les huit fils que Milca a donnés à Nachor, le frère d'Abraham.
      24 Sa concubine, appelée Réuma, a aussi mis au monde Thébach, Gaham, Tahash et Maaca. »

      Genèse 30

      1 Lorsque Rachel vit qu'elle ne donnait pas d'enfants à Jacob, elle fut jalouse de sa sœur et dit à Jacob : « Donne-moi des enfants ou je meurs ! »
      2 La colère de Jacob s'enflamma contre Rachel et il dit : « Suis-je à la place de Dieu, qui t'empêche d'avoir des enfants ? »
      3 Elle dit : « Voici ma servante Bilha. Aie des relations avec elle ! Qu'elle mette un enfant au monde sur mes genoux et que par elle j'aie aussi des fils. »
      4 Elle lui donna pour femme sa servante Bilha et Jacob eut des relations avec elle.
      5 Bilha tomba enceinte et donna un fils à Jacob.
      6 Rachel dit : « Dieu m'a rendu justice, il m’a même écoutée et m'a accordé un fils. » C'est pourquoi elle l'appela Dan.
      7 Bilha, la servante de Rachel, tomba encore enceinte et donna un deuxième fils à Jacob.
      8 Rachel dit : « J'ai lutté divinement contre ma sœur et j'ai été victorieuse », et elle l'appela Nephthali.
      9 Voyant qu'elle avait cessé d'avoir des enfants, Léa prit sa servante Zilpa et la donna pour femme à Jacob.
      10 Zilpa, la servante de Léa, donna un fils à Jacob.
      11 Léa dit : « Quel bonheur ! » et elle l'appela Gad.
      12 Zilpa, la servante de Léa, donna un deuxième fils à Jacob.
      13 Léa dit : « Que je suis heureuse ! Oui, les femmes me diront heureuse. » Et elle l'appela Aser.
      14 Ruben sortit à l'époque de la moisson des blés et trouva des mandragores dans les champs. Il les apporta à sa mère Léa. Rachel dit alors à Léa : « Donne-moi, je t’en prie, des mandragores de ton fils. »
      15 Elle lui répondit : « Est-ce trop peu d'avoir pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils ? » Rachel dit : « Eh bien, il couchera avec toi cette nuit en échange des mandragores de ton fils. »
      16 Le soir, quand Jacob revint des champs, Léa sortit à sa rencontre et dit : « C'est vers moi que tu viendras, car je t'ai eu en salaire pour les mandragores de mon fils. » Et il coucha avec elle cette nuit-là.
      17 Dieu exauça Léa. Elle tomba enceinte et donna un cinquième fils à Jacob.
      18 Léa dit : « Dieu m'a donné mon salaire parce que j'ai donné ma servante à mon mari » et elle l'appela Issacar.
      19 Léa tomba encore enceinte et donna un sixième fils à Jacob.
      20 Léa dit : « Dieu m'a fait un beau cadeau : cette fois, mon mari habitera avec moi, car je lui ai donné six fils. » Et elle l'appela Zabulon.
      21 Ensuite, elle mit au monde une fille qu'elle appela Dina.
      22 Dieu se souvint de Rachel, il l'exauça et lui permit d’avoir des enfants.
      23 Elle tomba enceinte et mit au monde un fils. Elle dit : « Dieu a enlevé ma honte »

      Genèse 37

      3 Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils parce qu'il l'avait eu dans sa vieillesse, et il lui fit un habit de plusieurs couleurs.
      35 Tous ses fils et toutes ses filles vinrent pour le consoler, mais il refusait d’être consolé. Il disait : « C'est dans le deuil que je descendrai vers mon fils au séjour des morts », et il pleurait son fils.

      Genèse 43

      14 Que le Dieu tout-puissant éveille la compassion de cet homme envers vous et qu'il laisse revenir votre autre frère et Benjamin avec vous ! De mon côté, si je dois être privé d’enfants, que j'en sois privé ! »

      Genèse 44

      18 Alors Juda s'approcha de Joseph et dit : « Pardon, mon seigneur ! Veuille autoriser ton serviteur à te dire un mot, mon seigneur, et que ta colère ne s'enflamme pas contre ton serviteur, car tu es pareil au pharaon.
      34 Comment pourrai-je remonter vers mon père si le garçon n'est pas avec moi ? Non, je ne veux pas voir le malheur frapper mon père ! »

      Exode 1

      15 Le roi d'Egypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux. L'une s'appelait Shiphra et l'autre Pua.

      Exode 12

      26 Et lorsque vos enfants vous demanderont : ‘Que signifie ce rite pour vous ?’

      Exode 20

      12 * » Honore ton père et ta mère afin de vivre longtemps dans le pays que l'Eternel, ton Dieu, te donne.

      Exode 21

      15 » Celui qui frappera son père ou sa mère sera puni de mort.
      17 * » Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.

      Lévitique 8

      1 L'Eternel dit à Moïse :
      2 « Prends Aaron et ses fils avec lui, les vêtements, l'huile d'onction, le taureau expiatoire, les deux béliers et la corbeille de pains sans levain,
      3 et convoque toute l'assemblée à l'entrée de la tente de la rencontre. »
      4 Moïse fit ce que l'Eternel lui avait ordonné et l'assemblée se réunit à l'entrée de la tente de la rencontre.
      5 Moïse dit à l'assemblée : « Voici ce que l'Eternel a ordonné de faire. »
      6 Il fit approcher Aaron et ses fils, et il les lava avec de l'eau.
      7 Il mit la tunique à Aaron, lui passa la ceinture, l’habilla de la robe et plaça sur lui l'éphod, qu'il serra avec l’écharpe de l'éphod dont il l’habilla.
      8 Il lui mit le pectoral, dans lequel il plaça l'urim et le thummim.
      9 Il posa la tiare sur sa tête et plaça sur le devant de la tiare la lame d'or, le diadème sacré, comme l'Eternel le lui avait ordonné.
      10 Moïse prit l'huile d'onction. Il en versa sur le sanctuaire et tout ce qui s’y trouvait, et ainsi il le consacra.
      11 Il aspergea sept fois l'autel d’huile, il versa de l’huile sur l'autel et tous ses ustensiles, ainsi que sur la cuve avec sa base, afin de les consacrer.
      12 Il versa de l'huile d'onction sur la tête d'Aaron, il lui fit cette onction afin de le consacrer.
      13 Moïse fit aussi approcher les fils d'Aaron ; il les habilla de tuniques, leur passa des ceintures et leur attacha des coiffes comme l'Eternel le lui avait ordonné.
      14 Il fit approcher le taureau expiatoire, et Aaron et ses fils posèrent leurs mains sur sa tête.
      15 Moïse l'égorgea, prit du sang et en mit avec son doigt sur les cornes du pourtour de l'autel pour le purifier. Il versa le sang au pied de l'autel pour le consacrer en vue d’y faire l'expiation.
      16 Il prit toute la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie et les deux rognons avec leur graisse, et il brûla cela sur l'autel.
      17 Mais il brûla dans un feu à l’extérieur du camp le taureau, sa peau, sa viande et ses excréments, comme l'Eternel le lui avait ordonné.
      18 Il fit approcher le bélier de l'holocauste, et Aaron et ses fils posèrent leurs mains sur sa tête.
      19 Moïse l'égorgea et versa le sang sur le pourtour de l'autel.
      20 Il coupa le bélier par morceaux et brûla la tête, les morceaux et la graisse.
      21 Il lava avec de l'eau les entrailles et les pattes, et il brûla tout le bélier sur l'autel. Ce fut l'holocauste, un sacrifice brûlé au feu dont l’odeur fut agréable à l'Eternel, comme l'Eternel l'avait ordonné à Moïse.
      22 Il fit approcher l'autre bélier, le bélier de consécration, et Aaron et ses fils posèrent leurs mains sur sa tête.
      23 Moïse égorgea le bélier, prit de son sang et en mit sur le lobe de l'oreille droite d'Aaron, sur le pouce de sa main droite et sur le gros orteil de son pied droit.
      24 Il fit approcher les fils d'Aaron, mit du sang sur le lobe de leur oreille droite, sur le pouce de leur main droite et sur le gros orteil de leur pied droit, et il versa le sang sur le pourtour de l'autel.
      25 Il prit la graisse, la queue, toute la graisse qui couvre les entrailles, le grand lobe du foie, les deux rognons avec leur graisse et la cuisse droite ;
      26 il prit aussi dans la corbeille de pains sans levain placée devant l'Eternel un gâteau sans levain, un gâteau de pain à l'huile et une galette, et il les posa sur les graisses et sur la cuisse droite.
      27 Il mit tous ces éléments sur les mains d'Aaron et sur celles de ses fils, et il fit le geste de présentation devant l'Eternel.
      28 Puis il les retira de leurs mains et les brûla sur l'autel, par-dessus l'holocauste. Ce fut le sacrifice de consécration, un sacrifice passé par le feu dont l’odeur fut agréable à l'Eternel.
      29 Moïse prit la poitrine du bélier de consécration et fit avec elle le geste de présentation devant l'Eternel. Ce fut la portion de Moïse, comme l'Eternel le lui avait ordonné.
      30 Moïse prit de l'huile d'onction et du sang qui était sur l'autel et en aspergea Aaron et ses vêtements, de même que les fils d'Aaron et leurs vêtements. C’est ainsi qu’il consacra Aaron et ses vêtements, de même que les fils d'Aaron et leurs vêtements.
      31 Moïse dit à Aaron et à ses fils : « Faites cuire la viande à l'entrée de la tente de la rencontre ; c'est là que vous la mangerez, avec le pain qui est dans la corbeille de consécration, comme je l'ai ordonné en disant : ‘Aaron et ses descendants la mangeront.’
      32 Vous brûlerez dans le feu ce qui restera de la viande et du pain.
      33 Pendant 7 jours, vous ne sortirez pas de l'entrée de la tente de la rencontre, jusqu'à ce que prenne fin la période de votre entrée en fonction. En effet, 7 jours seront employés à vous établir dans vos fonctions.
      34 Ce qui s'est fait aujourd'hui, l'Eternel a ordonné de le faire comme expiation pour vous.
      35 Vous resterez donc 7 jours à l'entrée de la tente de la rencontre, jour et nuit, vous respecterez les commandements de l'Eternel. Ainsi vous ne mourrez pas, car c'est l’ordre que j’ai reçu. »
      36 Aaron et ses fils firent tout ce que l'Eternel avait ordonné par l’intermédiaire de Moïse.
Afficher tous les 631 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider