Dictionnaire Biblique de Top Bible

HABACUC

Le huitième des livres formant dans l'A. T, le recueil des « douze petits prophètes ».

Auteur.

Il ne nous est connu que par le livre qui porte son nom. Habacuc = embrassement ; ce nom pourrait être un pseudonyme assyrien : Hambakuku est, en effet, un nom assyrien de plante ; les LXX nomment notre prophète Ambakoum. On ne sait rien de bien précis sur lui. D'après le Zohar (ou livre de la Kabbale) et les rabbins, Habacuc serait le fils de la Sunamite ressuscité par Elisée (2Ro 4:16) ; une tradition légendaire en fait le fils de Josué, de la tribu de Lévi ; d'après Épiphane et Dorothée, il était de la tribu de Siméon et serait mort en 538 ; dans l'histoire apocryphe de Bel et le Dragon (verset 33-39), Habacuc est transporté de Judée à Babylone par un ange pour remettre un repas à Daniel dans la fosse aux lions, puis ramené en Judée. La souscription de Hab 3:19 donne à penser que l'auteur appartenait à la classe des lévites, peut-être comme chef de l'une d'entre elles. (cf. 2Ch 29:25) Dans Hab 1:1, l'auteur ne prend d'autre titre que celui de nabi =prophète.

Époque.

Habacuc paraît avoir prophétisé dans les derniers temps du royaume de Juda. La situation morale et religieuse du pays, telle qu'elle ressort du livre, paraît être celle qui est décrite dans Jer 19:4 et suivant et 25. En effet, d'après Hab 1:6 et Hab 3:16 et suivant, l'invasion des Caldéens est proche. On peut donc situer la composition du livre peu après le moment où le prince héritier de Babylone vient de battre le pharaon Néco II à Carkémis sur l'Euphrate, c-à-d, vers 605 av. J. -C. ; la puissance assyrienne est alors définitivement ruinée et les Caldéens apparaissent comme étant virtuellement les maîtres de la Palestine, sans cependant être encore entrés dans le pays, donc avant 597, date de la prise de Jérusalem. (cf. 2Ro 24:1-7) Or, comme Jéhojakim devient tributaire de Babylone vers 600 av. J. -C, c'est donc, entre 605 et 600 que se vérifient le mieux les conditions où les Caldéens peuvent être regardés comme un fléau imminent pour les Judéens, ce qui nous permet de placer à cette même époque la composition de notre livre.

Texte.

La critique a cru discerner dans Habacuc des morceaux supposés originairement distincts (Hab 1:6-11 2:5-8 3:3,15), qui auraient été réunis par un auteur plus récent auquel le reste devrait être attribué. En réalité, on ne parvient à distinguer dans notre livre que deux morceaux principaux : les chap. 1 et 2 (oracle révélé à Habacuc le prophète) ; et le chap. 3 (prière d'Habacuc le prophète sur le mode lyrique). Tout au plus peut-on supposer, à cause du titre et de la souscription de ce dernier morceau, qu'il a fait partie d'un recueil liturgique et qu'on l'a joint plus tard au petit livre prophétique qui se présentait avec le même nom. Mais il est tout aussi logique de supposer que l'adaptation liturgique a été faite après coup, en empruntant au livre prophétique un morceau que sa forme, sa portée, et le voeu même de l'auteur semblaient destiner à cet usage. On comprend du reste que ce psaume ait figuré, dès lors, dans la rédaction définitive avec son titre, la mention trois fois répétée du terme séla (voir ce mot), c-à-d, probablement pause, qui ne se rencontre qu'ici et dans les Psaumes, la souscription finale, et l'addition des verset 17-19 regardés comme un appendice. Quant au corps de ce morceau (Hab 3:2-16), il s'articule très bien avec les chap. 1 et 2, et l'on observe que l'oppresseur étranger se trouve désigné par le même terme, râchâ, dans les deux parties (cf. Hab 3:13 et Hab 1:4,13).

Contenu.

La division du livre se fait suivant une marche naturelle.

La première partie (ch. 1 et 2) se présente comme un dialogue très émouvant entre Dieu et le prophète. On y distingue cinq sections :

(a) Hab 1:1-4, le prophète constate le règne de l'injustice et de la violence, et il se demande si l'Eternel pourra tolérer plus longtemps cette situation ;

(b) Hab 1:5-11, l'Éternel répond qu'il va susciter les Caldéens pour châtier les iniquités de Juda ;

(c) Hab 1:12,17, le prophète s'incline devant la volonté de celui dont les yeux sont trop purs pour voir le mal. Mais l'Éternel n'aura-t-il pas pitié ? Se servira-t-il sans mesure du bras du méchant ? N'aura-t-il pas égard au reste fidèle que la catastrophe attendue va plonger dans la souffrance en même temps que les impies ?

(d) Hab 2:1,4, le prophète se tient en sentinelle pour voir comment va se réaliser cette intervention dont l'Éternel lui a dit : « Si elle tarde, attends-la... » Le mal va recevoir son salaire ; l'orgueilleux sera châtié, mais « le juste vivra de sa foi » (Sg. traduit d'une manière semble-t-il plus conforme au texte hébreu : le juste vivra par sa fidélité)  ;

(e) Hab 2:5-20, en cinq strophes de chacune trois versets, l'oppresseur est décrit comme le conquérant avide, comme le chef cruel se réjouissant du mal fait à autrui et comme idolâtre ; mais il sera lui-même châtié, et la terre sera purifiée et remplie de la connaissance de Dieu comme la mer l'est par les eaux, car l'Éternel règne ; il est dans son saint Temple, c-à-d, hors de l'atteinte de quiconque pourrait attenter à la majesté du sanctuaire de Jérusalem.

La seconde partie (ch. 3) se présente sous la forme d'un hymne psalmique dont on a pu dire avec raison qu'il constitue une des plus remarquables productions lyriques des Hébreux. On y distingue :

(a) Hab 3:3, un titre général (prière) avec l'indication du genre (sur le mode lyrique, ou dithyrambique), ce qui paraît comporter, pour l'usage liturgique, une exécution musicale animée et expressive ;

(b) puis viennent trois strophes séparées par une pause (Hab 3:2-3,8-9,10-13) fortement enchaînées quant au sens, dans lesquelles le poète montre Dieu, qu'il appelle Éloah et le Saint de la montagne de Paran, aveuglant l'homme de sa lumière et accompagné dans son apparition par des prodiges qui rappellent ceux de la sortie d'Egypte ;

(c) dans la dernière partie, trois moments se trouvent encore marqués : v. 14 et suivant, le châtiment de l'oppresseur ; v. 36, l'état d'âme du prophète à la vue de ce que Dieu fait ; et enfin les versets 17-19, où l'auteur, après avoir constaté les effets de l'intervention divine se prolongeant dans la nature, qui souffre elle aussi, se ressaisit dans l'espérance et dans la foi. L'accumulation d'images propres à rappeler les hauts faits de l'Éternel, et d'expressions dont on retrouve l'équivalent dans d'autres livres de l'A.T., notamment chez les prophètes de la grande époque, devait faire impression et justifie amplement le titre et l'usage de ce magistral poème qui est bien une prière sur le mode lyrique, bien que seul le verset 2 constitue une prière à proprement parler. On trouve d'ailleurs dans l'A. T, d'autres morceaux analogues, p. ex. les Ps 17, Ps 90, Ps 102 et Esa 12. Mais, dans Habacuc, la fusion la plus parfaite s'observe entre l'élément lyrique et l'élément prophétique, contribuant à donner à ce chapitre un caractère marqué de grandeur et de perfection.

De cet ensemble bien lié, trois grandes notions se dégagent :

Confiance absolue en la sainte justice de Dieu (si elle tarde, attends-la).

Affirmation du salut, posé dans son principe (justice) et dans ses conséquences (vie).

Enfin, le salut envisagé dépasse les cadres du judaïsme, est conçu comme universel : la terre entière, et non seulement Juda, sera remplie de la connaissance de Dieu comme le fond de la mer par les eaux. (cf. Esa 11:9)

Le Talmud fait allusion à Ps 15, Esa 33:15, Mic 6:8, Esa 56:1 et Hab 2:4, quand il dit : « David établit onze commandements ; Ésaïe les réduit à six, Michée à trois, Ésaïe de nouveau à deux ; enfin Habacuc vient qui les réduit à un seul. » Une telle appréciation repose évidemment sur la traduction : le juste vivra par sa fidélité. Par contre saint Paul (Ro 1:17, Ga 3:11) et l'épître aux Hébreux (Heb 10:38) traduisent : le juste vivra par la foi. Substantiellement les deux traductions ne sont pas contradictoires, mais plutôt complémentaires : la fidélité n'est-elle pas l'aspect pratique de la foi ? Ch. S.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Lévitique 1

      2 « Transmets ces instructions aux Israélites : Lorsque quelqu'un parmi vous fera une offrande à l'Eternel, il offrira du bétail, du gros ou du petit bétail.

      Lévitique 3

      1 » Lorsque quelqu'un offrira à l'Eternel un sacrifice de communion, s'il offre du gros bétail, mâle ou femelle, il l'offrira sans défaut devant l'Eternel.
      2 Il posera sa main sur la tête de la victime et l’égorgera à l'entrée de la tente de la rencontre. Les prêtres, les descendants d'Aaron, verseront le sang sur tout le pourtour de l'autel.
      3 De ce sacrifice de communion, il offrira en sacrifice passé par le feu pour l'Eternel la graisse qui couvre les entrailles et toute celle qui y est attachée,
      4 les deux rognons et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu'il détachera près des rognons.
      5 Les descendants d'Aaron brûleront cela sur l'autel, par-dessus l'holocauste qui sera sur le bois mis au feu. C'est un sacrifice passé par le feu, dont l’odeur est agréable à l'Eternel.
      6 » S'il offre du petit bétail, mâle ou femelle, en sacrifice de communion à l'Eternel, il l'offrira sans défaut.
      7 S'il offre en sacrifice un agneau, il le présentera devant l'Eternel.
      8 Il posera sa main sur la tête de la victime et l’égorgera devant la tente de la rencontre. Les descendants d'Aaron en verseront le sang sur tout le pourtour de l'autel.
      9 De ce sacrifice de communion, il offrira en sacrifice passé par le feu pour l'Eternel la graisse, la queue entière, qu'il séparera près de l'échine, la graisse qui couvre les entrailles et toute celle qui y est attachée,
      10 les deux rognons et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu'il détachera près des rognons.
      11 Le prêtre brûlera cela sur l'autel. C'est l'aliment d'un sacrifice passé par le feu pour l'Eternel.
      12 » Si son offrande est une chèvre, il la présentera devant l'Eternel.
      13 Il posera sa main sur la tête de sa victime et l’égorgera devant la tente de la rencontre. Les descendants d'Aaron en verseront le sang sur tout le pourtour de l'autel.
      14 De la victime, il offrira en sacrifice passé par le feu pour l'Eternel la graisse qui couvre les entrailles et toute celle qui y est attachée,
      15 les deux rognons et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu'il détachera près des rognons.
      16 Le prêtre brûlera cela sur l'autel. Toute la graisse est l'aliment d'un sacrifice passé par le feu, dont l’odeur est agréable à l'Eternel.
      17 » C'est une prescription perpétuelle pour vous au fil des générations, partout où vous habiterez : vous ne mangerez ni graisse ni sang. »

      2 Chroniques 29

      25 Il fit placer les Lévites dans la maison de l'Eternel avec des cymbales, des luths et des harpes, suivant l'ordre de David, de Gad, le voyant du roi, et de Nathan le prophète. C'était en effet le commandement de l'Eternel transmis par ses prophètes.

      Psaumes 15

      1 Psaume de David. Eternel, qui séjournera dans ta tente ? Qui demeurera sur ta montagne sainte ?
      2 Celui qui marche dans l’intégrité, pratique la justice et dit ce qu’il pense vraiment.
      3 Il ne calomnie pas avec sa langue, il ne fait pas de mal à son semblable, et il ne jette pas le déshonneur sur son prochain.
      4 Il regarde avec répulsion l’homme au comportement méprisable, mais il honore ceux qui craignent l’Eternel. Il ne se rétracte pas, s’il fait un serment à son préjudice,
      5 il n’exige pas d’intérêt de son argent, et il n’accepte pas de don contre l’innocent. Celui qui se conduit ainsi ne sera jamais ébranlé.

      Psaumes 17

      1 Prière de David. Eternel, écoute la justice, sois attentif à mes cris ! Prête l’oreille à ma prière : elle vient de lèvres sincères !
      2 Que mon droit paraisse devant toi, que tes yeux voient où est l’intégrité !
      3 Tu examines mon cœur, tu le visites la nuit, tu me mets à l’épreuve, et tu ne trouves rien : ma pensée n’est pas différente de ce qui sort de ma bouche.
      4 J’ai vu les actions des hommes, mais je reste fidèle à la parole de tes lèvres et je me tiens en garde contre la voie des violents ;
      5 mes pas sont fermes dans tes sentiers, mes pieds ne trébuchent pas.
      6 Je fais appel à toi car tu m’exauces, ô Dieu. Penche l’oreille vers moi, écoute ma parole !
      7 Montre tes bontés, toi qui interviens et sauves de leurs adversaires ceux qui cherchent refuge en toi !
      8 Garde-moi comme la prunelle de l’œil, protège-moi à l’ombre de tes ailes
      9 contre les méchants qui me persécutent, contre mes ennemis qui me cernent, pleins d’acharnement.
      10 Ils ferment leur cœur à la pitié, ils ont des paroles hautaines à la bouche.
      11 Ils sont sur nos pas, déjà ils nous entourent, ils nous épient pour nous terrasser.
      12 On dirait un lion avide de déchirer, un lionceau aux aguets dans son repaire.
      13 Lève-toi, Eternel, marche à leur rencontre, renverse-les, délivre-moi des méchants par ton épée !
      14 Délivre-moi des hommes par ta main, Eternel, des hommes de ce monde ! Leur part est dans cette vie, et tu remplis leur ventre de tes biens ; leurs enfants sont rassasiés, et ils laissent leur superflu à leurs petits-enfants.
      15 Quant à moi, couvert de justice, je te verrai ; dès le réveil, je me rassasierai de ton image.

      Psaumes 90

      1 Prière de Moïse, homme de Dieu. Seigneur, tu as été pour nous un refuge de génération en génération.
      2 Avant que les montagnes soient nées, avant que tu aies créé la terre et le monde, d’éternité en éternité tu es Dieu.
      3 Tu fais retourner les hommes à la poussière et tu leur dis : « Fils d’Adam, retournez à la terre ! »
      4 car *1000 ans sont à tes yeux comme la journée d’hier : elle passe comme le quart de la nuit.
      5 Tu les emportes, semblables à un rêve qui, le matin, passe comme l’herbe :
      6 elle fleurit le matin et elle passe ; on la coupe le soir et elle sèche.
      7 Nous sommes consumés par ta colère, et ta fureur nous épouvante.
      8 Tu mets devant toi nos fautes, et ta lumière éclaire nos secrets.
      9 Tous nos jours disparaissent à cause de ta colère ; nous voyons nos années s’éteindre comme un soupir.
      10 La durée de notre vie s’élève à 70 ans, et pour les plus robustes à 80 ans, mais l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, car le temps passe vite et nous nous envolons.
      11 Qui a conscience de la force de ta colère et de ton courroux pour te craindre ?
      12 Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que notre cœur parvienne à la sagesse !
      13 Reviens, Eternel ! Jusqu’à quand ? Aie pitié de tes serviteurs !
      14 Rassasie-nous chaque matin de ta bonté, et nous serons toute notre vie dans la joie et l’allégresse.
      15 Réjouis-nous autant de jours que tu nous as humiliés, autant d’années que nous avons connu le malheur.
      16 Que ton activité soit visible pour tes serviteurs, et ta splendeur pour leurs enfants !
      17 Que la grâce de l’Eternel, notre Dieu, soit sur nous ! Affermis l’œuvre de nos mains ! Oui, affermis l’œuvre de nos mains !

      Psaumes 102

      1 Prière d’un malheureux, lorsqu’il est abattu et qu’il expose sa plainte à l’Eternel.
      2 Eternel, écoute ma prière et que mon cri parvienne jusqu’à toi !
      3 Ne me cache pas ton visage lorsque je suis dans la détresse, tends ton oreille vers moi quand je crie, réponds-moi vite,
      4 car mes jours s’évanouissent comme une fumée et mes os sont enflammés comme un brasier.
      5 Mon cœur est frappé et se dessèche comme l’herbe ; j’en oublie même de manger mon pain.
      6 A force de gémir, je n’ai plus que la peau sur les os.
      7 Je ressemble au pélican du désert, je suis comme le chat-huant des ruines.
      8 Je suis privé de sommeil et je ressemble à l’oiseau resté tout seul sur un toit.
      9 Chaque jour, mes ennemis m’insultent ; ils se moquent de moi, ils emploient mon nom dans leurs serments.
      10 Je mange de la cendre au lieu de pain, et je mêle des larmes à ma boisson
      11 à cause de ta colère et de ta fureur. Oui, tu t’es emparé de moi et m’as rejeté.
      12 Mes jours déclinent comme l’ombre du soir, et je me dessèche comme l’herbe,
      13 mais toi, Eternel, tu règnes éternellement, et l’on se souvient de toi de génération en génération.
      14 Tu te lèveras, tu auras compassion de Sion, car il est temps de lui faire grâce. Oui, le moment fixé est arrivé,
      15 car tes serviteurs en aiment les pierres, ils sont attachés à sa poussière.
      16 Alors les nations craindront le nom de l’Eternel, tous les rois de la terre craindront ta gloire.
      17 Quand l’Eternel reconstruira Sion, il se montrera dans sa gloire.
      18 Il est attentif à la prière de celui qu’on a dépouillé, il ne méprise pas sa prière.
      19 Que cela soit écrit pour la génération future, et que le peuple ainsi créé célèbre l’Eternel,
      20 car il regarde du haut de sa demeure sainte. Du haut du ciel, l’Eternel observe la terre
      21 pour écouter les gémissements des prisonniers, pour délivrer ceux qui sont destinés à la mort.
      22 Alors on proclamera dans Sion le nom de l’Eternel, et ses louanges dans Jérusalem,
      23 quand tous les peuples et tous les royaumes se rassembleront pour servir l’Eternel.
      24 Il a brisé ma force en chemin, il a abrégé mes jours.
      25 Je dis : « Mon Dieu, ne m’enlève pas au milieu de ma vie, toi dont l’existence traverse les générations ! »
      26 *Autrefois tu as fondé la terre, et le ciel est l’œuvre de tes mains.
      27 Eux, ils disparaîtront, tandis que toi, tu restes là. Ils vieilliront tous comme un vêtement ; tu les remplaceras comme un habit, et ils céderont la place,
      28 mais toi, tu es toujours le même et ton existence n’aura pas de fin.

      Esaïe 11

      9 On ne commettra ni mal ni destruction sur toute ma montagne sainte, car *la terre sera remplie de la connaissance de l'Eternel, tout comme le fond de la mer est recouvert par l’eau.

      Esaïe 12

      1 Ce jour-là, tu diras : « Je te célèbre, Eternel, car tu as été irrité contre moi. Ta colère s'est détournée et tu m'as consolé.
      2 Dieu est mon Sauveur. Je serai plein de confiance et je n’aurai plus peur, car l'Eternel, oui, *l'Eternel est ma force et le sujet de mes louanges. C'est lui qui m'a sauvé. »
      3 Vous puiserez avec joie de l'eau aux sources du salut
      4 et vous direz, ce jour-là : « Célébrez l'Eternel, faites appel à lui, faites connaître ses actes parmi les peuples, rappelez combien son nom est grand !
      5 Chantez l'Eternel, car il a fait des choses magnifiques : qu’on les fasse connaître sur toute la terre ! »
      6 Pousse des cris de joie, exprime ton allégresse, habitante de Sion ! En effet, il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël.

      Esaïe 33

      15 C’est celui qui se conforme à la justice et parle avec droiture, qui rejette un gain obtenu par extorsion, qui secoue les mains pour refuser un pot-de-vin, qui se bouche l'oreille pour ne pas entendre parler de meurtre et qui se bande les yeux pour ne pas voir le mal :

      Esaïe 56

      1 Voici ce que dit l'Eternel : Respectez le droit et pratiquez la justice, car mon salut est sur le point d’arriver, et ma justice est prête à se révéler.

      Jérémie 19

      4 Cela arrivera parce qu’ils m'ont abandonné et ont rendu cet endroit méconnaissable, parce qu’ils y ont fait brûler de l'encens en l’honneur d'autres dieux, des dieux que ni eux, ni leurs ancêtres, ni les rois de Juda ne connaissaient, et ont rempli cet endroit de sang innocent.

      Michée 6

      8 On t'a fait connaître, homme, ce qui est bien et ce que l'Eternel demande de toi : c'est que tu mettes en pratique le droit, que tu aimes la bonté et que tu marches humblement avec ton Dieu.

      Habacuc 1

      1 Message dont le prophète Habakuk a eu la vision.
      2 Jusqu'à quand, Eternel, vais-je crier à toi ? Tu n'écoutes pas. J'ai crié vers toi pour dénoncer la violence, mais tu ne secours pas !
      3 Pourquoi me fais-tu voir le mal et contemples-tu l'injustice ? Pourquoi l’oppression et la violence sont-elles devant moi ? Il y a des procès et des conflits partout.
      4 Aussi, la loi est sans vie, le droit est sans force, car le méchant triomphe du juste et l'on rend des jugements corrompus.
      5 *Jetez les yeux parmi les nations, regardez et soyez saisis d'étonnement, d'épouvante, car je vais faire à votre époque une œuvre que vous ne croiriez pas, si on la racontait.
Afficher tous les 146 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Emilie Charette Rendez-Vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider