Dictionnaire Biblique de Top Bible

HASIDÉENS, HASIDIM

(=les fidèles, ou pieux).

1. Apparition de ce titre dans l'histoire. Ce nom

(qu'on écrit aussi Assidéens ou Assidiens) est celui dont s'appelèrent, vers la fin du III e et le début du II° siècle av. J. -C, les Juifs qui, avant même les Macchabées, opposèrent à l'hellénisation de leur peuple une résistance que rien ne put briser. Ils ne formèrent pas d'abord un parti politique ; leur but était, non de délivrer Israël du joug étranger, mais de maintenir intégralement, en face du paganisme envahissant, l'idéal religieux d'Esdras. C'étaient les « puritains » de l'époque, farouchement hostiles à tout compromis, décidés à maintenir la stricte observation de la Loi, et ils comptèrent de nombreux martyrs pendant la persécution d'Antiochus IV Ils soutinrent la révolte des Macchabées occasionnellement (1Ma 2:42 7:13,2Ma 14:6), mais sans s'intéresser à ses conséquences politiques autres que le maintien du culte du Temple ; et lorsqu'ils reprirent leur indépendance à l'égard de Judas Macchabée, cet affaiblissement contribua à sa chute.

Il semble qu'à la longue deux tendances se soient manifestées chez les rigoristes formant le parti des Hasidim : les uns s'en tenant au point de vue religieux, les autres y ajoutant des préoccupations politiques et aspirant au rétablissement de la puissance temporelle du peuple juif, qu'on attendait du Messie. Les premiers ont donné naissance aux Esséniens (voir ce mot), tandis que les Pharisiens (voir ce mot) sont les héritiers directs des seconds.

Le même titre a désigné, au XVIII e siècle, une secte juive née en Pologne qui combinait le mysticisme et le plaisir des sens, et par contre, dans les temps modernes, d'enthousiastes messianistes qui se vouaient aux mortifications corporelles. Il est donc devenu un nom de secte dans le judaïsme, quelque chose comme « les purs ».

2. Origine de ce titre dans la Bible. Son sens premier était au contraire spécifiquement religieux. « Une des idées fondamentales, non seulement des Psaumes, mais de l'A. T, tout entier, au sujet des rapports qui peuvent exister entre Dieu et l'homme, se rattache au mot hébreu khésed ou hésed, souvent traduit « bonté » (Ps 103:4,8,11,17). De ce mot dérive l'adjectif khâsid ou hâsîd, souvent traduit « fidèle » (Ps 18:26), et qui devient facilement substantif, surtout au pluriel, exactement comme notre mot fidèle (Ps 148:14). C'est de ce nom commun, répété par ex. dans Ps 149:1,5-9, que les fidèles de l'époque macchabéenne firent le nom propre Hasidim. Mais son sens religieux doit d'autant plus être tiré au clair que les mots des traductions françaises sont changeants, vagues et incolores.

« Le khésed est le sentiment qu'éprouvait le Sémite primitif, le nomade du désert, envers les membres de sa famille ou de sa tribu. Ce n'est pas la miséricorde qu'il octroyait dédaigneusement aux vaincus, ni la faveur qu'il montrait sans raison--et qu'il retirait de même--à qui lui avait plu ; c'est l'affection loyale qu'il ressentait pour ses pairs. Tout étranger étant présumé un ennemi et traité comme tel, la vie en général était dure et les moeurs violentes ; seul, l'égard mutuel que ceux du même sang avaient les uns pour les autres apportait de la tendresse, de la beauté même, dans les rapports d'homme à homme. Et ce privilège inaliénable de tous les membres de la tribu était accordé aussi, mais exceptionnellement, à des personnes du dehors, en vertu d'un arrangement spécial conclu avec le chef, d'une « alliance ». Un Européen voyageant dans le désert se fera ainsi admettre dans une tribu afin d'avoir sa protection dans les escarmouches qui ne manqueront pas de se produire, et un colporteur juif en fera autant en vue de poursuivre son petit commerce ; tous alors, au sein de la tribu, se traitent avec khésed, mais il est évident que ce qui est de la camaraderie entre deux chefs de famille sera de la condescendance chez le cheik tout-puissant et une vénération sans bornes chez le colporteur juif. Les nuances de traduction varient donc suivant le contexte ; le psalmiste loue Dieu parce qu'il est riche en bonté (Ps 103:8) ; les serviteurs de Ben-Hadad ont appris que les rois d'Israël sont des rois cléments (1Ro 20:31) ; Osée (Os 6:4) pleure de ce que la piété d'Israël--son khésed envers Dieu--est « comme la rosée qui se dissipe », et Ésaïe (Esa 40:6) déclare que « toute la grâce des mortels » --tout leur khésed, tout ce qui orne leur vie--est passagère « comme la fleur des champs ». Dans le langage journalier, le mot tendait à être employé dans un sens général, mais pour les psalmistes et pour les prophètes il garde toujours l'arôme du désert. « La bonté de l'Éternel envers ceux qui le craignent » (Ps 103:11), « l'affection qu'avait Israël pour Lui au temps de sa jeunesse » (Jer 2:2), et la « bienveillance » que David jura de ne jamais retirer à la maison de Jonathan (1Sa 20:15) sont en dernière analyse le même sentiment : l'amour de Dieu pour l'homme, l'amour de l'homme pour Dieu et l'amour des hommes les uns pour les autres. La loyauté et la bonté d'homme à homme ne sont pas conséquences de la relation établie entre Dieu et l'homme, elles sont partie intégrante de cette relation (comp. Os 4:12 avec Os 6 4,6). Dieu nous admet dans sa famille ; il nous aime d'un amour familial, nous l'aimons à notre tour et nous nous aimons les uns les autres.

« Évidemment, les psalmistes, quand ils parlaient du khésed de Dieu, n'avaient pas toujours présente à l'esprit l'idée dé la tribu ; ils voulaient indiquer le sentiment le plus chaud et le plus sûr qu'ils connussent, quelque chose de durable auquel on pût se fier, quelque chose de bon qui reposât le coeur. Ils peuvent s'écrier : (Ps 36:8) « O Dieu, que ta bonté est précieuse ! » et compléter l'affirmation : (Ps 62:12) « La force appartient à Dieu », par cette autre : « A toi aussi, Seigneur, la bonté ! » Mais la qualité spéciale de cette bonté, qui la rend particulièrement précieuse, c'est la promptitude et l'énergie qu'elle déploiera à défendre celui qui en est l'objet. Ainsi au Ps 13:6 nous lisons : « Pour moi je me confie en ta bonté, ton salut remplira mon coeur de joie ; je chanterai à la gloire de l'Éternel parce qu'il m'a fait du bien », ce qui a l'air d'une expression générale de joyeuse confiance en Dieu ; mais le psalmiste vient de crier : « Regarde, ô Éternel, de peur que l'ennemi ne dise : Je l'ai vaincu ! » « Je me confie en ta bonté » ne veut pas dire : « Je me rendors en paix, sachant combien tu es bon », mais : « Je fais appel à ta fidélité : tu ne resteras pas inactif ! » C'est le Civis romanus sum de l'apôtre Paul.

« L'emploi du mot est malheureusement masqué par la trop grande variété des traductions. Si le mot bonté est trop fade et n'a rien de l'âpre intensité du sentiment sémitique, il est peut-être le seul à notre disposition, à moins de suivre le prophète Osée et d'écrire carrément : amour. On le trouve dans l'hébreu des Ps 78 fois, plus 33 fois dans le refrain liturgique : « Car sa miséricorde dure éternellement » ; 33 fois il est seul, 22 fois il est associé avec fidélité, 5 fois avec compassion, 5 fois avec justice, 4 fois avec salut, 3 fois avec bonheur, 3 fois avec alliance, 2 fois avec force et 1 fois avec délivrance. Cette statistique suffit à prouver que les psalmistes, lorsqu'ils parlent de la bonté de Dieu, visent surtout l'attribut qui les autorise à s'adresser à Lui sans crainte, sûrs qu'il interviendra en leur faveur. Il n'y a qu'un mot plus tendre encore, celui que nous trouvons dans la bouche de Jésus quand il dit : « Votre Père sait que vous en avez besoin » (Mt 6:32).

« Donc, celui qui exerce du khésed ou envers qui il est exercé est appelé khâsîd. Dans Ps 4:4, si l'on, traduit : amour de Dieu, il s'agit indifféremment de celui qui aime Dieu ou de celui que Dieu aime ; le contexte seul peut décider. Ainsi on lit, dans Ps 86:2 : « Protège mon âme ; car je suis de ceux qui t'aiment » (litt. : car je suis hasîd), et dans Ps 31:24 : « Aimez l'Éternel, vous tous, ses bien-aimés » (litt, ses hasîdim)  ; mais on lui suppose en général le sens actif : les fidèles ou les pieux, mots qui pèchent par manque d'émotion. Les membres de la tribu n'étaient pas seulement fidèles à leur chef, ne lui rendaient pas seulement un hommage respectueux, ils avaient de l'affection pour lui et surtout leurs coeurs tressaillaient d'orgueil et d'enthousiasme à la pensée qu'ils étaient du même sang que lui et s'appelaient du même nom. Probablement, si le dérivé actif du verbe aimer (aimant) s'était prêté même autant que la forme passive--bien-aimé--à un emploi religieux, les traducteurs l'auraient préféré aux adjectifs quelque peu fades qu'ils nous donnent. Il est bon, en tout cas, de se rappeler que lorsque le psalmiste dit : (Ps 4:4) « Sachez que l'Éternel s'est choisi un hasîd », il pensait à la protection immédiate, efficace, infatigable que le cheik accordait à son « fils », et au dévouement enthousiaste et à la loyauté passionnée que celui-ci vouait à son « père ». La bonté de Dieu n'était pas une bienveillance passagère, elle était inséparable de la relation que Dieu avait établie une fois pour toutes avec Israël quand il avait « traité alliance » avec lui. Tout bon Israélite se reposait en elle et s'efforçait de rendre à Dieu la pareille, de l'amour loyal, inébranlable, intéressant toutes ses activités.

« Quand le pharisaïsme du parti conservateur usurpa à son profit exclusif le titre de hasîdim, « pieux », « peuple de Dieu », et abusa de ses victoires pour opprimer ceux qui ne pensaient pas comme lui, les vrais enfants de Dieu abandonnèrent les noms de fidèles, pieux, en faveur de ceux de pauvres, humbles qui convenaient mieux à la fois à leur situation sociale et à leur expérience religieuse. Le sentiment du péché devient plus vif, l'abîme qui sépare le Dieu saint de l'homme pécheur se creuse plus profondément, on sent davantage son insuffisance. Ce sont là les « pauvres » que notre Seigneur proclame heureux. » (Mt 5) (Ch. Greig.)

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • 1 Samuel 20

      15 ne retire jamais ta bonté envers ma famille, pas même lorsque l'Eternel supprimera chacun de tes ennemis de la surface de la terre.

      Psaumes 4

      4 Sachez que l’Eternel s’est choisi un homme fidèle. L’Eternel entend quand je crie à lui.

      Psaumes 13

      6 Moi, j’ai confiance en ta bonté, j’ai de la joie dans le cœur à cause de ton salut. Je veux chanter en l’honneur de l’Eternel, car il m’a fait du bien.

      Psaumes 18

      26 Avec celui qui est fidèle tu te montres fidèle, avec l’homme intègre tu agis avec intégrité,

      Psaumes 31

      24 Aimez l’Eternel, vous, tous ses fidèles ! L’Eternel garde les croyants, mais il punit sévèrement les orgueilleux.

      Psaumes 36

      8 Combien ta bonté est précieuse, ô Dieu ! A l’ombre de tes ailes les hommes cherchent un refuge.

      Psaumes 62

      12 Dieu a parlé une fois, deux fois j’ai entendu ceci : c’est que la force appartient à Dieu.

      Psaumes 78

      1 Cantique d’Asaph. Mon peuple, écoute mes instructions ! Prête l’oreille aux paroles de ma bouche !
      2 *J’ouvre la bouche pour parler en paraboles, j’annonce la sagesse du passé.
      3 Ce que nous avons entendu, ce que nous savons, ce que nos pères nous ont raconté,
      4 nous ne le cacherons pas à leurs enfants ; nous redirons à la génération future les louanges de l’Eternel, sa puissance et les merveilles qu’il a accomplies.
      5 Il a établi un témoignage en Jacob, il a mis une loi en Israël, et il a ordonné à nos ancêtres de l’enseigner à leurs enfants
      6 pour que la génération future, celle des enfants à naître, la connaisse, et que, devenus grands, ils en parlent à leurs enfants.
      7 Ainsi, ils mettraient leur confiance en Dieu, ils n’oublieraient pas la manière d’agir de Dieu et respecteraient ses commandements.
      8 Ainsi, ils ne seraient pas comme leurs ancêtres : une génération désobéissante et rebelle, une génération dont le cœur était inconstant et dont l’esprit n’était pas fidèle à Dieu.
      9 Les hommes d’Ephraïm, armés de leur arc, ont tourné le dos, le jour du combat.
      10 Ils n’ont pas gardé l’alliance de Dieu, ils ont refusé de se conformer à sa loi.
      11 Ils ont oublié ses actes, les merveilles qu’il leur avait fait voir.
      12 Devant leurs ancêtres, il avait fait des miracles en Egypte, dans les campagnes de Tsoan :
      13 il avait fendu la mer pour les faire passer, il avait dressé l’eau comme une muraille.
      14 Il les avait guidés le jour par la nuée, et toute la nuit par un feu éclatant.
      15 Il avait fendu des rochers dans le désert, et il leur avait donné à boire en abondance.
      16 Du rocher il avait fait jaillir des sources et couler de l’eau, comme des fleuves.
      17 Mais ils ont continué à pécher contre lui, à se révolter contre le Très-Haut dans le désert.
      18 Ils ont provoqué Dieu dans leur cœur en demandant de la nourriture à leur goût.
      19 Ils ont parlé contre Dieu, ils ont dit : « Dieu pourrait-il dresser une table dans le désert ?
      20 Voici, il a frappé le rocher et l’eau a coulé, des torrents se sont déversés. Pourra-t-il aussi donner du pain ou fournir de la viande à son peuple ? »
      21 L’Eternel a entendu cela, et il a été irrité ; un feu s’est allumé contre Jacob, et la colère a éclaté contre Israël
      22 parce qu’ils n’ont pas cru en Dieu, parce qu’ils n’ont pas eu confiance dans son secours.
      23 Il a donné ses ordres aux nuages d’en haut, et il a ouvert les portes du ciel ;
      24 il a fait pleuvoir sur eux de la manne comme nourriture, *il leur a donné le pain du ciel.
      25 Ils ont tous mangé ce pain des grands, il leur a envoyé de la nourriture à satiété.
      26 Il a fait souffler dans le ciel le vent d’est, et il a amené par sa puissance le vent du sud.
      27 Il a fait pleuvoir sur eux la viande comme de la poussière, et les oiseaux ailés comme le sable de la mer ;
      28 il les a fait tomber au milieu de leur camp, tout autour de leurs tentes.
      29 Ils ont mangé et ont été pleinement rassasiés : Dieu leur a donné ce qu’ils avaient désiré.
      30 Mais ils n’avaient pas encore assouvi leur désir, ils avaient encore la nourriture dans la bouche,
      31 quand la colère de Dieu a éclaté contre eux : il a fait mourir les plus vigoureux, il a abattu les jeunes hommes d’Israël.
      32 Malgré tout cela, ils ont continué à pécher et n’ont pas cru à ses merveilles.
      33 Il a mis un terme à leurs jours d’un seul souffle, à leurs années par une fin soudaine.
      34 Quand il les frappait de mort, ils le cherchaient, ils revenaient à Dieu, ils se tournaient vers lui.
      35 Ils se souvenaient que Dieu était leur rocher, que le Dieu très-haut était celui qui les rachetait.
      36 Cependant, ils le trompaient de la bouche, ils lui mentaient de la langue.
      37 Leur cœur ne lui était pas fermement attaché et ils n’étaient pas fidèles à son alliance.
      38 Pourtant lui, dans sa compassion, il pardonne la faute et ne détruit pas, il retient souvent sa colère et ne s’abandonne pas à toute sa fureur.
      39 Il s’est souvenu qu’ils n’étaient que des créatures, un souffle qui s’en va et ne revient pas.
      40 Que de fois ils se sont révoltés contre lui dans le désert ! Que de fois ils l’ont irrité dans les lieux arides !
      41 Ainsi, ils ont recommencé à provoquer Dieu, à attrister le Saint d’Israël.
      42 Ils ne se sont pas souvenus de sa puissance, du jour où il les avait délivrés de l’ennemi,
      43 des miracles qu’il avait accomplis en Egypte et de ses prodiges dans les campagnes de Tsoan :
      44 il avait changé leurs fleuves en sang, et ils n’avaient pu en boire l’eau.
      45 Il avait envoyé contre eux des mouches venimeuses qui les dévoraient et des grenouilles qui leur apportaient la dévastation.
      46 Il avait livré leurs récoltes aux criquets, le produit de leur travail aux sauterelles.
      47 Il avait détruit leurs vignes par la grêle, et leurs sycomores par la gelée.
      48 Il avait abandonné leur bétail à la grêle, et leurs troupeaux à la foudre.
      49 Il avait lâché contre eux son ardente colère, la fureur, la rage et la détresse, une troupe d’anges de malheur.
      50 Il avait donné libre cours à sa colère : il ne les avait pas sauvés de la mort, il avait livré leur vie à la peste.
      51 Il avait frappé tous les premiers-nés de l’Egypte, ceux qui étaient les aînés des enfants sous les tentes de Cham.
      52 Il avait fait partir son peuple comme des brebis, il les avait conduits comme un troupeau dans le désert.
      53 Il les avait guidés en toute sécurité, pour qu’ils soient sans crainte, et la mer avait recouvert leurs ennemis.
      54 Il les avait amenés sur son saint territoire, jusqu’à la montagne que sa main droite avait conquise.
      55 Il avait chassé des nations devant eux, leur avait distribué le pays en héritage et avait fait habiter les tribus d’Israël dans les tentes de ces peuples.
      56 Mais ils ont provoqué le Dieu très-haut et se sont révoltés contre lui, ils n’ont pas respecté ses instructions.
      57 Ils se sont éloignés et ont été infidèles comme leurs ancêtres, ils se sont retournés comme un arc trompeur.
      58 Ils l’ont irrité par leurs hauts lieux, ils ont excité sa jalousie par leurs idoles.
      59 Dieu a entendu cela, et il a été irrité, il a durement rejeté Israël.
      60 Il a abandonné la demeure de Silo, la tente où il habitait parmi les hommes.
      61 Il a livré sa puissance à l’exil, et sa parure entre les mains de l’ennemi.
      62 Il a livré son peuple à l’épée, il s’est irrité contre son héritage :
      63 le feu a dévoré ses jeunes gens, et ses vierges n’ont plus été célébrées ;
      64 ses prêtres sont tombés par l’épée, et ses veuves n’ont pas pleuré leurs morts.
      65 Le Seigneur s’est éveillé comme un homme qui a dormi, comme un héros ragaillardi par le vin.
      66 Il a frappé ses adversaires et les a fait reculer, il les a couverts d’une honte éternelle.
      67 Il a rejeté la tente de Joseph, il n’a pas choisi la tribu d’Ephraïm,
      68 mais il a choisi la tribu de Juda, le mont Sion qu’il aimait.
      69 Il y a construit son sanctuaire, solide comme les hauteurs, comme la terre qu’il a établie pour toujours.
      70 Il a choisi David, son serviteur, et l’a fait sortir des bergeries ;
      71 il l’a pris derrière les brebis qui allaitent pour faire de lui le berger de Jacob, son peuple, d’Israël, son héritage.
      72 David les a dirigés avec un cœur intègre et les a guidés avec des mains habiles.

      Psaumes 86

      2 Garde mon âme, car je suis fidèle ! Mon Dieu, sauve ton serviteur qui se confie en toi !

      Psaumes 103

      4 C’est lui qui délivre ta vie de la tombe, qui te couronne de bonté et de compassion.
      8 L’Eternel fait grâce, il est rempli de compassion, il est lent à la colère et riche en bonté.
      11 mais autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent ;
      17 *Mais la bonté de l’Eternel dure d’éternité en éternité pour ceux qui le craignent, et sa justice demeure pour les enfants de leurs enfants,

      Psaumes 148

      14 Il a relevé la force de son peuple : c’est un sujet de louange pour tous ses fidèles, pour les Israélites, pour le peuple qui est près de lui. Louez l’Eternel !

      Psaumes 149

      1 Louez l’Eternel ! Chantez en l’honneur de l’Eternel un cantique nouveau, chantez sa louange dans l’assemblée des fidèles !
      5 Que les fidèles exultent dans la gloire, qu’ils poussent des cris de joie sur leur lit !

      Esaïe 40

      6 Une voix a dit : « Proclame un message ! » Et j’ai répondu : « Que dois-je proclamer ? » « *Toute créature est comme l'herbe, et toute sa beauté comme la fleur des champs.

      Jérémie 2

      2 « Va crier aux oreilles de Jérusalem : ‘Voici ce que dit l’Eternel : Je me souviens de ton attachement de jeune fille, de ton amour de jeune mariée. Tu me suivais alors dans le désert, sur une terre impossible à ensemencer.

      Osée 4

      12 Mon peuple consulte son bois, et c'est son bâton qui lui parle ! En effet, l'esprit de prostitution égare, et ils se prostituent loin de leur Dieu.

      Osée 6

      4 Que puis-je te faire, Ephraïm ? Que puis-je te faire, Juda ? Votre attachement est pareil à la nuée du matin, à la rosée qui se dissipe très vite.
      6 En effet, *je prends plaisir à la bonté et non aux sacrifices, à la connaissance de Dieu plus qu’aux holocaustes.

      Matthieu 5

      1 A la vue de ces foules, Jésus monta sur la montagne. Il s'assit et ses disciples s'approchèrent de lui.
      2 Puis il prit la parole pour les enseigner ; il dit :
      3 « Heureux ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle, car le royaume des cieux leur appartient !
      4 Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés !
      5 Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre !
      6 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !
      7 Heureux ceux qui font preuve de bonté, car on aura de la bonté pour eux !
      8 Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !
Afficher tous les 141 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider