Dictionnaire Biblique de Top Bible

SACRIFICES ET OFFRANDES (3.)

III Etendue de l'expiation par le sacrifice.

Ici nous nous trouvons sur un terrain difficile, et cela à deux points de vue :

a) l'expiation ne vise pas également tous les péchés ;

b) le pardon est souvent annoncé en dehors de toute expiation par le sacrifice.

Pour arriver à quelque clarté, il faut distinguer deux domaines :

celui de la loi ou de l'Israélite comme membre de la communauté,

celui de la piété intérieure ou de l'Israélite dans ses rapports directs avec Dieu.

_________

Nous rappelons que dans l'A. T, l'alliance divine est faite avec la communauté. C'est à la communauté que sont promises la protection et la bénédiction de l'Éternel ; c'est à elle aussi qu'est donnée la loi dont l'observation est la contre-partie humaine de l'oeuvre de Dieu. Naturellement tout Israélite, en tant que membre de la communauté, a droit aux grâces assurées à l'ensemble, s'il demeure dans la ligne tracée à la communauté et ne se rend pas indigne d'en faire partie. Normalement c'est ce qui devrait toujours être. Le membre de la communauté est censé posséder in abstracto toutes les qualités voulues d'un vrai serviteur de l'Éternel. Mais, dès qu'il se rend coupable d'une faute quelconque, il brise le lien qui l'unit à la communauté, il n'est plus dans les conditions voulues pour en faire partie, il est privé par conséquent des grâces assurées à la communauté, et la communauté elle-même est souillée par sa présence. Il faut nécessairement une réparation qui lui rende la position perdue et fasse disparaître la tache imprimée à la communauté ; ou, si la faute est trop grave, il faut que la communauté soit débarrassée d'un membre qui attire sur elle la colère de Dieu. C'est ici que la loi intervient d'un côté avec les sacrifices expiatoires, de l'autre avec les peines qu'elle inflige ; le souci du bien de l'ensemble nous explique le traitement différent qu'elle prévoit pour les différentes catégories de péchés.

Elle distinguait, d'après le degré d'intention coupable, entre péchés commis par « erreur » (bichegâgâ) ou péchés involontaires, et péchés commis « à main levée » (beyâd râmâh), actes de révolte ouverte contre Dieu, transgressions réfléchies et intentionnelles des commandements divins. Les péchés « à main levée » n'étaient pas expiables par les sacrifices, parce qu'ils étaient une rupture volontaire de l'alliance qu'il n'était plus possible de réparer ; la seule expiation qui pût mettre la communauté à l'abri était l'éloignement définitif des coupables par la mort. En revanche, les péchés involontaires n'étaient qu'une tache faite à la communauté ; le coupable était un membre indigne, mais encore un membre, et Dieu voulait bien ne pas tenir compte de sa faute, une fois qu'elle avait été couverte par les sacrifices que lui-même avait institués pour cela. Voir Le 4 Le 5, No 15:22-31, qui disent très clairement que le sacrifice pour le péché et le sacrifice de culpabilité ne sont prévus que pour des fautes involontaires, soit des individus, soit de l'assemblée dans son ensemble. Notons qu'il ne s'agit pas uniquement de fautes rituelles, comme on l'a dit, mais de toute transgression d'un commandement quelconque de l'Éternel, comme le disent en termes très clairs Le 4:13,27, No 15:22, et comme le prouvent Le 19:20-22 (inconduite avec une esclave fiancée) et Le 5:1,6 (où deux des cas prévus sont de nature morale). Mais, dans certains cas, l'expiation n'était complète que s'il y avait réparation matérielle du tort fait au prochain (Le 5:14-16, 6:1-7).

--La loi envisageait certains péchés comme toujours involontaires, donc comme toujours expiables ; ainsi ceux qui figurent dans les passages que nous venons de rappeler, puis ceux que Ps 25:7 et Job 13:26 appellent des péchés de jeunesse, ou les fautes cachées dont parle Ps 19:13, c'est-à-dire les fautes que l'on commet sans le savoir, d'une manière générale tous les péchés qui étaient la conséquence des faiblesses de notre nature ou d'un entraînement irréfléchi. --En revanche, un certain nombre de péchés étaient rangés par la loi en tout état de cause dans les péchés non expiables : ainsi le meurtre volontaire (No 35), l'adultère avec une femme mariée, l'inceste, les unions contre nature, l'évocation des esprits, l'adoration des faux dieux (Le 20:1,18,27), la violation du sabbat (No 15:32,36), toutes ces choses étaient des souillures pour le pays, qui ne pouvait être purifié que par l'extermination des coupables.

--Mais, quand il n'y avait que péché involontaire (et la notion était poussée assez loin), le sacrifice expiatoire, don de la grâce de Dieu à son peuple, rétablissait le pécheur dans sa qualité de membre de la communauté et lui assurait à nouveau la protection et la bénédiction de l'Éternel. Naturellement, l'acte extérieur devait être accompagné des dispositions intérieures qu'il suppose : la repentance de la faute et le désir profond d'être vraiment débarrassé de la coulpe du péché. Aussi la loi réclame-t-elle qu'en offrant le sacrifice d'expiation le pécheur confesse son péché (Le 5:5 16:21), quoique le plus souvent elle suppose les sentiments voulus sans les exiger expressément. Une fois l'expiation faite, le coupable pouvait se sentir parfaitement en règle avec Dieu et compter sur tous les privilèges accordés à son peuple.

Cependant, quand nous passons au second domaine dont nous avons parlé plus haut, celui de l'Israélite dans ses rapports personnels avec Dieu, nous constatons que, soit dans les psaumes, soit chez les prophètes, le sentiment de la pleine réconciliation avec Dieu n'est pas rattaché à l'expiation par le sacrifice. Cela se comprendrait dans une certaine mesure avant l'exil, quand les prophètes polémisaient contre les sacrifices à cause de leur couleur cananéenne et des sentiments fâcheux qui les accompagnaient ; mais quand le culte fut définitivement organisé, qu'il devint une loi positive de l'Éternel et les sacrifices des moyens de grâce institués par Dieu lui-même, il semblerait que le pardon dût en tout temps être rattaché à l'expiation par le sacrifice. Or nous constatons dans les psaumes, qui reflètent certainement les sentiments de la communauté postexilique, les mêmes paroles que chez les anciens prophètes. Non seulement le pardon est attendu et cherché en dehors des sacrifices, mais on met les moyens qui le procurent dans une certaine opposition avec les prescriptions légales. C'est ainsi que l'auteur du Ps 51 ne se contente pas d'attribuer le pardon à la pure grâce de Dieu, mais déclare positivement (verset 18 et suivant) : « Si tu eusses voulu des sacrifices, je t'en aurais offert, mais tu ne prends point plaisir aux holocaustes. Les sacrifices qui sont agréables à Dieu sont un esprit brisé. O Dieu, tu ne méprises pas un coeur froissé et brisé. » Cf. Ps 50:7,15 69:30,32 32:5 103:8-14 qui expriment les mêmes pensées. Ailleurs, le pardon est rattaché à un changement de vie, ou à des oeuvres qui sont particulièrement agréables à Dieu (Mic 6:6,8, Pr 16:6, Da 4:27, Esa 58:6,9 55:7 ; cf. Joe 2:12,14, Eze 18:21,23, qui insistent également sur le changement de vie). Tout ce courant de pensées, à côté de la loi, ne se comprendrait pas si l'expiation par le sacrifice avait pleinement répondu à toutes les aspirations profondes de l'Israélite.

On ne peut pas résoudre la difficulté en disant que les passages cités visent uniquement la communauté, que celle-ci pouvait aussi se rendre coupable de péchés « à main levée », qu'elle n'avait alors d'autre moyen de salut que la repentance et le changement de vie ; c'est tout à fait contraire au sens de plusieurs d'entre eux, qui concernent des individus (Ps 51 Ps 32, Pr 16:6, Da 4:27), et du reste ces passages ne distinguent pas entre péchés volontaires et péchés involontaires ; ils parlent du péché en général. --On ne peut pas non plus se tirer d'affaire en admettant deux tendances opposées dans le sein du peuple : les uns cherchant le pardon dans les sacrifices et les autres ailleurs. L'explication serait possible avant l'exil, et en fait elle est admissible par Mic 6:6,8, mais après l'exil les deux tendances existaient paisiblement dans le sein de la communauté : les sacrifices étaient pratiqués par tout le monde, et on n'en répétait pas moins les paroles des anciens prophètes ou des psalmistes, vieux et nouveaux, qui cherchaient ailleurs que dans les sacrifices le pardon des péchés. Il y a un essai de conciliation dans l'adjonction faite au Ps 51:18 et suivant : « Répands par ta grâce tes bienfaits sur Sion. Alors tu agréeras des sacrifices de justice, des holocaustes et des victimes entières... » Mais d'une façon générale les deux manières de rentrer en grâce auprès de Dieu sont exprimées indépendamment l'une de l'autre, sans qu'il soit dit comment les fidèles de l'A. T, les mettaient d'accord dans leur vie personnelle.

La solution du problème doit être cherchée dans le sentiment que la grâce de Dieu était à la base des deux conceptions. L'expiation par le sacrifice était un moyen que l'Éternel lui-même avait donné à son peuple pour lui assurer la continuation de ses bienfaits. Mais les fidèles vraiment désireux de se sentir en parfaite communion avec lui ne pouvaient pas ne pas se rendre compte que les sacrifices d'animaux étaient incapables d'effacer toutes les fautes dont ils étaient coupables. Les péchés étaient trop nombreux et trop divers pour qu'il fût possible d'offrir chaque fois un sacrifice. Une conscience droite devait, ne fût-ce qu'au point de vue quantitatif, constater un grand écart entre la somme des péchés et la somme du sang versé. A cela s'ajoutait une raison plus profonde. Une conscience troublée n'était pas apaisée par la simple présentation d'un sacrifice ; il n'y avait pas, au point de vue qualitatif, correspondance entre la grandeur de la culpabilité et le sang d'une victime animale. (cf. Heb 9:9,14 10:1,4) Pour trouver la paix, l'âme devait saisir en quelque sorte au delà du sacrifice la grâce qui l'avait institué. Mais cela, elle ne pouvait le faire que si elle apportait à Dieu les sentiments qui rendaient la grâce possible : une sincère repentance et le désir profond d'obéir désormais aux commandements de la loi. Il va sans dire que l'acte extérieur et l'acte intérieur ne s'excluaient pas. Le second aurait dû toujours accompagner le premier. Mais cet acte intérieur, qui donnait au sacrifice sa véritable valeur, n'était pas nécessaire seulement devant l'autel. L'esprit froissé et brisé, la repentance sincère, le désir vrai d'une vie plus fidèle devaient se retrouver dans le coeur de l'Israélite après chaque faute, qu'il se présentât ou ne se présentât pas à l'autel pour offrir un sacrifice, s'il voulait continuer à être l'objet de la grâce divine. Les dispositions intimes devenaient par là même en dehors du sacrifice un moyen propre d'expiation. Et, puisqu'elles étaient nécessaires même quand il y avait sacrifice, elles s'imposaient comme ayant une valeur supérieure à la présentation des victimes. Les actes rituels n'avaient plus qu'une place secondaire. Il fallait avant tout les dispositions agréables à Dieu, en d'autres termes l'expiation spirituelle. C'était en réalité cela seul qui assurait d'une manière durable la continuation des liens personnels de chaque membre de la communauté avec le Dieu de l'alliance. On laissait donc aux sacrifices la place qui leur était réservée, et on s'en remettait directement à la grâce d'En-haut pour obtenir le pardon de ses fautes, en attendant que vînt le moment où, dans le sacrifice d'une victime digne de Dieu, le fidèle trouvât à la fois une expiation valable pour tous ses péchés et la pleine assurance de la réconciliation avec le Maître des cieux et de la terre devenu son Père céleste. Voir Expiation, Propitiation, Rédemption. CONSULTER

--Les divers manuels de Théologie de l'A.T., d'Histoire de la religion d'Israël ou d'Antiquités bibliques.

--G.B. Gray, Sacrifice in the O.T. 1925.

--A. Loisy, Essai historique sur le sacrifice, 1920.

--Ad. Lods, Eléments anciens et éléments modernes dans le rituel du sacrifice israélite (Rev. Strasb. 1928).

-R. Dussaud, Les origines cananéennes du sacrifice israélite,

1921. L. A.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Lévitique 4

      1 L'Eternel dit à Moïse :
      2 « Transmets ces instructions aux Israélites : Lorsque quelqu'un péchera involontairement contre l'un des commandements de l'Eternel en faisant des choses qui ne doivent pas se faire,
      3 si c'est le prêtre consacré par onction qui a péché et a rendu par là le peuple coupable, il offrira à l'Eternel, en sacrifice d'expiation pour le péché qu'il a commis, un jeune taureau sans défaut.
      4 Il amènera le taureau à l'entrée de la tente de la rencontre, devant l'Eternel. Il posera sa main sur la tête du taureau et l’égorgera devant l'Eternel.
      5 Le prêtre consacré par onction prendra du sang du taureau et l'apportera dans la tente de la rencontre.
      6 Il trempera son doigt dans le sang et il en fera 7 fois l'aspersion devant l'Eternel, en face du voile du sanctuaire.
      7 Le prêtre mettra du sang sur les cornes de l'autel des parfums odoriférants, qui est devant l'Eternel dans la tente de la rencontre. Il versera tout le sang du taureau au pied de l'autel des holocaustes, qui est à l'entrée de la tente de la rencontre.
      8 Il enlèvera toute la graisse du taureau expiatoire, la graisse qui couvre les entrailles et toute celle qui y est attachée,
      9 les deux rognons et la graisse qui les entoure, qui couvre les flancs, et le grand lobe du foie, qu'il détachera près des rognons.
      10 Le prêtre enlèvera ces parties comme on les enlève du taureau dans le sacrifice de communion et il les brûlera sur l'autel des holocaustes.
      11 Mais la peau du taureau, toute sa viande avec sa tête, ses pattes, ses entrailles et ses excréments,
      12 le taureau entier, il l'emportera à l’extérieur du camp, dans un endroit pur où l'on jette les cendres, et il le brûlera au feu sur du bois ; c'est sur le tas de cendres qu’on le brûlera.
      13 » Si c'est toute l'assemblée d'Israël qui a péché involontairement, si sans y prêter attention elle a fait contre l'un des commandements de l'Eternel des choses qui ne doivent pas se faire et s’est ainsi rendue coupable,
      14 et si le péché commis vient à être découvert, l'assemblée offrira un jeune taureau en sacrifice d'expiation et on l'amènera devant la tente de la rencontre.
      15 Les anciens d'Israël poseront leurs mains sur la tête du taureau devant l'Eternel et l’on égorgera le taureau devant l'Eternel.
      16 Le prêtre consacré par onction apportera du sang du taureau dans la tente de la rencontre.
      17 Il trempera son doigt dans le sang et il en fera 7 fois l'aspersion devant l'Eternel, en face du voile.
      18 Il mettra du sang sur les cornes de l'autel qui est devant l'Eternel dans la tente de la rencontre. Puis il versera tout le sang au pied de l'autel des holocaustes, qui est à l'entrée de la tente de la rencontre.
      19 Il enlèvera toute la graisse du taureau et la brûlera sur l'autel.
      20 Il procédera avec ce taureau exactement comme pour le taureau expiatoire. C'est ainsi que le prêtre fera l’expiation pour eux, et le pardon leur sera accordé.
      21 Il emportera le taureau à l’extérieur du camp et il le brûlera comme le premier taureau. C'est un sacrifice d'expiation pour l'assemblée.
      22 » Si c'est un chef qui a péché, s’il a fait involontairement contre l'un des commandements de l'Eternel, son Dieu, des choses qui ne doivent pas se faire et s’est ainsi rendu coupable,
      23 et s’il vient à découvrir le péché qu'il a commis, il offrira en sacrifice un bouc mâle sans défaut.
      24 Il posera sa main sur la tête du bouc et l’égorgera à l’endroit où l'on égorge les holocaustes devant l'Eternel. C'est un sacrifice d'expiation.
      25 Le prêtre prendra avec son doigt du sang de la victime expiatoire, il en mettra sur les cornes de l'autel des holocaustes et il versera le sang au pied de l'autel des holocaustes.
      26 Il brûlera toute la graisse sur l'autel, comme la graisse du sacrifice de communion. C'est ainsi que le prêtre fera pour ce chef l'expiation de son péché, et le pardon lui sera accordé.
      27 » Si c'est quelqu'un du peuple qui a péché involontairement en faisant contre l'un des commandements de l'Eternel des choses qui ne doivent pas se faire et en se rendant ainsi coupable,
      28 et s’il vient à découvrir le péché qu'il a commis, il offrira en sacrifice une chèvre, une femelle sans défaut, pour le péché qu'il a commis.
      29 Il posera sa main sur la tête de la victime expiatoire et l’égorgera à l’endroit où l'on égorge les holocaustes.
      30 Le prêtre prendra avec son doigt du sang de la victime, il en mettra sur les cornes de l'autel des holocaustes et il versera tout le sang au pied de l'autel.
      31 Le prêtre enlèvera toute la graisse, comme on enlève la graisse du sacrifice de communion, et il la brûlera sur l'autel ; son odeur sera agréable à l'Eternel. C'est ainsi que le prêtre fera l’expiation pour cet homme, et le pardon lui sera accordé.
      32 » Si c’est un agneau qu’il offre en sacrifice d'expiation, il offrira une femelle sans défaut.
      33 Il posera sa main sur la tête de la victime et l’égorgera en sacrifice d'expiation à l’endroit où l'on égorge les holocaustes.
      34 Le prêtre prendra avec son doigt du sang de la victime, il en mettra sur les cornes de l'autel des holocaustes et il versera tout le sang au pied de l'autel.
      35 Le prêtre enlèvera toute la graisse comme on enlève la graisse de l'agneau dans le sacrifice de communion, et il la brûlera sur l'autel comme un sacrifice passé par le feu pour l'Eternel. C'est ainsi que le prêtre fera pour cet homme l'expiation du péché qu'il a commis, et le pardon lui sera accordé.

      Lévitique 5

      1 » Lorsque quelqu'un, après avoir été mis sous serment comme témoin, péchera en ne déclarant pas ce qu'il a vu ou ce qu'il sait, il restera chargé de sa faute.
      2 Lorsque quelqu'un, sans y prêter attention, touchera une chose impure comme le cadavre d'un animal impur, que ce soit d'une bête sauvage ou domestique ou bien d'un reptile, il deviendra lui-même impur et il se rendra coupable.
      3 Ou lorsque, sans y prêter attention, il touchera une souillure humaine quelconque et qu'il s'en aperçoive plus tard, il en sera coupable.
      4 Lorsque quelqu'un, en parlant à la légère, jurera de faire du mal ou du bien et que, sans y avoir prêté attention d'abord, il s'en aperçoive plus tard, il sera coupable.
      5 » Celui donc qui se rendra coupable de l'une de ces choses confessera son péché.
      6 Puis il offrira à l'Eternel en réparation pour le péché qu'il a commis une femelle de petit bétail, une brebis ou une chèvre, comme victime expiatoire. Et le prêtre fera pour lui l'expiation de son péché.
      7 S'il n'a pas de quoi se procurer une brebis ou une chèvre, il offrira à l'Eternel en réparation pour son péché deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, l'un comme victime expiatoire, l'autre comme holocauste.
      8 Il les apportera au prêtre, qui sacrifiera d'abord celui qui doit servir de victime expiatoire. Le prêtre lui ouvrira la tête avec l'ongle près de la nuque, sans la séparer.
      9 Il fera sur un côté de l'autel l'aspersion du sang de la victime expiatoire et l’on versera le reste du sang au pied de l'autel. C'est un sacrifice d'expiation.
      10 Il fera de l'autre oiseau un holocauste, d'après les règles établies. C'est ainsi que le prêtre fera pour cet homme l'expiation du péché qu'il a commis, et le pardon lui sera accordé.
      11 » S'il n'a pas de quoi se procurer deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, il apportera en offrande pour son péché 2 litres de fleur de farine comme offrande d'expiation. Il ne mettra pas d'huile dessus et il n'y ajoutera pas d'encens, car c'est une offrande d'expiation.
      12 Il l'apportera au prêtre. Le prêtre en prendra une poignée comme souvenir et la brûlera sur l'autel, comme les offrandes passées par le feu pour l'Eternel. C'est une offrande d'expiation.
      13 C'est ainsi que le prêtre fera pour cet homme l'expiation du péché qu'il a commis envers une de ces choses, et le pardon lui sera accordé. Ce qui restera de l'offrande sera pour le prêtre, comme dans le cas de l'offrande en don. »
      14 L'Eternel dit à Moïse :
      15 « Lorsque quelqu'un commettra une infidélité et péchera involontairement envers ce qui est consacré à l'Eternel, il offrira en sacrifice de culpabilité à l'Eternel pour son péché un bélier sans défaut, pris dans le troupeau sur la base de ton estimation en pièces d'argent, d’après la valeur étalon du sanctuaire.
      16 Il donnera, en y ajoutant un cinquième, la valeur de ce dont il a frustré le sanctuaire, et il remettra cela au prêtre. Le prêtre fera pour lui l'expiation avec le bélier offert en sacrifice de culpabilité, et le pardon lui sera accordé.
      17 » Lorsque quelqu'un péchera en faisant sans le savoir, contre l'un des commandements de l'Eternel, des choses qui ne doivent pas se faire, il se rendra coupable et sera chargé de sa faute.
      18 Il présentera au prêtre en sacrifice de culpabilité un bélier sans défaut, pris du troupeau d'après ton estimation. Le prêtre fera pour lui l'expiation de la faute qu'il a commise sans le savoir, et le pardon lui sera accordé.
      19 C'est un sacrifice de culpabilité. Cet homme s'était rendu coupable envers l'Eternel. »

      Lévitique 6

      1 L'Eternel dit à Moïse :

      Lévitique 16

      21 Il posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant et confessera sur lui toutes les fautes des Israélites et toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché ; il les mettra sur la tête du bouc, puis il le chassera dans le désert avec l'aide d'un homme prêt pour cette fonction.

      Lévitique 19

      20 » Lorsqu'un homme couchera avec une femme, si c'est une esclave fiancée à un autre homme et qui n'a pas été rachetée ou affranchie, ils seront punis, mais non de mort, parce qu'elle n'a pas été affranchie.
      21 L'homme amènera un bélier à l'Eternel, à l'entrée de la tente de la rencontre, en sacrifice de culpabilité pour sa faute.
      22 Le prêtre fera l'expiation pour lui devant l'Eternel avec le bélier offert en sacrifice de culpabilité pour le péché qu'il a commis, et le péché qu'il a commis lui sera pardonné.

      Lévitique 20

      1 L'Eternel dit à Moïse :
      18 Si un homme couche avec une femme qui a ses règles et dévoile sa nudité, il expose la perte de sang de la femme et elle-même l’expose. Ils seront tous deux exclus du milieu de leur peuple.
      27 » Si un homme ou une femme a en lui l'esprit d'un mort ou un esprit de divination, il sera puni de mort. On le lapidera, son sang retombera sur lui. »

      Nombres 15

      22 » Lorsque vous pécherez involontairement en ne respectant pas tous les commandements que l'Eternel a fait connaître à Moïse,
      23 tout ce qu’il vous a ordonné par l’intermédiaire de Moïse depuis le jour où il a donné des commandements et plus tard au fil des générations,
      24 si l'on a péché involontairement, sans que l'assemblée s'en aperçoive, toute l'assemblée offrira un jeune taureau en holocauste dont l’odeur est agréable à l'Eternel, avec l'offrande végétale et l’offrande liquide qui l’accompagnent, conformément à la règle établie. Elle offrira encore un bouc en sacrifice d'expiation.
      25 Le prêtre fera l'expiation pour toute l'assemblée des Israélites et le pardon leur sera accordé. En effet, ils ont péché involontairement et ils ont apporté leur offrande, un sacrifice passé par le feu en l'honneur de l'Eternel et une victime expiatoire devant l'Eternel, à cause de cette faute involontaire.
      26 Le pardon sera accordé à toute l'assemblée des Israélites et à l'étranger en séjour parmi eux, car c'est involontairement que tout le peuple a péché.
      27 » Si c'est une seule personne qui a péché involontairement, elle offrira une chèvre d'un an en sacrifice d’expiation.
      28 Le prêtre fera l'expiation pour la personne qui a péché involontairement devant l'Eternel. Quand il aura fait l'expiation pour elle, le pardon lui sera accordé.
      29 Que l’on soit israélite ou étranger, il y aura pour vous une même loi quand on péchera involontairement.
      30 Mais si quelqu'un, qu’il soit israélite ou étranger, agit de manière délibérée, il insulte l'Eternel. Il sera exclu du milieu de son peuple.
      31 Il a méprisé la parole de l'Eternel et il a violé son commandement : il sera exclu, il supportera les conséquences de sa faute. »
      32 Alors que les Israélites étaient dans le désert, on surprit un homme en train de ramasser du bois le jour du sabbat.
      36 Toute l'assemblée le fit sortir du camp et le lapida, et il mourut, comme l'Eternel l'avait ordonné à Moïse.

      Nombres 35

      1 L'Eternel dit à Moïse dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho :
      2 « Ordonne aux Israélites d'accorder aux Lévites, sur l'héritage qu'eux-mêmes posséderont, des villes où ils puissent habiter. Vous leur donnerez aussi un territoire autour de ces villes.
      3 Ils auront les villes pour y habiter et leurs environs seront pour leur bétail, pour leurs biens et pour tous leurs animaux.
      4 Les environs des villes que vous donnerez aux Lévites s’étendront sur 500 mètres à partir du mur de la ville et tout autour.
      5 A l’extérieur de la ville, vous mesurerez 1000 mètres pour le côté est, 1000 mètres pour le côté sud, 1000 mètres pour le côté ouest et 1000 mètres pour le côté nord. La ville sera au milieu de ce carré. Cela formera leur territoire autour des villes.
      6 » Parmi les villes que vous donnerez aux Lévites, il y aura villes de refuge, où l’auteur d’un homicide pourra s'enfuir, et 42 autres villes.
      7 Total des villes que vous donnerez aux Lévites : 48 villes, avec leurs environs.
      8 Les villes que vous donnerez étant prises sur les propriétés des Israélites, ceux qui en ont le plus en donneront plus et ceux qui en ont moins en donneront moins ; chacun donnera une partie de ses villes aux Lévites proportionnellement à l'héritage qu'il possédera. »
      9 L'Eternel dit à Moïse :
      10 « Transmets ces instructions aux Israélites : Lorsque vous aurez passé le Jourdain et que vous serez entrés dans le pays de Canaan,
      11 vous vous établirez des villes qui vous servent de villes de refuge. L’auteur d’un homicide, celui qui aura tué quelqu’un involontairement, pourra s'y enfuir.
      12 Ces villes vous serviront de refuge contre le vengeur du sang, afin que l’auteur de l’homicide ne soit pas mis à mort avant d'avoir comparu devant l'assemblée pour être jugé.
      13 Parmi les villes que vous donnerez, 6 vous serviront de villes de refuge.
      14 Vous donnerez 3 villes de l’autre côté du Jourdain et 3 dans le pays de Canaan. Ce seront des villes de refuge.
      15 Ces 6 villes serviront de refuge aux Israélites, à l'étranger et à l’immigré qui se trouve parmi vous. Là pourra s'enfuir tout homme qui aura tué quelqu'un involontairement.
      16 » Si un homme frappe son prochain avec un instrument de fer et que mort s’ensuive, c'est un meurtrier. Le meurtrier sera puni de mort.
      17 S'il le frappe en tenant à la main une pierre qui puisse provoquer la mort et que mort s’ensuive, c'est un meurtrier. Le meurtrier sera puni de mort.
      18 S'il le frappe en tenant à la main un instrument de bois qui puisse provoquer la mort et que mort s’ensuive, c'est un meurtrier. Le meurtrier sera puni de mort.
      19 Le vengeur du sang fera mourir le meurtrier ; quand il le rencontrera, il le tuera.
      20 Si un homme pousse son prochain par haine envers lui ou jette quelque chose sur lui avec préméditation et que mort s’ensuive,
      21 ou bien s'il le frappe de la main par hostilité envers lui et que mort s’ensuive, celui qui a frappé sera puni de mort, c'est un meurtrier. Le vengeur du sang tuera le meurtrier quand il le rencontrera.
      22 » Mais supposons qu’un homme pousse son prochain par accident et non par hostilité envers lui, ou bien qu'il jette quelque chose sur lui sans préméditation,
      23 ou encore qu'il fasse tomber sur lui sans le voir une pierre qui puisse provoquer la mort, et que mort s’ensuive, alors qu'il n’éprouvait pas de haine contre l’autre et ne cherchait pas à lui faire du mal.
      24 Voici les règles d'après lesquelles l'assemblée jugera entre celui qui a tué et le vengeur du sang.
      25 L'assemblée délivrera l’auteur de l’homicide de la main du vengeur du sang et le fera retourner dans la ville de refuge où il s'était enfui. Il y restera jusqu'à la mort du grand-prêtre qu'on a consacré par onction avec l'huile sainte.
      26 Si l’auteur de l’homicide quitte le territoire de la ville de refuge où il s'est enfui
Afficher tous les 161 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider