Dictionnaire Biblique de Top Bible

SAGESSE

Les « sages » de l'ancien Israël donnaient des « conseils » ; ils semblent avoir été mis sur le même rang que les prêtres et les prophètes (Jer 18:18). Hommes ou femmes (2Sa 14,20:16 et suivant), ils sont consultés dans les cas les plus variés. Salomon jouit de bonne heure de la réputation du sage par excellence. Peut-être commença-t-on également à une date assez reculée à recueillir les sentences les plus frappantes des « sages ». On sait qu'il en existe des recueils égyptiens, babyloniens, grecs et autres, qui ne sont pas sans analogie avec la littérature hébraïque de la « sagesse », qu'on appelait jadis les livres sapientiaux.

Elle se répartit en deux catégories :

La plus ancienne attribuée à Salomon ressortit à la poésie descriptive, cherchant dans la nature matière à énigmes moralisantes.

Les recueils plus récents et systématisés sont les livres des Proverbes, de Job, de l'Ecclésiaste, la Sagesse du Siracide (Ecclésiastique), la Sagesse de Salomon.

Toute cette littérature vise à la morale pratique, à fournir les règles d'une vie sage. Elle prend son point de départ dans la tradition orale : on pouvait en entendre les sentences dans « l'assemblée des anciens » (Sir 6:34 et suivants) ; les sages évoquent entre eux les dires avisés qu'ils ont recueillis de leurs pères (Job 8:8 15:18 et suivants, Sir 8:9). La jeunesse est exhortée à apprendre d'eux la sagesse (Pr 15:31, Sir 6:34). On la lui enseignait aussi en particulier (Sir 6:36). Un père en transmet les aphorismes à son fils comme le plus précieux des héritages (Tob 4). Une mère l'inculque de même à ses enfants (Pr 31:1 et suivants). Ainsi s'explique le ton de beaucoup de sentences : Mon fils, mes fils (Pro 1:8,10 3 1,11,21, Sir 2:1 3:12,17 etc.). La littérature de la sagesse est donc pédagogique autant que morale. Pour devenir « sage », il importe d'apprendre par coeur de très bonne heure une série de sentences et de les graver à jamais dans sa mémoire, en les méditant constamment (Sir 8:8). Voir Education.

On ne saurait confondre les sages avec les scribes (voir ce mot) ou docteurs de la loi. La sagesse ne repose pas sur l'étude d'une « écriture sainte » ; elle plonge ses racines dans l'observation directe de la vie.

Si l'on cherche à reconstituer la forme primitive de la sentence orale, on constatera qu'elle a, d'emblée, été rythmée. Chaque sentence se suffit à elle-même ; il en est encore ainsi dans un très grand nombre de cas, au sein des livres des Proverbes et du Siracide. Plus tard, on réunit des ensembles de deux vers, ou davantage. Enfin, de vastes développements, comme ceux que groupent les chap. 1-9 du livre des Proverbes, marquent le terme de l'évolution.

Les sentences isolées elles-mêmes sont de genres divers.

Parfois les deux hémistiches s'opposent l'un à l'autre. Exemple :

L'enfant sage réjouit son père,

Mais l'enfant insensé fait le chagrin de sa mère (Pr 10:1).

Les auteurs des Proverbes (voir spécialement Pr 10-15) affectionnent ces antithèses entre le sage et l'insensé, le fidèle et l'impie, le paresseux et l'assidu travailleur, etc. Ailleurs, il y a strict parallélisme et synonymie :

La langue trompeuse hait ceux qu'elle a abattus, Et la bouche flatteuse fait tomber (Pr 26:28).

Ou bien, le second hémistiche fait logiquement suite au premier :

Le moqueur n'aime pas qu'on le reprenne ;

Il ne va point chercher les sages (Pr 15:12).

Ou encore, l'un des deux hémistiches sert d'illustration à l'autre :

Une belle femme qui se détourne de la raison

Est comme un anneau d'or au groin d'un pourceau (Pr 11:22).

Ceci procède peut-être de l'énigme, l'une des formes les plus anciennes de la sentence de sagesse. Dans tous ces exemples, l'intention exprimée reste la même : faire connaître le droit chemin, conforme à l'ordre des choses dans l'univers. Mais il s'agit tantôt d'un simple enseignement (Pr 27:3,9), tantôt d'exhortations (Pr 27:1-10 et suivant).

Autres formes encore : l'emploi de la béatitude (voir ce mot) : « Heureux l'homme... », est aussi fréquent dans les Proverbes que dans les Psaumes (Pr 3:13 8:34 28:14, Job 5:17 etc.). Ailleurs, le poète donne la parole a « la sagesse » elle-même, personnifiée sinon hypos-tasiée (Pr 8, Sir 24:1 4:11-19).

On remarque tout naturellement le caractère évolué qui s'applique à toutes ces sentences composées suivant les règles d'un véritable art poétique, lorsqu'on les compare aux brefs aphorismes et proverbes nettement populaires, dont l'A. T, a gardé çà et là quelques spécimens (Jug 8:21,1Sa 10:24:14,1Ro 20:11, Os 4:11, Eze 16:44, Job 2:4, cf. Lu 4:23, Jn 4:37). Voir Poésie hébraïque, Proverbe.

Il en est du contenu comme de la forme. A cet égard aussi, il faut distinguer plusieurs genres et plusieurs âges dans la littérature de la « sagesse ». Les sentences sont parfois purement profanes, spécialement dans les collections les plus anciennes qu'a recueillies le livre des Proverbes (Pro 25-29). Cette catégorie se trouve assez naturellement la plus riche en parallèles étrangers au judaïsme. Après elle, dans l'évolution, apparaissent celles qui unissent aux simples règles de prudence l'exhortation morale ou religieuse, toujours renforcée par l'allusion aux rétributions divines. Sagesse et piété donnent les mêmes conseils ; de leur combinaison résulte la maxime de portée générale. Voir Folie, Sottise.

Signalons, en outre, combien fréquemment la poésie gnomique et le lyrisme des Psaumes (voir ce mot) entrent à leur tour en étroite association. Il suffit de se reporter au livre de Job pour voir se greffer d'imposants développements lyriques sur les considérations de morale pratique qui se placent à la base de la philosophie religieuse de l'auteur. Réciproquement, le psautier contient divers éléments qui introduisent la note de la « sagesse » au sein des pieuses effusions de ses poètes. Par contre, le livre des Proverbes (voir art.) reste d'un bout à l'autre exempt de lyrisme.

Ce qui demeure le plus étranger à la littérature de la « sagesse », c'est la pensée, l'esprit, le souffle du prophétisme. Nos auteurs moralistes pondérés, sinon terre à terre, ne trahissent plus l'enthousiasme héroïque des prophètes. L'individu à guider sur le droit chemin les intéresse à l'exclusion presque totale des destinées du peuple. Par-dessus tout, ils ignorent les spéculations eschatologiques. On s'explique dès lors que les prophètes ne citent presque jamais les « sages » et que ceux-ci, de leur côté, n'invitent pas leurs lecteurs à écouter la voix des prophètes.

L'oracle (thora) des prêtres ne présente pas davantage de points de contact avec la littérature gnomique, au moins anciennement. Si le Siracide se réfère expressément aux autorités désormais traditionnelles : la loi de Moïse, la thora des prêtres et les prédictions des prophètes, le tout considéré comme histoire sainte, c'est que le travail de la canonisation est alors (II e siècle av. J. -C.) en voie d'achèvement. Ceci marque la transition entre la littérature de la sagesse et l'oeuvre des scribes ; l'étude minutieuse des Écritures saintes va absorber tous les courants de la pensée juive. Jg. M.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Versets relatifs

    • Juges 8

      21 Zébach et Tsalmunna dirent : « Lève-toi toi-même et tue-nous, car c’est à un homme fort de le faire. » Gédéon se leva alors et tua Zébach et Tsalmunna. Il prit ensuite les ornements en forme de croissant qui étaient au cou de leurs chameaux.

      1 Samuel 10

      24 Samuel dit à tout le peuple : « Voyez-vous celui que l'Eternel a choisi ? Il n'y a personne dans tout le peuple qui soit pareil à lui. » Et tout le peuple cria : « Vive le roi ! »

      2 Samuel 14

      1 Joab, fils de Tseruja, s'aperçut que le cœur du roi était bien disposé envers Absalom.
      2 Il envoya chercher à Tekoa une femme rusée, à qui il dit : « Prends une attitude de deuil : mets des habits de deuil, ne te parfume pas, sois pareille à une femme qui pleure depuis longtemps un mort.
      3 Tu iras trouver le roi et voici ce que tu lui diras. » Et Joab lui précisa ce qu'elle devait dire.
      4 La femme de Tekoa alla parler au roi. Elle tomba le visage contre terre et se prosterna, puis elle dit : « Roi, sauve-moi ! »
      5 Le roi lui demanda : « Qu'as-tu ? » Elle répondit : « Hélas ! Je suis veuve, mon mari est mort !
      6 Moi, ta servante, j’avais deux fils. Ils se sont tous les deux disputés dans les champs et il n'y avait personne pour les séparer. L'un des deux a frappé l'autre à mort.
      7 Le clan tout entier s'est dressé contre ta servante en disant : ‘Livre-nous celui qui a tué son frère ! Nous voulons le faire mourir pour l’assassinat de son frère. Nous voulons le détruire, même s’il est l'héritier !’Ils éteindraient ainsi le seul tison qui me reste pour ne laisser à mon mari ni nom ni survivant à la surface de la terre. »
      8 Le roi dit à la femme : « Retourne chez toi. Je donnerai des ordres à ton sujet. »
      9 La femme de Tekoa dit au roi : « Mon seigneur le roi, c'est sur moi et sur ma famille que la faute doit retomber. Le roi et son trône en sont innocents. »
      10 Le roi dit : « Si quelqu'un parle contre toi, amène-le-moi, et il ne te touchera plus. »
      11 Elle dit : « Que le roi se souvienne de l'Eternel, ton Dieu, afin que le vengeur du sang n'augmente pas ma ruine et qu'on ne détruise pas mon fils ! » Il répondit : « L'Eternel est vivant ! Pas un cheveu de ton fils ne tombera à terre. »
      12 La femme dit : « Permets que ta servante dise un mot à mon seigneur le roi. » Il dit : « Parle. »
      13 La femme dit : « Pourquoi as-tu eu de telles pensées contre le peuple de Dieu ? Il découle des paroles mêmes du roi que le roi est comme coupable en ne faisant pas revenir celui qu'il a chassé.
      14 Il nous faudra tous mourir, et nous serons pareils à de l’eau versée par terre et qui ne se rassemble plus. Dieu ne relève pas un mort, mais il désire que le fugitif ne reste pas exclu de sa présence.
      15 Maintenant, si je suis venue dire ces choses au roi mon seigneur, c'est que le peuple m'a fait peur. Et moi ta servante, je me suis dit : ‘Je veux parler au roi. Peut-être le roi fera-t-il ce que dira sa servante.
      16 Oui, le roi écoutera sa servante pour la délivrer de ceux qui cherchent à nous éliminer, mon fils et moi, du peuple de Dieu.’
      17 Moi ta servante, j’ai dit : ‘Que la parole de mon seigneur le roi me donne le repos. En effet, mon seigneur le roi est comme un messager de Dieu pour distinguer le bien et le mal. Et que l'Eternel, ton Dieu, soit avec toi !’ »
      18 Le roi répondit à la femme : « Ne me cache rien dans ce que je vais te demander. » La femme dit : « Que mon seigneur le roi parle ! »
      19 Le roi dit alors : « Joab n’a-t-il pas manigancé tout cela avec toi ? » La femme répondit : « Aussi vrai que ton âme est vivante, roi mon seigneur, la réalité correspond bien à tout ce que dit mon seigneur le roi. C'est en effet ton serviteur Joab qui m'a donné des ordres et qui m’a précisé à moi, ta servante, tout ce que je devais dire.
      20 C'est pour présenter les choses d’une autre manière que ton serviteur Joab a fait cela. Mais mon seigneur est aussi sage qu'un ange de Dieu pour connaître tout ce qui se passe sur la terre. »
      21 Le roi dit à Joab : « Je veux bien agir comme tu l’as dit. Vas-y donc, ramène le jeune Absalom. »
      22 Joab tomba le visage contre terre et se prosterna. Il bénit le roi, puis il dit : « Moi ton serviteur, je sais aujourd'hui que j'ai trouvé grâce à tes yeux, roi mon seigneur, puisque tu agis conformément à ce que j’ai dit. »
      23 Joab se leva et partit pour Gueshur, et il ramena Absalom à Jérusalem.
      24 Mais le roi dit : « Qu'il se retire chez lui ! Il ne sera pas admis en ma présence. » Absalom se retira chez lui, et il ne fut jamais admis dans la présence du roi.
      25 Il n'y avait dans tout Israël aucun homme aussi réputé qu'Absalom pour sa beauté. Depuis la plante du pied jusqu'au sommet de la tête, il ne présentait aucun défaut.
      26 Il se rasait chaque année la tête, parce que sa chevelure était trop lourde pour lui. Lorsqu’il le faisait, les cheveux de sa tête pesaient environ 2 kilos et demi d’après la valeur étalon royale.
      27 Absalom eut trois fils ainsi qu’une fille du nom de Tamar. C’était une belle femme.
      28 Absalom habita 2 ans à Jérusalem sans être admis dans la présence du roi.
      29 Il fit appeler Joab pour l'envoyer vers le roi, mais celui-ci refusa de venir vers lui. Il le fit appeler une deuxième fois et Joab ne voulut pas venir.
      30 Absalom dit alors à ses serviteurs : « Voyez le champ de Joab ! Il est à côté du mien et il y a de l'orge. Allez y mettre le feu. » Et les serviteurs d'Absalom mirent le feu au champ.
      31 Joab se leva et alla trouver Absalom chez lui. Il lui dit : « Pourquoi tes serviteurs ont-ils mis le feu au champ qui m'appartient ? »
      32 Absalom répondit à Joab : « Eh bien ! Je t'avais fait dire de venir ici. Je voulais t’envoyer vers le roi, afin que tu lui dises : ‘Pourquoi suis-je revenu de Gueshur ? Il vaudrait mieux pour moi que j'y sois encore. Je désire maintenant être admis dans la présence du roi ou, si je suis coupable de quelque chose, qu'il me fasse mourir.’ »
      33 Joab alla vers le roi et lui rapporta cela. Le roi appela Absalom, qui vint vers lui et se prosterna le visage contre terre en sa présence. Et le roi embrassa Absalom.

      Job 2

      4 Satan répondit à l'Eternel : « Peau contre peau ! Tout ce qu’un homme possède, il est prêt à l’échanger contre sa vie.

      Job 5

      17 » Il est heureux, l'homme que Dieu corrige. Ne rejette pas l’instruction du Tout-Puissant !

      Job 8

      8 » Interroge donc les membres de la génération précédente, sois attentif à l'expérience de leurs ancêtres.

      Job 15

      18 ce que les sages ont fait connaître, ce qu'ils ont révélé après l’avoir appris de leurs ancêtres.

      Proverbes 1

      8 Mon fils, écoute l'instruction de ton père et ne rejette pas l'enseignement de ta mère !

      Proverbes 3

      13 Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse et l'homme qui possède l'intelligence !

      Proverbes 8

      1 La sagesse ne crie-t-elle pas ? L'intelligence ne parle-t-elle pas tout haut ?
      2 C'est au sommet des hauteurs dominant la route, c'est à la croisée des chemins qu'elle se place.
      3 A côté des portes, à l’entrée de la ville, à l'intérieur des portes, elle crie :
      4 « Hommes, c'est vous que j'appelle, et ma voix s'adresse aux êtres humains.
      5 Vous qui manquez d’expérience, apprenez le discernement ! Vous qui êtes stupides, apprenez le bon sens !
      6 Ecoutez, car ce que je dis est capital et j’ouvre mes lèvres avec droiture.
      7 Oui, c'est la vérité que ma bouche proclame et mes lèvres ont horreur de la méchanceté.
      8 Toutes les paroles de ma bouche sont justes, elles ne contiennent rien qui soit faux ou perverti.
      9 Toutes sont exactes pour celui qui est intelligent, et droites pour ceux qui ont trouvé la connaissance.
      10 Préférez mes instructions à l'argent, et la connaissance à l'or le plus précieux !
      11 En effet, la sagesse vaut mieux que les perles, elle a plus de valeur que tout ce qu’on pourrait désirer.
      12 » Moi, la sagesse, j’habite le discernement et je possède l’art de la réflexion.
      13 Craindre l'Eternel, c'est détester le mal. L'arrogance, l'orgueil, la voie du mal et la bouche perverse, voilà ce que je déteste.
      14 » C’est à moi qu’appartiennent le conseil et le succès. Je suis l'intelligence, la puissance m’appartient.
      15 Par moi les rois règnent et les dirigeants ordonnent ce qui est juste,
      16 par moi gouvernent les chefs, les grands, tous les juges de la terre.
      17 » J'aime ceux qui m'aiment, et ceux qui me cherchent me trouvent.
      18 Avec moi sont la richesse et la gloire, les valeurs élevées et la justice.
      19 Mon fruit est meilleur que l'or, que l'or pur, et le profit qu'on tire de moi est préférable à l'argent.
      20 Je marche sur le chemin de la justice, au milieu des sentiers du droit,
      21 pour donner des biens en héritage à ceux qui m'aiment et pour remplir leurs trésors.
      22 » L'Eternel me possédait au commencement de son activité, avant ses œuvres les plus anciennes.
      23 J'ai été établie depuis l'éternité, dès le début, avant même que la terre existe.
      24 » J'ai été mise au monde quand il n'y avait pas de mer, pas de source chargée d'eau.
      25 Avant que les montagnes ne soient formées, avant que les collines n’existent, j'ai été mise au monde.
      26 Il n'avait encore fait ni la terre, ni les campagnes, ni le premier grain de poussière du monde.
      27 » Lorsqu'il a disposé le ciel, j'étais là ; lorsqu'il a tracé un cercle à la surface de l'abîme,
      28 lorsqu'il a placé les nuages en haut et que les sources de l'abîme ont jailli avec force,
      29 lorsqu'il a fixé une limite à la mer pour que l’eau n'en franchisse pas les bords, lorsqu'il a tracé les fondations de la terre,
      30 j'étais à l'œuvre à ses côtés. Je faisais tous les jours son plaisir, jouant constamment devant lui,
      31 jouant dans le monde, sur sa terre, et trouvant mon plaisir parmi les hommes.
      32 » Et maintenant, mes fils, écoutez-moi ! Heureux ceux qui persévèrent dans mes voies !
      33 Ecoutez l'instruction pour devenir sages, ne la négligez pas !
      34 Heureux l'homme qui m'écoute, qui veille chaque jour sur mes portes et qui garde l'entrée de ma maison !
      35 » En effet, celui qui me trouve a trouvé la vie, il a obtenu la faveur de l'Eternel.
      36 En revanche, celui qui pèche contre moi se fait du tort à lui-même. Tous ceux qui me détestent aiment la mort. »

      Proverbes 10

      1 Proverbes de Salomon. Un fils sage fait la joie d'un père, et un fils stupide le chagrin de sa mère.
      2 Les trésors acquis par la méchanceté ne sont d’aucun profit, mais la justice délivre de la mort.
      3 L'Eternel ne laisse pas le juste souffrir de la faim, mais il repousse l'avidité des méchants.
      4 Celui qui agit avec nonchalance s'appauvrit, mais la main des personnes actives est source de richesse.
      5 Celui qui moissonne pendant l'été est un fils avisé, celui qui dort pendant la moisson est un fils qui fait honte.
      6 Les bénédictions reposent sur la tête du juste, mais la violence accompagne tout ce que disent les méchants.
      7 Le souvenir du juste est en bénédiction, tandis que le nom des méchants tombe en pourriture.
      8 L'homme au cœur sage fait bon accueil aux commandements, mais celui qui parle comme un fou court à sa perte.
      9 Celui qui marche dans l'intégrité marche en sécurité, mais celui qui emprunte des voies tortueuses sera découvert.
      10 Celui qui cligne de l'œil est cause de souffrance, et celui qui parle comme un fou court à sa perte.
      11 La bouche du juste est une source de vie, mais la violence accompagne tout ce que disent les méchants.
      12 La haine fait surgir des conflits, alors que *l'amour couvre toutes les fautes.
      13 On trouve la sagesse sur les lèvres de l'homme intelligent, mais le bâton sur le dos de celui qui est dépourvu de bon sens.
      14 Les sages retiennent la connaissance, mais quand un fou parle, la ruine est proche.
      15 La fortune du riche est sa ville fortifiée, mais ce qui fait la ruine des faibles, c’est leur pauvreté.
      16 Le salaire du juste sert à la vie, le revenu du méchant sert au péché.
      17 Celui qui garde l’instruction prend le chemin de la vie, mais celui qui délaisse l'avertissement s'égare.
      18 Celui qui dissimule de la haine a des lèvres menteuses, et celui qui propage des racontars est stupide.
      19 Celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher, mais celui qui met un frein à ses lèvres est un homme avisé.
      20 La langue du juste est un argent affiné, mais le cœur des méchants ne vaut pas grand-chose.
      21 Par ses lèvres, le juste est le berger d’un grand nombre, tandis que les fous meurent par manque de bon sens.
      22 C'est la bénédiction de l'Eternel qui enrichit, et il ne la fait suivre d'aucun chagrin.
      23 Commettre le crime paraît un jeu à l’homme stupide, mais la sagesse appartient à l'homme intelligent.
Afficher tous les 405 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Valider