Dictionnaire Biblique de Top Bible

ZACHARIE (livre de)

Ce livre se compose de deux parties, dont la différence éclate à la première lecture. Dans la première (1-8), le prophète est lui-même en scène, et des dates rattachent son activité à l'histoire. Dans la seconde (9-14), le nom de Zacharie ne paraît plus. Il faut donc étudier séparément les deux parties du livre.

l re PARTIE Zacharie 1-8.

CONTENU. La suscription du livre fournit la date d'octobre-novembre 520 (Za 1:1). Le prophète fait ensuite entendre un appel à la conversion (Za 1:2,6), fondé sur l'expérience des pères qui fut désastreuse par leur refus d'écouter l'Éternel. Cette introduction au message du prophète attire l'attention sur la réalisation, dans l'histoire, de la volonté de Dieu proclamée par les prophètes.

Les desseins providentiels de Dieu sont présentés dans une série de huit visions, datées de trois mois après le début du livre (Za 1:7). 1ere vision : les chevaux et les cavaliers (Za 1:8-17). Des cavaliers viennent de parcourir la terre et annoncent à l'ange de l'Éternel que tout est en repos (Za 1:11). L'ange demande à l'Éternel quand il aura pitié de Jérusalem, contre laquelle il est irrité depuis soixante-dix ans (Za 1:12). La consolation est annoncée par la promesse de la reconstruction du Temple (Za 1:16). 2e vision : les quatre cornes et les quatre forgerons (1:18,21, Heb 2:1,4). Les cornes qui ont dispersé Juda, Israël, Jérusalem vont être abattues par les forgerons. 3e vision : l'homme au cordeau (Za 2:1-13, Heb 2:5,17). Un arpenteur va mesurer Jérusalem, mais un ange l'en empêche en annonçant que Jérusalem sera une ville ouverte dont l'Éternel sera le rempart (Za 2:4 et suivant). Les captifs doivent quitter Babylone (Za 2:6 et suivant) ; l'Éternel va prendre sa revanche sur les ennemis de Jérusalem (Za 2:8 et suivant) et reviendra habiter dans sa ville sainte (Za 2:10). Beaucoup de nations deviendront le peuple de l'Éternel (Za 2:11), mais Juda sera son préféré (Za 2:12). 4e vision : réhabilitation du grand-prêtre (Za 3:1-10 4:6-10). Accusé par Satan, le grand-prêtre Josué est défendu par l'Éternel. Les vêtements sales du grand-prêtre sont remplacés par des vêtements d'apparat. Ainsi réhabilité, le grand-prêtre est le gardien des parvis de l'Éternel ; le Temple sera achevé par Zorobabel. 5e vision : le candélabre et les deux oliviers (Za 4:1-5,10-14). L'Éternel veille sur toute la terre et il a deux oints pour le représenter. 6e vision : le rouleau volant (Za 5:1,4). La malédiction de l'Éternel atteint tous les voleurs et les parjures dans le pays. 7e vision : la femme dans l'épha (Za 5:5-11). L'iniquité du peuple est transportée dans le pays de Sinéar. 8e vision : les quatre chars (Za 6:1,8). La punition divine est apportée au Pays du Nord (sans doute les ennemis d'Israël).

Après ces visions vient le récit de l'acte symbolique accompli par le prophète. Il a été invité à confectionner une couronne avec l'or et l'argent apportés de Babylone, et à la poser sur la tête de Josué, le grand-prêtre (Za 6:9,12). Le prophète doit annoncer en même temps la reconstruction du Temple par le moyen de celui qui est appelé « Germe » (Za 6:12), à la fois prêtre et roi (Za 6:13). La couronne sera conservée dans le Temple (Za 6:14). Le récit s'achève en mentionnant qu'on viendra de loin pour travailler au Temple, preuve que l'Éternel a bien envoyé le prophète ; tout se réalisera si le peuple est attentif à la voix de l'Éternel (Za 6:15).

Une nouvelle date, fin de 518, est donnée Za 7:1. Il s'agit d'une consultation à propos du maintien des jours de jeûne et de deuil (Za 7:2 et suivant). Zacharie donne la réponse au nom de l'Éternel. Le jeûne vaut pour les Israélites, non pour Dieu (Za 7:4,7). L'Éternel avait demandé la justice (Za 7:8,10), mais il n'a pas été obéi (Za 7 et suivant) ; alors l'Éternel n'écouta plus son peuple et le dispersa (Za 7:13 et suivant). Mais l'Éternel revient à Sion par amour (Za 8:1-3). Sa présence sera une bénédiction de paix (Za 8:4-6) ; Dieu va ramener son peuple (Za 8:7 et suivant). Le pays sera béni à cause du Temple reconstruit (Za 8:9,13). Dieu veut du bien à Jérusalem (Za 8 et suivant) ; que le peuple pratique la justice (Za 8:16 et suivant). Le jeûne doit faire place à la joie (Za 8:18 et suivant). Les peuples rechercheront l'Éternel à Jérusalem (Za 8:20,22), car ils auront appris que l'Éternel est avec les Juifs (Za 8:23).

AUTEUR. Le livre contient le message du prophète Zacharie dont l'activité, de 520 à 518, est contemporaine de celle du prophète Aggée. (cf. Esd 5:1, Ag 1:1 2:10) Zacharie appartenait à une famille sacerdotale. Sa généalogie est quelque peu obscure. Nous lisons dans Esd 5:1 6:14 : « Zacharie fils d'Iddo », et dans Zach, 1:1: « Zacharie fils de Barachie, fils d'Iddo ». Nous connaissons un autre Zacharie fils de Barachie (Esa 8:2). Il est possible qu'une confusion ait été faite. Dans Ne 12:16, un Zacharie est chef de la famille d'Iddo. On pourrait penser que la mention appliquée à Zacharie devait marquer son appartenance au clergé. Mais cette incertitude sur ses ascendants ne laisse aucun doute sur l'auteur du livre de Zacharie.

VALEUR LITTERAIRE ET RELIGIEUSE. L'époque de Zacharie nous est bien connue. C'est celle de l'achèvement du second Temple. Les exilés réinstallés à Jérusalem dressèrent tout de suite un autel (Esd 3:2,6) ; les fondements du Temple furent posés (Esd 3:9,13), mais la construction fut interrompue par les ennemis des Juifs (Esd 4:24). On ne se remit à l'oeuvre qu'en 520, à l'instigation des prophètes Aggée et Zacharie. Pour relever les courages défaillants, ils annoncent que des bénédictions suivront l'achèvement du Temple. Les circonstances paraissent favorables. Darius I er, fils d'Hystaspe, recueille la succession de Cambyse en 521 ; mais la révolte contre le nouveau roi éclate à la fois en Susiane et en Babylonie. Darius I er n'aura affermi son autorité que dans le courant de 519. La Palestine restée à l'écart des troubles politiques n'attire pas l'attention du roi. Aggée et Zacharie poussent Zorobabel à la reprise des travaux, saluant en lui le descendant de David.

Du point de vue religieux, l'oeuvre de Zacharie garde toute sa valeur. Elle correspondait exactement aux besoins de l'heure.

Au point de vue littéraire, Zacharie est un chaînon entre la prophétie classique et l'apocalyptique. Il a subi l'influence littéraire et religieuse d'Ézéchiel. Les visions sont encore relativement simples, leur symbolisme est transparent. Ce qui étonne, c'est leur nombre ; on sent déjà le procédé littéraire. Le style est très lourd dans les formules d'introduction qui rattachent les visions les unes aux autres. Le texte a souffert en plusieurs endroits. Il semble bien, en particulier, que dans 6:9, 12 il y a eu une intervention ultérieure pour attribuer la couronne au grand-prêtre. L'embarras du texte se comprendrait bien, si primitivement Zorobabel avait été salué comme le Messie ; le démenti des faits et la prééminence du grand-prêtre dans la communauté israélite auraient amené le changement dans le texte de Zacharie (voir Zorobabel).

Zacharie en appelle à l'autorité des anciens prophètes (Za 1:4 7:12) ; il leur emprunte l'idéal de justice réclamé par l'Éternel (Za 7:9) et l'affirmation de l'amour de l'Éternel pour Sion (Za 8:2 et suivant). Mais il s'en distingue par la valeur qu'il accorde au culte et au Temple, et dont témoigne la 4 e vision, la réhabilitation du grand-prêtre (Za 3:1-10 4:10-14).

Pour comprendre le livre de Zacharie, il faut tenir compte de la fiction littéraire qu'il emploie. Toute la série des visions doit encourager les Juifs à reconstruire le Temple ; il faut leur montrer que l'Éternel est fidèle et que sa volonté s'est réalisée. Zacharie expose une philosophie de l'histoire et l'appuie sur l'intuition morale et religieuse des prophètes qui l'ont précédé. Le refus d'obéir à l'Éternel, de pratiquer la justice a été la cause du châtiment annoncé et subi : l'incrédulité des pères, condamnée par les enseignements de l'histoire, doit servir d'avertissement aux Juifs revenus de l'exil. Après cette dure expérience, le peuple doit être plus enclin à écouter l'Éternel, qui envoie les prophètes pour exhorter à la reconstruction du Temple. Les promesses de Dieu se réaliseront par sa présence dans sa maison (Za 8:3). L'alliance entre l'Éternel et le peuple sera renouvelée dans la vérité et la justice (Za 8:8).

Les perspectives d'avenir qui couronnent le message du prophète sont dans la ligne du messianisme prophétique : le peuple fidèle sera une source de bénédictions pour les nations (Za 8 13,21-23).

2 e partie. Zacharie 9-14.

CONTENU. Ces chapitres comprennent plusieurs morceaux distincts : on trouve dans Za 9:1 et Za 12:1 une formule d'introduction comparable à Mal 1:1.

Le premier fragment (Za 9:1-11:17 13:7,9) se divise en deux sections.

D'abord une série de tableaux se rapportent au règne messianique. Les peuples voisins de Juda seront châtiés, et le pays où doit régner l'Éternel est conquis (Za 9:1,7). La défense de Jérusalem sera assurée par Dieu (Za 9:8). Jérusalem doit accueillir avec des transports de joie son roi pacifique (Za 9:9 et suivant). L'Éternel ramènera les captifs (9 : et suivant) après avoir vaincu les ennemis (Za 9:13-16). Les bénédictions divines enrichiront la terre (Za 9:17-10:1).

La seconde section doit être rétablie en modifiant un peu l'ordre actuel du texte ; c'est l'opposition entre les malheurs passés et le brillant avenir réservé au peuple. L'idolâtrie a été la cause de la dispersion (Za 10:2,3), et la ruine a atteint tout le pays (Za 11:1,3). Le peuple est représenté sous l'image d'un troupeau destiné à la boucherie (Za 11:4 et suivant), abandonné par Dieu (Za 11:6). L'alliance d'autrefois est rompue (Za 11:7-11), et l'Éternel est méprisé (Za 11:12,14). Un mauvais berger mènera le peuple à la ruine (Za 11:15 et suivant) ; et il sera puni (Za 11:17 13:7). Le troupeau sera éprouvé et purifié pour redevenir le peuple de l'Éternel (Za 13:8 et suivant). L'Éternel comblera de ses bénédictions Juda et Ephraïm rassemblés (Za 10:3-10). Le retour en Palestine renouvellera les prodiges du passage de la mer Rouge (10 : et suivant).

Le second fragment se compose aussi de deux morceaux parallèles annonçant le triomphe d'Israël dans le royaume messianique.

Les nations se dresseront vainement contre Jérusalem (Za 12:1,3) ; elles seront mises en déroute par l'Éternel (Za 12:4). Juda deviendra le conquérant des pays voisins (Za 12:6 et suivant). L'Éternel sera lui-même le rempart de la ville (Za 12:8) et détruira ses ennemis (Za 12:9). Le peuple recevra un esprit de prière qui tournera ses regards vers l'Éternel qu'il a transpercé (Za 12:10) ; la repentance du peuple se manifestera par un grand deuil (Za 12:11,14). Une source purificatrice jaillira à Jérusalem (Za 13:1) ; les idoles et les faux prophètes seront anéantis (Za 13:3-6).

Le Jour de l'Éternel est présenté dans un second tableau (Za 14:1). Jérusalem sera assiégée et prise, la moitié des habitants partiront en captivité (Za 14:3). Alors l'Éternel sortira et combattra victorieusement, la terre sera ébranlée et le mont des Oliviers se fendra (Za 14:3-5). Ce sera le Jour de l'Éternel, jour unique (Za 14:6 et suivant). Des eaux vives sortiront de Jérusalem (Za 14:8). L'Éternel seul sera Roi de toute la terre (Za 14:9). Jérusalem sera désormais tranquille (Za 14:10 et suivant). Les ennemis seront frappés de plaies redoutables (Za 14:12,15). Les ennemis survivants se convertiront (Za 14:16,19). Jérusalem sera la ville parfaitement sainte (Za 14:20 et suivant).

AUTEUR. Ces chapitres posent une série de problèmes délicats. Non seulement nous ne trouvons aucune des indications historiques qui ont permis d'attribuer Za 1-8 au prophète de la Restauration, mais encore nous voyons Mt 27:9 et suivant attribuer le passage Za 11:12 et suivant à Jérémie. On a pensé que la tradition avait attribué à Za 9-14 diverses places dans le canon. On a cherché à quelles circonstances historiques pouvait convenir le message de ces chapitres. Les résultats très différents obtenus par les critiques ne permettent qu'une opinion sans certitude.

On a supposé d'abord, à la suite d'Ewald, que l'auteur vivait avant l'exil, et on a pensé au Zacharie de Esa 8:2 ; ainsi s'expliquerait la réunion des oeuvres différentes sous un même nom. En effet, Za 9-11 13:7,9 ont en vue la captivité de Babylone et le retour du peuple. Il est plus difficile de placer dans l'histoire les deux récits de Zac 12-13 et Za 14 qui concernent le règne messianique et présentent deux fois le siège de Jérusalem avec cette différence importante que la ville n'est pas prise dans Za 12:2, et qu'elle est livrée aux horreurs du pillage dans Za 14:2. L'auteur s'est-il contredit, ou annonce-t-il deux événements différents ? N'est-ce pas l'oeuvre de deux auteurs ?

A la suite des travaux de Stade, le plus grand nombre des critiques placent Za 9-14 après l'exil. sans que l'unanimité soit faite, ni sur la date, ni sur l'unité d'auteur. En particulier, la mention de la Grèce dans Za 9:13 (les fils de Javan) a fait penser que l'auteur vivait à l'époque où la Grèce était avec Alexandre le Grand la grande puissance du monde antique. Cette seule et brève mention ne paraît pas d'une importance décisive, car van Hoonacker a bien montré que le texte de ce verset est meilleur au point de vue de la pensée et de la métrique si ces mots (contre tes fils, Javan) sont une glose, introduite peut-être à l'époque des Macchabées.

La première partie de Zacharie a montré le prophète prenant son point de vue très en arrière dans le passé pour tirer de l'histoire des encouragements à reconstruire le Temple : les délivrances expérimentées doivent donner du crédit aux délivrances annoncées. Le même procédé littéraire est mis en oeuvre dans Za 9-11 13:7,9 ; le prophète recherche les causes de l'exil et se sert de ces leçons pour annoncer la victoire d'Israël. Il est difficile de dire si le Roi pacifique n'a pas désigné, dans l'esprit de l'auteur, Zorobabel, qui a disparu mystérieusement de l'histoire à partir de 518. On peut penser que ces chapitres conviennent à la situation de la Restauration, d'après les espérances qu'Aggée et Zacharie ont mises en Zorobabel. Le passage obscur de Za 11:8 (les trois pasteurs enlevés en un seul mois) a excité la sagacité des critiques pour leur identification avec des personnages historiques. Nous adoptons l'hypothèse de van Hoonacker qui, notant les liens de Za 1 ; avec Jer 22 Jer 23, y reconnaît les rois de Juda Joachaz (Sallum), Jéhojakim, Jéhojakin ; le pasteur mauvais de Za 11:17 13:7,9 serait Sédécias.

Les contacts littéraires que l'on peut signaler entre Za 9-11 13:7,9 et la première partie (cf. Za 9:8, renvoyant à Za 4:10 et Za 7:14), l'identité des procédés littéraires et l'utilisation des prophètes antérieurs sont des arguments sérieux pour attribuer au prophète Zacharie ce fragment de la seconde partie du livre.

Restent les chap. 12-14, où il est difficile de lever la contradiction signalée entre Za 12:2 et Za 14:2. On peut se demander si nous n'avons pas là des développements anonymes qui auraient été inspirés par la guerre mentionnée Za 9:13. Il est impossible de démontrer que l'auteur est le même que celui du premier fragment, malgré des contacts littéraires comme Za 2:9 et Za 12:8, et à cause de la différence des sujets traités.

Nous retenons la correction de van Hoonacker sur Za 12:11. Après avoir remarqué que les LXX ont « Rimmon » au lieu de « Hadadrimmon », il y voit une allusion au rocher où les Benjamites se sont réfugiés (Jug 20:45-47 21:13) dans la vallée de « Migron » (1Sa 14:2).

VALEUR LITTERAIRE ET RELIGIEUSE. La seconde partie de Zacharie laisse une impression poétique. Mais, à y regarder de près, ce n'est pas un premier jet. L'auteur puise à pleines mains dans les formules de ses devanciers : il appartient à une époque où les prophètes classiques alimentent la pensée et la piété.

Les idées religieuses ne sont pas originales ; on les retrouve en particulier chez Ésaïe, Jérémie, Ézéchiel. L'accent est mis sur la sainteté rituelle (Za 14:20 et suivant) et le mépris des prophètes (Za 13:4,6). Bien que la réalisation de cet idéal soit renvoyée à l'ère messianique, ce sont des tendances de l'époque postexilique.

Le N.T. nous présente, dans la vie de Jésus, plusieurs réalisations des prophéties de ces chapitres : Mt 21:5, l'entrée de Jésus à Jérusalem, combine Za 9:9 et Esa 62:11-Mt 27:9 et suivant, le prix payé à Judas pour sa trahison, cite Za 9:11 Matthieu 26:31 est le rappel par Jésus de Za 13:7-Jn 19:37 renvoie à Za 12:10, qui dépend sans doute de Esa 53.

J.R.

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Les différentes versions
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Versets relatifs

Afficher tous les 8147 versets relatifs
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Bethléem Batiment C Tant qu'on est là
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...