Matthieu 22

    • La parabole du grand repas de mariage

      1 Jésus continua à leur parler au moyen de paraboles. Il leur dit :
      —

      2 Il en va du règne des cieux comme d’un roi qui veut célébrer les noces de son fils. Il organise un festin

      3 et envoie ses serviteurs convier les invités aux noces. Mais ceux-ci refusent de venir.

      4 Alors, il envoie d’autres serviteurs pour insister de sa part auprès des invités : — Dites-leur : « J’ai préparé mon banquet, j’ai fait tuer mes jeunes taureaux et mes plus belles bêtes. Tout est prêt. Venez donc aux noces ! ».

      5 Mais cela les laisse parfaitement indifférents et, sans se soucier de l’invitation, ils s’en vont, l’un à son champ, l’autre à ses affaires.

      6 D’autres encore s’emparent des serviteurs, les maltraitent et, finalement, les massacrent.

      7 Quand le roi l’apprend, il devient furieux. Il donne à ses troupes l’ordre d’exterminer ces assassins et de mettre le feu à leur ville.

      8 Ensuite, il dit à ses serviteurs : — Le repas de noces est prêt, mais ceux que j’avais invités n’étaient pas dignes de venir.

      9 Allez donc sur les places d’où partent les rues principales, parcourez les chemins et invitez au festin des noces tous ceux que vous trouverez.

      10 Alors, les serviteurs s’en vont par les routes et rassemblent tous ceux qu’ils rencontrent, mauvais et bons, de sorte que la salle de fête se remplit de monde.

      11 Le roi entre pour examiner l’assistance. Il aperçoit là un homme qui n’a pas d’habit de noces : —

      12 Mon ami, lui demande-t-il, comment as-tu pu entrer ici sans être habillé comme il convient pour un mariage ? L’autre ne trouve rien à répondre.

      13 Alors, le roi dit aux gens de service : — Prenez-le et jetez-le pieds et poings liés dans les ténèbres de dehors où il y a des lamentations et d’amers regrets.

      14 Car beaucoup sont invités, mais ceux qui sont admis sont peu nombreux.

      L'impôt payé à l'empereur

      15 Alors, les pharisiens s’éloignèrent et discutèrent entre eux pour trouver une question qu’ils pourraient poser à Jésus afin de le prendre au piège par ses propres paroles.

      16 Ils lui envoyèrent donc quelques-uns de leurs adeptes accompagnés de gens du parti d’Hérode. Ces émissaires l’abordèrent en disant : — Maître, nous savons que tu es franc et sincère, et que tu enseignes en toute vérité comment il faut vivre selon la volonté de Dieu. Tu n’as peur de personne et tu ne t’inquiètes pas de ce que les autres en pensent, car tu ne regardes pas à la position sociale des gens.

      17 Dis-nous donc ce que tu penses de ceci : a-t-on, oui ou non, le droit (d’après notre loi) de payer des impôts à César ?

      18 Mais Jésus, pénétrant leur ruse, leur lança : — Espèces d’hypocrites ! Pourquoi essayez-vous de me prendre au piège ?

      19 Montrez-moi une pièce avec laquelle vous payez cet impôt. Ils lui présentèrent une pièce d’argent.

      20 Alors, il leur demanda : — Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? —

      21 De César. Et Jésus leur répondit : — Rendez donc à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui revient à Dieu.

      22 En entendant cette réponse, ils en restèrent tout déconcertés et, laissant là Jésus, ils se retirèrent.

      Une question sur la résurrection des morts

      23 Ce même jour, il fut abordé par des sadducéens, ceux qui prétendent que les morts ne ressuscitent pas. Ils vinrent lui poser la question suivante : —

      24 Maître, Moïse a ordonné : Si quelqu’un meurt sans avoir d’enfant, son frère devra épouser la veuve, pour donner une descendance au défunt.

      25 Or, il y avait parmi nous sept frères. Le premier s’est marié, puis il est mort sans descendance. Il a donc laissé sa veuve à son frère.

      26 Celui-ci mourut à son tour sans laisser d’enfant. De même le troisième, et ainsi de suite jusqu’au septième.

      27 En fin de compte, la femme mourut Ă  son tour.

      28 Comment les choses se passeront-elles donc lorsque les morts ressusciteront ? Puisque tous les sept l’ont eue pour femme, auquel d’entre eux appartiendra-t-elle ?

      29 Jésus leur répondit : — Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne connaissez pas les Écritures et que vous ne comprenez pas quelle est la puissance de Dieu.

      30 En effet, après être ressuscités, les hommes et les femmes ne se marieront plus : ils vivront comme les anges dans le ciel.

      31 Pour ce qui est de la résurrection des morts, n’avez-vous donc jamais lu cette parole dans laquelle Dieu déclare :

      32 Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ? Serait-il un Dieu des morts ? Non, il est le Dieu de ceux qui vivent.

      33 Tous ceux qui l’avaient entendu restaient profondément impressionnés par son enseignement.

      Le commandement le plus important

      34 En apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, les pharisiens se rassemblèrent autour de lui.

      35 L’un d’entre eux, un docteur de la loi, voulut lui tendre un piège. Il lui demanda : —

      36 Maître, quel est, dans la loi, le commandement le plus important ?

      37 Jésus lui répondit : — Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée,

      38 c’est là le plus grand commandement et le plus important.

      39 Mais il y en a un second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

      40 Tout ce qu’enseignent la loi et les prophètes se résume dans ces deux commandements.

      Le Messie et David

      41 Comme les pharisiens se trouvaient rassemblés là, Jésus les interrogea à son tour : —

      42 Quelle est votre opinion au sujet du Messie ? D’après vous, de qui descend-il ? — De David, lui répondirent-ils. —

      43 Alors, comment se fait-il que David, parlant sous l’inspiration de l’Esprit de Dieu, l’appelle Seigneur ? En effet, il dit bien :

      44 Le Seigneur (Dieu) a dit à mon Seigneur :
      Assieds-toi à ma droite pour régner avec moi,
      jusqu’à ce que j’aie soumis tes ennemis
      et qu’ils soient comme un escabeau sous tes pieds.

      45 Si donc David l’appelle son Seigneur, comment est-il possible que ce soit son descendant ?

      46 Personne ne fut capable de lui donner un mot de réponse et, à partir de ce jour-là, personne n’osa plus engager de débat avec lui.
  • versets sĂ©lectionnĂ©s
  • VidĂ©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • HĂ©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aimĂ© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.