TopCartes x PLM collab

Nombres 32

    • 1

      1 à 5 Demande des tribus de Ruben et de Gad.

      De grands troupeaux. Ils les avaient amen√©s d'Egypte (Exode 12.38) et les avaient augment√©s sans doute par les prises faites sur les peuples vaincus. Il est possible que les deux tribus eussent jou√© un r√īle pr√©pond√©rant dans la conqu√™te du pays et re√ßu une part plus consid√©rable de troupeaux comme butin, comme nous pouvons constater que ce fut le cas pour la demi-tribu de Manass√© (comparez verset 39). Sur l'apparence de contradiction entre l'abondance de bestiaux ici mentionn√©e et 12.4, voir √† ce passage, note.

      Jaézer ; voir 21.32.

      Galaad : nom g√©ographique tr√®s √©lastique qui d√©signe parfois tout le territoire qu'occupaient les royaumes des deux rois Amorrh√©ens au del√† du Jourdain, depuis l'Arnon (au sud), qui se jette dans la mer Morte, jusqu'au Mandour (au nord), qui se jette dans le Jourdain un peu au-dessous de la mer de Galil√©e. Parfois aussi le nom de Galaad s'applique sp√©cialement aux contr√©es situ√©es imm√©diatement au nord et au sud du Jabbok qui traverse ce pays de l'Est √† l'Ouest. C'est une r√©gion extr√™mement riche en vastes p√Ęturages, en magnifiques for√™ts de ch√™nes et en fertiles terres labourables. On l'a appel√©e le paradis des nomades. L'on ne peut donc s'√©tonner de la demande des tribus qui paraissent avoir √©t√© particuli√®rement riches en b√©tail. Ce pays est aujourd'hui rempli de ruines qui attestent sa riche population d'autrefois.

      5

      Cette demande √©tait entach√©e d'un sentiment d'√©go√Įsme dont probablement ceux qui l'adressaient ne se rendaient pas compte. C'est ce qui motive la r√©ponse s√©v√®re de Mo√Įse.

      6

      6 √† 15 R√©primande de Mo√Įse.

      7

      Le reste du peuple pouvait aisément perdre courage en se voyant privé d'une partie si considérable de sa force matérielle à la veille de la guerre nouvelle qu'il s'agissait d'entreprendre. Un mécontentement jaloux pouvait aussi s'emparer d'eux, en voyant leurs frères s'établir paisiblement dans le pays qu'ils venaient de conquérir tous ensemble, tandis qu'eux-mêmes allaient courir à de nouveaux dangers.

      8

      Ainsi firent vos p√®res. Ceux qui ne craignent pas d'exercer aujourd'hui une influence si d√©courageante sur leurs fr√®res, jouent, le m√™me r√īle que les espions quarante ans auparavant (chapitres 13 et 14).

      Kadès-Barnéa : voir note en fin de chapitre 10.

      9

      Jusqu'à la vallée d'Escol. Ce fut dans cette partie du pays que les espions rencontrèrent les Anakim, dont la mention remplit le peuple d'effroi. Voir 13.24, note.

      12

      Le Kénizien : voir Genèse 15.19, note.

      14

      Vous venez remplacer vos p√®res : vos p√®res n'ont pas plut√īt √©t√© emport√©s par le ch√Ętiment de Dieu que vous vous h√Ętez de les remplacer pour p√©cher et √™tre consum√©s comme eux.

      15

      Il continuera de le laisser au d√©sert. Dieu ne voudra pas davantage aujourd'hui introduire en Canaan un peuple incr√©dule et d√©courag√©, qu'il ne l'a voulu autrefois¬†; et, priv√© de son secours, Isra√ęl sera infailliblement refoul√© au d√©sert d'o√Ļ il vient de sortir et o√Ļ il p√©rira.

      16

      16 à 27 Explications des Gadites et des Rubénites.

      Parcs √† brebis : enclos entour√©s de murs faits de pierres s√®ches et √† hauteur d'homme, o√Ļ l'on enfermait le b√©tail pendant la nuit.

      Nous b√Ętirons... des villes : ils rel√®veront les villes prises √† l'ennemi Deut√©ronome 3.19.

      17

      Devant les fils d'Isra√ęl. Bien loin de rester en arri√®re, ils vont faire en toute h√Ęte les pr√©paratifs dont ils ont parl√© au verset 16¬†; ce travail achev√©, ils tiendront m√™me √† honneur de former l'avant-garde de l'arm√©e (Deut√©ronome 3.18¬†; Josu√© 1.14¬†; 4.12. Il est √©vident qu'en agissant ainsi, ils ne comptent pas laisser leurs familles √† la merci des peuples environnants. Voir au verset 24. Les reproches s√©v√®res de Mo√Įse les ont √† la fois humili√©s et stimul√©s.

      19

      Nous ne posséderons rien... : Notre participation à la conquête ne nous donnera aucun droit à réclamer une possession dans le pays de Canaan proprement dit.

      De l'autre c√īt√© du Jourdain, √† l'orient. Cette expression : m√©√©ber : de l'autre c√īt√©, signifie proprement : en passant de l'autre c√īt√© du Jourdain. Elle est employ√©e, qu'il s'agisse de passer de l'Est √† l'Ouest ou de l'Ouest √† l'Est. Et pr√©cis√©ment √† cause de ce double sens est ajout√© le mot : √† l'orient, pour bien faire comprendre que ce terme est employ√© ici au point de vue du peuple, une fois qu'il sera √©tabli dans le pays de Canaan.

      20

      Devant l'Eternel : sous les yeux de l'Eternel comme chef de l'armée. Faut-il voir ici une allusion à la présence de l'arche au milieu de l'armée ?

      21

      Tout homme √©quip√©, litt√©ralement : tout homme dont les reins sont ceints, c'est-√†-dire tout homme alerte, tout guerrier de l'√©lite, en opposition √† ceux qui ne sont plus ou ne sont pas encore dans l'√Ęge de la plus grande force. Nous savons, en effet, par Josu√© 4.13, que quarante mille hommes seulement de ces deux tribus et demie pass√®rent le Jourdain, tandis qu'en additionnant les chiffres de Nombres 26.7,18,34, nous arrivons pour ces deux tribus et demie √† un total d'environ cent dix mille combattants. Il en restait donc soixante-dix mille pour garder les familles et les troupeaux.

      D'entre vous, littéralement : pour vous ; pour faire ainsi le service à la place de vous tous.

      22

      Vous serez quittes : opposé à l'expression : Votre péché vous atteindra, verset 23.

      28

      28 à 33 L'accord conclu.

      A El√©azar. Mo√Įse sait qu'il ne sera plus l√† pour v√©rifier l'ex√©cution de l'arrangement¬†; c'est pourquoi il en inculque ainsi la teneur aux chefs du peuple.

      29

      29 √† 30. Une fois que l'attachement de ces deux tribus √† l'ensemble du peuple est affirm√© par leur participation √† la conqu√™te de Canaan, Mo√Įse peut consentir √† l'esp√®ce de s√©paration ext√©rieure qui va se faire entr'elles et les autres tribus. Mais si elles se refusent √† l'accomplissement de cette condition, il doit exiger d'elles qu'elles passent le Jourdain avec tout le peuple et s'√©tablissent avec lui dans la terre de Canaan. Si l'on y r√©fl√©chit, on comprend bien le motif qui fait ainsi parler Mo√Įse : une forte coh√©sion int√©rieure pourra seule pr√©venir les dangers de la s√©paration ext√©rieure.

      33

      La moiti√© de la tribu de Manass√©. C'est la premi√®re mention qui soit faite de cette demi-tribu dans notre r√©cit, o√Ļ il n'avait √©t√© question jusqu'ici que de Gad et de Ruben. Le livre de Josu√© nous la montre aussi jointe constamment aux Rub√©nites et aux Gadites. Nous ignorons quand elle s'est associ√©e √† la demande faite par ceux-ci √† Mo√Įse. Voir versets 39 √† 42.

      Sihon et Og : voir 21.21-35.

      34

      34 à 42. Prise de possession du pays transjordanien.

      34 √† 38 Il ne s'agit pas encore ici de la prise de possession de la contr√©e par ces tribus mais seulement de la reconstruction des villes, dont il a √©t√© parl√© verset 16. Les Gadites reb√Ętirent Dibon (21.30) et Aro√ęr, aujourd'hui Ara√Įr, tout √† fait au sud, pr√®s de l'Arnon¬†; Ataroth, au nord-ouest, au pied des monts Abarim¬†; puis tout √† fait au nord, pr√®s de Rabbath-Ammon, Ja√©zer (21.34) et Jogb√©ha, aujourd'hui Djab√©hat¬†; enfin, √† l'ouest, dans la plaine du Jourdain. Beth-Nimra, la Nimra du verset 3 (aujourd'hui un monceau de ruines nomm√©es Nimrin), et Beth-Haran. Atroth-Nophan, inconnue.

      Les Rub√©nites reb√Ętirent Hesbon (21.25) et cinq villes dans le voisinage de cette capitale : El√©al√©, aujourd'hui El-Al (Esa√Įe 15.4), un peu au nord de Hesbon, au sommet d'une colline d'o√Ļ l'on domine tout le pays de Belka¬†; Kiriatha√Įm, aujourd'hui Kureyat, au sud des monts Attarus (J√©r√©mie 48.1)¬†; N√©bo, aujourd'hui Nebb√© (Esa√Įe 15.2), non loin de la montagne du m√™me nom¬†; Baal-M√©on (Ez√©chiel 25.9), qui se retrouve dans des ruines qui portent le nom de Myun, et enfin Sibma, encore inconnue et peut-√™tre identique au, S√©bam du verset 3 (Esa√Įe 16.9).

      Ce travail de reconstruction accompli par les tribus de Gad et de Ruben ne d√©termina point la r√©partition qui fut faite par Josu√© de tout le territoire entre ces deux tribus. Car plus tard (Josu√© 13.8) Ruben re√ßut en partage toute la contr√©e la plus m√©ridionale entre Hesbon et l'Amon, y compris Dibon et Aro√ęr reb√Ęties par Gad, tandis que Gad re√ßut la contr√©e plus septentrionale, entre Hesbon et le Jabbok. Ce manque de groupement g√©ographique montre bien qu'il ne s'agissait encore que d'une possession provisoire. S'il √©tait question d'une fixation de territoire d√©finitive, Gad ne pourrait avoir pour sa part les villes les plus m√©ridionales en m√™me temps que les plus septentrionales.

      Il est remarquable que le souvenir de la reconstruction de ces villes par telle ou telle tribu se f√Ľt conserv√©, malgr√© la r√©partition diff√©rente qui en fut faite ensuite par Josu√©.

      38

      Dont les noms furent chang√©s. Cette remarque s'applique sans doute aux deux villes pr√©c√©dentes¬†; les noms des deux divinit√©s pa√Įennes de N√©bo et de Baal choquaient, les oreilles des Isra√©lites. Il est probable que Baal-M√©on doit √™tre identifi√© avec M√©on du verset 3¬†; nous aurions l√† un exemple de ces changements d'appellation.

      Ils donn√®rent des noms : peut-√™tre dans le sens o√Ļ nous voyons (versets 41 et 42) que Ja√Įr et Nobach appel√®rent de leurs noms des villes qu'ils conquirent dans le nord. Le nouveau nom pouvait consister dans l'adjonction √† l'ancien nom de celui de la tribu qui avait reb√Ęti ces villes¬†; ainsi le nom de Dibon-Gad (33.45) donn√© √† l'ancienne ville de Dibon.

      39

      39 à 42 La conquête de Basan par la demi-tribu de Manassé.

      La conqu√™te du pays de Galaad au nord du Jabbok ayant d√©j√† √©t√© racont√©e comme un fait accompli (31.32 et suivants), nous devons envisager la notice suivante comme retra√ßant un √©pisode particulier de cette exp√©dition. La raison pour laquelle cette notice est plac√©e ici est facile √† comprendre. L'auteur veut expliquer par quelle raison la tribu de Manass√© se partagea en deux demi-tribus et pourquoi l'une de ces deux moiti√©s devint, avec Ruben et Gad propri√©taire d'un territoire √† l'est du Jourdain. Cette demi-tribu s'√©tait distingu√©e dans la conqu√™te de la contr√©e qui s'√©tend depuis la rive nord du Jabbok jusque bien au nord de la mer de Galil√©e. En r√©compense de cet exploit elle re√ßut de Mo√Įse, sans doute √† sa demande, ce vaste territoire, dont elle reb√Ętit les villes, en m√™me temps que les Rub√©nites et les Gadites en faisaient autant au sud du Jabbok.

      Quoiqu'il ne soit, parlé (26.29) que d'un fils de Makir, nommé Galaad, il ressort de Genèse 50.23 qu'il en eut d'autres. Plusieurs passages montrent que cette famille était particulièrement belliqueuse (Josué 17.1 ; 1Chroniques 5.18). Au lieu de : les fils de Makir, on peut traduire : des fils de Makir, puisqu'il est constant qu'un certain nombre des familles descendant de lui reçurent leur territoire à l'ouest du Jourdain (Josué 17.1 et suivants).

      Fils de Manassé : non son fils unique, comme on pourrait le conclure de 26.29 et de Genèse 50.23, mais son premier-né (Josué 17.1 ; 1Chroniques 7.14).

      Marchèrent. Il semble qu'il y eut quelque chose de spontané dans l'expédition ainsi accomplie, ce qui s'accorde bien avec, l'humeur guerrière attribuée à la famille de Makir.

      Contre Galaad. Le principal d'entre les fils de Makir a port√© le nom de Galaad, mot qui en arabe para√ģt signifier le rude. Est-ce lui qui a donn√© son nom √† la contr√©e¬†? Ce serait en contradiction avec le r√©cit Gen√®se 31.21-25¬†; ou bien est-ce le pays conquis qui a donn√© son nom aux conqu√©rants. Mais le fils de Makir qui portait le nom de Galaad vivait avant la conqu√™te. On peut donc supposer que l'origine des deux noms est ind√©pendant et que le nom g√©ographique de Galaad doit s'expliquer dans le sens de r√©gion rude et pierreuse, ce qui ne contredit pas Gen√®se 31.21-25.

      Il faut remarquer que plusieurs des familles issues de Galaad habitaient à l'ouest du Jourdain (Josué 17.2).

      40

      Mo√Įse donna. Le sort ne fut pas plus consult√© dans ce cas que dans celui de Gad et de Ruben (voir versets 22, 29, 33¬†; Deut√©ronome 3.12-13.

      A Makir : à ceux de ses descendants qui formèrent la famille des Makirites dont il est parlé 26.29.

      41

      Il s'agit ici d'une nouvelle exp√©dition, command√©e par Ja√Įr, dans des contr√©es encore plus septentrionales.

      Ja√Įr, d'apr√®s 1Chroniques 2.21, descendait d'un p√®re de la tribu de Juda nomm√© Hetsron. et d'une m√®re de la tribu de Manass√©, descendante de Makir.

      S'empara de leurs bourgs. Leurs se rapporte aux Amorrh√©ens du verset 39¬†; ces bourgs √©taient situ√©s dans le district montagneux de Basan (Deut√©ronome 3.14). Sur un Ja√Įr post√©rieur, voir Juges 10.3.

      Et Nobach alla. Encore une exp√©dition dirig√©e par un membre de la m√™me famille (1Chroniques 2.23) et qui eut lieu du c√īt√© de l'Est, car il est probable que K√©nath doit √™tre identifi√©e avec la Kanata post√©rieure, situ√©e au nord de Botsra.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.