TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Proverbes 1

    • 1

      1 à 6 Titre général (verset 1) et introduction indiquant l'utilité toute morale et pratique des Proverbes (versets 2 à 6). L'étude, de ce recueil sera profitable aux jeunes gens, qui sont encore au début de leur carrière (versets 2 à 4), et pourra l'être même à ceux qui sont déjà plus avancés dans la bonne voie (versets 5 et 6).

      Les mots roi d'Isra√ęl, d'apr√®s l'accentuation, se rapportent √† Salomon, et non pas √† David.

      2

      La sagesse. Voir Introduction aux Hagiographes.

      Et l'instruction. Il doit √™tre entendu que le mot que nous rendons ainsi (mottsar) d√©signe une instruction essentiellement morale, s'adressant √† la conscience et non point √† l'intellect, et qui r√©sulte de la discipline qu'exercent sur le cŇďur et sur la vie les avertissements, les remontrances, les ch√Ętiments divins.

      Les paroles sensées, littéralement : les paroles de discernement, capables de faire distinguer le vrai et le faux, le bien et le mal.

      3

      Une instruction intelligente : une éducation qui rende sage et dont le résultat soit les trois vertus indiquées dans la fin du verset.

      4

      Aux simples, littéralement : aux ouverts à ceux qui sont trop aisément accessibles à toutes les influences du dehors. Ce terme est pris habituellement dans un sens défavorable : 14.15. Voir cependant Psaumes 116.6.

      De la raison, littéralement : de la ruse. Le mot de ruse (orma) a toujours dans les Proverbes un sens favorable. Au reste il ne se trouve que dans les neuf premiers chapitres.

      Au jeune homme, dépourvu d'expérience et qui subit plus facilement la première influence qui vient à s'exercer sur lui.

      De la réflexion. Encore un mot qui ne se trouve plus dans cette acception favorable à partir du chapitre 10.

      5

      Le sage écoutera. Que le sage écoute également ! Il y gagnera aussi (9.9).

      L'homme sensé, littéralement : l'homme déjà rendu sensé.

      6

      Pour comprendre. Gr√Ęce √† ces nouveaux progr√®s, l'auditeur attentif de ces proverbes en viendra √† n'y rien trouver de trop difficile pour lui, alors m√™me que les sages se plaisent parfois, pour frapper davantage les esprits et pour piquer la curiosit√©, √† recourir aux all√©gories (langage figur√©) et aux √©nigmes (langage d√©tourn√©).

      7

      1.7 à 9.18 Eloge de la sagesse

      7 à 19 Premier discours

      Exhortation adress√©e aux jeunes gens (verset 4), aux inexp√©riment√©s, √† ceux qui, vu leur √Ęge, feront bien de s'en remettre aux salutaires le√ßons de leurs devanciers. L'auteur ne veut point se substituer aux parents, mais les seconder. D√®s le d√©but (verset 8), il √©voque le souvenir des instructions re√ßues dans la maison paternelle. Bient√īt le jeune homme ici interpell√© sera mis en pr√©sence des grossi√®res tentations du monde ext√©rieur. Il doit fermer l'oreille aux perfides insinuations de ces meurtriers et de ces larrons, car ils tomberont infailliblement eux-m√™mes dans les pi√®ges qu'ils tendent aux innocents.

      Ce verset 7 est comme l'√©pigraphe, la devise de tout ce qui va suivre. Il √©tablit le principe fondamental de toute la sagesse isra√©lite. Qui n'a pas la crainte de l'Eternel est incapable d'acqu√©rir une connaissance digne de ce nom. Une sagesse qui ne repose pas sur une foi morale en Dieu, ne sera jamais la sagesse. Qui d√©daigne cette condition de toute v√©ritable science, est un insens√© (Psaumes 14.1). Ici, comme dans beaucoup d'autres passages, les termes qui d√©signent la folie, l'absence de sagesse, en viennent √† exprimer √©galement la notion d'impi√©t√© et d'√©loignement de Dieu. Par connaissance et science, l'auteur n'entend pas l'intelligence de v√©rit√©s abstraites et de l'ordre sp√©culatif, mais de celles de l'ordre moral et religieux. Le mot Eternel est choisi √† dessein : c'est l'√™tre tout sage et tout bon qui a donn√© √† Isra√ęl sa loi et s'est r√©v√©l√© √† lui.

      8

      L'instruction, qui renferme un √©l√©ment de discipline (verset 2, note), est la part du p√®re dans l'Ňďuvre de l'√©ducation.

      9

      Car elles sont... : si tu les acceptes.

      Une couronne gracieuse. Rien ne sied aux enfants comme la soumission √† leurs parents. Voir dans Luc 2.51-52 la gr√Ęce r√©sultant de la soumission.

      Que les enfants qui aiment la parure se procurent celle-ci ! Ceci rappelle 1Pierre 3.3-5.

      11

      Sans raison. Quelques-uns traduisent : Que nous tendions des pièges à l'innocent qui l'est en vain. A tort : voir 1Samuel 19.5 ; 25.31. Ici, comme souvent, l'auteur prête ses propres sentiments à ceux qu'il fait parler et met dans leur bouche les impressions qu'il veut faire partager aux lecteurs.

      12

      Réminiscence de l'histoire de Korê (Nombres 16.30-33), comme dans Psaumes 55.16 ; 58.10.

      13

      Après le meurtre, le pillage.

      14

      Fin du verset : Nous mettrons en commun tout ce que le pillage produira ; puis (début du verset) on tirera au sort, pour chacun, les parts qu'on aura faites. Quand même tu ne payerais pas tout d'abord de ta personne, tu auras part au butin.

      15

      Reprise de l'exhortation verset 10. Suivent ensuite trois consid√©rations destin√©es √† d√©tourner le jeune homme de ces dangereuses compagnies¬†; verset 16 : Ils se proposent un but manifestement tr√®s mauvais¬†; verset 17 : Ils ne sont pas aussi certains de r√©ussir qu'ils le pensent¬†; verset 18 : Et enfin, non seulement ils peuvent ne pas obtenir ce qu'ils se promettent, mais encore ils mettent leur √Ęme en danger.

      16

      Ce verset manque dans les Septante, qui le remplacent par Esa√Įe 59.7¬†; aussi a-t-on pens√© que nous avions ici, dans le texte h√©breu, une importation post√©rieure du passage d'Esa√Įe. A tort, car notre verset a sa place bien marqu√©e dans le contexte. Il se rattache logiquement √† ce qui pr√©c√®de : leurs pieds correspond √† ton pied (verset 15), et √† ce qui suit : r√©pandre le sang correspond √† leur propre sang (verset 18).

      Romains 3.15 cite notre verset, mais peut-√™tre d'apr√®s Esa√Įe 59.7, o√Ļ il semble d√©j√† √™tre cit√©.

      17

      Quand les oiseaux voient le filet, ils fuient. Dans les versets 11 à 14 les méchants ont parlé comme si leurs mauvais coups avaient déjà réussi. Les choses pourraient tourner autrement.

      18

      Mais ce qui ne manquera pas d'arriver, c'est leur condamnation finale.

      19

      Conclusion.

      Le gain d√©shonn√™te... √īte la vie, bien loin de l'assurer.

      20

      20 à 33 Deuxième discours

      La Sagesse tance ceux qui la méprisent et leur montre la folie de leur conduite. Les versets 20 et 21 introduisent ce personnage nouveau et le présentent comme un héraut qui s'adresse à la foule et qui, pour être entendu de tous, recherche les endroits les plus fréquentés. Les versets 22 à 33 sont le résumé de la publication qu'il fait retentir en tous lieux.

      La Sagesse, littéralement : les sagesses, pluriel intensif ; la sagesse par excellence, source de toute vraie sagesse.

      Dans les rues... Nous ne sommes plus dans la maison paternelle, comme au verset 8. L'enfant a grandi. La sagesse ne lui parle plus par un p√®re et une m√®re, ses organes dans le domaine de la famille, mais par ses organes publics, les proph√®tes, par exemple (29.18). Mais, intentionnellement, l'auteur ne pr√©cise pas davantage ce mode de r√©v√©lation. Les proph√®tes, les hommes de Dieu, les sacrificateurs se succ√®dent les uns aux autres¬†; ce sont des voix qui se font entendre pour un temps. La Sagesse, qui les inspire tous, est au-dessus de tous, toujours la m√™me. Elle appara√ģt d√®s notre chapitre comme une personne divine, et les chapitres 8 et 9 ne feront que pr√©ciser et d√©velopper ce caract√®re.

      21

      Carrefours, littéralement : lieux bruyants, tumultueux.

      22

      Simples, privés de tout bon sens.

      Moqueurs, profanes et frivoles.

      Insensés, franchement hostiles à toute vertu.

      23

      Voici, je vais faire jaillir... : Si vous revenez, je ferai jaillir...

      24

      Entre ce verset et le pr√©c√©dent, il faut supposer une pause. Les insens√©s ne sont pas revenus √† la sagesse. Aussi le ton change-t-il. Le moment viendra o√Ļ ces insens√©s reconna√ģtront les avantages de la sagesse, mais ce sera trop tard.

      Je tendais la main. Comparez Esa√Įe 65.2.

      28

      Les r√īles seront intervertis.

      32

      La défection : la rébellion, l'indocilité, le fait de se détourner du droit chemin.

      La sécurité charnelle des insensés, qui ne croient au jugement que lorsqu'il a fondu sur eux, est opposée à celle des sages, qui est réelle (verset 33).

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.