TopCartes x PLM collab

Psaumes 68

    • 2

      2 à 11 Les souvenirs du passé.

      Les deux premi√®res strophes (versets 2 √† 4 et 5 √† 7), tout en √©voquant les souvenirs du d√©sert, donnent la note g√©n√©rale du cantique entier. La troisi√®me strophe (versets 8 √† 11) rappelle plus sp√©cialement les grandes sc√®nes du Sina√Į et de l'entr√©e en Canaan.

      Que Dieu se l√®ve... Le passage 2Samuel 11.11, montre que, dans la guerre contre les Ammonites, l'arche avait √©t√© conduite au camp. Le psalmiste semble y faire allusion, tandis qu'il cite, d'apr√®s Nombres 10.35, la parole que Mo√Įse pronon√ßait, dans les marches d'Isra√ęl, quand les sacrificateurs portant l'arche donnaient le signal du d√©part.

      3

      Fumée..., cire : ils croient être quelque chose, mais ils ne sont rien.

      4

      Mais les justes... Ce terme de juste d√©signe ici Isra√ęl, comme peuple √©lu de Dieu et charg√© d'une mission divine. Comparez Nombres 23.10,21. Ceux qui lui font la guerre la font √† Dieu et m√©ritent ainsi le nom de m√©chants (verset 3). L'apparition de Dieu, devant laquelle s'√©vanouissent ces derniers, est pour les justes un sujet d'all√©gresse si grande, que le psalmiste accumule ici les termes destin√©s √† exprimer la joie.

      5

      Frayez le chemin, comme on le fait toujours en Orient pour un souverain qui s'annonce.

      6

      En la demeure de sa saintet√©. De son sanctuaire, sa b√©n√©diction se r√©pand partout o√Ļ elle est d√©sir√©e et attendue.

      7

      Seuls les rebelles... Toute cette partie du psaume semble dominée par les souvenirs du séjour au désert (versets 2, 5, 8 à 11). Il y a peut-être ici allusion à ceux qui, par leur faute, ne purent pas entrer en Canaan.

      8

      Quand tu sortis : comme un chef d'armée. Cette strophe reprend la pensée initiale du psaume (verset 2), en reproduisant les termes du cantique de Débora (Juges 5.4).

      Jeu d'instruments. La vision de l'Eternel s'avançant à la tête de son peuple saisit tellement le psalmiste, qu'il s'interrompt, pour laisser les instruments de musique donner une impression de la grandeur de cette intervention.

      9

      La terre..., les cieux. Toute la cr√©ation rendit hommage √† Celui sans lequel elle n'existerait pas et qui se pla√ßait √† la t√™te d'Isra√ęl.

      10

      Ton héritage : le pays de Canaan, que Dieu a arrosé en vue de l'arrivée de son peuple, et que, dans la suite, il a toujours ranimé, après les époques de sécheresse (Deutéronome 11.11-12).

      11

      Ton troupeau. Le terme h√©breu rappelle la faiblesse d'animaux inoffensifs. Isra√ęl, qui, dans ce m√™me verset, est appel√© l'afflig√©, est compar√© √† un troupeau d√©pourvu de moyens de d√©fense. La puissance du Dieu devant lequel tremble toute la terre a pu seule le mettre en possession de Canaan.

      12

      12 à 24 La victoire récente.

      Un ordre. Cet ordre est le signal de guerre donn√© par Dieu m√™me. David n'entreprenait pas une guerre sans consulter l'Eternel (1Samuel 23.11-12¬†; 30.7¬†; 2Samuel 2.1¬†; 5.19-23). Il n'avait certainement pas manqu√© de le faire, lorsque l'arche √©tait partie pour la guerre ammonite. L'ordre divin contient en lui-m√™me la victoire. C'est pourquoi la bataille elle-m√™me est pass√©e sous silence. Mais nous voyons quel en est le double r√©sultat : un cort√®ge joyeux de femmes c√©l√©brant en chŇďur la victoire, et l'arm√©e en d√©route des rois ennemis. Peut-√™tre les versets 13 √† 15 sont-ils comme les √©chos des chants de victoire des messag√®res de bonnes nouvelles. Comparez Exode 15.20¬†; 1Samuel 18.6-7¬†; 2Samuel 1.20.

      13

      Les rois des arm√©es. Dans la guerre contre les Ammonites unis aux Syriens, Isra√ęl eut pour adversaires les rois de Tsoba, de R√©hob, de Mahaca et de Tob, et les battit (2Samuel 10.6,8,19).

      S'enfuient, s'enfuient. Comparez Juges 5.22.

      Celle qui garde... Chaque mère de famille répartit entre les siens le butin assigné à son mari et à ses fils.

      14

      14 et 15 Ces versets font l'effet de v√©ritables √©nigmes et ont donn√© lieu √† d'innombrables interpr√©tations. Deux choses nous paraissent certaines : c'est d'abord que les mots : Vous reposez dans les enclos, concernent toute la partie du peuple qui est rest√©e au pays, pendant que l'arm√©e combattait, au loin¬†; il y a ici allusion au passage du cantique de D√©bora o√Ļ l'on se moque de ceux qui, au lieu de combattre, sont rest√©s dans les enclos, √† √©couter la fl√Ľte champ√™tre (Juges 5.16)¬†; et quant aux ailes de colombe qui ont l'√©clat de l'argent et aux plumes brillantes d'or, ces images ne peuvent que repr√©senter l'immense butin d'or et d'argent remport√© par l'arm√©e isra√©lite : boucliers d'or, vases d'argent, d'or et d'airain (2Samuel 8.3,7,10-11). La colombe est, Psaumes 74.19, l'image d'Isra√ęl, l'√©pouse bien-aim√©e de l'Eternel (comparez Cantique 2.14¬†; 5.2, etc.). Elle est repr√©sent√©e l√†, comme se tenant cach√©e dans le creux du rocher qui lui sert de retraite¬†; ici, comme s'√©lan√ßant au dehors, malgr√© sa timidit√©, et remportant la victoire par une force qui n'est pas la sienne, puis rentrant dans son asile.

      15

      Il y eut de la neige sur le Tsalmon... Chez les Arabes, l'expression asperger de neige est synonyme de : r√©pandre de la joie, tant la fra√ģcheur de la neige charme dans les contr√©es que br√Ľle le soleil. La m√™me image parait avoir √©t√© famili√®re aux Isra√©lites (comparez Proverbes 25.13). Ces mots peuvent donc s'entendre ainsi : il y aura de la joie dans cette victoire p√©niblement remport√©e. Tsalmon signifie obscurit√©. Ce mot d√©signe, comme nom propre, une montagne noire, couverte d'un √©pais et sombre feuillage¬†; il est sp√©cialement appliqu√© √† une montagne situ√©e pr√®s de Sichem (Juges 9.48). On pourrait entendre : Le Tsalmon se couvrit de neige, comme d'un joyeux v√™tement de f√™te. Mais il y a peut-√™tre une explication plus simple. Le fameux savant juif Aben-Esra voyait dans le Tsalmon de notre psaume une montagne du Hauran, au nord de la contr√©e o√Ļ les Syriens et les Ammonites furent battus par les Isra√©lites, et le g√©ographe Ptol√©m√©e mentionne un mont Asalmanon parmi les sommit√©s du Hauran. Il est naturel que le psalmiste, voulant exprimer la joie des vainqueurs, ait choisi ses images dans la contr√©e m√™me o√Ļ fut remport√©e la victoire. Le Tsalmon (du Hauran), t√©moin de la bataille, s'associa √† la joie des vainqueurs. Cette explication a l'avantage de faire comprendre comment, dans la strophe suivante, le po√®te s'adresse aux monts de Basan (ou du Hauran). On ne comprendrait pas autrement ce qu'il y aurait de soudain dans cette allocution, que rien, dans ce qui pr√©c√®de, n'aurait pr√©par√©e.

      16

      Le mont de Basan, imposant par ses √©normes parois de basalte et ses nombreux sommets, m√©rite, semble-t-il, d'√™tre appel√© montagne de Dieu, plut√īt que la modeste colline de Sion, choisie par l'Eternel pour sa r√©sidence. Du haut de sa grandeur, il jette un regard jaloux sur les lieux o√Ļ rentre l'arche et o√Ļ se c√©l√®bre la victoire. Mais Dieu accorde √† Sion une grandeur d'un autre genre. En y √©tablissant sa sainte demeure, il l'√©l√®ve √† la majestueuse hauteur d'un Sina√Į (verset 18).

      18

      Les chars de Dieu... Il s'agit ici des innombrables arm√©es d'anges qui environnent le tr√īne de Dieu, pr√™tes √† marcher au secours d'Isra√ęl.

      19

      Tu es monté... A son retour de la victoire, l'arche rentre en Sion, dans la résidence qui lui est assignée et qui est l'image du sanctuaire céleste, comme lieu de l'habitation de l'Eternel.

      Les captifs..., des dons... Le triomphateur emm√®ne avec lui des prisonniers, qui seront attach√©s √† son service¬†; il a re√ßu en hommage des dons volontaires¬†; m√™me des rebelles vaincus seront admis dans son royaume. Il semble ressortir des passages Esdras 2.58¬†; 8.20¬†; N√©h√©mie 7.60, relatifs aux N√©thiniens, que c'√©tait la coutume du temps de David et de Salomon de consacrer au service du sanctuaire les prisonniers de guerre, sous la direction des L√©vites, pour les usages serviles. Cet usage explique √† la fois ce verset de notre psaume et l'application qu'en fait saint Paul √† l'ascension du Seigneur (Eph√©siens 4.7-13). L'ap√ītre nous montre J√©sus, apr√®s sa grande victoire, distribuant d'en-haut les dons de sa gr√Ęce, prenant √† son service les hommes qu'il a sauv√©s, m√™me des rebelles, tels que l'ap√ītre lui-m√™me, et faisant d'eux les serviteurs de son Eglise.

      Jour apr√®s jour... La strophe versets 16 √† 19 est le point culminant du psaume. De cette hauteur, le psalmiste jette un regard en arri√®re sur la crise redoutable que son r√®gne vient de traverser et s'assure pour l'avenir le secours de l'Eternel, pour toutes les luttes qu'Isra√ęl aura encore √† soutenir.

      21

      Les issues de la mort : le pouvoir d'arracher les siens à la mort la plus imminente.

      22

      Dieu brisera la tête... La délivrance du peuple de Dieu ne s'opère que par la destruction des puissances qui s'opposent à son développement.

      Le cr√Ęne chevelu : une chevelure abondante est l'image de la pl√©nitude de la vie naturelle, dans sa force. Comparez Nombres 6.5, sur le nazir√©at.

      23

      De Basan... Le psalmiste cite ici un oracle divin, rendu peut-√™tre par l'un des proph√®tes qui entouraient David, au moment o√Ļ l'arm√©e partait pour les r√©gions de Basan. Les profondeurs de la mer sont une expression hyperbolique, pour d√©signer ce qu'il y a de plus inaccessible.

      24

      Que tu plonges dans le sang... De telles expressions sont conformes √† l'esprit des temps antiques. Elles s'expliquent ici par le fait que les ennemis d'Isra√ęl sont moins les siens que ceux de Dieu m√™me (verset 22), et sont envisag√©s en cons√©quence comme dignes de tous les ch√Ętiments.

      25

      25 à 36 L'avenir du peuple de Dieu.

      L'entr√©e triomphale de l'arm√©e √† J√©rusalem (versets 25 √† 28) est le gage de ce glorieux avenir, o√Ļ tous les rois rendront hommage au Dieu d'Isra√ęl (versets 29 √† 36).

      On a vu. Le peuple entier a assisté à la rentrée triomphale de l'Eternel, à la tête de l'armée victorieuse.

      Dans le sanctuaire, o√Ļ Dieu est entr√© lui-m√™me avec l'arche de l'alliance.

      27

      B√©nissez Dieu... Le psalmiste exhorte le peuple √† joindre sa voix √† celle des chŇďurs qui s'avancent.

      Descendants d'Isra√ęl, h√©breu : vous qui sortez de la source d'Isra√ęl, de Jacob, le premier que Dieu ait honor√© du nom d'Isra√ęl (Gen√®se 32.28).

      28

      Deux tribus du sud, Juda et Benjamin, et deux des plus septentrionales, Zabulon et Nephthali, sont nomm√©es ici comme repr√©sentant la nation tout enti√®re ou peut-√™tre comme s'√©tant particuli√®rement distingu√©es dans la guerre r√©cente. Zabulon et Nephthali sont aussi d√©sign√©s sp√©cialement dans le cantique de D√©bora, auquel notre psaume ne cesse de faire allusion (Juges 5.18). Ce passage montre clairement que ce psaume date d'un temps o√Ļ les tribus du nord ne formaient encore qu'un corps avec celles du sud, qu'il est donc ant√©rieur au schisme.

      Benjamin domine : par le fait qu'il possède la capitale de tout le pays.

      29

      Ton Dieu... Ce n'est pas toi qui as remport√© la victoire, √ī Isra√ęl, c'est ton Dieu, par l'ordre duquel tu as √©t√© rendu fort. Mais ce n'est l√† qu'un commencement de l'Ňďuvre divine. Isra√ęl demande que cette Ňďuvre se continue et s'ach√®ve.

      30

      Tu recevras... Puisque c'est Dieu qui est le vrai roi vainqueur, c'est lui qui reçoit les présents offerts par des rois amis ou les tributs des vaincus.

      31

      La bête des roseaux. Il s'agit de l'Egypte, dont l'emblème est, soit le crocodile (Ezéchiel 29.3), soit l'hippopotame.

      Taureaux et veaux : les rois pa√Įens voisins d'Isra√ęl, avec les peuples sur lesquels ils dominent. Le psalmiste ne parle express√©ment que de l'ancien ennemi, l'Egypte. Il avait sans doute √† ce moment quelque raison de le mentionner. Nous savons en effet par 1Rois 11.14 que, sous David, le jeune Hadad, de la famille d'un roi √©domite vaincu par David, s'enfuit en √Čgypte et y fut si favorablement accueilli, qu'il devint le beau-fr√®re du roi. A une √©poque plus tardive, le psaume parlerait plut√īt des rois de Syrie, de Babylonie ou d'Assyrie.

      Qu'ils se prosternent, hébreu : Qu'ils s'humilient, en apportant comme tribut des lingots d'argent.

      Qui se plaisent au combat. David n'était, pas dans ce cas : c'était le roi ammonite qui, en outrageant ses ambassadeurs, avait provoqué la guerre.

      32

      L'Ethiopie étend ses mains. Ses envoyés viennent avec ceux de l'Egypte offrir des présents.

      Vers Dieu : en la personne du roi d'Isra√ęl.

      33

      33 à 36 Conclusion : Tous les royaumes unissent leurs cantiques en l'honneur de Dieu.

      Les grandes choses déjà accomplies en font pressentir de plus grandes encore.

      34

      Il s'avance sur les cieux, pour dominer sur toute la terre.

      35

      A Isra√ęl, son peuple, il appartient de donner gloire √† son nom parmi tous les peuples et d'√©tendre son pouvoir de Sion sur le monde entier. David ne pouvait ignorer la promesse divine faite √† Abraham concernant la b√©n√©diction qui devait se r√©pandre par le moyen de sa post√©rit√© sur tous les peuples (Gen√®se 12.3. Comparez Psaumes 66 et 67).

      Sa force dans les nu√©es : o√Ļ gronde le tonnerre, mais d'o√Ļ descendent aussi les pluies fertilisantes.

      L'étude détaillée du psaume nous convainc qu'il ne saurait appartenir à aucune autre époque que celle de David. Ainsi que le Psaume 18, avec lequel il offre plus d'une analogie, il est une des grandes compositions épiques du plus glorieux des règnes israélites. Mais, à l'inverse des poèmes profanes de ce genre, ce ne sont ni le roi, ni la nation, qui sont glorifiés ; Dieu seul est exalté. Il n'est pas étonnant qu'une inspiration d'un souffle aussi saint s'élève jusqu'à la prophétie et que la victoire remportée soit bien réellement le gage de l'établissement futur du règne universel de Dieu.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.