TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

2 Corinthiens 7

    • 1 Chapitre 7.

      Ces promesses dont parle l'ap√ītre sont celles qu'il a cit√©es. (2Corinthiens 6.16-18) Ces m√™mes chr√©tiens qu'il a appel√©s "lumi√®re, justice, temple de Dieu," (2Corinthiens 6.14-16) il les exhorte √† se purifier de leurs souillures¬†!

      Par l√† il nous montre, d'une part, que le combat dure autant que cette vie d'√©preuve¬†; et, d'un autre c√īt√©, que l'assurance du salut, fond√©e sur la justification par la foi, est ins√©parable d'une sanctification toujours progressive.

      - Les souillures de la chair et de l'esprit sont en g√©n√©ral celles du dehors et celles du dedans. Ces paroles condamnent √©galement une orgueilleuse spiritualit√©, qui m√©prise les pr√©cautions dans les choses ext√©rieures, et le pharisa√Įsme, qui, tout occup√© de ce qui frappe les regards, se met peu en peine des p√©ch√©s du cŇďur.

      2 2 √† 7 Amour et confiance de l'ap√ītre.

      Le verbe grec signifie comprendre, contenir, faire place, accueillir¬†; ainsi Matthieu 19.11 "Faites-nous accueil dans vos √Ęmes, √† nous et √† la v√©rit√©¬†; √©largissez vos cŇďurs pour que nous y ayons place." (2Corinthiens 6.11-13) Cette pri√®re de l'ap√ītre a surtout rapport √† ce qui va suivre.

      Grec¬†: "Tir√© du profit de personne." Ce sont l√†, sans doute, des r√©ponses aux accusations des adversaires qui disaient de Paul "Il est injuste envers plusieurs, il leur fait tort, il les offense¬†; il en conduit d'autres √† leur ruine par trop de s√©v√©rit√© (par exemple 1Corinthiens 5)¬†; enfin il cherche envers tous des avantages terrestres." Avec quelle douceur il repousse ces indignes reproches, toujours anim√© de l'esprit de son Ma√ģtre "au milieu de la bonne et de la mauvaise r√©putation¬†!" (2Corinthiens 6.8)

      3 Grec : "Pour votre condamnation." Je ne me justifie pas pour vous accuser, ou bien : Je ne veux pas dire que vous ayez cru ces calomnies (verset 2) ou que vous les ayez propagées, car...

      "Je vous l'ai déjà dit, notre affection est à la vie et à la mort." Dans quel sens ? (Voir 2Corinthiens 6.12 ; comparez 2Corinthiens 5.14,15 ; 4.12)

      4 Grec¬†: "Beaucoup de franchise, de hardiesse" par la confiance du cŇďur.

      La cause spéciale de cette consolation et de cette joie qui déborde, est indiquée à versets 7,9.

      5 Grec¬†: "Notre chair n'avait aucun rel√Ęche." Voir, sur ce voyage en Mac√©doine, 2Corinthiens 2.12,13, note.

      Combats contre les adversaires de l'Evangile, craintes sur les r√©sultats de sa premi√®re √©p√ģtre aux Corinthiens.

      6 Qui apportait de bonnes nouvelles de Corinthe. (2Corinthiens 2.13)

      - Les humbles signifient ici, selon un h√©bra√Įsme, ceux qui sont abaiss√©s, attrist√©s, mis√©rables. Ce sont ceux-l√† que Dieu console¬†!

      7 Ou¬†: "En sorte que je me suis plut√īt r√©joui¬†;" ma tristesse et mes inqui√©tudes furent chang√©es en joie.

      Ce verset décrit l'impression faite sur l'Eglise par la lettre de Paul. (Comparer verset 11)

      Cet ardent d√©sir avait pour objet de revoir l'ap√ītre, d'apaiser sa douleur.

      Les larmes (ou même Grec : "lamentations") étaient causées par le chagrin occasionné à Paul.

      Le z√®le exprime une sorte d'enthousiasme qui s'√©tait r√©veill√© dans les cŇďurs pour le grand serviteur de Dieu, ou l'ardeur qu'ils mettaient √† le justifier des fausses accusations. (verset 2)

      8 8 à 16 Explications relatives à sa lettre précédente et à la mission de Tite

      Si l'ap√ītre s'√©tait repenti d'avoir √©crit sa lettre et de s'y √™tre montr√© si s√©v√®re, ce qu'il ne nie nullement, mais qu'il affirme au contraire, cela ne veut point dire qu'il e√Ľt dout√© d'avoir √©t√© dans le vrai. Mais, incertain du r√©sultat, plein de sympathie pour la tristesse de ses fr√®res, il pouvait se demander¬†: "Ai-je bien fait¬†?" Et toutefois son Ňďuvre √©tait de Dieu.

      C'est ainsi que plus d'un serviteur de Christ, apr√®s quelque acte de s√©v√©rit√© accompli dans la foi, voyant la douleur qu'il a caus√©e, peut, dans ses courtes vues et par amour pour ses fr√®res afflig√©s, craindre d'avoir √©t√© trop loin. L'exemple de l'ap√ītre nous montre que, dans ces cas-l√†, ce n'est pas une sto√Įque insensibilit√© qui est la vraie disposition d'un ministre fid√®le, m√™me s'il a la conviction d'avoir bien agi.

      - Calvin, prenant le mot se repentir dans le sens de éprouver de la douleur, écarte l'idée du repentir proprement dit ou du regret, et paraphrase ainsi ce passage : "Quoique je vous aie froissés malgré moi, et que j'aie éprouvé de la douleur d'avoir été forcément dur envers vous, je ne m'en afflige plus, car je vois que je vous ai été utile." (verset 9)

      Mais à quoi bon forcer les termes au lieu de leur laisser leur sens naturel ? Pour sauver une certaine théorie de l'inspiration ? Ne vaut-il pas mieux la réformer d'après l'Ecriture même ? L'Esprit de Dieu ne supprime aucune des affections ou même des fluctuations de ceux qu'il éclaire et anime ; il s'en sert même très avantageusement pour révéler tout entière cette vérité qui, pour nous être accessible, doit rester à la fois divine et humaine.

      9 La construction ou ponctuation de ces versets versets 8,9 diffère dans les diverses éditions grecques aussi bien que dans nos versions.

      Celle que nous avons adopt√©e rend ainsi le tour si vif de la pens√©e de l'ap√ītre¬†: Je ne me repens pas (de vous avoir attrist√©s)¬†; si je m'en suis repenti (ici il dit dans une parenth√®se dont la phrase est suspendue la raison de ce repentir...), puis il se h√Ęte d'ajouter¬†: maintenant je me r√©jouis, et il explique la cause de cette joie. (verset 9)

      - Ce mot de la parenthèse : je vois se rapporte aux nouvelles qu'il venait de recevoir par Tite.

      10 La tristesse selon Dieu est une tristesse qui se rapporte √† Dieu, √† sa volont√© viol√©e, au p√©ch√© qui l'offense, elle est produite dans le cŇďur par son Esprit. Aussi produit-elle √† son tour (Grec¬†: elle "op√®re") une repentance (Grec¬†: "conversion, changement d'esprit, de disposition"), dont on ne se repent jamais, parce que cette conversion est pour le salut, ou plut√īt elle est le salut m√™me, elle d√©livre l'√Ęme du p√©ch√© et lui donne l'assurance de la vie √©ternelle.

      Dire qu'on ne s'en repent jamais, c'est dire qu'on en recueille la joie la plus pure. Telle a été la tristesse des Corinthiens. (verset 9)

      - La tristesse selon le monde, au contraire, se rapporte tout enti√®re √† cette terre, √† ses avantages perdus, √† ses esp√©rances d√©√ßues, √† notre orgueil froiss√©, √† nos maux sans rem√®de¬†; et comme le cŇďur n'en reste pas moins encha√ģn√© √† ce monde qui passe avec sa convoitise, l'√Ęme, qui en est l'esclave, p√©rit avec lui.

      Cette tristesse produit la mort. Quelquefois même elle produit littéralement et brusquement la mort : le suicide !

      - Quelques interprètes rapportent les mots : dont on ne se repent pas, non à repentance, mais à salut.

      C'est plus grammatical peutêtre, mais c'est rendre fade la pensée. Qui a l'idée de se repentir du salut ? La pensée si applicable aux Corinthiens, et exprimée par une piquante antithèse, est effacée par cette construction.

      11 Tous ces sentiments et ces actes, r√©sultats de la premi√®re lettre de l'ap√ītre, avaient pour objet le p√©cheur scandaleux jusqu'alors tol√©r√© dans l'Eglise. (1Corinthiens 5)

      Pour leur d√©fense (Grec¬†: apologie), les Corinthiens s'√©taient empress√©s de l'exclure¬†: ils montr√®rent par l√† leur indignation pour son crime, leur crainte des jugements de Dieu, leur ardent d√©sir de sa gr√Ęce, leur z√®le pour sa gloire et pour la puret√© de la profession de la foi¬†; de l√†, l'exemplaire punition dont le p√©cheur fut l'objet. C'est ainsi que les Eglises se r√©veillent et prouvent que la vie de Dieu est en elles.

      Non pas tous, sans doute, ni au premier abord, puisqu'il avait fallu la premi√®re lettre pour les r√©veiller¬†; mais ils s'√©taient si bien purifi√©s, que l'ap√ītre leur en tient compte largement.

      12 C'est-√†-dire l'incestueux, et son p√®re qu'il avait outrag√©. (1Corinthiens 5.1) D'autres ont pens√© que l'ap√ītre se d√©signait luim√™me par ces mots¬†: celui √† qui le tort a √©t√© fait, mais cela ne nous para√ģt pas probable.

      "Il ne s'agissait pas seulement, dit l'ap√ītre, de ce cas sp√©cial, ni du ch√Ętiment du coupable¬†; mais il y allait de la puret√© et de la vie de l'Eglise enti√®re, et de la fid√©lit√© de mon apostolat devant Dieu"

      Par ces paroles conciliantes, Paul s'efforce d'écarter toutes les personnalités et leurs blessures, pour concentrer l'attention de tous sur la gravité de la chose.

      - Le texte re√ßu porte¬†: "que f√Ľt manifest√© notre empressement pour vous," au lieu de "votre empressement pour nous." Les autorit√©s et le contexte sont pour la le√ßon ici r√©tablie. C'est pr√©cis√©ment de ce z√®le des Corinthiens que parle l'ap√ītre. (versets 11,13)

      13 La consolation qu'a √©prouv√©e l'ap√ītre vient de ce qui pr√©c√®de¬†; (surtout versets 9-11) mais cette consolation fut √©lev√©e jusqu'√† la joie, par la joie que Tite t√©moignait de son s√©jour √† Corinthe¬†; son esprit en avait √©t√© soulag√©, r√©cr√©e. Quel ardent amour des √Ęmes dans ces hommes de Dieu¬†!

      - Le texte reçu porte : "Nous avons été consolés par votre consolation," ce qui, dans l'ensemble, présente à peine un sens admissible.

      15 "Crainte et tremblement" indique la profonde v√©n√©ration avec laquelle les Corinthiens avaient re√ßu Tite comme un envoy√© de l'ap√ītre et un envoy√© de Dieu. (Comparer Philippiens 2.12¬†; Eph√©siens 6.5¬†; Psaumes 2.11, etc.)

      Ce saint respect est un des plus précieux caractères de la piété et de la charité. Il est rare de nos jours entre les chrétiens !

      16 Ou : "être plein de courage à votre sujet"
Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.