HĂ©breux 11

    • La foi

      1 Et qu’est-ce que la foi ? C’est une ferme confiance dans la réalisation de ce qu’on espère, c’est une manière de le posséder déjà par avance. Croire, c’est être absolument certain de la réalité de ce qu’on ne voit pas.

      2 Si les hommes d’autrefois ont été approuvés par Dieu, c’est parce qu’ils ont eu cette foi-là.

      3 C’est la foi qui nous fait connaître que l’univers a été créé et ordonné par une parole de Dieu, c’est-à-dire que le monde visible est sorti du néant et que tout ce qu’on voit procède de l’invisible.

      4 C’est sa foi qui a inspiré à Abel un sacrifice plus agréable à Dieu que celui de Caïn. C’est grâce à elle qu’il fut déclaré juste, Dieu lui témoignant son approbation en acceptant ses offrandes. Bien qu’il soit mort, il continue à nous parler par sa foi.

      5 C’est à cause de sa foi qu’Hénoc fut enlevé auprès de Dieu sans avoir dû passer par la mort. Un jour, « on ne l’a plus trouvé parce que Dieu l’avait enlevé ». En effet, avant de nous parler de son enlèvement, l’Écriture lui rend le témoignage qu’il avait été agréable à Dieu.

      6 Or, sans la foi, il ne saurait être question de lui être agréable. Si quelqu’un s’approche de Dieu pour entrer en communion avec lui, il faut bien qu’il croie d’abord à son existence et qu’il ait la conviction que Dieu récompense ceux qui le cherchent de tout leur cœur.

      7 C’est la foi qui a fait agir Noé. Dieu lui avait parlé d’événements futurs que rien ne laissait prévoir. Noé prit son avertissement au sérieux et il s’est mis à construire l’arche dans laquelle toute sa famille a été sauvée. Sa foi a rendu manifeste l’incrédulité de son entourage. Il a ainsi obtenu d’être déclaré juste devant Dieu à cause de sa foi.

      8 C’est à cause de sa foi qu’Abraham obéit à Dieu lorsqu’il fut appelé à partir pour un pays qu’il devait recevoir plus tard en héritage. Il est parti sans savoir où il allait.

      9 Confiant dans les promesses divines, il séjourna en étranger dans la terre qui lui avait été promise, y vivant sous des tentes ainsi qu’Isaac et Jacob auxquels Dieu avait accordé la même promesse.

      10 C’est qu’il attendait la cité aux fondements inébranlables dont Dieu lui-même est l’architecte et le constructeur.

      11 Grâce à sa foi, Sara, elle aussi, qui était stérile, fut rendue capable d’avoir un enfant, alors qu’elle en avait depuis longtemps dépassé l’âge : elle eut confiance dans la fidélité de celui qui le lui avait promis et crut qu’il tiendrait parole.

      12 C’est ainsi que, d’un seul homme – qui plus est, d’un homme déjà marqué par la mort – sont issus des descendants « aussi nombreux que les étoiles du ciel et que les grains de sable qu’on ne saurait compter sur le rivage des mers ».

      13 Tous ces patriarches sont morts en croyant à l’accomplissement des promesses qu’ils n’avaient pas vu se réaliser de leur vivant. Ils les ont seulement entrevues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient eux-mêmes « étrangers et voyageurs » sur cette terre.

      14 Des gens qui parlent ainsi font comprendre par là qu’ils sont en quête d’une patrie.

      15 En effet, s’ils avaient eu la nostalgie du pays dont ils venaient, qu’est-ce qui les empêchait d’y retourner ?

      16 Non, en fait, c’est une meilleure patrie qu’ils désiraient, c’est-à-dire la patrie céleste. Aussi Dieu ne juge-t-il pas indigne de lui de se faire appeler « leur Dieu » (le « Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob »), et il leur a préparé une cité (dans les cieux).

      17 À l’heure de l’épreuve, c’est la foi qui permit à Abraham d’offrir Isaac en sacrifice. Oui, il allait immoler son fils, son unique, porteur des promesses que Dieu lui avait faites.

      18 En effet, il lui avait été dit : « C’est par Isaac que tu auras une descendance portant ton nom ».

      19 Il pensait que, même si (Isaac) était mort, Dieu était assez puissant pour le ramener à la vie. Et, dans un sens, c’était comme par une résurrection d’entre les morts que son fils lui a été rendu. Pour nous, cet événement a un sens symbolique : il préfigurait (la résurrection de Jésus, le Fils unique de Dieu).

      20 Animé par cette foi, Isaac bénit Jacob et Esaü, car ses paroles concernaient des événements futurs.

      21 À son tour, Jacob, rempli de cette même foi, bénit peu avant sa mort chacun des fils de Joseph pendant qu’il se prosternait en adoration, appuyé sur l’extrémité de son bâton.

      22 C’est encore la foi qui a suggéré à Joseph, à la fin de sa vie, des prédictions concernant l’exode des enfants d’Israël (hors d’Égypte) et, dans ses dernières volontés, il a pris des dispositions au sujet de ses ossements (demandant qu’ils soient emportés dans le pays promis).

      23 Au moment de la naissance de Moïse, c’est la foi qui donna à ses parents le courage de le cacher durant trois mois. Frappés par la beauté de l’enfant, ils ne se sont pas laissé intimider par le décret du roi (ordonnant la mise à mort de tous les enfants mâles).

      24 Poussé par cette même foi, Moïse lui-même, une fois devenu grand, renonça au titre de « fils de la fille du pharaon ».

      25 Il a choisi de partager les souffrances du peuple de Dieu plutôt que de jouir, pour bien peu de temps, des joies et des avantages d’une vie dans le péché.

      26 Subir le mépris et les outrages comme le Messie (à venir) lui paraissait un bien plus précieux que tous les trésors de l’Égypte. Pourquoi ? Parce qu’il avait les yeux fixés au loin sur la rétribution finale.

      27 Fortifié par sa foi, il a bravé la fureur du roi et a quitté l’Égypte, aussi intrépide et ferme que s’il avait vu de ses yeux le Dieu invisible.

      28 Dans cette même foi, il a institué la Pâque et a fait répandre sur les portes le sang (des agneaux immolés), pour que l’ange exterminateur épargne les fils aînés des Israélites.

      29 C’est la foi qui a fait traverser aux Israélites la mer Rouge, comme on marche sur la terre ferme. Les Égyptiens ont bien essayé de les imiter, mais ils ont péri engloutis par les flots.

      30 C’est la foi qui a fait s’écrouler les murailles de Jéricho après que le peuple en a eu fait le tour sept jours durant.

      31 C’est à cause de sa foi que Rahab la prostituée accueillit avec bienveillance les espions israélites envoyés en éclaireurs et que, par la suite, elle n’a pas péri avec les rebelles.

      32 Que dirais-je encore ? Le temps me manquerait si je voulais parler en détail de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephté, de David, de Samuel et des prophètes.

      33 Soutenus par leur foi, ils ont conquis des royaumes, exercé la justice, obtenu la réalisation des promesses, fermé la gueule aux lions,

      34 éteint le feu ardent, échappé au tranchant de l’épée, triomphé de la maladie. Ils sont devenus forts et ont fait preuve de vaillance dans les batailles, mettant en fuite des armées ennemies.

      35 Des mères ont vu leurs (enfants) morts, ressuscités pour leur être rendus. D’autres, par contre, ont été torturés et ont refusé d’être délivrés, car ils espéraient être amenés par la résurrection à une vie meilleure.

      36 D’autres encore ont enduré les moqueries, le fouet et même les chaînes et la prison.

      37 Ils ont été lapidés, torturés, sciés en deux ou mis à mort par l’épée. Certains ont dû mener une vie errante, allant çà et là couverts de peaux de moutons ou de chèvres, dénués de tout, persécutés et maltraités

      38 par un monde indigne d’eux. Ils ont erré dans les déserts ou sur les montagnes, se réfugiant dans les cavernes et les antres de la terre.

      39 Dieu a rendu à la foi de tous ces hommes un excellent témoignage et cependant, aucun d’eux n’a vu se réaliser ce qui leur était promis.

      40 C’est que Dieu, dans son plan, avait prévu mieux encore pour nous et il ne voulait pas qu’ils parviennent au but sans nous.
    • La foi

      1 La foi est une façon de posséder ce qu’on espère, c’est un moyen d’être sûr des réalités qu’on ne voit pas.

      2 C’est parce qu’ils ont eu cette foi que les hommes des temps passés ont été approuvés par Dieu.

      3 Par la foi, nous comprenons que l’univers a été harmonieusement organisé par la parole de Dieu, et qu’ainsi le monde visible tire son origine de l’invisible.

      4 Par la foi, Abel a offert à Dieu un sacrifice meilleur que celui de Caïn. Grâce à elle, il a été déclaré juste par Dieu qui a témoigné lui-même qu’il approuvait ses dons, et grâce à elle Abel parle encore, bien que mort.

      5 Par la foi, Hénoc a été enlevé auprès de Dieu pour échapper à la mort et on ne le trouva plus, parce que Dieu l’avait enlevé. En effet, avant de nous parler de son enlèvement, l’Ecriture lui rend ce témoignage : il était agréable à Dieu.

      6 Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable. Car celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.

      7 Par la foi, *Noé a construit un bateau pour *sauver sa famille : il avait pris au sérieux la révélation qu’il avait reçue au sujet d’événements qu’on ne voyait pas encore. En agissant ainsi, il a condamné le monde. Et Dieu lui a accordé d’être déclaré juste en raison de sa foi.

      8 Par la foi, *Abraham a obéi à l’appel de Dieu qui lui ordonnait de partir pour un pays qu’il devait recevoir plus tard en héritage. Il est parti sans savoir où il allait.

      9 Par la foi, il a séjourné en étranger dans le pays qui lui avait été promis, vivant sous des tentes, de même que *Isaac et *Jacob qui sont héritiers avec lui de la même promesse.

      10 Car il attendait la cité aux fondements inébranlables dont Dieu lui-même est l’architecte et le constructeur.

      11 Par la foi, Sara, elle aussi, qui était stérile, a été rendue capable de devenir mère alors qu’elle en avait depuis longtemps dépassé l’âge. En effet, elle était convaincue que celui qui avait fait la promesse est digne de *confiance.

      12 C’est pourquoi aussi, d’un seul homme — plus encore : d’un homme déjà marqué par la mort — sont issus des descendants aussi nombreux que les étoiles du ciel et que les grains de sable qu’on ne saurait compter sur le rivage de la mer.

      13 C’est dans la foi que tous ces gens sont morts sans avoir reçu ce qui leur avait été promis. Mais ils l’ont vu et salué de loin, et ils ont reconnu qu’ils étaient eux-mêmes étrangers et voyageurs sur la terre.

      14 Ceux qui parlent ainsi montrent clairement qu’ils recherchent une patrie.

      15 En effet, s’ils avaient eu la nostalgie de celle dont ils étaient sortis, ils auraient eu l’occasion d’y retourner.

      16 En fait, c’est une meilleure patrie qu’ils désirent, c’est-à-dire la patrie céleste. Aussi Dieu n’a pas honte d’être appelé « leur Dieu », et il leur a préparé une cité.

      17 Par la foi, Abraham a offert Isaac en sacrifice lorsque Dieu l’a mis à l’épreuve. Oui, il était en train d’offrir son fils unique, lui qui eu la promesse,

      18 et à qui Dieu avait dit : C’est par Isaac que tu auras une descendance.

      19 Dieu, estimait-il, est assez puissant pour ressusciter un mort. Et son fils lui a été rendu : c’est une préfiguration.

      20 Par la foi aussi, Isaac a béni Jacob et Esaü, en vue de l’avenir.

      21 Par la foi, Jacob a béni, peu avant sa mort, chacun des fils de Joseph et s’est prosterné pour adorer Dieu, en prenant appui sur l’extrémité de son bâton.

      22 Par la foi, Joseph, à la fin de sa vie, a évoqué la sortie d’Egypte des descendants d’*Israël, et a donné des instructions au sujet de ses ossements.

      23 Par la foi, *Moïse, après sa naissance, a été tenu caché pendant trois mois par ses parents, car en voyant combien cet enfant était beau, ils ne se sont pas laissés intimider par le décret du roi.

      24 Par la foi, Moïse, devenu adulte, a refusé d’être reconnu comme le fils de la fille du pharaon.

      25 Il a choisi de prendre part aux souffrances du peuple de Dieu plutôt que de jouir — momentanément — d’une vie dans le péché.

      26 Car, estimait-il, subir l’humiliation que le Christ devait connaître constituait une richesse bien supérieure aux trésors de l’Egypte : il avait, en effet, les yeux fixés sur la récompense à venir.

      27 Par la foi, il a quitté l’Egypte sans craindre la fureur du roi et il est resté ferme, en homme qui voit le Dieu invisible.

      28 Par la foi, il a célébré la *Pâque et a fait répandre du sang sur les portes pour que l’*ange exterminateur ne touche pas les fils aînés des Israélites.

      29 Par la foi, les Israélites ont traversé la mer Rouge comme une terre sèche ; alors que les Egyptiens, qui ont essayé d’en faire autant, ont été engloutis.

      30 Par la foi, les murailles de *Jéricho se sont écroulées quand le peuple en eut fait le tour pendant sept jours.

      31 Par la foi, Rahab la prostituée n’est pas morte avec ceux qui avaient refusé d’obéir à Dieu, parce qu’elle avait accueilli avec bienveillance les Israélites envoyés en éclaireurs.

      32 Que dirai-je encore ? Le temps me manquerait si je voulais parler en détail de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephté, de *David, de Samuel et des *prophètes.

      33 Grâce à la foi, ils ont conquis des royaumes, exercé la justice, obtenu la réalisation de promesses, fermé la gueule des lions.

      34 Ils ont éteint des feux violents, échappé au tranchant de l’épée. Ils ont été remplis de force alors qu’ils étaient faibles. Ils se sont montrés vaillants dans les batailles, ils ont mis en fuite des armées ennemies ;

      35 des femmes ont vu leurs morts ressusciter pour leur ĂŞtre rendus.
      D’autres, en revanche, ont été torturés ; ils ont refusé d’être délivrés, afin d’obtenir ce qui est meilleur : la résurrection.

      36 D’autres encore ont enduré les moqueries, le fouet, ainsi que les chaînes et la prison.

      37 Certains ont été tués à coups de pierres, d’autres ont été torturés, sciés en deux ou mis à mort par l’épée. D’autres ont mené une vie errante, vêtus de peaux de moutons ou de chèvres, dénués de tout, persécutés et maltraités,

      38 eux dont le monde n’était pas digne. Ils ont erré dans les déserts et sur les montagnes, vivant dans les cavernes et les antres de la terre.

      39 Dieu a approuvé tous ces gens à cause de leur foi, et pourtant, aucun d’eux n’a reçu ce qu’il leur avait promis.

      40 C’est que Dieu avait prévu quelque chose de meilleur pour nous : ils ne devaient donc pas parvenir sans nous à la perfection.
    • La foi

      1 Or la foi, c'est la ferme assurance des choses qu'on espère, la démonstration de celles qu'on ne voit pas.

      2 C'est à cause d’elle que les anciens ont reçu un témoignage favorable.

      3 Par la foi, nous comprenons que l’univers a été formé par la parole de Dieu, de sorte que le monde visible n’a pas été fait à partir des choses visibles.

      4 C'est par la foi qu'Abel a offert à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; c'est grâce à elle qu'il a été déclaré juste, car Dieu approuvait ses offrandes, et c'est par elle qu'il parle encore bien qu’étant mort.

      5 C'est à cause de sa foi qu'Hénoc a été enlevé pour échapper à la mort, et on ne l’a plus retrouvé parce que Dieu l'avait enlevé. Avant d’être enlevé, il avait en effet reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu.

      6 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu, car il faut que celui qui s'approche de lui croie que Dieu existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent.

      7 C'est par la foi que Noé, averti des événements que l'on ne voyait pas encore et rempli d'une crainte respectueuse, a construit une arche pour sauver sa famille. C'est par elle qu'il a condamné le monde et est devenu héritier de la justice qui s'obtient par la foi.

      8 C'est par la foi qu'Abraham a obéi lorsque Dieu l'a appelé et qu'il est parti pour le pays qu'il devait recevoir en héritage. Et il est parti sans savoir où il allait.

      9 C'est par la foi qu'il est venu s’installer dans le pays promis comme dans un pays étranger. Il y a habité sous des tentes, ainsi qu'Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse,

      10 car il attendait la cité qui a de solides fondations, celle dont Dieu est l'architecte et le constructeur.

      11 C'est aussi par la foi que Sara elle-même a été rendue capable d'avoir une descendance. Malgré son âge avancé, elle a donné naissance à un enfant parce qu'elle a cru à la fidélité de celui qui avait fait la promesse.

      12 C'est pourquoi d'un seul homme, pourtant déjà marqué par la mort, est née une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel, pareille au sable qui est au bord de la mer et qu'on ne peut compter.

      13 C'est dans la foi qu'ils sont tous morts, sans avoir reçu les biens promis, mais ils les ont vus et salués de loin, et ils ont reconnu qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre.

      14 Ceux qui parlent ainsi montrent qu'ils cherchent une patrie.

      15 S'ils avaient eu la nostalgie de celle qu’ils avaient quittée, ils auraient eu le temps d'y retourner.

      16 Mais en réalité, ils désirent une meilleure patrie, c'est-à-dire la patrie céleste. C'est pourquoi Dieu n'a pas honte d'être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.

      17 C'est par la foi qu'Abraham a offert Isaac lorsqu’il a été mis à l'épreuve. Oui, il a offert son fils unique en sacrifice, bien qu’il ait reçu les promesses

      18 et que Dieu lui ait dit : C'est par Isaac qu'une descendance te sera assurée.

      19 Il pensait que Dieu était capable même de le ressusciter des morts. C'est pourquoi il a retrouvé son fils par une sorte de résurrection.

      20 C'est par la foi qu'Isaac a béni Jacob et Esaü en vue de l'avenir.

      21 C'est par la foi que Jacob, au moment de sa mort, a béni chacun des fils de Joseph et s’est prosterné, appuyé sur l'extrémité de son bâton.

      22 C'est par la foi que Joseph, à la fin de sa vie, a fait mention de la sortie d’Egypte des Israélites et a donné des ordres au sujet de ses ossements.

      23 C'est par la foi que Moïse, à sa naissance, a été caché pendant trois mois par ses parents. Ils avaient en effet vu que l'enfant était beau, et ils n’ont pas eu peur de l'ordre du roi.

      24 C'est par la foi que Moïse, devenu grand, a refusé d'être appelé fils de la fille du pharaon.

      25 Il préférait être maltraité avec le peuple de Dieu plutôt que d'avoir momentanément la jouissance du péché.

      26 Il considérait l’humiliation attachée au Messie comme une richesse plus grande que les trésors de l'Egypte, car il avait le regard fixé sur la récompense à venir.

      27 C'est par la foi qu'il a quitté l'Egypte sans craindre la colère du roi, car il s’est montré déterminé, comme s'il voyait celui qui est invisible.

      28 C'est par la foi qu'il a célébré la Pâque et versé du sang afin que le destructeur ne touche pas aux premiers-nés des Israélites.

      29 C'est par la foi qu'ils ont traversé la mer Rouge comme un terrain sec, tandis que les Egyptiens ont été engloutis lorsqu’ils ont tenté de passer.

      30 C'est par la foi que les murailles de Jéricho sont tombées après que le peuple en avait fait le tour pendant sept jours.

      31 C'est par la foi que Rahab, la prostituée, n’est pas morte avec les non-croyants, parce qu'elle avait accueilli les espions avec bienveillance.

      32 Et que dirais-je encore ? Le temps me manquerait en effet pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel et des prophètes.

      33 Par la foi, ils ont vaincu des royaumes, exercé la justice, obtenu la réalisation de promesses, fermé la gueule de lions,

      34 éteint la puissance du feu, échappé au tranchant de l'épée, repris des forces après une maladie, été vaillants à la guerre, mis en fuite des armées étrangères.

      35 Des femmes ont retrouvé leurs morts par la résurrection. D'autres ont été torturés et n'ont pas accepté de délivrance afin d'obtenir une meilleure résurrection.

      36 D'autres encore ont subi les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison.

      37 Ils ont été lapidés, sciés, [mis à l’épreuve]. Ils sont morts tués par l'épée. Ils sont allés d’un endroit à l’autre, habillés de peaux de brebis ou de chèvre, privés de tout, persécutés, maltraités,

      38 eux dont le monde n'était pas digne. Ils erraient dans les déserts et les montagnes, dans les grottes et les abris de la terre.

      39 Tous ceux-là, bien qu’ayant reçu un bon témoignage grâce à leur foi, n'ont pas obtenu ce qui leur était promis,

      40 car Dieu avait en vue quelque chose de meilleur pour nous. Ainsi, ils ne devaient pas parvenir sans nous Ă  la perfection.
    • 1

      Description de la nature et du pouvoir de la foi. (HĂ©breux 11:1-3)
      Cela est confirmé par divers exemples, depuis Abel jusqu'à Noé. (Hébreux 11:4-7)
      Exemple d’Abraham et de ses descendants. (Hébreux 11:8-19)
      De Jacob, Joseph, Moïse, des Israélites, et Rahab. (Hébreux 11:20-31)
      D'autres croyants de l'Ancien Testament. (HĂ©breux 11:32-38)
      La meilleure position des croyants, sous l'Évangile. (Hébreux 11:39,40)

      La foi a toujours été « la marque » des serviteurs de Dieu, dès les origines du monde.

      Là où le principe de la foi est inculqué dans le cœur humain, par la régénération de l'Esprit Saint, la Vérité et le principe de la Justification (par les souffrances et les mérites de Christ) sont reçus. Tout ce qui constitue notre espérance spirituelle fait l'objet de notre foi.

      La foi est une persuasion, une ferme et confiante attente de voir Dieu exécuter tout ce qu'Il nous a promis, en Christ. Cette persuasion permet à l'âme d'aimer immédiatement les vérités spirituelles ; ces dernières se manifestent au sein de cette âme, par les prémices et l’avant-goût de la félicité céleste.

      La foi prouve à l'esprit qui la reçoit, la réalité de ce qui ne peut être vu par l'œil corporel. C'est une approbation entière que tout ce que Dieu a révélé est saint, juste, et bon. Cette « vue par la foi » est retracée en de nombreux exemples de personnes d’époques antérieures, qui furent honorables selon les récits de la Parole de Dieu. La foi était le principe de leur sainte obéissance, de leurs services remarquables, et de leurs souffrances, dans la patience.

      La Bible décrit avec véracité l'origine de toutes choses ; nous devons La croire, ne pas discuter inutilement le récit de la création dans l'Écriture, avec certaines personnes, animées de vaines pensées. Tout ce que nous voyons, dans l’œuvre de la création, est porté à l'existence par la Parole de Dieu.

      4 Ce texte retrace quelques exemples illustres de foi, dans l'Ancien Testament.

      Abel apporta à Dieu un sacrifice d'expiation : les premiers-nés de son troupeau ; il reconnaissait être un pécheur, ne méritant que la mort ; son espérance spirituelle n’était basée que sur la Miséricorde divine, par le grand Sacrifice de Christ.

      L'orgueil de Caïn, sa rage et son inimitié envers son frère, acceptés par Dieu, l’ont conduit à cet affreux geste, que l’on rencontre d’ailleurs à toute époque : la persécution cruelle, voire le meurtre des croyants.

      Par l’exemple de sa foi, Abel témoigne encore, bien que n’étant plus en vie ; il a laissé un exemple instructif et représentatif. Hénoch fut « transféré vers le ciel », enlevé, afin qu'il ne connaisse pas la mort ; Dieu le prit dans le ciel, comme Christ, plus tard, lors de Sa seconde venue.

      Nous ne pouvons pas nous approcher de Dieu, du moins, nous pouvons croire ce qu'Il nous a révélé sur Lui-même, dans l'Écriture. Ceux qui désirent « trouver » Dieu, doivent Le chercher de tout leur cœur.

      La foi de Noé a modifié sa manière de vivre ; cette foi l'a poussé à préparer une arche, en repoussant l'incrédulité des autres ; son obéissance a condamné leur mépris et leur rébellion contre Dieu. De bons exemples peuvent, soit convertir des pécheurs, soit les condamner. Ceci montre comment des croyants, étant prévenus par Dieu de fuir la colère à venir, sont remplis de crainte, et prennent refuge en Christ, pour devenir héritiers de la Justice de la foi !

      8 Nous sommes souvent appelés à détacher nos liens qui nous lient au monde, à perdre nos intérêts et nos commodités d’ici-bas. Si nous sommes les « héritiers de la foi d'Abraham », nous obéirons et irons de l'avant, bien que nous ne sachions pas ce qui nous attend ; nous emprunterons alors le chemin du devoir, espérant fermement l'accomplissement des promesses de Dieu.

      L'épreuve de la foi d'Abraham consistait simplement à obéir totalement à l'appel de Dieu. Sara reçut la « promesse » comme étant celle de Dieu ; étant ainsi convaincue, elle estima avec assurance que non seulement, ce Dernier pouvait, exécuter cette promesse, mais qu’Il le ferait.

      Beaucoup de personnes, auxquelles Dieu a fait des promesses, ne reçoivent pas immédiatement ce qui leur a été promis. La foi peut faire patienter, en vue de bénédictions lointaines, comme les voir s’accomplir très rapidement ; elle peut se réjouir en ces bénédictions, bien que nous soyons « qu'étrangers » ici-bas : la demeure des saints (ou des pèlerins) se trouve en effet dans le ciel ! Par la foi, ces derniers sont vainqueurs sur l’anxiété que peut provoquer la mort, ils sont prêts à dire « au revoir » à ce monde, à toutes ses plaisir comme à toutes ses souffrances.

      Les coupables qui ont été jadis véritablement sauvés et appelés vers le Royaume céleste, n'ont aucunement l'envie de revenir en ce monde. Tous les croyants authentiques aspirent à l'héritage céleste ; plus leur foi est déterminée, plus ils sont fervents de cœur ! Malgré les dégâts qu’ont pu occasionner leurs péchés, et la pauvreté de leur condition spirituelle, Dieu n'a pas honte d'être appelé LEUR Dieu ; telle est Sa Miséricorde et Son Amour envers eux. Que les rachetés n'aient jamais honte d'être appelés Son peuple, ni de faire partie de ceux qui sont tant méprisés ici-bas ! Par dessus tout, qu'ils veillent à ce qu'ils ne soient l’objet d’aucune honte ni d’aucun reproche envers leur Dieu.

      L'épreuve et l'acte de foi les plus grands, cités dans la Parole, se retrouvent dans l'offrande qu'a faite Abraham, avec son fils Isaac, Ge 22:2. Dans ce texte, chaque terme retrace une épreuve.

      Notre devoir consiste à distinguer et à dissiper nos doutes éventuels et nos craintes, en regardant, comme l’a fait Abraham, à la Toute-puissance divine. La meilleure façon d’apprécier tout ce que nous possédons est de tout remettre à Dieu ; Il continuera alors à nous octroyer ce qu’il y a de meilleur.

      Considérons quelle a été notre obéissance à Dieu, lorsque qu’Il nous a appelés à des actes de bien moindre envergure que ceux qui sont cités dans ce texte. Avons-nous abandonné tout ce que nous avions, totalement persuadés que le Seigneur compenserait toutes nos pertes, et nous bénirait par Ses dispensations, même celles qui pourraient nous paraître les plus affligeantes ?

      20 Isaac bénit Jacob et Ésaü.

      Les avantages du temps présent ne sont pas forcément ce qu’il y a de mieux : nul n’a pu connaître l'amour (ou la haine), en voulant rechercher obstinément ce que le temps présent ne pouvait lui offrir dans l’immédiat.

      Jacob vivait par la foi ; il est mort dans la foi. Les bénéfices de la foi sont toujours présents, durant notre vie entière, et particulièrement à l’heure de la mort. En résumé, la foi est d’une grande importance, en aidant les croyants à « mourir dans le Seigneur », de façon à L'honorer, par notre patience, notre espérance et notre joie spirituelles.

      Joseph a été soumis à la tentation ; il a été persécuté à cause de son intégrité ; il a été tenté par les honneurs et le pouvoir, à la cour de Pharaon, mais cependant, sa foi l'a protégé. C'est une grande miséricorde que de pouvoir se soustraire aux mauvaises lois et aux vains décrets ; quand nous ne sommes pas astreints à les subir, nous devons utiliser tous les moyens légaux pour pallier à notre sécurité.

      La foi des parents de Moïse était mêlée d’une certaine incrédulité, mais Dieu a bien voulu ne pas en tenir compte. La foi donne une force capable de combattre toute crainte coupable et servile ; elle place l’âme devant Dieu et montre la vanité de la créature ; elle « montre » que tout doit ouvrir la route à la Volonté et au Pouvoir de Dieu.

      Les plaisirs du péché sont, et seront toujours éphémères ; ils doivent rapidement se terminer dans le repentir, voire, dans le pire des cas, dans une ruine brutale. Les plaisirs de ce monde sont pour la plupart, axés sur ceux du péché ; il en est toujours ainsi et nous ne pouvons pas les apprécier sans abandonner Dieu et Son peuple. La souffrance doit être préférée au péché ; il se trouve plus de mal dans le moindre péché que dans la plus grande souffrance.

      Le peuple de Dieu est, et a toujours été maltraité. Christ a souffert Lui-même de l'opprobre ; les personnes citées dans ce texte ont toutes obtenu, par leur foi, une plus grande richesse que les trésors de l'empire le plus riche du monde. Moïse a fait son choix lorsqu'il fut capable de vraiment discerner les conséquences d’un jugement divin, opposé aux plaisirs de ce monde.

      Il est nécessaire pour chacun de pratiquer la piété avec beaucoup de sérieux, de savoir mépriser le monde, alors qu'il nous attire par ses convoitises. Les croyants doivent songer sagement à leur récompense future. Par la foi, nous pouvons être totalement assurés de pouvoir bénéficier de la Providence de Dieu, et associés à Sa présence pleine de Grace et à Sa Puissance. Une telle perception de Dieu permettra aux croyants de se garder spirituellement jusqu'à la fin, quels que soient les aléas rencontrés sur leur chemin.

      Ce n'est pas par notre propre justice, ou par de meilleures performances, que nous sommes sauvés du courroux de Dieu, mais par le sang de Christ, et la justification qui lui est imputée. Une foi authentique rend le péché amer pour l'âme, même si cette dernière reçoit l'expiation et le pardon. Tous nos privilèges spirituels ici-bas doivent nous laisser un chemin ouvert en direction du ciel.

      Le Seigneur a même fait tomber Babylone, face à la foi de Son peuple ; quand Dieu a quelque grand projet à exécuter, en faveur des Siens, Il leur donne une foi fervente. Un véritable croyant désire demeurer, non seulement avec Dieu, mais aussi en communion avec Son peuple.

      Par son geste, Rahab déclarait elle-même être juste. Il apparaît cependant pleinement qu'elle n'a pas été justifiée par ses œuvres, car ce qu'elle a opéré était entaché d’une certaine culpabilité ; elle ne pouvait donc pas prétendre, sans la foi, à la parfaite Justice ou à la Droiture de Dieu...

      32 Nous pouvons sans cesse faire des recherches dans les Écritures, il y aura toujours un enseignement à en tirer !

      Songeons avec plaisir au grand nombre de croyants qui vécurent sous l'Ancien Testament : quelle ferveur dans leur foi, alors que tout ne leur était pas alors complètement dévoilé, à l’inverse de ceux qui vivent aujourd’hui, au temps de l’Évangile ! Regrettons seulement que de nos jours, alors que la la foi devrait être plus forte, les croyants soient devenus aussi « tièdes »...

      L'excellence de la foi, aide certains hommes à accomplir de grands projets, tel Gédéon. Elle les garde d’avoir une trop haute opinion d’eux-mêmes. La foi, comme celle de Barak, a recours à Dieu dans tous les dangers et difficultés ; elle permet d'être reconnaissant envers ce Dernier pour toutes Ses miséricordes et Ses délivrances. Par la foi, les serviteurs de Dieu parviendront à vaincre le lion rugissant qui cherche la victime qu’il peut dévorer. La foi du véritable croyant persiste jusqu'au terme de sa vie, et lors de son agonie, lui donne toute victoire sur la mort et sur ses ennemis mortels : c’est le cas de Samson.

      La Grâce de Dieu opère souvent sur des personnes bien peu méritantes, voire insignifiantes, pour accomplir de grands projets, par leur intermédiaire. La Grâce stimule la foi, elle amène des hommes à reconnaître Dieu dans toutes leurs voies, c’est le cas de Jephté. La foi établit des hommes solides et courageux, pour une bonne cause. Peu de personnes ont rencontré de plus rudes épreuves, ni montré une foi plus fervente, que David : son témoignage se trouve dans le livre des Psaumes, qui a été, et sera toujours d'un grand enseignement pour le peuple de Dieu.

      Nombreux sont ceux qui se sont distingués par leur foi, tel Samuel par exemple. La foi permet à un homme de servir Dieu et sa propre famille, quel que soit le chemin emprunté.

      Les intérêts et les pouvoirs des rois sont souvent opposés à Dieu et à Son peuple ; mais le Seigneur peut facilement subjuguer tous ceux qui s'opposent à Lui.

      Il est plus honorable de travailler au respect de la justice que d’accomplir des prouesses. Par la foi nous avons la consolation de pouvoir bénéficier des promesses divines ; en elle, nous sommes préparés à nous attendre aux engagements de Dieu, à les recevoir au temps marqué.

      Bien que nous ne nous attendions pas à revoir nos parents ou nos amis décédés, revenir en vie ici-bas, la foi nous aide cependant à supporter la tristesse due à leur départ, elle nous conduit dans l’espérance de les voir ressusciter dans le ciel !

      Sommes-nous étonnés de la méchanceté de la nature humaine, capable de commettre tant de cruautés, à l’inverse de l'excellence de la Grâce Divine, capable de fortifier et de préserver les fidèles serviteurs de Dieu, au temps de l’épreuve ? Quelle différence peut-on constater entre le jugement de Dieu envers un saint, et le jugement de l'homme ! Le monde n'est pas digne de ces saints méprisés, persécutés, et que leurs bourreaux ont jugé indignes de vivre. Le monde est indigne de partager leur compagnie, leur exemple, leurs conseils, ou leurs nombreux bienfaits. En fait, il ne sait pas vraiment ce qu'est un saint, il ne connaît pas sa valeur, ni comment bénéficier de ses mérites ; les saints sont détestés et chassés, comme l’a été Christ ici-bas.

      39 Le monde considère qu’un homme vertueux n'est pas digne de vivre ici-bas, alors que Dieu déclare le contraire ! Bien que l’homme pieux et le matérialiste diffèrent profondément dans leurs jugements, ils sont malgré cela, en accord sur ce point : les hommes bons ne bénéficient pas souvent de repos ici-bas. C'est pourquoi Dieu a préparé une place pour les Siens, hors de ce monde.

      L'auteur de cette épître annonce aux Hébreux que Dieu a préparé de meilleures choses à leur égard, attendant en retour, de leur part, une confiance totale en Lui. Les avantages spirituels que Dieu a en vue pour nous, sont bien supérieurs aux privilèges du monde : nous disposons déjà d’une grande joie dans l’obéissance de la foi, dans notre patience en l'espérance spirituelle, et dans l'œuvre que produit notre amour. Si nous n’avons pas la même foi véritable que celle qui unissait les croyants cités dans ce texte, nous devrons accepter sans murmurer les réprimandes que nous serons amenés à subir dans le ciel...

      En conséquence, prions continuellement pour l'affermissement de notre foi, afin que nous puissions suivre les brillants exemples des chrétiens cités dans ce texte, pour être rendus parfaits, avec eux, et connaître le bonheur, afin de rayonner spirituellement, dans le Royaume de notre Père, pour l'éternité !

  • versets sĂ©lectionnĂ©s
  • VidĂ©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • HĂ©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aimĂ© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.