TopCartes x PLM collab

Psaumes 119

    • 1

      1 à 32 Introduction.

      Heureux celui qui dès sa jeunesse, fait de la loi de l'Eternel son guide et son trésor, de manière à être non seulement préservé de toute chute et de toute défection, mais mis au large, même à travers les plus profondes détresses.

      1 à 8 Première strophe : Heureux ceux qui vivent selon la loi de l'Eternel !

      Selon la loi, littéralement : dans la loi. Cette loi est l'élément dans lequel ils vivent et se meuvent. Le terme de loi, déterminé au verset suivant par celui de témoignages, est pris ici dans son sens le plus général et doit s'entendre de tout l'ensemble des révélations divines. Comparez Psaumes 1.1 ; 19.8.

      2

      Et le cherchent. L'amour pour la loi divine n'a de valeur que si c'est l'Eternel lui-m√™me que le fid√®le cherche dans ses t√©moignages, et si, de plus (versets 3 et 4), il met en pratique ce qu'il conna√ģt de la v√©rit√©.

      Dans la seconde partie de la strophe, le psalmiste s'applique à lui-même ce qu'il a dit dans la première moitié.

      7

      Les décrets. Nous rendons ainsi le mot mischpathim, qui signifie proprement : sentences judiciaires. Il s'agit ici des décisions divines dont la loi est l'expression.

      8

      Ne m'abandonne pas entièrement : Le prophète ne refuse pas en tout et partout que sa vie ne soit éprouvée ; mais il craint de défaillir, si la tentation dure trop longtemps (Calvin).

      9

      9 à 16 Deuxième strophe : Dès sa jeunesse, le fidèle se dirige d'après la parole de Dieu ; il continuera à le faire.

      Sa conduite, littéralement : son sentier.

      Selon ta parole, et non selon sa propre sagesse ou celle des hommes.

      10

      Ne permets pas que je m'égare. C'est ici le langage de l'humilité, à la vue des innombrables voies mauvaises qui s'ouvrent à l'entrée de la vie.

      11

      J'ai serré, proprement : J'ai caché, comme un trésor que l'on craint de perdre (Luc 8.15).

      12

      B√©ni sois-tu¬†! Cri de louange inspir√© au psalmiste par la pens√©e du grand prix de cette parole divine qu'il poss√®de en son cŇďur et qu'il d√©sire conna√ģtre toujours mieux (enseigne-moi... ).

      14

      Comme si j'avais tous. les trésors. Comparez Psaumes 4.8.

      17

      17 √† 24 Troisi√®me strophe : Dans l'isolement et le m√©pris auxquels est expos√© le fid√®le, sa seule joie est de conna√ģtre les t√©moignages de Dieu.

      Que je vive et que je garde, ou: Que je vive pour garder ta parole.

      18

      Dessille mes yeux. Comparez Ephésiens 1.17-18.

      Les merveilles de ta loi : les pensées d'amour et de sainteté que révèle cette loi, mais que l'homme, remis à lui-même, ne sait pas voir.

      19

      Je suis √©tranger, en passage et m√©pris√© (verset 22), sur cette terre, o√Ļ je n'ai rien qui m'appartienne en propre. Revenus de Babylone, les Isra√©lites fid√®les se sentaient √©trangers dans leur propre pays, dont on leur disputait la possession et o√Ļ on leur contestait le droit de servir fid√®lement l'Eternel (Esdras chapitre 4).

      20

      Mon √Ęme se consume, litt√©ralement : Mon √Ęme est bris√©e. Le fid√®le, auquel rien n'est plus pr√©cieux que la parole divine, attend dans une v√©ritable souffrance morale que les arr√™ts de Dieu, ses d√©crets √©ternels (voir verset 7, note), aient force de loi. Ainsi compris, ce verset fraie la voie au verset 21.

      21

      Tu as tancé. Ce passé fait allusion aux jugements exercés jadis sur les ennemis de Dieu. Ce que l'Eternel a fait, il le fera encore.

      Gens maudits, qui s'égarent : allusion à Deutéronome 27.26.

      22

      Ote l'opprobre. Le véritable opprobre repose sur ceux qui méprisent la loi de Dieu (verset 24) ; il ne saurait demeurer sur le fidèle.

      23

      Des princes ont beau s'asseoir. Il y a ici opposition entre ce conseil des princes et celui que le fidèle tient avec les témoignages de l'Eternel, qu'il appelle les gens de mon conseil (verset 24). Le verset 23 semble avoir trait à ce que le peuple, revenu de l'exil, eut à souffrir de la part des chefs des peuplades voisines.

      25

      25 à 32 Quatrième strophe : La parole de Dieu est la consolation du fidèle.

      Mon √Ęme est attach√©e √† la poudre : elle touche √† la mort (Psaumes 44.26).

      Selon ta parole : conformément aux promesses de vie que tu as faites à ceux qui observent ta loi (Lévitique 18.5). Nous ne devons jamais prier, sans avoir à la main la clé des promesses (Calvin).

      29

      La voie du mensonge : celle de l'infidélité, par opposition à celle qui est indiquée au verset 30.

      33

      33 √† 144 Corps du psaume, compos√© de quatorze strophes, dont les sept premi√®res ont plut√īt le caract√®re de la supplication et les sept derni√®res celui de l'action de gr√Ęces.

      33 à 88 Besoin du secours divin.

      33 à 40 Cinquième strophe : Garde-moi dans la fidélité !

      Enseigne-moi... Cette demande, comme celle des versets suivants : Donne-moi l'intelligence..., incline mon cŇďur..., d√©tourne mes yeux..., est inspir√©e par un esprit bien diff√©rent du l√©galisme pharisa√Įque¬†; le fid√®le sent que ses bons d√©sirs eux-m√™mes sont l'Ňďuvre de Dieu.

      36

      Et-non vers le gain. Comparez Matthieu 6.33 ; 1Timothée 6.10.

      37

      La vanité : ce qui n'a aucune valeur réelle et trompe ceux qui s'y confient.

      38

      Confirme ta parole... : en accordant le secours et la protection qu'elle promet.

      Pour que l'on te craigne. L'accomplissement des promesses divines augmente la crainte de Dieu dans le cŇďur de ses serviteurs (Psaumes 40.4¬†; 130.4).

      39

      L'opprobre que je redoute. D'après l'ensemble de la strophe, il semble que l'opprobre redouté du fidèle est celui qui résulterait du péché lui-même, s'il s'y livrait. Il craint par-dessus tout d'y tomber, parce qu'il trouve bons les jugements que Dieu prononce contre le mal.

      40

      Fais-moi vivre. Vivre, pour le psalmiste, c'est observer les commandements de Dieu. Il est conforme à la justice de Dieu qu'un tel désir soit exaucé.

      41

      41 √† 48 Sixi√®me strophe : Le fid√®le implore la gr√Ęce de pouvoir confesser sa foi sans crainte et avec joie.

      43

      N'√īte pas de ma bouche... Si aucun signe de la faveur divine n'apparaissait envers lui (verset 41), le fid√®le aurait la bouche ferm√©e, en face des impies (verset 42).

      45

      Je marcherai au large. Il s'agit ici de la liberté, et de l'assurance intérieures qui accompagnent l'obéissance.

      46

      Je parlerai de tes témoignages devant les rois. La Confession d'Augsbourg a fait de cette parole sa devise.

      48

      J'élèverai mes mains : témoignant ainsi que tous mes désirs se rapportent à tes commandements.

      49

      49 à 56 Septième strophe : En face du mépris des hommes, la parole de Dieu est la consolation du fidèle.

      54

      Mes cantiques. Il y a opposition entre ce mot, qui, dans le texte hébreu, est en tête du verset, et le premier mot du verset 53. Quand une ardente colère me saisit, ta parole est pour moi comme un cantique qui me réjouit.

      O√Ļ je s√©journe comme un passant, ou comme un √©tranger. David d√©j√† disait, en parlant de la vie terrestre : Nous sommes des √©trangers devant ta face et des voyageurs, comme nos p√®res (1Chroniques 29.15). Les H√©breux, molest√©s et pers√©cut√©s dans leur propre pays, apr√®s le retour de l'exil, pouvaient, √† plus forte raison, tenir un langage semblable. Comparez verset 19.

      55

      La nuit. Comparez verset 62 ; Psaumes 42.9 ; 63.7.

      Et je garde ta loi. Le r√©sultat des m√©ditations du psalmiste est de graver plus profond√©ment dans son cŇďur la loi de Dieu.

      56

      C'est là ma part, hébreu : C'est là ce qui est à moi, ce qui m'appartient en propre (Psaumes 4.7 ; Luc 10.42). Cette pensée, indiquée déjà, quoique moins expressément, au verset 19, est développée dans la huitième strophe.

      57

      57 à 64 Huitième strophe : La bonne part du fidèle.

      Tu es ma part. Comparez Psaumes 16.5 ; 73.26.

      59

      J'ai fait le compte de mes voies : C'est apr√®s une s√©rieuse d√©lib√©ration avec lui-m√™me qu'il s'est tourn√© r√©solument vers Dieu et sa parole. Mais plus cette d√©cision a √©t√© r√©fl√©chie, plus l'ob√©issance qui l'a suivie a √©t√© prompte (Je me suis h√Ęt√©, verset 60) et pers√©v√©rante (verset 61).

      63

      Je m'associe... Le vrai croyant ne peut rester isolé dans sa piété.

      64

      Ta bont√© remplit la terre (Psaumes 33.5). L'homme qui sait reconna√ģtre cela n'en √©prouve qu'un d√©sir plus vif de p√©n√©trer dans les enseignements de la parole de Dieu (fin du verset).

      65

      65 à 72 Neuvième strophe : C'est sur la voie de l'humilité et parfois de l'affliction que l'on arrive à la vraie connaissance de la parole de l'Eternel.

      Tu as agi avec bonté, même quand tu m'as humilié (verset 67).

      67

      Avant d'avoir été humilié, ou affligé ; le verbe hébreu offre ces deux sens. Comparez Hébreux 12.5-11.

      69

      Moi, de tout mon cŇďur... Les calomnies n'ont pour effet que de porter le fid√®le √† une pi√©t√© toujours plus sinc√®re et ob√©issante.

      70

      Leur cŇďur est fig√© : insensible et incapable de discerner ce qu'il y a de divin dans la loi. Comparez Psaumes 17.10¬†; Esa√Įe 6.10.

      73

      73 à 80 Dixième strophe : Dieu humilie, mais il témoigne aussi à son peuple sa compassion, de manière à confondre les impies.

      Tes mains m'ont fait. C'est là, pour le fidèle, un motif de confiance. Le Dieu qui l'a formé lui donnera aussi l'intelligence nécessaire pour comprendre sa volonté.

      74

      Ceux qui te craignent... se réjouiront : en voyant la bénédiction qui repose sur un homme que Dieu protège. C'est là une pensée qui revient souvent dans les Psaumes (34.3 ; 35.27 ; 107.42, etc.).

      76

      Que ta bont√© soit ma consolation. Une telle requ√™te peut √™tre pr√©sent√©e avec confiance par l'homme qui comprend que cette bont√© ne s'est en r√©alit√© jamais √©loign√©e de lui, que m√™me c'est elle qui l'a frapp√© et humili√© (versets 65, 68, 75). Cette m√™me gr√Ęce divine ne tardera pas √† vivifier le fid√®le, apr√®s l'avoir fait souffrir (verset 77).

      78

      Que les orgueilleux soient confus. Ils le seront, en constatant la bénédiction accordée au fidèle ; ainsi une même cause remplira de joie les uns (verset 74) et de confusion les autres (verset 78).

      79

      Que... reviennent à moi : Qu'ils reprennent confiance en moi. Les épreuves dont est frappé le fidèle peuvent, comme celles de Job, éloigner momentanément de lui bien des hommes craignant Dieu, mais encore vacillants dans leur foi.

      81

      81 à 88 Onzième strophe : Angoisse redoublée et nouvel effort de foi.

      82

      Mes yeux languissent, fatigués de regarder vers la délivrance promise, sans qu'elle vienne.

      83

      Une outre enfum√©e. L'usage existait dans l'antiquit√© de suspendre au-dessus des foyers des outres pleines de vin, pour h√Ęter la maturation de ce dernier. Il faut se repr√©senter ici une outre tellement calcin√©e et racornie qu'elle ne sert plus √† rien.

      84

      Que sont les jours... : de quelle courte dur√©e¬†! (Psaumes 39.5). C'est pourquoi, h√Ęte la d√©livrance¬†!

      87

      Du pays : de la Terre Sainte, dont les peuples voisins voyaient d'un Ňďil jaloux Isra√ęl reprendre possession.

      Je n'ai pas abandonn√©. La d√©tresse aurait pu pousser Isra√ęl √† faire de coupables concessions¬†; il a tenu bon.

      89

      89 à 144 Le fidèle trouve en la parole de Dieu assurance et consolation.

      89 à 96 Douzième strophe : Cette parole subsiste éternellement.

      Dans les cieux. D√©tournant ses regards de sa triste position, le psalmiste, comme autrefois Abraham (Gen√®se 15.5), les √©l√®ve vers les cieux¬†; l√† r√®gne sans conteste cette m√™me volont√© divine qui se fait entendre dans la loi donn√©e √† Isra√ęl. Comparez Psaumes 89.3.

      90

      Tu as fondé la terre. La stabilité de la terre, de même que l'ordre qui règne dans les cieux, témoigne de la fidélité de l'Eternel.

      92

      Si la loi n'eut fait mes d√©lices... Une chose a pr√©serv√© le fid√®le d'un complet d√©couragement, c'est la foi √† la sagesse, √† la justice et √† la bont√© de Dieu, qui se r√©v√®lent dans la loi. Ce m√™me attachement √† la loi est la sauvegarde d'Isra√ęl pour l'avenir (versets 93 √† 95).

      96

      J'ai vu une fin. Les choses les plus excellentes sont passagères, et l'esprit humain se heurte partout à des limites infranchissables ; mais il trouve dans la parole divine des horizons toujours plus vastes de lumière, de vie et de consolation.

      97

      97 √† 104 Treizi√®me strophe : Combien est douce √† l'√Ęme fid√®le la loi divine, qui donne la vraie sagesse¬†!

      98

      Plus sage que mes ennemis. Quelle que soit leur intelligence, le premier principe de la sagesse, qui est la crainte de Dieu, leur fait défaut.

      99

      99 et 100

      Plus √©clair√© que ceux qui m'enseignent..., que les anciens. Ni l'√Ęge ni le savoir ne donnent, √† eux seuls, la vraie sagesse¬†; elle ne se trouve que dans la loi de l'Eternel, le docteur supr√™me.

      103

      Plus que le miel. Voir Psaumes 19.11.

      105

      105 √† 112 Quatorzi√®me strophe : En possession d'une telle lumi√®re, le fid√®le est r√©solu √† observer la loi de Dieu, quoi qu'il puisse lui en co√Ľter.

      Une lampe √† mes pieds : une lumi√®re qui, dans l'obscurit√© r√©gnante, me met en √©tat de poser le pied en lieu s√Ľr. Comparez Psaumes 19.9.

      106

      J'ai jur√© Le peuple, dans son ensemble, l'a fait en Sina√Į, lorsqu'il a conclu alliance avec Dieu¬†; pour le fid√®le, chaque sacrifice est comme un renouvellement de cette alliance.

      107

      Selon ta parole. Voir verset 25, note.

      108

      Les offrandes volontaires de ma bouche. Comparez Psaumes 50.14 ; 19.15 ; Hébreux 13.15.

      109

      Ma vie est en danger, litt√©ralement dans ma main, expression qui se trouve Juges 12.3¬†; 1Samuel 19.5, dans le sens de : risquer sa vie. Ce verset pourrait donc signifier : Je suis pr√™t √† tout risquer, pour observer ta loi¬†; et c'est dans ce sens que le Talmud dit : La pri√®re de l'homme n'est pas exauc√©e, s'il ne prend pas sa vie dans sa main. Le verset suivant indique plut√īt qu'il s'agit ici des dangers que court constamment le fid√®le, il est vrai, √† cause de son attachement √† la parole de Dieu.

      113

      113 à 120 Quinzième strophe : Une seule chose est à redouter, c'est le jugement qui atteindra ceux qui auront négligé la loi de l'Eternel.

      Ceux qui sont doubles de cŇďur : ceux qui clochent des deux c√īt√©s, entre le culte de l'Eternel et celui des faux dieux. Apr√®s le retour de l'exil, les compromis avec l'idol√Ętrie √©taient le plus grand danger que redoutassent pour le peuple de Dieu des hommes tels qu'Esdras et N√©h√©mie. L'horreur pour de tels compromis n'est qu'une des faces de l'amour pour la loi de Dieu (fin du verset).

      115

      Retirez-vous. Comparez Psaumes 6.9, note.

      116

      Soutiens-moi. Le secours continuel de Dieu est nécessaire à celui qui veut rester inébranlablement attaché à la parole divine.

      118

      Tu rejettes... avec mépris.

      Leurs séductions, littéralement : leur tromperie, par laquelle ils se trompent eux-mêmes les premiers, les raisonnements spécieux par lesquels ils justifient leur conduite et séduisent ceux qui les écoutent.

      119

      119 à 120

      J'aime..., je crains. L'amour pour la loi de Dieu n'inspire pas au fidèle une orgueilleuse sécurité. Plus il admire la sainteté de cette loi, plus il tremble à la pensée du jugement qui frappera les violateurs.

      121

      121 à 128 Seizième strophe : Que l'Eternel vienne au secours de celui que l'on persécute pour son attachement à sa loi !

      123

      Mes yeux languissent. Même expression que verset 82.

      124

      Et m'enseigne... La délivrance que demande le psalmiste doit le faire pénétrer mieux dans la connaissance de la volonté sainte de Dieu.

      127

      C'est pourquoi. Plus les commandements de Dieu sont oubliés, plus le fidèle en sent le prix.

      Plus que l'or. Comparez Psaumes 19.11.

      129

      129 à 136 Dix-septième strophe : Le fidèle est avide des enseignements divins, et il s'afflige de les voir méprisés.

      130

      La révélation, littéralement : l'ouverture de ta parole. Pour trouver la lumière, il faut que l'esprit de l'homme pénètre dans le sens de l'Ecriture.

      131

      J'ai ouvert la bouche : dans le d√©sir ardent de go√Ľter et de savourer la parole de Dieu. Comparez Job 29.23.

      132

      Comme cela est juste, litt√©ralement : selon le droit. Dieu veut bien accorder √† ceux qui l'aiment le droit de recourir √† sa gr√Ęce.

      135

      Fais luire ta face. Comparez Psaumes 80.4,8.

      136

      Ruisseaux d'eau : image empruntée sans doute à Lamentations 3.48.

      137

      137 à 144 Dix-huitième strophe : Les témoignages de l'Eternel sont justes, et, si les méchants les oublient, ils n'en font pas moins la consolation du fidèle, en toutes ses détresses.

      Tu es juste. Le psalmiste célèbre ici la justice et la fidélité de l'Eternel, comme il a célébré sa bonté (versets 65 à 72) et son éternité (versets 89 à 96).

      139

      Mon zèle m'a consumé. Comparez Psaumes 69.10.

      140

      Pure de tout alliage. Comparez Psaumes 12.7 ; 18.31.

      145

      145 à 176 Conclusion ; quatre strophes.

      145 à 152 Dix-neuvième strophe : Ecoute mon ardente prière !

      150

      Ils approchent..., ils se tiennent loin... Plus ils s'approchent de leur but inique, plus ils s'éloignent de Dieu.

      151

      Tu es proche, plus proche encore des tiens que le méchant.

      Tes commandements, qui sont l'élément dans lequel je vis, sont la vérité même, contre laquelle tous les artifices du mensonge ne peuvent rien, et qui subsiste à toujours (verset 152).

      153

      153 à 160 Vingtième strophe : Fais-moi vivre !

      154

      Défends ma cause, proprement : combats mon combat (Psaumes 43.1 ; 74.22).

      157

      Nombreux : répétition voulue du terme qui vient d'être appliqué aux compassions divines ; le psalmiste voit d'une part une armée de méchants, d'autre part l'armée des miséricordes célestes.

      158

      Les infidèles, ou perfides, qui violent la foi jurée. Peut-être le psalmiste a-t-il en vue les Juifs qui faisaient des concessions au paganisme (Esdras 10.18 ; Néhémie 13.4,15,23).

      161

      161 à 168 Vingt-et-unième strophe : Au milieu des persécutions, la parole de Dieu est la joie du fidèle.

      Les grands, ou des princes, des hommes puissants, tels que ceux contre lesquels eut à lutter Néhémie, soit au sein même du peuple, soit au dehors (Néhémie 2.19 ; 5.7).

      Mon cŇďur n'a craint... Qui craint Dieu n'a pas peur de l'homme.

      164

      Sept fois le jour : nombre sacré et symbolique. Le fidèle ne s'en tient pas aux heures fixées pour la prière, le matin, à midi et le soir (Psaumes 55.18 ; Daniel 6.10), mais à toute heure il éprouve le besoin de louer Dieu.

      169

      169 à 176 Vingt-deuxième strophe : Strophe finale, qui résume le psaume entier. Que mon cri parvienne jusqu'à toi !

      172

      Ma langue célébrera ta parole, littéralement : répondra à ta parole. Il y a entre l'Eternel et l'homme pieux comme un dialogue recommençant chaque fois que le fidèle entend ou lit les Ecritures.

      176

      Je suis errant. Au terme de ce psaume, qui n'est qu'une longue affirmation d'attachement √† la loi de Dieu, cette parole ne peut √™tre entendue dans le sens d'un √©garement spirituel. Il doit y avoir plut√īt allusion √† la position du peuple, qui se sent √©tranger et comme perdu dans son propre pays, o√Ļ le poursuit le mauvais vouloir de ses ennemis.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.