Campagne Jeveuxmourir et vidéo suicide

Romains Introduction

Par la richesse de son contenu, la lettre de Paul aux Romains occupe une place privilégiée dans la prédication et dans l’histoire de l’Eglise.

Paul vient de terminer la collecte pour les chrétiens de *Jérusalem (15.22-26) ; il est sur le point de partir pour la Palestine (Ac 20.11). La rédaction se situe donc au cours de son troisième voyage missionnaire, pendant les trois mois qu’il passe à Corinthe (entre 56 et 58). Une femme, Phœbé, qui exerce un ministère dans l’Eglise voisine de Cenchrées (à quelques kilomètres de Corinthe), doit porter la lettre à Rome (16.1).

Paul n’a encore jamais été dans la capitale de l’Empire : il en a toujours été empêché (15.20-24), mais il connaît là-bas de nombreux chrétiens de l’Eglise, qu’il a rencontrés ailleurs (et qu’il salue au ch. 16).

Avant la visite qu’il prévoit de leur faire, il leur adresse un exposé ordonné de la doctrine chrétienne du salut, pour que cette Eglise soit solidement fondée dans la foi, inaccessible aux influences des judaïsants, adversaires de l’*apôtre, qu’elle grandisse dans l’unité et soit capable de le soutenir par la prière. Le jour où il passera chez eux, elle pourra ainsi constituer son nouveau port d’attache en vue de l’évangélisation de l’Espagne.

Après avoir donné une définition de l’Evangile au chapitre 1 : « la puissance de Dieu par laquelle il *sauve tous ceux qui croient » (v. 16), Paul l’explique dans son développement.

Il commence par affirmer l’universalité du péché : les non-Juifs sont sans excuse devant Dieu (1.18-32), mais aussi les *Juifs (2.17-29). Si tous les hommes font le mal (3.1-20), tous peuvent être déclarés justes par la foi (3.21-31). Ainsi le fut *Abraham (ch. 4). Les hommes condamnés en Adam ne peuvent être déclarés justes qu’en Christ (ch. 5). Dans les chapitres 6 et 7, Paul répond aux objections des adversaires de l’Evangile. Il clarifie, en particulier, le rôle de la *Loi : « sainte » et « bonne », elle a donné à l’homme la connaissance du péché (7.1-12), mais c’est le péché, et non la Loi, qui lui fait faire le mal (7.13-25). Quant à l’Esprit (ch. 8), il fait de nous des fils de Dieu et vient à notre secours.

Les chapitres 9 à 11 sont consacrés au sort d’*Israël dans le plan du salut divin : la majorité des Juifs ont rejeté l’Evangile (9.30 à 10.20). Mais Dieu n’a pas rejeté son peuple (ch. 11) et il fait cette mystérieuse promesse : « Tout Israël sera *sauvé » (v.26).

Les chapitres 12 à 15 forment un tout. L’*apôtre termine sa lettre par un ensemble de recommandations pratiques sur les relations dans l’Eglise (12.1-16 ; 13.8 à 15.7) et hors de l’Eglise (12.17 à 13.7) : elles doivent porter la marque de l’amour.

  • versets sélectionnés
  • Vidéos et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • Hébreu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.