2 Rois 4

    • 1

      1 à 7 L'huile de la veuve.

      D'entre les femmes des fils des proph√®tes. La vie de ces hommes de Dieu n'√©tait donc pas celle du clo√ģtre¬†; il y avait parmi eux des hommes mari√©s.

      Le cr√©ancier est venu... Les proph√®tes ne vivaient pas en commun, comme dans les ordres monastiques. Sur ce droit du cr√©ancier, voir L√©vitique 25.39¬†; Esa√Įe 50.1¬†;Matthieu 18.25.

      Esclaves, jusqu'à l'année du jubilé.

      2

      Qu'as-tu √† la maison¬†? Dieu maintient toujours une relation entre son secours et les ressources naturelles, si exigu√ęs soient-elles¬†; comparez les cinq pains et les deux poissons dans le r√©cit de la multiplication des pains, Jean 6.9, et 1Rois 18.13-16.

      Une goutte d'huile, littéralement : une onction d'huile, de l'huile de quoi s'oindre une seule fois ; donc une très faible quantité. L'huile en Orient est la base indispensable de l'alimentation.

      4

      Tu fermeras la porte. Elisée veut le recueillement, et il craint toute ostentation.

      6

      A son fils : à celui de ses deux fils qui lui apportait les vases vides.

      7

      Elle vint le raconter... Elle ne veut pas disposer de cette huile sans le consentement du prophète.

      Acquitte ta dette, avant tout, puis tu emploieras pour toi-même ce qu'il y aura de plus.

      Ce qui restera. Dieu ne se borne pas √† √īter la dette¬†; il accorde par surcro√ģt un don positif.

      8

      8 à 37 La résurrection du fils de la Sunamite.

      Sunem, dans la tribu d'Issacar (Josué 19.18), au pied sud de la colline de Moreh.

      Passait par Sunem : dans ses tournées, quand il visitait les groupes des prophètes ou les familles pieuses israélites.

      10

      Cette femme pieuse fera l'expérience de la parole de Jésus, Matthieu 10.41.

      12

      Gu√©hazi (vall√©e de la vision). On a suppos√© que ce nom lui venait de ce qu'il √©tait originaire d'une vall√©e o√Ļ se trouvait une √©cole de proph√®tes.

      Devant lui : devant Elis√©e. Mais les mŇďurs orientales ne permettent pas qu'un homme s'entretienne seul avec une femme (Jean 4.27).

      13

      A demander au roi. Le prophète avait rendu des services au roi et pouvait en rendre encore (3.16 ; 6.9). On avait donc des égards pour lui.

      J'habite au milieu de mon peuple : tranquille dans ma maison, sans avoir rien à redouter de personne ; je n'ai aucune faveur à demander.

      15

      Appelle-la. La femme s'était retirée de devant Guéhazi après la réponse du verset 13.

      16

      Expressions identiques à celles de Genèse 18.10.

      19

      Insolation (Psaumes 121.6). L'époque de la moisson est une des plus chaudes de l'année.

      23

      Nouvelle lune : voir à Nombres 28.11 et suivants.

      Sabbat : voir √† L√©vitique 23.3. Il para√ģt que ces jours, signal√©s par des cultes sp√©ciaux dans le temple, √©taient aussi c√©l√©br√©s loin du temple par des r√©unions d'√©dification pr√©sid√©es par les proph√®tes. C'√©tait dans le royaume des dix tribus une compensation indispensable, pour le culte l√©gitime qui manquait aux fid√®les¬†; voir Amos 8.5. Le proph√©tisme avait pris ainsi dans le royaume du nord le r√īle qu'y avaient autrefois rempli les L√©vites.

      Tout va bien : elle craint de donner une trop forte secousse √† sa foi moins ferme que la sienne et pr√©f√®re porter seule le fardeau de l'√©preuve, car elle conna√ģt le secours.

      25

      De Sunem au point du Carmel le plus rapproché, il y a environ trente kilomètres.

      26

      Tout va bien. C'est une manière de l'écarter ; elle ne veut avoir affaire qu'à Elisée.

      27

      Elle embrassa ses pieds. Guéhazi ne comprend pas le contraste entre sa retenue précédente et sa manière d'agir actuelle.

      L'Eternel me l'a caché. Le prophète était habitué à être traité par l'Eternel comme son intime (Genèse 18.17 ; Amos 3.7).

      28

      Avais-je demandé un fils... ? Manière de dire, sans l'articuler, que son fils est mort. Ce prétendu don n'était donc, comme je l'avais soupçonné, qu'une tromperie !

      29

      Gu√©hazi, plus jeune, arrivera plus t√īt.

      Prends mon b√Ęton. L'accent est sur le mot mon.

      Ne le salue pas. Les salutations orientales sont quelque chose de beaucoup plus long que les n√ītres.

      30

      La mère de l'enfant. C'est son titre à cette hardiesse et à cette persistance.

      33

      Et il se retira d'auprès de l'enfant, après s'être étendu sur lui pour chercher à le vivifier.

      Çà et là dans la maison : dans un grand trouble intérieur, qui se manifestait par l'agitation extérieure, et qui allait croissant à mesure qu'il voyait la mort moins docile à son action qu'elle ne l'avait été au pouvoir d'Elie.

      Eternua. On a observé que l'éternuement dégage le cerveau. L'enfant était mort d'une ma ladie cérébrale.

      38

      38 à 41 Le potage assaini.

      Revint : dans ses tournées ordinaires. Guilgal : voir à 2.1.

      La famine. Si cette famine est la même que celle de 8.1 et suivants, ce nouveau récit doit être placé longtemps après le précédent.

      Etant assis devant lui : réunis autour de lui pour l'entendre (Ezéchiel 8.1). Il y avait une vaste salle qui servait sans doute à la fois de salle de réunion et de salle à manger.

      39

      Des herbes : pour assaisonner le potage.

      Concombres sauvages ou coloquintes : cette plante, pousse des sarments et des feuilles semblables à celles des concombres de nos jardins. Le fruit est d'un jaune-vert, de la grosseur d'une orange, mais allongé. Il est si amer qu'on l'a surnommé le fiel de la terre. On peut aisément le confondre avec le concombre.

      41

      De la farine. Comme symbole et véhicule de la puissance adoucissante qui doit assainir le suc de la plante ; comparez le sel 2.21.

      42

      42 à 44 Multiplication des pains.

      Baal-Salisa : peut-√™tre identique avec Salisa de 1Samuel 9.4 ou avec un Beth-Salisa dont parlent Eus√®be et J√©r√īme, √† 25 km au nord de Lydde.

      Apporta à l'homme de Dieu. D'après Nombres 18.13 et Deutéronome 18.4, les prémices de tous les produits du pays devaient être apportées à l'Eternel pour l'entretien des sacrificateurs et des Lévites. Cet Israélite pieux envisage le prophète et ses disciples comme les porteurs du vrai sacerdoce.

      Du grain frais, r√īti dans l'√©pi, puis froiss√© et moulu (L√©vitique 2.14).

      43

      Cent hommes. Nous voyons combien les écoles de prophètes étaient prospères dans ce temps d'infidélité générale.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.