Deutéronome 25

    • 1

      1 à 3 Cette loi fait allusion à l'usage déjà existant de la bastonnade, dans le but d'en empêcher l'abus (verset 3).

      2

      L√©vitique 19.20¬†; Deut√©ronome 21.18 (note)¬†; 22.18 mentionnent aussi ce ch√Ętiment. Il est encore d'un usage g√©n√©ral en Orient.

      En sa pr√©sence : Cette mani√®re sommaire de rendre la justice s√©ance tenante n'a pas dans ces contr√©es le caract√®re infamant qu'elle aurait chez nous. L'instrument √©tait, d'apr√®s les rabbins, un b√Ęton (2Samuel 7.14¬†; Proverbes 13.24, etc.), ou un fouet √† trois lani√®res.

      Etendre par terre : les coups étaient appliqués sur le dos.

      3

      Quarante. C'est le maximum. Aller plus loin ce serait traiter l'homme comme une brute ; la dignité humaine doit être ménagée, même dans le coupable : ton frère.

      Les Juifs fixèrent plus tard la limite à quarante coups moins un (2Corinthiens 11.24), soit par crainte de dépasser par mégarde le nombre 40, soit parce que le nombre de 39 coups était atteint par treize coups d'un fouet à trois lanières.

      4

      Les sentiments d'humanité qui déterminent un si grand nombre de ces préceptes doivent s'appliquer aussi au traitement des animaux ; comparez Exode 20.10.

      Le bŇďuf, apr√®s avoir labour√© p√©niblement le sol en automne, ne doit pas √™tre emp√™ch√©, au moment de la moisson, de jouir aussi du fruit de son travail, comme ce serait le cas si on lui mettait une museli√®re dans l'aire o√Ļ il foule le bl√©. C'est ce principe que saint Paul applique 1Corinthiens 9.9 aux ouvriers spirituels.

      5

      Demeurent ensemble, dans le voisinage l'un de l'autre. S'ils demeuraient à une grande distance l'un de l'autre, l'application de cette loi deviendrait très difficile, puisque le frère du défunt a à veiller sur le patrimoine de la famille dont il devient le protecteur (Ruth 4.3-4).

      Son beau-frère, ou à son défaut le parent le plus rapproché (Ruth 4.4).

      7

      S'il ne pla√ģt pas... Il n'y a donc pas contrainte exerc√©e √† l'√©gard du beau-fr√®re¬†; cependant son refus attire sur lui et sa maison un certain d√©shonneur. Le refus de la femme n'est pas m√™me suppos√©, le fait de n'avoir pas d'enfants √©tant pour une femme isra√©lite un v√©ritable d√©shonneur.

      Montera à la porte : au tribunal (21.19). Monter : c'est le terme consacré quand il s'agit de se rendre au tribunal (Nombres 16.12-14 ; Deutéronome 17.8).

      9

      Lui √ītera son soulier. Le soulier est l'embl√®me de la propri√©t√© (Psaumes 60.10). De l√† l'antique usage isra√©lite du d√©chaussement en cas de vente ou de cession d'une propri√©t√© (Ruth 4.7). L'ancien propri√©taire √ītait l'un de ses souliers et le donnait √† son successeur, montrant par l√† qu'il lui c√©dait ses droits. Dans ce cas-ci, comme la renonciation est une sorte d'injustice faite √† la veuve, c'est celle-ci qui d√©chausse son beau-fr√®re, prenant les juges √† t√©moins qu'il a honteusement renonc√© au droit qu'il avait de l'√©pouser.

      Lui crachera au visage : en signe de mépris (Nombres 12.14) ; au visage, et non pas devant lui, comme le veulent les rabbins.

      10

      Du d√©chauss√© : expression d√©signant un homme qui ne respecte ni son honneur, ni celui de sa famille. Les Isra√©lites n'allaient nu-pieds que dans les circonstances les plus lamentables (2Samuel 15.30¬†; Esa√Įe 20.2).

      Dans cette ordonnance il n'est pas tenu compte de la question de savoir si le fr√®re du d√©funt est d√©j√† mari√© ou non. Ce silence vient de ce que la polygamie √©tait tol√©r√©e en Isra√ęl.

      11

      C'est ici une de ces lois qui, sous la forme d'un cas particulier, rappellent le principe de pudeur et d'honnêteté qui doit régler toute la vie israélite.

      12

      Tu lui couperas la main. A c√īt√© de la loi du talion, c'est la seule mutilation prescrite par la loi.

      13

      13 à 16. Rectitude dans les marchés ; comparez Proverbes 16.11 ; 20.10,23.

      Dans ton sac. Il s'agit d'un marchand en passage.

      Un grand et un petit : le premier pour acheter (Proverbes 31.24), le second pour vendre.

      15

      Exact et juste : auquel il n'y ait rien ni à retrancher, ni à ajouter.

      Afin que tes jours... La justice dans les transactions est une condition de vie pour un peuple. Même promesse 5.16.

      17

      17 à 19. Amalek avait violé tous les sentiments d'humanité qui sont à la base des ordonnances précédentes. (Voir Exode 17.16, note.)

      18

      Tomba sur les tra√ģnards. D√©tail propre au Deut√©ronome. Perfidie et l√Ęchet√©.

      Aucune crainte de Dieu. Amalek offensait par l√† Dieu m√™me qui venait de d√©livrer Isra√ęl d'une mani√®re si √©vidente.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.