5 mn essentielles ‚ŹĪ Campagne G√©n√©rale

Matthieu 9.16

Cette image explique et prouve la déclaration qui précède. Nul ne s'avise d'appliquer une pièce de drap neuf (grec d'étoffe écrue, non foulée) à un vieil habit déchiré, afin de le raccommoder ; car (Grec :) ce remplissage emporte (une partie) de l'habit, et il se produit une déchirure pire, plus grande qu'auparavant. D'autres traduisent : "(la pièce) emporte sa plénitude (l'espace qu'elle remplit) de l'habit."

Sens de cette image¬†: La vie nouvelle dont J√©sus est la source ne se concilie pas avec les institutions vieillies de la loi mosa√Įque, je√Ľnes, c√©r√©monies, etc., pour cette vie nouvelle, il faut de nouvelles formes qu'elle saura bien se cr√©er. La servitude l√©gale et la libert√© √©vang√©lique ne sauraient subsister ensemble. Le pr√©tendre n'est pas seulement une vaine tentative, mais c'est chose nuisible¬†: la d√©chirure est pire, le vin et les outres se perdent. (verset 17)

On a la preuve historique de cette v√©rit√© dans les syst√®mes jud√©o-chr√©tiens des premiers si√®cles, qui tentaient pr√©cis√©ment d'ajouter des lambeaux du christianisme aux traditions l√©gales du mosa√Įsme. La v√©rit√© et la vie nouvelle y p√©rirent √©galement.

Jésus n'est pas venu pour raccommoder ce qui était vieilli et usé, (Hébreux 8.13) mais pour créer à nouveau un monde religieux et moral. (Comparer Romains 7.6. voir la note suivante.) Luc présente cette parabole sous une forme un peu différente. (Luc 5.36 note.)

L'interpr√©tation qu'on vient de lire est peut-√™tre la plus simple et la plus naturelle. Les ex√©g√®tes modernes ont trouv√© qu'elle ne serrait pas d'assez pr√®s les termes de la comparaison et ont object√©, "que si l'on rattache tr√®s √©troitement cette parabole au sujet pr√©c√©dent, celui du je√Ľne, J√©sus aurait d√Ľ dire¬†: On n'ajoute pas un morceau de vieux drap (le je√Ľne l√©gal) √† un habit neuf (la nouvelle mani√®re de vivre de mes disciples) tandis qu'il dit pr√©cis√©ment le contraire On ne prend pas du neuf pour compl√©ter le vieux." F. Godet.

On a donc propos√© plusieurs autres explications. Nous n'en mentionnerons que deux¬†: M.M. Beyschlag et B. Weiss pensent que J√©sus, r√©pondant aux disciples de Jean (verset 14) veut montrer qu'ils ont raison, √† leur point de vue¬†; que tant qu'ils restent sur le terrain du juda√Įsme ils font bien de conserver fid√®lement les prescriptions l√©gales, que la moindre introduction d'un principe de libert√© dans leur vie religieuse (comme l'exemption du je√Ľne que J√©sus octroie √† ses disciples) ferait voler en √©clats tout leur syst√®me d'observances rituelles. M. Godet (dans la troisi√®me √©dition de son Commentaire sur saint Luc), pense que J√©sus a en vue, non les disciples de Jean-Baptiste, dont il lui importait peu de justifier les pratiques, mais ses propres disciples.

La question (verset 14) √† laquelle J√©sus r√©pond, peut en effet, se traduire¬†: "Pourquoi tes disciples ne je√Ľnent-ils pas, tandis que nous et les pharisiens nous je√Ľnons." Ils ne je√Ľnent pas, r√©pond J√©sus (verset 15) parce que l'√©poux est avec eux, mais quand l'√©poux leur sera √īt√©, alors ils je√Ľneront. Et c'est ce je√Ľne nouveau auquel ils se livreront alors que J√©sus veut caract√©riser dans la comparaison du verset 16. On ne peut, dit-il, d√©tacher celui-ci de toute cette vie et de cette saintet√© nouvelles auxquelles il appartiendra, pour l'appliquer √† des hommes qui sont encore dans l'√©tat l√©gal. Il faut suspendre la solution de la question du je√Ľne et de toutes les pratiques religieuses jusqu'√† ce qu'un √©tat de choses nouveau puisse √™tre substitu√© tout d'une pi√®ce √† l'√©tat pr√©sent.

- L'une et l'autre explication sont quelque peu subtiles. Les auditeurs de J√©sus auraient d√Ľ √™tre dou√©s d'une rare p√©n√©tration pour d√©couvrir cette signification sp√©cieuse de l'image qu'il employait. Aussi est-il plus prudent, peut-√™tre, de s'en tenir au sens g√©n√©ral indiqu√© d'abord. Bien des paraboles du Sauveur nous montrent qu'il convient de n'en pas presser les termes ni appliquer les d√©tails. (Parabole de l'√©conome infid√®le, du tr√©sor dans un champ, Lazare √† la porte du riche, etc.)


  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

    • Gen√®se 33

      14 Que mon seigneur prenne les devants sur son serviteur¬†! De mon c√īt√©, je suivrai lentement, au pas du troupeau qui me pr√©c√©dera et au pas des enfants, jusqu'√† ce que j'arrive chez mon seigneur √† S√©ir.¬†¬Ľ

      Psaumes 125

      3 Un pouvoir méchant ne pèsera pas sur la part des justes, afin qu’ils ne tendent pas les mains vers le mal.

      Esa√Įe 40

      11 Pareil à un berger, il s’occupera de son troupeau, il prendra les agneaux dans ses bras et les portera contre sa poitrine ; il conduira les brebis qui allaitent.

      Matthieu 9

      16 Personne ne coud un morceau de tissu neuf sur un vieil habit, car la pièce ajoutée arrache une partie de l'habit et la déchirure devient pire.

      Jean 16

      12 ¬Ľ J'ai encore beaucoup de choses √† vous dire, mais vous ne pouvez pas les supporter maintenant.

      1 Corinthiens 3

      1 Pour ma part, fr√®res et sŇďurs, je n'ai pas pu vous parler comme √† des personnes dirig√©es par l‚ÄôEsprit, mais comme √† des personnes dirig√©es par leur nature propre, comme √† de petits enfants en Christ.
      2 Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter. D’ailleurs, même maintenant vous ne le pouvez pas

      1 Corinthiens 13

      13 Maintenant donc ces trois choses restent : la foi, l'espérance, l'amour ; mais la plus grande des trois, c'est l'amour.

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Fermer
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.