TopCartes x PLM collab

2 Rois 6

    • 1

      1 à 7 La hache retirée du Jourdain.

      Ce miracle, qui a pour but le bien d'un des membres des communautés prophétiques, se rattache à ceux qui sont racontés à la fin du chapitre 4. Il en a été séparé pour donner place à l'histoire de Naaman ; peut-être y est-il postérieur. La communauté de prophètes dont il est ici parlé, est probablement celle de Jéricho, dans le voisinage du Jourdain (2.5).

      Le local : non pas leur lieu d'habitation, car ils ne demeuraient pas en commun (voir 4.1), mais leur salle de réunion. Elle se trouvait être trop petite, en particulier quand Elisée visitait les prophètes et les rassemblait autour de lui.

      2

      2 et 3 Ils ne veulent rien faire sans son conseil, ni même sans sa présence.

      4

      Au Jourdain. Les bords de ce fleuve sont riches en arbres de haute et de basse futaie.

      5

      Emprunté : littéralement : demandé (Exode 12.35). Cette circonstance rendait la perte doublement pénible pour un homme pauvre.

      6

      Fit surnager le fer. Plusieurs ont pens√© qu'Elis√©e avait taill√© en pointe la branche coup√©e et qu'en l'enfon√ßant dans l'eau elle avait pr√©cis√©ment rencontr√© le trou de la hache destin√© √† recevoir le manche. Mais il n'est point dit qu'Elis√©e ait taill√© le bois, et l'auteur veut √©videmment raconter un fait miraculeux. La pens√©e du r√©cit est plut√īt que le fer a, par l'effet d'une attraction miraculeuse, adh√©r√© au bois plong√© dans l'eau et a √©t√© ainsi ramen√© √† la surface.

      On a jugé un tel miracle indigne de Dieu. Mais il servait à montrer à des jeunes gens réunis pour son service, dans une époque de déchéance spirituelle, qu'ils pouvaient compter sur lui dans les plus petites comme dans les plus grandes détresses. C'est aussi la raison pour laquelle un incident aussi futile en apparence a paru digne d'être rapporté.

      8

      6.8 à 7.20 Elisée et les Syriens.

      8 à 23 Mansuétude d'Elisée à l'égard des Syriens.

      Etait en guerre. Il n'y avait pas guerre proprement dite ; c'étaient des incursions locales que se permettaient les Syriens.

      9

      De négliger ce lieu. Plusieurs traduisent : De passer par ce lieu, ce qui répond mieux au sens ordinaire du verbe, mais ne s'accorde pas avec ce qui suit.

      13

      Allez et voyez. C'√©tait une incons√©quence¬†; car il devait se dire qu'Elis√©e conna√ģtrait aussi son projet et le d√©jouerait, comme cela est arriv√©.

      Dothan. Voir Genèse 37.17, note.

      16

      Plus nombreux. Comme les Syriens entouraient toute la ville, il semble que les anges qui entouraient Elis√©e devaient √™tre beaucoup moins nombreux que les Syriens, mais ils formaient une tr√®s √©paisse muraille de d√©fense autour de leur prot√©g√©. Cette vision accord√©e au serviteur d'Elis√©e √† la demande du proph√®te repr√©sentait symboliquement une puissance protectrice infiniment sup√©rieure √† celle des assaillants. Elle √©tait destin√©e √† √©lever sa foi √† la hauteur de celle de son ma√ģtre qui pour lui-m√™me n'avait pas besoin d'un pareil signe (comparez Jean 12.28-30).

      18

      Et comme [les Syriens] descendaient... Il faut admettre qu'un gros de Syriens était campé sur la colline plus élevée qui domine à l'est celle de Dothan, et qu'ils s'avançaient de là pour attaquer la ville. D'autres traduisent : Ils (Elisée et son serviteur) descendaient vers lui (vers Aram, c'est-à-dire les Syriens), ce qui est un peu forcé.

      Cette nation. Dans le même sens que Josué 3.17 : cette multitude. La prière d'Elisée a la puissance de fermer les yeux des uns aussi bien que d'ouvrir ceux des autres (verset 17). Cet aveuglement, semblable à celui de l'ivresse, rappelle celui des habitants de Sodome produit par le pouvoir des deux anges ; c'est un état dans lequel, tout en voyant, on est incapable d'apprécier ce qu'on voit.

      19

      Vers l'homme que vous cherchez. Sous ce mensonge apparent se cache une v√©rit√©. Entre lui et eux existe une imp√©n√©trable muraille : la volont√© divine qui les emp√™che de s'emparer de lui. Cette muraille ne tombera que quand ils seront arriv√©s √† l'endroit o√Ļ il les conduit, et o√Ļ ils ne pourront plus rien contre lui.

      Samarie : située à 16 km au sud de Dothan.

      20

      Ouvre leurs yeux : Fais cesser l'état d'aveuglement dans lequel ils sont plongés.

      22

      On peut traduire ou : Frappe-t-on ceux qu'on a faits prisonniers¬†? R√©ponse : Non, ce serait une cruaut√©. Mais dans les mŇďurs anciennes, c'√©tait ce qui se faisait fr√©quemment. Ou bien : Tu n'aurais le droit de les frapper que s'ils avaient √©t√© faits prisonniers par ta main. Mais ce sens ne s'accorde pas avec la particule d'interrogation qui est dans le texte. Nous expliquons donc : En les frappant, frapperais-tu des gens que tu as toi-m√™me faits prisonniers¬†? A cette condition seule cet acte serait l√©gitime.

      23

      En amassant ainsi des charbons ardents sur la t√™te de ces ennemis, le roi servait les int√©r√™ts d'Isra√ęl bien mieux qu'en les massacrant cruellement.

      Ne continu√®rent plus... Ce n'est pas √† dire que la paix ne fut plus troubl√©e entre les deux peuples (comparez verset 24), mais cela signifie que ces razzias des Syriens cess√®rent pour un temps. Isra√ęl recouvra ainsi quelque s√©curit√©. C'est peut-√™tre √† ce moment-l√† qu'il faut placer l'incident de Naaman, qui suppose un temps de paix entre Isra√ęl et la Syrie. La petite fille qui fut l'instrument de l'arriv√©e du g√©n√©ral syrien avait sans doute √©t√© emmen√©e dans l'une de ces razzias qui avaient pr√©c√©d√© (comparez le terme guedoudim avec 5.2).

      24

      6.24 à 7.20 Siège et délivrance de Samarie.

      Ben-Hadad : Ben-Hadad II, fils de Ben-Hadad I (1Rois 15.18). Il avait fait d'abord √† deux reprises la guerre √† Achab¬†; il avait √©t√© battu et √©pargn√© (1Rois 20.30-32). Plus tard, leurs troupes s'√©taient unies pour combattre Salmanasar II, roi d'Assyrie, qui les avait battus √† Karkar. Enfin, devant Ramoth de Galaad, Achab, uni √† Joram de Juda, avait perdu la vie en d√©fendant cette ville contre l'arm√©e syrienne qui cherchait √† s'en emparer. Ben-Hadad repara√ģt ici, vers la fin de sa vie, comme l'ennemi inv√©t√©r√© d'Isra√ęl.

      25

      Une t√™te d'√Ęne, le quart de kab de fiente de pigeon : les aliments les plus m√©prisables et d√©go√Ľtants. L'√Ęne en Orient est un animal impur et la loi mosa√Įque en interdit la consommation (Deut√©ronome 14.3-5), comme le fait aussi le Coran.

      Quatre-vingts sicles : environ 1,2 kg d'argent.

      Kab, mesure de capacit√© qui ne se trouve mentionn√©e qu'ici¬†; c'√©tait d'apr√®s les rabbins la dix-huiti√®me partie de l'√©pha, qui contenait √† peu pr√®s trente litres (Esa√Įe 5.10¬†; L√©vitique 5.11). Quelques-uns ont entendu l'expression de fiente de pigeon d'une esp√®ce de graine qui, chez les Arabes, porte le nom de fiente de moineau.

      Cinq sicles : soit 75 grammes, environ.

      26

      Samarie √©tait b√Ętie sur une colline haute de cent vingt m√®tres et √©tait entour√©e de puissantes murailles.

      27

      Expression d'impuissance : Dieu seul peut faire ce que tu me demandes. Je n'ai en provision ni pain, ni vin !

      28

      Le roi remarque que c'est autre chose que la faim qui la préoccupe et lui demande explication.

      Ton fils : accomplissement de Lévitique 26.29 et Deutéronome 28.53-57. Comparez Lamentations 2.20 ; 4.10. Un fait pareil s'est renouvelé lors du siège de Jérusalem par Titus. L'histoire profane ne cite pas de traits semblables.

      30

      Déchira ses vêtements, en signe d'horreur.

      Un sac sur sa chair. Les témoins de la scène remarquèrent alors ce signe de contrition et comprirent que le roi s'associait à la détresse du peuple.

      31

      Joram en voulait-il à Elisée d'avoir conseillé une résistance qui amenait des conséquences si épouvantables, et promis faussement la délivrance ? Il avait attendu celle-ci comme fruit de la pénitence que prêchait Elisée, et maintenant, en ne la voyant pas venir, il se retournait contre lui. Dans tous les cas nous avons constaté déjà qu'il ne devait pas être animé de sentiments bienveillants à l'égard de ce prophète (3.11-14).

      32

      Les Anciens : les notables du peuple réfugiés à Samarie. On les consultait dans les circonstances graves (1Rois 20.7).

      Ce fils de meurtrier ; Joram, fils d'Achab, assassin de Naboth.

      Le messager, chargé de tuer Elisée.

      Les pas de son ma√ģtre¬†? Elis√©e est averti miraculeusement non seulement de l'arriv√©e de ce messager, mais de celle de Joram, qui le suit de pr√®s. Joram venait-il pour s'assurer de l'ex√©cution de son ordre, ou au contraire accourait-il dans un mouvement de repentance pour le r√©tracter¬†? On comprend mieux dans le second cas qu'√† cette victoire du bon esprit dans le cŇďur du roi le proph√®te r√©ponde par la promesse de d√©livrance (7.1). Le texte est si concis dans tout ce passage qu'il n'est pas ais√© √† comprendre.

      33

      Vers lui : vers Elisée.

      Et il dit. Evidemment il s'agit de Joram lui-même, qui avait suivi le messager. On ouvrit la porte pour le roi, et c'est lui qui prononce les paroles suivantes. Il cherche à provoquer par cette déclaration désespérée une parole décisive du prophète qui l'a encouragé à la résistance.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.