TopCartes x PLM collab

1 Rois 12

    • 1

      1 à 20 Le schisme.

      Cet √©v√©nement d'une gravit√© exceptionnelle ne s'explique pas seulement par la r√©ponse hautaine de Roboam aux r√©clamations du peuple. Cette r√©ponse en fut l'occasion et le pr√©texte¬†; mais d√®s longtemps r√©gnait entre Juda et Ephra√Įm, la plus puissante des tribus du nord, une rivalit√© profonde qui avait √©clat√© plus d'une fois (Juges 8.1¬†; 12.1 et suivants¬†; 2Samuel 2.9¬†; 19.42 et suivants) et qui s'√©tait r√©cemment accrue. La supr√©matie de Juda s'√©tait accentu√©e par l'√©l√©vation de J√©rusalem au rang de capitale et par la construction du temple, et avait soulev√© davantage la jalousie d'Ephra√Įm. Sans doute, la scission est pr√©sent√©e comme un dessein de Dieu (11.11,31¬†; 12.15,24)¬†; comme telle, elle devait servir √† humilier Isra√ęl, qui s'√©tait enorgueilli sous le r√®gne glorieux de Salomon (11.39). Mais, dans l'intention divine, le schisme devait rester de nature purement politique¬†; la rupture religieuse, introduite par J√©roboam, lui donna un caract√®re absolument condamnable.

      Roboam se rendit √† Sichem. Sur Sichem, situ√©e dans le territoire d'Ephra√Įm, entre les monts Ebal et Garizim, comparez Josu√© 24.1. Il y avait d√©j√† dans le choix de cette ville un sympt√īme grave de r√©volte dont Roboam aurait d√Ľ tenir compte.

      Tout Isra√ęl √©tait venu : tout le peuple des dix tribus, repr√©sent√© par ses principaux chefs. L'opposition des deux d√©nominations : Juda et Isra√ęl, se trouve d√©j√† Josu√© 11.21¬†; 1Samuel 11.8 (note).

      Pour le faire roi. Le droit de reconna√ģtre et d'installer dans sa charge le roi choisi par l'Eternel appartenait au peuple, et celui-ci l'avait exerc√© √† l'√©gard des trois rois pr√©c√©dents (1Samuel 11.15¬†; 2Samuel 2.4¬†; 5.3).

      2

      Re√ßut la nouvelle : non celle de l'assembl√©e de Sichem, ce qui forcerait d'assigner √† cette assembl√©e une bien longue dur√©e, mais celle de la mort de Salomon¬†; comparez 2Chroniques 10.2. L'ancien conspirateur ne fut pas plus t√īt au fait de l'√©tat des choses, qu'il rentra dans son pays et se rendit √† Ts√©r√©da (11.26), bourg probablement rapproch√© de Sichem, o√Ļ les Isra√©lites le firent chercher. On le chargea de prendre la direction des n√©gociations avec Roboam.

      4

      Ton p√®re nous a charg√©s d'un joug pesant. Le joug plac√© sur la t√™te des bŇďufs et des vaches est ici le symbole des travaux de corv√©e et en g√©n√©ral des charges impos√©es par Salomon √† son peuple. D'autre part, le peuple para√ģt oublier la prosp√©rit√© inou√Įe et la paix ininterrompue dont il avait joui sous Salomon.

      6

      Les vieillards : les anciens ministres de Salomon (4.2-6) ; ils avaient accompagné le roi à Sichem.

      7

      En suivant ce conseil, Roboam n'aurait probablement pas emp√™ch√© la scission, mais il aurait √īt√© aux tribus m√©contentes le pr√©texte de leur r√©volte et ce ne serait pas lui qui on aurait eu la responsabilit√©.

      8

      Les jeunes gens qui avaient grandi avec lui : les nouveaux conseillers dont le roi s'√©tait entour√© et qui avaient √©t√© les compagnons de sa jeunesse. Roboam, bien qu'√Ęg√© de quarante-et-un ans, √©tait encore consid√©r√© comme un jeune homme (2Chroniques 13.7).

      10

      Plus gros que le corps de mon père ; locution populaire : Ma puissance est, comparativement à celle de mon père, ce que le milieu du corps est au petit doigt. Si mon père a pu vous réduire à l'obéissance, combien ne le puis-je pas davantage !

      11

      Application de la sentence précédente : au lieu du simple fouet (dont on se servait pour punir les esclaves), moi je me servirai du fouet armé de pointes (instrument de supplice destiné aux criminels ; Deutéronome 25.3). Ce fouet était aussi appelé scorpion par les Romains, parce que les lanières étaient pourvues de pointes recourbées, analogues au dard du scorpion.

      15

      C'était une dispensation de l'Eternel. Cet aveuglement de Roboam, analogue à celui de Pharaon (Exode 4.21), fut le moyen par lequel s'accomplit la menace faite à Salomon (11.12).

      16

      Ce cri s√©ditieux avait d√©j√† servi de mot de ralliement aux Ephra√Įmites, lors de la r√©volte de S√©ba (2Samuel 20.1).

      Quelle part avons-nous avec David ? Quel motif avons-nous de rester attachés à cette maison royale ?

      Nous n'avons point d'h√©ritage... Nous n'avons pas avec le fils d'Isa√Į le lien d'une descendance commune.

      Pourvois à ta maison : occupe-toi désormais des gens de ta tribu. La véritable cause du schisme, l'antipathie du peuple du nord pour la maison de David et la tribu de Juda, perce à chaque mot de ce cri des tribus.

      17

      Fils d'Isra√ęl : il s'agit ici des membres des dix tribus √©tablis sur le territoire de Juda (voir 11.32 et 2Chroniques 15.2).

      18

      Adoram : probablement le m√™me personnage qu'Adoniram, 4.6¬†; 2Samuel 20.24, √† moins que ce ne f√Ľt son fils. Cet homme, pr√©pos√© aux corv√©es et imp√īts, paraissait √† Roboam le mieux qualifi√© pour n√©gocier avec les rebelles. Mais son apparition ne fit qu'augmenter leur irritation.

      19

      Jusqu'à ce jour : comme 8.8 ; 9.21.

      20

      Cette proclamation d'un nouveau roi consommait le schisme.

      Ils l'envoy√®rent appeler : √† Ts√©r√©da o√Ļ sans doute, apr√®s l'√©chec des n√©gociations, il s'√©tait retir√© par prudence.

      A l'assemblée. Il s'agit d'une nouvelle assemblée des tribus, à Sichem, pour choisir un roi.

      Que la seule tribu de Juda. Voir à 11.32. En réalité, il restait à Roboam, outre la tribu de Juda, les territoires de Siméon et de Benjamin, quelques villes de Dan et la suzeraineté sur Edom.

      21

      21 à 24 Tentative de Roboam de reconquérir par les armes le royaume révolté.

      Cent quatre-vingt mille hommes. Ce chiffre n'est pas exagéré, d'après le. résultat du recensement, 2Samuel 24.9.

      22

      S√©ma√Įa. Ce proph√®te n'appartenait pas, comme Ahija, √† la tribu d'Ephra√Įm, mais vraisemblablement √† celle de Juda, et demeurait √† J√©rusalem (2Chroniques 12.5,15).

      23

      Et au reste du peuple : aux Isra√©lites √©tablis dans le territoire de Juda et qui naturellement avaient aussi d√Ľ prendre les armes (verset 17).

      24

      C'est par ma volont√© que ceci est arriv√©. S√©ma√Įa, d'accord avec Ahija, d√©clare que le schisme est voulu de Dieu et que par cons√©quent toute tentative d'y mettre fin est inutile. Il importait que cet √©v√©nement f√Ľt envisag√© comme une humiliation et un ch√Ętiment.

      Ils écoutèrent la parole de l'Eternel. La leçon que Roboam et son peuple venaient de recevoir avait porté des fruits.

      25

      12.25 à 14.31 : Règnes de Jéroboam et de Roboam.

      12.25 √† 14.20 : J√©roboam, en Isra√ęl (975-953).

      25 à 33 Etablissement des veaux d'or à Béthel et à Dan.

      Le premier soin de J√©roboam fut de fortifier ses deux fronti√®res de l'ouest et de l'est et de choisir Sichem pour sa r√©sidence¬†; plus tard, il s'√©tablit √† Thirtsa (14.17). Ces deux villes √©taient fort anciennes¬†; b√Ętir signifie ici fortifier (9.17).

      Pénuel : voir Genèse 32.30 et Juges 8.8. Il fallait garantir le territoire situé au-delà du Jourdain. Ce pays fut en effet un perpétuel sujet de querelles entre les deux royaumes rivaux.

      26

      J√©roboam dit en son cŇďur... Ayant pourvu √† la s√Ľret√© ext√©rieure de son royaume, il songe √† consolider son r√®gne au-dedans. La coutume des p√®lerinages √† J√©rusalem, √† l'occasion des grandes f√™tes religieuses, pouvait facilement rapprocher son peuple de celui de Juda (2Chroniques 11.16). Pour conjurer ce danger, J√©roboam aurait d√Ľ s'en rapporter √† Diou et √† sa promesse (11.37-38).

      28

      Ayant pris conseil : avec lui-même.

      Veaux d'or : figures de jeunes taureaux, symboles de la puissance créatrice de Dieu ; d'après 2Rois 17.16, elles étaient de fonte d'airain recouverte d'or plaqué.

      Assez longtemps. Le roi dissimule les véritables motifs de son action sous une apparente sollicitude pour le bien de son peuple.

      Voici ton Dieu... comparez Exode 32.4,8. En parlant ainsi, J√©roboam voulait sans doute √īter √† ses nouvelles institutions religieuses le caract√®re d'une innovation.

      Ton Dieu, non : tes dieux. C'était l'Eternel que les veaux d'or devaient représenter. Jéroboam maintenait l'unité de Dieu et respectait le premier commandement de la loi, mais il transgressait le second, en introduisant l'adoration de l'Eternel sous des images (Exode 20.4).

      29

      A Béthel : à la frontière sud, comme Dan à la frontière nord, afin d'épargner au peuple un trop grand déplacement.

      30

      Une cause de péché : une pierre d'achoppement qui persista pendant des siècles ; aussi Jéroboam devint-il le type du roi apostat, comme David le type du roi fidèle (1Rois 15.26,30 ; 16.2 ; 22.53, etc.).

      31

      Des maisons de hauts-lieux (voir 3.2). Ces maisons abritaient les veaux d'or, comme le temple abritait l'arche.

      Et il √©tablit sacrificateurs... Cette innovation, non moins grave que les pr√©c√©dentes, enlevait aux sacrificateurs, descendants de L√©vi, les fonctions du culte que leur avait conf√©r√©es Mo√Įse (Nombres 16.1-50). Elle fut motiv√©e par le refus de-ceux-ci de pr√™ter leur concours aux c√©r√©monies du nouveau culte et eut pour cons√©quence leur √©migration dans le royaume de Juda (2Chroniques 11.13).

      32

      Et Jéroboam institua une fête. C'était la fête qui correspondait à celle des Tabernacles (voir 8.2). Il la maintint au quinzième jour du mois, mais il la transporta du septième au huitième mois. Tout en conservant les apparences extérieures de la légalité, il la violait, de manière à rendre la séparation des deux peuples aussi complète que possible. Peut-être profita-t-il dans ce but du fait que les récoltes se terminaient un peu plus tard dans les tribus du nord que dans celle de Juda.

      Il offrit des sacrifices sur l'autel : tels que ceux qui étaient prescrits pour la fête des Tabernacles (Nombres 29.12-13).

      Il fit ainsi à Béthel. Il installa à Béthel les sacrificateurs des hauts-lieux (aussi bien ceux qui devaient fonctionner à Dan que ceux destinés à Béthel).

      33

      Jéroboam était monté sur les degrés de l'autel.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.