TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

2 Rois 17

    • 1

      1 √† 6 Os√©e, en Isra√ęl (730-722).

      D'apr√®s 15.30, Os√©e conspira contre P√©kach et devint roi √† sa place d√©j√† dans la quatri√®me ann√©e d'Achaz. Ici (verset 1), il semble n'√™tre devenu roi que dans la douzi√®me. Peut-√™tre le tr√īne lui fut-il disput√© huit ans. Une p√©riode d'anarchie n'a pas lieu de surprendre dans ce temps de dissolution.

      3

      Salmanasar : un successeur de Salmanasar II, mentionn√© √† propos de J√©hu (voir note historique √† la fin du chapitre 14). C'√©tait, d'apr√®s les inscriptions cun√©iformes, Salmanasar IV, le successeur imm√©diat de Tiglath-Pil√©ser II. Le nom de Salmanasar signifie : Salman (nom d'une divinit√© assyrienne) fait gr√Ęce.

      Monta contre lui. Peut-√™tre, vers la fin des huit ans pendant lesquels le tr√īne lui avait √©t√© disput√©, Os√©e s'√©tait-il adress√© au roi d'Assyrie et avait-il par sa protection obtenu l'affermissement de son pouvoir. Salmanasar pouvait dans ce cas l'envisager comme son vassal et exiger de lui un tribut annuel, tandis qu'Os√©e se consid√©rait encore comme ind√©pendant. Cependant, √† l'approche de Salmanasar, il consentit √† payer le tribut¬†; mais en m√™me temps il s'adressait au roi d'Egypte pour qu'il le sout√ģnt dans la r√©volte qu'il m√©ditait.

      4

      So : le premier roi de la vingt-cinquième dynastie, qui était de race éthiopienne ; le Sabakou des Grecs, Schabaké des inscriptions égyptiennes, Schabé des inscriptions cunéiformes. Le nom hébreu So peut se lire Sévé ou Sava, ce qui rapproche sa prononciation de celui que l'on trouve dans les documents profanes.

      L'enferma... On pourrait voir ici l'indication anticip√©e de la fin de la guerre quant √† la personne d'Os√©e, et dans ce qui suit, le d√©tail de la mani√®re dont cette fin a √©t√© amen√©e. Mais une inscription assyrienne raconte que Salmanasar cita Os√©e √† compara√ģtre devant lui √† Ninive et l√† l'emprisonna, apr√®s quoi il ne reparut plus. Il faut donc admettre que tout ce qui suit, l'envahissement du royaume d'Isra√ęl, le si√®ge et la prise de Samarie, la d√©portation des dix tribus, eurent lieu en l'absence, mais pourtant nominalement sous le r√®gne d'Os√©e, √† qui l'on n'avait pas donn√© de successeur¬†; voir Masp√©ro, page 390.

      6

      D'après 18.9, le siège de Samarie commença la septième année d'Osée, en sorte que les trois ans de ce siège (verset 5) ne sont pas des années complètes.

      Le roi d'Assyrie prit Samarie. D'apr√®s les inscriptions assyriennes, le roi d'Assyrie qui prit Samarie se nommait Sargon. Sargon fut l'un des rois les plus belliqueux qu'ait eus l'Assyrie, le fondateur de la race des Sargonides. le conqu√©rant de Samarie. Il est vraisemblable que Salmanasar mourut pendant le long si√®ge de Samarie ou devant Tyr, que les Assyriens assi√©geaient en m√™me temps et qui se d√©fendit plus longtemps encore. Sargon est l'une des plus grandes figures de l'histoire ancienne et son si√®cle fut pour l'Assyrie quelque chose de semblable √† ce que celui de P√©ricl√®s fut pour la Gr√®ce. Voir sur ce roi Esa√Įe 20.1, note. Voici la mani√®re dont Sargon raconte le r√©sultat de la prise de Samarie :
      J'ai déporté 27280 des habitants de cette ville, j'y ai pris 50 chars de guerre que je me suis réservés ; j'ai livré le reste de ses richesses à mes soldats. J'ai établi sur elle mon lieutenant et je lui ai imposé le tribut qu'elle payait sous le roi précédent.

      En Assyrie. L'Assyrie embrassait alors la Mésopotamie, la Babylonie, le pays d'Elam et la Médie.

      On peut voir dans ce qui suit quatre ou bien trois localités, selon que l'on fait des mots le fleuve de Gozan une localité particulière ou une simple détermination de la précédente. 1Chroniques 5.26 parle pour le premier sens.

      Chalach n'est point le Calach de Genèse 10.11 ; c'est probablement un district de l'Assyrie septentrionale, touchant à l'Arménie, que Strabon appelle Calachène sur le Chabor. Ce fleuve doit être voisin de la localité précédente ; ce ne peut donc être le Kébar de Mésopotamie, près duquel demeurait Ezéchiel (Ezéchiel 1.1). C'est un fleuve plus petit de l'Assyrie septentrionale, qui se jette dans le Tigre au nord de Ninive et porte encore aujourd'hui le nom de Khabour.

      Le fleuve de Gozan, d'apr√®s 1Chroniques 5.26, devait se trouver encore plus √† l'est que les localit√©s pr√©c√©dentes et que la M√©die elle-m√™me. C'est probablement le K√©sel-Osen qui se jette dans la mer Caspienne. Notre note sur Esa√Įe 37.12 incline √† l'identifier plut√īt avec le Gozan de M√©sopotamie, mais probablement √† tort.

      Les villes de la M√©die. Ce dernier terme confirme le sens que nous venons de donner √† Gozan et √† Chabor. Il prouve que ce fut dans les contr√©es formant l'extr√©mit√© orientale de l'Asie ant√©rieure que les populations des dix tribus furent transport√©es. Que sont-elles devenues¬†? On ne les retrouve s√Ľrement nulle part. Un avenir semble pourtant leur √™tre encore r√©serv√© dans plusieurs proph√©ties.

      7

      7 √† 23 Ce morceau est destin√© √† justifier le jugement de Dieu sur le peuple des dix tribus, en montrant par quelle opini√Ętret√© dans le mal il a fini par le rendre in√©vitable. comparez le morceau correspondant Juges 2.7 et suivants, et le parall√®le pour le peuple de Juda, 2Rois 24.3 et suivants.

      7 √† 17 La cause du ch√Ętiment.

      Comparez Exode 20.2.

      8

      Les coutumes des nations... : le culte des faux dieux.

      Que les rois d'Isra√ęl avaient introduites. Il s'agit du culte des veaux d'or introduit par J√©roboam.

      9

      Les tours de garde : les petites tours isolées, élevées pour garder les vignes, etc.

      10

      Comparez 1Rois 14.23.

      11

      Ot√©es. Isra√ęl m√©ritait donc √† plus forte raison le m√™me ch√Ętiment.

      13

      Aux sommations de la loi. Dieu avait ajouté les avertissements des prophètes.

      15

      Devinrent vanité. La vanité, ce sont les faux dieux qui n'ont aucune réalité. Voir Jérémie 2.8, note.

      18

      18 √† 20 Tout ce qui pr√©c√®de renferme les consid√©rants du jugement. Ici se trouve, si nous ne nous trompons, la proposition qui r√©pond au comme du verset 7. C'est le tableau du ch√Ętiment r√©pondant √† celui des fautes qui l'ont provoqu√©.

      19

      Juda non plus... Ce verset et le suivant sont une parenthèse, destinée à rappeler qu'il n'y a pas eu de partialité en Dieu. S'il a permis la ruine de Samarie, il a aussi permis celle de Juda.

      20

      Toute la race d'Isra√ęl. L'auteur revient au royaume des dix tribus, qui, apr√®s une d√©portation partielle (15.29), fut enfin balay√© tout entier.

      24

      24 à 41 Origine du peuple samaritain et de son culte hybride.

      On a attribué, d'après Esdras 4.2, cette mesure à Asarhaddon, l'un des successeurs de Sargon. Mais il n'est pas vraisemblable qu'on ait attendu si longtemps (26 ans) pour repeupler le pays. Ce passage d'Esdras prouve simplement, ainsi qu'Esdras 4.10, qu'il y a eu plusieurs immigrations, qui ont contribué à former le peuple des Samaritains, et dont la principale a sans doute été celle qu'a fait exécuter Asarhaddon.

      Cutha, ou Cuth, verset 30. Ce nom figure souvent dans les inscriptions assyriennes. On est assez d'accord aujourd'hui pour identifier Cutha avec la colline Tell-Ibrahim, toute couverte de débris, un peu à l'est de Babylone. Le dieu adoré là s'appelait Nergal, ce qui concorde avec le verset 30. Cependant Josèphe place Cutha dans les contrées de la Perse et de la Médie. Les rabbins appellent volontiers les Samaritains Cuthéens, ce qui prouve que cette peuplade formait la principale portion des nouveaux habitants de la Samarie.

      Avva : sans doute le m√™me nom qu'Ivva (18.34¬†; 19.13). La situation est inconnue¬†; comparez Esa√Įe 37.13.

      Hamath est la ville bien connue de ce nom sur l'Oronte (Esa√Įe 10.9, note).

      S√©pharva√Įm : Esa√Įe 36.19, note.

      Dans les villes de la Samarie. Pour la première fois le nom de Samarie désigne ici, non la ville, mais la contrée de ce nom.

      25

      Des lions : Lévitique 26.22, note. Il s'écoula un certain temps jusqu'à ce que les colons fussent arrivés de si loin, et une grande partie du pays restait encore inhabitée. De là cette multiplication des bêtes féroces, dans laquelle l'auteur voit, ainsi que le virent les colons eux-mêmes, une dispensation divine.

      26

      Chaque pays √©tait envisag√© comme appartenant √† un dieu qui ch√Ętiait ceux qui n√©gligeaient son culte.

      27

      Un des prêtres : un prêtre de ces veaux d'or sous la figure desquels on avait jadis adoré l'Eternel. Les veaux d'or avaient été transportés en Assyrie (Osée 10.5), mais le prêtre pouvait enseigner la religion de Jéhova qu'ils étaient censés représenter.

      Qu'il aille, littéralement : qu'ils aillent, lui et sa famille.

      28

      Comment ils devaient craindre... ; quelle espèce de culte ils devaient lui rendre.

      29

      Et chaque nation fit son dieu : se fit des images de son ancien dieu, et ils les plac√®rent dans les maisons des anciens hauts-lieux, o√Ļ les Isra√©lites avaient ador√© l'Eternel.

      30

      Succoth-Benoth. Ce doit être le nom d'une divinité ; il signifie Tentes des filles. On a pensé qu'il venait de ce que ces espèces de temples étaient des lieux de prostitution ; mais c'est ici un nom de dieu, comme Nergal, Asima et les autre noms. C'était une idole dont le nom est inexpliqué. Il a quelque rapport avec le nom de la divinité féminine babylonienne Zêr-banit.

      Nergal (la plan√®te Mars), le dominateur de la grande cit√©, c'est-√†-dire du Sch√©ol, le rendez-vous des morts¬†; primitivement identique avec Adar¬†; la personnification de l'ardeur du soleil¬†; il √©tait repr√©sent√© sous la forme d'un lion ail√©, tel que ces colosses √† corps de lion, √† ailes d'aigle et √† t√™te d'homme qui se trouvent √† l'entr√©e des palais et des temples assyriens et qu'on appelait des Nergals. Chose remarquable, il para√ģt par les inscriptions qu'en Canaan le dieu Nergal portait le nom de Scharappou, mot auquel correspond probablement le terme biblique de s√©raphin. Ce qui est dieu chez les pa√Įens est une puissance naturelle au service de Dieu chez les Isra√©lites.

      Asima. On l'a rapproché de l'Esculape phénicien, qui se nommait Esmoun. Les habitants de Hamath étaient voisins de la Phénicie.

      31

      Nibchaz : les Sabéens nomment le dieu du royaume de la nuit Nébaz.

      Tharthak : chez les anciens Mèdes ce nom est celui d'un démon.

      Adramm√©lec. Ce nom signifie : Adar (le dieu Saturne) est roi. Comparez Esa√Įe 37.38.

      Anammélec : Anu est roi. Anu était l'une des principales divinités babyloniennes, le dieu du ciel, fondateur des villes, protecteur des armées. Le culte qu'on offrait à ces deux dernières divinités ressemblait au culte affreux de Moloch (16.3 ; 17.17).

      32

      L'auteur jette ici un coup d'Ňďil sur la religion samaritaine en g√©n√©ral et sur l'√©trange m√©lange de monoth√©isme isra√©lite et de polyth√©isme pa√Įen qui la caract√©risait. Il veut sans doute justifier l'antipathie qu'elle inspira d√®s le commencement √† Isra√ęl. Ce passage est extr√™mement difficile.

      Tirés du peuple entier : 1Rois 12.31.

      D'un c√īt√© ils adoraient l'Eternel, de l'autre ils avaient des pr√™tres quelconques qui faisaient le service sur les hauts-lieux.

      33

      A la multitude des lieux de culte se joignait celle des divinit√©s : J√©hova et les faux dieux des pays d'o√Ļ les colons pa√Įens √©taient venus.

      34

      Et, ajoute l'auteur, cela n'a pas chang√© jusqu'au moment o√Ļ il √©crit : m√™me m√©lange de c√©r√©monies religieuses qui ne s'accordent ni avec les anciens cultes des idoles, ni avec la loi de l'Eternel. Ils ne sont, comme nous disons vulgairement, ni chair ni poisson.

      35

      On ne peut donc les identifier avec les vrais Israélites, malgré leur prétention de faire partie du peuple de Dieu.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.