TopCartes x PLM collab

2 Samuel 13

    • 1

      Thamar, palmier ; elle était fille de Maaca, princesse syrienne de Guessur

      Amnon : fils d'Ahinoam, la premi√®re femme de David¬†; l'a√ģn√© des fils de David.

      L'aima. L'exemple de son p√®re para√ģt avoir exerc√© sur lui sa pernicieuse influence.

      2

      Elle était vierge. Les jeunes filles habitaient dans des appartements séparés de ceux des hommes ; les femmes mariées jouissaient d'une plus grande liberté.

      13

      Parmi les inf√Ęmes en Isra√ęl. Les crimes de ce genre, communs chez les pa√Įens, √©taient s√©v√®rement condamn√©s par la loi (L√©vitique 18.9-11¬†; 20.17¬†; Deut√©ronome 27.22).

      Il ne refusera pas : de me donner √† toi en l√©gitime mariage. On a object√© √† cette parole les articles de la loi que nous venons de citer. Mais, fille d'une √©trang√®re, Thamar pouvait les ignorer et en tout cas penser que la volont√© du roi suffirait pour l√©gitimer une pareille union, peut-√™tre en usage chez le peuple d'o√Ļ elle sortait, comme chez d'autres nations de l'Orient. D'ailleurs la loi elle-m√™me se rapportait plut√īt √† des cas d'impuret√© entre des personnes tr√®s rapproch√©es qu'√† un mariage proprement dit, car dans le m√™me contexte (L√©vitique 18.7) une d√©fense semblable est appliqu√©e √† la relation d'un fils avec sa m√®re, ce qui √©videmment ne saurait se rapporter au mariage proprement dit.

      15

      Ce subit changement de sentiment est un trait d'une grande vérité psychologique, et qui montre combien avait été extérieure la passion d'Amnon. On doit l'expliquer par la honte profonde qu'éprouvait le coupable et l'impression intolérable produite sur sa conscience par la vue de l'objet de sa faute.

      16

      Il y avait encore un moyen de réparer le premier mal, par le mariage. Mais la chasser, c'était la stigmatiser comme coupable de ce qui s'était passé et faire peser l'opprobre sur le reste de sa vie.

      19

      La main sur sa tête : comme un symbole de la main de Dieu qui s'appesantit sur elle (Jérémie 2.37). Toute cette conduite de Thamar est une accusation contre Amnon qui prétend rejeter la faute sur elle.

      20

      Est-ce qu'Amnon, ton frère... ? Cette question prouve qu'il s'était douté de quelque chose, et le silence de Thamar confirme ses soupçons.

      C'est ton frère : Ne divulgue pas la honte de ta famille.

      Ne prends pas la chose √† cŇďur : Ne pense pas √† te venger¬†! Absalom se r√©serve de la venger lui-m√™me.

      21

      Tr√®s irrit√©. Mais tout en resta l√†. Il aurait d√Ľ, d'apr√®s la loi, punir le coupable de mort (L√©vitique 18.9). Mais le souvenir de sa propre conduite le paralysait. Cette impunit√© ne fit que rendre plus implacable la haine d'Absalom.

      23

      Les tondeurs. Sur la fête qui se célébrait à cette occasion, voir Genèse 38.12 et 1Samuel 25.4.

      Baal-Hatsor (Tell-Azour, √† 8 km au nord de B√©thel¬†?), pr√®s d'Ephra√Įm. Dans Jos√®phe (Guerre Juive, IV, 9, 9), il est parl√© d'un Ephra√Įm pr√®s de B√©thel, qui d'apr√®s Eus√®be √©tait √† 10 km et d'apr√®s J√©r√īme √† 24 km au nord-est de J√©rusalem¬†; comparez Jean 11.54. Dans 2Chroniques 13.19, il est parl√© d'une ville d'Ephron, pr√®s de B√©thel. Le domaine d'Absalom √©tait donc probablement √† quelques lieues au nord de J√©rusalem.

      25

      Nous n'irons pas tous. Il para√ģt par ce qui suit que David ne refusait pas seulement pour lui et ses officiers, mais aussi pour Amnon lui-m√™me¬†; de l√† la pri√®re d'Absalom au verset 26.

      Le bénit : le congédia en le bénissant.

      26

      Pourquoi irait-il avec toi ? Cette parole semble trahir quelque inquiétude ; cependant l'absence de toute manifestation de haine de la part d'Absalom pendant ces deux ans le rassure ainsi qu'Amnon. Celui-ci d'ailleurs se sentait entouré de tous ses frères et de leurs gens.

      28

      N'est-ce pas moi... ? Je prends tout sur moi.

      32

      Jonadab : le m√™me qu'au verset 3. Il veut probablement gagner les bonnes gr√Ęces du roi, comme il avait gagn√© celles d'Amnon. Il avait devin√© le plan d'Absalom.

      34

      De la montagne : on ne peut préciser laquelle. Les expressions de ce verset, quoique très précises en elles-mêmes, sont obscures pour nous.

      37

      Thalma√Į : son grand-p√®re¬†; voir 3.3.

      39

      On a traduit dans ce sens : Le roi David languissait apr√®s Absalom, parce qu'avec le temps sa col√®re au sujet de la mort d'Amnon s'√©tait apais√©e et son amour pour Absalom r√©veill√©. La suite s'accorderait bien avec ce sens¬†; Joab entrerait dans le d√©sir de David et, par l'intervention de la femme de Th√©koa, chercherait √† lui √īter tout scrupule. Mais le verset 24 du chapitre suivant s'oppose √† ce sens. Comment, si David avait eu un si grand d√©sir de revoir Absalom, lui e√Ľt-il interdit pendant deux ans entiers (verset 28) de repara√ģtre devant lui¬†? Il vaut donc mieux traduire avec d'autres comme nous l'avons fait, ce qui est √©galement possible.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.