TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Esa√Įe 51

    • 1

      1 à 8 Invitation à la confiance.

      Le chapitre 50 s'est termin√© par une menace √† l'adresse de ceux qui m√©prisent la parole de Dieu. C'est maintenant √† ceux qui ob√©issent √† sa voix que va parler le proph√®te pour les encourager √† croire¬†; il fait valoir trois motifs de confiance : ce que Dieu a fait jadis pour Abraham (versets 1 √† 3)¬†; le salut et le jugement universels qu'il veut op√©rer (versets 4 √† 6), enfin le ch√Ętiment sp√©cial qu'il r√©serve aux ennemis de son peuple (versets 7 et 8).

      Vous qui suivez la justice... : vous qui pouvez comprendre les voies de Dieu et avez assez de foi pour croire que ce qu'il a fait, il peut le faire encore !

      Regardez... : afin que vous repreniez courage.

      L'image du rocher et de la carrière est expliquée au verset suivant.

      2

      L'histoire d'Abraham est √† la fois un type et un gage de la d√©livrance promise √† Isra√ęl. Il √©tait seul lors de sa vocation, et il est devenu, par le miracle de la naissance d'Isaac, le p√®re d'une multitude. Isra√ęl, si r√©duit qu'il soit, n'en est pas √† ce point : il peut donc √† plus forte raison √™tre relev√© de ses ruines. Et il le sera, car les fils h√©ritent de la b√©n√©diction des p√®res : ils sont donc d'avance tous b√©nis en Abraham, leur p√®re b√©ni (Galates 3.9).

      3

      L'Eternel a consolé, etc. : passés prophétiques.

      Sion, dans sa désolation présente, est pareille à Sara dans sa stérilité ; sa solitude se repeuplera, et son désert sera changé en paradis (54.1-2 ; 49.18-20).

      4

      La loi sortira de moi... L'Ňďuvre de r√©v√©lation qui aux chapitres 42 et 49 est attribu√©e au serviteur, est pr√©sent√©e ici comme accomplie par l'Eternel lui-m√™me (il en est de m√™me 2.2-4). Cette Ňďuvre embrassera le monde entier (les peuples¬†; comparez 2.4¬†; 11.9¬†; 42.4,6). Isra√ęl h√©siterait-il √† se confier en l'auteur d'une Ňďuvre si merveilleuse¬†?

      5

      La justice de Dieu comprend et le salut d'Isra√ęl, manifestation de sa fid√©lit√©, et le jugement du monde. Comparez 46.13.

      Les √ģles : les restes des Gentils, √©chapp√©s au jugement (45.20). Comparez 42.4.

      6

      Comparez 24.19-20 ; 34.4 ; Psaumes 102.26-27, et surtout Matthieu 24.35 : Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. Si le vieux monde périt, et avec lui quiconque n'a pas accepté la loi de Dieu, c'est pour être remplacé par une création nouvelle (65.17 ; 2Pierre 3.13).

      7

      Peuple qui as ma loi dans ton cŇďur : l'√©lite fid√®le, l'Isra√ęl selon l'Esprit (verset 1¬†; 65.10).

      8

      L'image employ√©e ici (comparez verset 6 et 50.9) donne l'id√©e d'une destruction lente du monde et des m√©chants. On trouve ailleurs une autre intuition : 2Pierre 3.10, par exemple (les cieux emport√©s subitement comme par un ouragan). Ces deux intuitions ne se contredisent pas. L'√©difice du monde ne s'√©croulera tout √† coup qu'apr√®s avoir √©t√© longtemps min√©. Les catastrophes les plus subites n'arriveraient pas, si elles n'√©taient pr√©c√©d√©es et pr√©par√©es par un long travail de dissolution. S'il √©tait viable, le monde ne p√©rirait pas. Le ch√Ętiment final qui le fait dispara√ģtre n'est donc que justice.

      51.9-52.12 La délivrance de Jérusalem.

      Dans le discours précédent, le prophète a consolé Sion par la perspective du jugement final du monde ; il va la consoler maintenant par la perspective d'une délivrance plus prochaine, le retour de la captivité. Les trois strophes dont se compose ce morceau, d'une poésie et d'une éloquence admirables, sont nettement indiquées par le refrain : Réveille-toi...

      9 à 16 L'Eternel, qui a ramené d'Egypte son peuple, va le faire sortir de sa captivité.

      Réveille-toi... ! C'est le cri plein de foi de l'Eglise martyre (Psaumes 44.23), proféré ici par le prophète au nom de son peuple.

      Rahab : nom poétique de l'Egypte (voir à 30.7) ; le monstre : sans doute le crocodile, symbole ordinaire de ce pays (comparez 27.1). Les fidèles israélites nourrissent leur foi du souvenir des délivrances passées, et particulièrement de la plus glorieuse de toutes, la sortie d'Egypte.

      10

      Comparez 43.17.

      11

      Ce verset ne para√ģt pas appartenir √† ce discours : il interrompt √©videmment la suite de la pens√©e, et on le retrouve textuellement (sauf le changement d'une seule lettre) dans le chapitre 35, d'o√Ļ il a √©t√© tir√© selon nous. C'est un parall√®le qu'un copiste a ajout√© comme une note √† l'occasion des derniers mots du verset 10 : un chemin pour le passage des rachet√©s. Comparez 35.8-10.

      12

      Réponse de l'Eternel à la prière du peuple. C'est moi répond au : N'est-ce pas toi... ? versets 9 et 10.

      Comparez 40.1,6,7 ; 2.22 ; Psaumes 103.14-16.

      Qui es-tu, pour... : toi, Isra√ęl, qui as fait tant d'exp√©riences de ma puissance¬†!

      13

      La furie de l'oppresseur : comparez 14.5-6. Dieu en parle comme si elle √©tait d√©j√† pass√©e : O√Ļ est-elle¬†? Comparez 33.18.

      14

      Courb√© : sous les fers. Isra√ęl captif est compar√© √† un homme mis au cachot (42.22¬†; 49.9).

      Comparez avec les derniers mots : son pain..., 33.16.

      16

      Ces mots s'adressent, comme ce qui pr√©c√®de versets 12 √† 15, √† Isra√ęl, c'est-√†-dire √† la partie fid√®le du peuple, qui a dans son cŇďur la loi de l'Eternel (verset 7) et √† laquelle Dieu dit, 59.21 : Mes paroles que j'ai mises dans ta bouche, ne cesseront point d'√™tre dans ta bouche et dans celle de tes enfants et des enfants de tes enfants... L'Isra√ęl fid√®le doit √™tre l'√©vang√©liste de J√©hova aupr√®s des Gentils¬†; Dieu lui promet la m√™me protection qu'au Messie (49.2). Si la t√™te est prot√©g√©e, tout le corps l'est aussi.

      Pour planter des cieux et fonder une terre. Au verset 13, Isra√ęl a √©t√© exhort√© √† ne pas craindre, parce qu'il a pour Dieu celui qui a √©tendu les cieux et fond√© la terre. Ici, pour l'engager √† croire √† la protection qu'il vient de lui promettre, Dieu lui d√©voile le but magnifique en vue duquel il accomplit toute son Ňďuvre de gr√Ęce envers lui : la cr√©ation de nouveaux cieux et d'une nouvelle terre (comparez verset 6¬†; 65.17)¬†; car le th√©√Ętre du r√®gne parfait de la volont√© de Dieu doit √™tre une nature renouvel√©e (11.6-9). Le but √©tant si grand, Dieu ne permettra pas que les moyens manquent pour l'atteindre. Esa√Įe dit : planter les cieux, parce qu'il les compare √† une tente, dont on enfonce les pieux dans le sol (le verbe nata renferme de plus un jeu de mots¬†; car selon qu'on l'√©crit, il signifie planter, comme ici, ou √©tendre, comme au verset 13)¬†; et : fonder la terre, parce qu'il la compare √† une maison (24.18-20).

      17

      17 à 23 Jérusalem a bu la coupe de la colère de Dieu ; l'Eternel va maintenant la donner à boire à ses oppresseurs.

      Tout le morceau 51.9-52.12 est un dialogue entre Dieu, le proph√®te et le peuple. Le proph√®te prend ici la parole. Isra√ęl a dit tout √† l'heure : Bras de l'Eternel, r√©veille-toi¬†! pour appeler la d√©livrance. Esa√Įe dit maintenant : Sion, r√©veille-toi¬†! rel√®ve-toi de tes ruines¬†! Car l'Eternel a r√©pondu par ses promesses.

      La coupe d'√©tourdissement. Comparez Ez√©chiel 23.32-34. Le plus terrible ch√Ętiment n'est pas la peine mat√©rielle, mais celle par laquelle Dieu aveugle l'homme et le met dans un √©tat d'ivresse spirituelle qui le prive de toute sensibilit√© morale (6.10¬†; 29.9-10¬†; Romains 11.8-10). C'est cet aveuglement qui conduit aux grandes catastrophes.

      18

      Personne n'a aidé Sion à se relever dans son état d'ivresse.

      19

      Elle n'a même eu personne pour la consoler : car humainement il ne pouvait y avoir de consolation à son malheur. On ne pouvait, en le voyant, que demeurer muet d'horreur (Job 2.13).

      Les enfants de Sion ont péri par deux maux : la désolation du pays, la famine ; et la ruine, le massacre par l'épée des étrangers (Deutéronome 32.24-25 ; 7.15).

      21

      C'est pourquoi... Parce que ses maux sont extrêmes, Dieu lui fait entendre la voix de ses consolations.

      Enivrée, mais non de vin. Comparez 29.9.

      23

      Tu as fait de ton dos un sol... Cette image exprime toute la brutalité de l'oppression. Voyez des images analogues Psaumes 129.3 ; 66.12.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.