TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Esa√Įe 57

    • 1

      Le juste a disparu. Le sort des justes dans un pareil temps forme un parfait contraste avec la vie que m√®nent ces chefs indignes. Pendant que ceux-ci passent leur temps en festins, ceux-l√† meurent, et nul ne comprend la menace que renferme cette mort pr√©matur√©e¬†; nul ne se dit qu'ils √©taient les colonnes de l'√©difice social¬†; qu'eux disparus, il va crouler¬†; et que si Dieu les retire, c'est pour les √©pargner et les soustraire au jugement que la corruption r√©gnante ne peut manquer d'attirer. Comparez 2Rois 22.20, Josias retir√© avant les ch√Ętiments annonc√©s, et Gen√®se 18.23-19.29 : la pr√©sence de dix justes e√Ľt sauv√© Sodome¬†; le seul qui s'y trouve est √©loign√©, avant le jugement.

      2

      Il : le juste (verset 1).

      Il est dit verset 21 : Pas de paix pour les méchants ! Le juste mourant trouve au contraire dans la tombe le repos après lequel il a en vain soupiré sur la terre : il est recueilli en Dieu à l'abri du jugement.

      Sur leurs couches : c'est-à-dire dans leurs tombes.

      Le terme de paix par lequel le prophète caractérise l'état des justes ne peut avoir un sens purement négatif et renferme l'idée d'un bien-être réel dont ils jouiront.

      3

      3 √† 14 Apr√®s avoir censur√© les chefs, rassur√© les fid√®les, Esa√Įe s'adresse √† la masse du peuple, vou√©e √† l'idol√Ętrie. Il la lui reproche comme un adult√®re commis √† l'√©gard de J√©hova.

      Approchez. Le Seigneur les invite √† compara√ģtre pour leur faire entendre la peine qui les attend.

      L'enchanteresse : Jérusalem, vouée aux pratiques de magie et de sorcellerie qui se rattachaient au paganisme. La loi les interdisait formellement (Deutéronome 18.10-12). Comparez Babylone la magicienne 47.9.

      La prostitution est une d√©signation figur√©eet tr√®s usit√©e de l'jdol√Ętrie¬†; comparez 1.21¬†; Os√©e 2.2-5 et le, tableau d√©velopp√© de l'infid√©lit√© d'Isra√ęl Ez√©chiel 23.1-49.

      Qui est le p√®re, d√©sign√© sous le nom de l'adult√®re¬†? Probablement le dieu pa√Įen quelconque auquel Sion s'est donn√©e apr√®s avoir abandonn√© son mari, l'Eternel. La g√©n√©ration pr√©sente, idol√Ętre, est repr√©sent√©e comme issue de cette union monstrueuse de la Sion du Dieu vivant avec les faux dieux. Les fils ont naturellement les sentiments de leur m√®re.

      4

      De qui...¬†? contre qui...¬†? La r√©ponse sous-entendue est la m√™me que celle qui est donn√©e √† une question semblable 37.23. Les railleries et les outrages que le proph√®te subit de la part du peuple remontent jusqu'√† celui qui l'a envoy√©, le Saint d'Isra√ęl.

      Race de menteurs, c'est-√†-dire race d'infid√®les, d'idol√Ętres (comparez 1.4). On peut aussi entendre : race fausse, b√Ętarde, sens qui ferait ressortir tout ce qu'ont d'odieux et de ridicule leurs injures √† l'adresse de ceux qui sont les vrais fils de J√©hova.

      5

      Cette description de l'idol√Ętrie (versets 5 √† 6) ne convient pas au temps de l'exil. Chaque trait nous transporte en Palestine et sous le r√®gne de quelque prince impie, comme Achaz ou Manass√©.

      Les terébinthes étaient probablement les arbres sacrés d'Astarté.

      Tout arbre verdoyant. Locution très usitée pour désigner les bosquets des idoles. Comparez 1.29.

      Le terme : qui vous √©chauffez..., est emprunt√© √† l'image de l'adult√®re sous laquelle l'idol√Ętrie est d√©crite ici. Peut-√™tre fait-il aussi allusion aux c√©r√©monies impures qui accompagnaient r√©ellement le culte des idoles.

      L'immolation des enfants fut pratiquée par les israélites avant l'exil en l'honneur de Moloch, dansla vallée de Hinnom, et de Baal, sur les hauts-lieux. Voyez par exemple 2Rois 23.10 ; Jérémie 7.31 ; 19.5 ; Ezéchiel 16.20 et suivants, etc. Ce culte horrible, auquel se rattachaient sans doute certaines cérémonies mystérieuses, se célébrait dans des endroits écartés et sauvages (ravins, grottes).

      6

      Les cailloux du torrent. Le proph√®te fait allusion au culte des pierres qui √©tait en usage chez les Ph√©niciens et chez d'autres peuples de l'Orient. Les idoles des anciens Arabes √©taient en g√©n√©ral des pierres brutes¬†; ainsi la pierre noire de la Kaaba de la Mecque, qui para√ģt avoir √©t√© une idole de Saturne. Il √©tait d'usage d'oindre d'huile ces pierres sacr√©es, d'y d√©poser des offrandes et d'accomplir √† l'entour les c√©r√©monies du culte. On peut rapprocher de ce f√©tichisme s√©mitique les menhirs ou pierres sacr√©es qui servaient au culte des anciens habitants de nos contr√©es.

      Les expressions du proph√®te renferment un jeu de mots qu'on ne peut rendre dans notre langue : Le caillou (chalak) est ta part (ch√©lek). Cette derni√®re expression fait sans doute allusion aux nombreux passages o√Ļ l'Eternel est appel√© la part des fid√®les¬†; par exemple Psaumes 142.6. Des pierres informes, voil√† ce qu'ils ont choisi, au lieu du Dieu vivant qui pourrait et devrait √™tre leur portion¬†!

      7

      Le peuple idol√Ętre est compar√© √† une √©pouse adult√®re (1.21). Ses amants sont naturellement les faux dieux. C'est sur les hauts-lieux que selon l'usage pa√Įen, il va offrir ses sacrifices. Le mot traduit par sacrifices sert souvent aussi √† d√©signer les repas qui accompagnaient ces c√©r√©monies, repas qui, dans les cultes idol√Ętres, d√©g√©n√©raient en de v√©ritables orgies. Comparez le tableau analogue Os√©e 4.13.

      8

      Le mot h√©breu ziccaron : m√©morial) d√©signe ici un objet destin√© √† rappeler l'homme √† l'adoration du vrai Dieu. Les Isra√©lites avaient diff√©rents m√©moriaux, dont quelques-uns prescrits par la loi (voyez le mot ziccaron employ√© dans ce sens Exode 13.9). Esa√Įe fait allusion √† l'ordre donn√© par Mo√Įse (Deut√©ronome 6.9¬†; 11.20) d'inscrire sur les portes des maisons les paroles de la loi sur l'unit√© de Dieu. L'usage s'√©tait √©tabli et existe encore aujourd'hui chez les Juifs, de renfermer ce passage dans un √©tui que l'on suspend au poteau qui soutient les gonds de la porte¬†; on ne peut entrer dans la maison sans le voir. Esa√Įe leur reproche d'avoir rel√©gu√© cet objet, qui leur rappelait les peines prononc√©es contre les idol√Ętres, dans quelque coin obscur, loin de leur vue, pour pouvoir se livrer sans scrupules √† leurs manŇďuvres criminelles.

      Elargi ton lit : pour y recevoir beaucoup d'amants, c'est-à-dire, sans image : multiplié tes idoles (voir verset 13).

      Ton salaire : celui que reçoit une prostituée.

      Souill√© tes regards. Le texte h√©breu renferme ici une expression dont on ne peut rendre en fran√ßais toute la crudit√©. Ez√©chiel n'est pas moins √©nergique dans ses peintures all√©goriques de l'idol√Ętrie (par exemple, chapitre 23).

      9

      Le proph√®te passe √† une autre forme de paganisme, celle qu'on peut appeler l'idol√Ętrie politique et qu'Isra√ęl a pratiqu√©e en recherchant l'alliance des puissances pa√Įennes, conduite qui impliquait l'abandon du vrai Dieu et la confiance dans les dieux de ces peuples (voyez 7.4-13, notes¬†; 31.1-3¬†; J√©r√©mie 17.5-6).

      Le roi : le grand roi, le roi d'Assyrie (30.33) dont Isra√ęl a recherch√© et obtenu l'alliance au prix de riches pr√©sents (huile, parfums, produits les plus estim√©s de la Palestine¬†; voyez 39.2) et en s'humiliant devant lui plus bas que terre (jusqu'aux enfers, expression hyperbolique, marquant le dernier degr√© de l'abaissement). Voir les rapports d'Achaz avec Tiglath-Pil√©ser 2Rois 16.7 et suivants (comparez aussi l'alliance d'Ez√©chias avec l'Egvpte, chapitres 30 et 31).

      10

      Description des d√©marches nombreuses et des sacrifices consentis par Isra√ęl, sans qu'il s'en soit jamais lass√©, pour obtenir la protection des rois pa√Įens.

      11

      Qui craignais-tu ? Réponse : des hommes impuissants, des dieux qui ne sont rien ! C'est pour eux que tu as abandonné Jéhova !

      Dieu a longtemps assist√© en silence aux d√©bordements impies d'Isra√ęl : c'est-√†-dire qu'il a tard√© √† punir. Mais on n'a fait qu'abuser de sa patience¬†; il va donc parler le langage de ses jugements et mettre au jour l'infid√©lit√© de son peuple (verset 12).

      12

      Les premiers mots du verset sont ironiques : Tes m√©rites, c'est moi qui qui vais me charger de les faire para√ģtre...¬†!
      Ce passage, comme plusieurs autres de ce morceau (comparez 56.9¬†; 57.1), suppose qu'Isra√ęl n'a pas encore subi son ch√Ętiment par l'exil.

      Ce que tu as fabriqué : tes idoles.

      13

      Un souffle fera dispara√ģtre tous ces dieux que tu as rassembl√©s (41.29).

      Les derniers mots du verset 13 et le verset 14 promettent aux fidèles le retour de l'exil et forment la transition à la strophe suivante.

      14

      Comparez pour cette image 40.3-4.

      15

      15 à 21 Conclusion solennelle du discours et du second cycle tout entier. Comparez la péroraison toute pareille à la fin du premier cycle 48.16-22.

      Le Saint : voir à 6.3.

      Le m√™me Dieu qui a cr√©√© le ciel, s√©jour de la saintet√© parfaite, pour y avoir une demeure digne de lui, ne d√©daigne pas d'habiter dans le cŇďur m√™me du p√©cheur, s'il s'humilie. L'humiliation remplacera aux yeux du Seigneur la saintet√© qui manque encore √† l'homme, et sa pr√©sence cr√©era un ciel int√©rieur de paix et de joie dans l'√Ęme auparavant priv√©e de consolation. Comparez 66.2¬†; Matthieu 5.2-3.

      16

      La cr√©ature ne pourrait longtemps supporter la col√®re de Dieu. Or, il ne veut pas d√©truire sa propre Ňďuvre. C'est pourquoi il n'exige que ce que l'homme peut lui offrir : l'humilit√©, non la saintet√© parfaite¬†; et il ne le d√©courage pas par des reproches incessants¬†; il sait de quoi nous sommes faits (Psaumes 104.29-30). Les deux mots esprit et √Ęmes, pris dans leur sens propre, d√©signent ce souffle de vie que le Cr√©ateur a mis dans l'homme et qu'il peut √† chaque instant lui retirer (Gen√®se 2.7¬†; comparez Esa√Įe 2.22¬†; Psaumes 104.29-30).

      17

      Le proph√®te fait l'application √† Isra√ęl de ce qui vient d'√™tre dit de la piti√© de Dieu pour la faiblesse humaine en g√©n√©ral.

      La cupidité, le seul vice qu'il lui reproche, tient lieu ici de tous les autres : c'est la convoitise. comme principe du péché sous toutes ses formes ; l'opposé de la contrition qui ne réclame rien parce qu'elle sent n'avoir point de droits.

      18

      Sens : Il était coupable ; je l'ai frappé et abandonné à son sort. Mais il ne s'est pas converti. Je ne le laisserai pas aller plus longtemps sur ce mauvais chemin ; j'ai vu (en opposition à : je me suis caché) ses voies, c'est-à-dire : je me suis de nouveau occupé de lui pour le guérir.
      Pass√©s proph√©tiques, le ch√Ętiment comme la gu√©rison √©tant encore futurs au moment o√Ļ parle le proph√®te.

      Ses affligés : le peuple ne périra pas ; il sera sauvé dans la personne de ses affligés, c'est-à-dire de ceux qui, humiliés, pleurent leur péché.

      19

      Sur les l√®vres la louange : litt√©ralement le fruit des l√®vres, c'est-√†-dire l'action de gr√Ęces et la confession du nom de l'Eternel (H√©breux 13.15). Ce joyeux t√©moignage sortira de la bouche de ceux m√™mes qui pleuraient. Comparez le cantique d'Ez√©chias gur√©ri succ√©dant √† ses larmes, chapitre 38.

      Celui qui est loin et celui qui est pr√®s : les pa√Įens et Isra√ęl, ainsi que l'entend saint Paul (Eph√©siens 2.17).

      20

      Voir la menace semblable 48.22. Contraste saisissant entre la paix de l'homme qui sur la voie de la contrition a re√ßu Dieu et trouv√© le salut, et le sort de celui qui, n'ayant pas voulu s'humilier, vit sans Dieu et sans paix dans une agitation permanente. Cette menace s'est r√©alis√©e pour la masse du peuple d'Isra√ęl qui s'est ferm√© √† la pr√©dication du salut. Pendant que les pa√Įens et un petit nombre de fid√®les isra√©lites recevaient la bonne nouvelle, ce peuple dans sa majeure partie la repoussait et se voyait replong√© dans l'agitation du cŇďur irr√©concili√© de l'homme. Cette agitation est le caract√®re constant des Juifs. Isra√ęl reste sans paix jusqu'√† cette heure, parcequ'il a rejet√© celui dont le ch√Ętiment apporte la paix.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.