Genèse 36

    • 1

      1 √† 8 La famille d'Esa√ľ en Canaan et son √©migration en S√©ir

      1 √† 5 Esa√ľ et sa famille en Canaan

      2

      D'après les versets 24 et 25, Ana, fils de Tsibéon, est Horien et non Hévien. Il est possible que ces deux noms aient été confondus par un copiste ; il suffit, en effet, d'allonger légèrement un trait de lettre pour transformer en hébreu Hévien en Horien.

      Filles de Canaan. L'auteur oppose Esa√ľ √† Jacob, qui avait pris ses femmes en M√©sopotamie, dans une famille de m√™me origine que la sienne. Le nom de Canaan doit √™tre entendu ici comme d√©signant le pays, et non la race, car une seule des femmes d'Esa√ľ est canan√©enne (h√©thienne).

      Fille de Tsibéon, c'est-à-dire petite-fille ; le mot fille est, en effet, une seconde apposition d'Oholibama et ne se rapporte pas à Ana, qui est un nom d'homme (versets 20 et 24).

      3

      2 et 3 Les femmes d'Esa√ľ sont ici :

      • Ada, fille d'Elon, le H√©thien
      • Oholibama, fille d'Ana, le Horien (H√©vien).
      • Basmath, fille d'Isma√ęl

      D'après 26.34-35 et 28.9, c'étaient :

      • Basmath, fille d'Elon, le H√©thien
      • Judith, fille de B√©√©ri, le H√©thien
      • Mahalath, fille d'Isma√ęl
      Si nous comparons ces deux listes, nous constatons que les noms des hommes dont Esa√ľ a √©pous√© les filles sont les m√™mes, sauf pour Ana, qui est appel√© B√©√©ri au chapitre 26¬†; mais B√©√©ri, qui signifie l'homme des puits, pourrait √™tre un surnom donn√© √† Ana, parce qu'il a trouv√© des sources d'eau chaude (verset 24). S'il est r√©put√© horien ou h√©vien dans une liste et h√©thien dans l'autre, il faut se rappeler que le nom de h√©thien √©tait souvent pris dans un sens g√©n√©ral pour d√©signer tous les habitants du pays (comparez 10.15, note).

      Quant aux noms des femmes, ils diffèrent complètement, et nous n'avons pas de renseignements qui nous permettent de résoudre cette difficulté. On a supposé que les jeunes filles avaient changé de nom en se mariant. Il faut remarquer que les noms des femmes avaient beaucoup moins d'importance pour les Orientaux que ceux des hommes ; il est possible qu'ils aient été altérés ou confondus dans deux listes que l'auteur a reproduites telles quelles, sans attacher d'importance à ces divergences. L'une des listes, celle que nous trouvons dans 26.34-35 et dans 28.9, émanerait de la tradition israélite, celle du chapitre 36 de la tradition édomite.

      4

      4 et 5 Cinq fils n√©s √† Esa√ľ pendant qu'il √©tait encore dans le pays de Canaan

      6

      6 √† 8 Etablissement d'Esa√ľ en S√©ir

      Dans un pays... Il est possible d'entendre : dans un pays √©loign√© de celui o√Ļ habitait Jacob¬†; mais il est plus simple de supposer une lacune dans le texte¬†; la traduction exacte serait : dans le pays de..., loin de Jacob.

      8

      Montagne de Séir. Voir 14.6, note

      D'apr√®s ces versets, Esa√ľ n'aurait quitt√© le pays de Canaan qu'un certain temps apr√®s la mort de son p√®re, tandis que, d'apr√®s le document j√©hoviste (32.3-33.16), il √©tait d√©j√† √©tabli en S√©ir longtemps auparavant, au moment du retour de Jacob. Nous en sommes r√©duits √† des hypoth√®ses pour r√©soudre cette difficult√© du reste peu importante pour l'histoire¬†; elle peut provenir de la divergence des traditions que suivent les deux auteurs. On a suppos√© cependant qu'Esa√ľ, apr√®s la mort de son p√®re, √©tait revenu de S√©ir en Canaan et qu'il avait v√©cu quelque temps avec Jacob, pour retourner ensuite √† S√©ir dans les circonstances qu'indique notre texte.

      9

      9 à 19 Les tribus édomites et leurs chefs en Séir

      9 √† 14 Les descendants d'Esa√ľ

      P√®re d'Edom. Le nom d'Edom, qui d√©signe au verset 8 Esa√ľ, s'applique ici √† tout le peuple dont Esa√ľ est le p√®re.

      10

      Fils dEsa√ľ. Comme nous avons dans les versets 9 √† 14 un document g√©n√©alogique sp√©cial, conserv√© tel quel par l'auteur √©lohiste, on ne doit pas s'√©tonner de trouver r√©p√©t√©s comme point de d√©part les noms des cinq fils d'Esa√ľ qui ont √©t√© indiqu√©s d√©j√† au commencement du chapitre. Les noms des fils de la troisi√®me femme, Oholibama, ne viennent qu'√† la fin de la liste, parce que leur g√©n√©alogie n'est pas poursuivie.

      11

      Théman. Ce nom désigne dans l'Ancien Testament une province méridionale du pays d'Edom renommée à cause de ses sages. C'était la patrie d'Eliphaz, l'un des amis de Job (Job 2.11). Comparez Jérémie 49.7 et Ezéchiel 25.13, notes.

      Kénaz. Voir 15.19, note

      12

      Thimna appartenait à la tribu des Horiens, d'après le verset 22.

      Le nom d'Amalek ne para√ģt pas devoir d√©signer ici la totalit√© de la grande tribu des Amal√©kites, qui semble avoir exist√© d√©j√† avant Esa√ľ (Nombres 24.20¬†; 1Samuel 27.8), mais une branche sp√©ciale qui s'√©tait alli√©e aux Edomites.

      15

      15 à 19 Les chefs d'Edom

      Si l'on retranche le Korach du verset 16, qui n'est pas dans le texte samaritain et qui est mentionn√© √† sa vraie place au verset 18, nous trouvons dans cette liste exactement les m√™mes noms que dans la pr√©c√©dente. Il faut supposer ou bien que l'auteur regarde les premiers descendants d'Esa√ľ comme les premiers chefs du peuple qui est issu d'eux, ou bien qu'il s'est repr√©sent√© dans la liste pr√©c√©dente plut√īt des tribus que des individus, et que le but de la liste actuelle est de faire conna√ģtre l'organisation de ce peuple en montrant que chaque tribu avait son chef. Dans ce cas, il faudrait plut√īt traduire, comme on l'a fait quelquefois : le chef de Th√©man, le chef d'Omar, etc...

      Si l'on retranche le Korach du verset 16 et Amalek, qui ne se rattache pas √† Esa√ľ au m√™me titre que les autres, il reste douze noms de chefs de tribus. Ainsi le peuple √©domite se divisait en douze tribus, comme les Isra√©lites, les Isma√©lites et les descendants de Nachor. Sur ce nombre douze, comparez 22.21, note. Ici les douze tribus descendent de trois m√®res diff√©rentes.

      Chef : en hébreu, allouph, chef de mille, chiliarque. Ce nom était probablement le titre même donné à ces chefs en Edom. Comparez Exode 15.15

      C'est Edom. Résumé de tout le morceau : c'est là ce peuple qui s'appelle Edom.

      20

      20 à 30 Les tribus horiennes et leurs chefs

      C'est ici la liste des anciens habitants du pays, qui furent dépossédés par les Edomites, mais subsistèrent cependant et se fondirent peu à peu avec eux.

      20 à 28 Fils de Séir

      Voici les fils. Ici, comme dans beaucoup d'autres cas, fils signifie descendant √† une g√©n√©ration quelconque, car on ne comprendrait pas que Thimna, fille de S√©ir (verset 22), qui a d√Ľ vivre √† une √©poque ant√©rieure √† Abraham (14.6), p√Ľt devenir la concubine d'Eliphaz, arri√®re-petit-fils d'Abraham.

      S√©ir, le Horien. Sur ces deux noms, voir 14.6, note. Le nom de S√©ir, comme tant d'autres, a d√Ľ d√©signer le pays avant d'√™tre transport√© √† l'anc√™tre de la race.

      Qui habitaient le pays : avant l'arriv√©e d'Esa√ľ.

      On retrouve dans l'ancien pays d'Edom les traces de quelques-uns des noms mentionnés dans les versets suivants. La plupart de ces noms s'expliquent d'après l'arabe et sont des noms d'animaux, ce qui se comprend chez un peuple à demi sauvage, qui ne vit guère que de chasse. Nous rencontrons quelque chose d'analogue chez les Indiens d'Amérique.

      22

      Thimna est indiquée à cause de son union avec Eliphaz (verset 12).

      24

      Sources chaudes : peut-√™tre les eaux de Kallirho√©, sur la c√īte orientale de la mer Morte. Comparez 10.19, note.

      25

      Ana : non le fils de Tsibéon, qui vient d'être mentionné, mais le fils de Séir nommé au verset 20.

      Oholibama, mentionn√©e parce qu'elle est devenue femme d'Esa√ľ. On peut se demander s'il n'y a pas une confusion dans notre texte. Esa√ľ a √©pous√© Oholibama, fille d'Ana¬†; mais il y a eu deux Ana : Ana, fils de S√©ir (verset 20), dont il est ici question, et son neveu Ana, fils de Tsib√©on, fils de S√©ir dont parle le verset pr√©c√©dent. C'est la fille du second qu'a √©pous√©e Esa√ľ d'apr√®s le verset 2.

      26

      Dischon. Le texte hébreu a Dischan, mais c'est une erreur de copiste. Les listes des versets 21 et 30 ont en effet Dischan de même que 1Chroniques 1.41 et les anciennes versions.

      28

      Uts. Voir 10.23, note.

      29

      29 à 30 Les chefs des Horiens. Mêmes noms que les fils de Séir, versets 20 et 21.

      31

      31-39 Les rois d'Edom

      Voici les rois. On pourrait supposer que nous passons ici √† une nouvelle p√©riode de l'histoire d'Edom et que la monarchie a succ√©d√© dans ce pays √† l'oligarchie, qui semble √™tre la forme de gouvernement suppos√©e dans les versets 20 √† 30. Mais il est possible aussi, et c'est le plus probable, que les chefs mentionn√©s plus haut aient √©t√© les grands du pays, qui √©lisaient le roi dans leur sein. Le fait qu'aucun des rois indiqu√©s ici n'est fils de son pr√©d√©cesseur prouve qu'en effet la monarchie √©domite √©tait √©lective. Comparez Esa√Įe 34.12. C'est comme si l'on indiquait les noms des empereurs d'Allemagne, apr√®s avoir indiqu√© ceux des princes √©lecteurs qui les d√©signaient.

      Avant qu'un roi r√©gn√Ęt sur les enfants d'Isra√ęl. Il est √©vident que cette remarque sur les rois √©domites doit avoir √©t√© r√©dig√©e apr√®s l'√©tablissement de la royaut√© isra√©lite, d'o√Ļ l'on ne peut pourtant rien inf√©rer de certain sur l'√©poque de la composition de la Gen√®se, puisque ce peut √™tre ici un fragment post√©rieurement ins√©r√© dans le r√©cit.

      Les noms de ces huit rois ne se trouvent nulle part ailleurs.

      32

      Dinhaba. On conna√ģt des villes de ce nom en Syrie, en Babylonie et dans le pays de Moab, mais on n'a pas retrouv√© ce nom en Edom. Il est possible que B√©la soit d'origine √©trang√®re. Balaam, qui est appel√© comme lui fils de B√©or, venait des rives de l'Euphrate.

      33

      Jobab a été identifié avec Job par les LXX et les Pères grecs.

      Botsra, la seconde ville des Edomites. Sur sa situation, voir Esa√Įe 34.6¬†; 63.1, notes.

      34

      Pays des Thémanites. Voir verset 11, note.

      35

      Hadad ne peut √™tre le m√™me que celui de 1Rois 11.14, qui se r√©volta contre Salomon, car √† cette √©poque, la royaut√© para√ģt avoir √©t√© h√©r√©ditaire, puisqu'on parle d'une race royale.

      Il défit Madian aux champs de Moab. Dans Nombres 22.4 (histoire de Balaam), nous voyons une alliance des Madianites et des Moabites. Il est possible que le roi dont il est ici question ait vécu dans le même temps.

      36

      Masréka signifie vignoble.

      37

      Rehoboth sur le fleuve. Cette localit√© est probablement identique avec Rahaba, situ√©e pr√®s de l'Euphrate, au sud de son confluent avec le Chaboras. Sa√ľl serait ainsi un roi d'origine √©trang√®re.

      38

      Bahal-Hanan (Baal fait gr√Ęce) nous pr√©sente un indice du culte de Baal chez les Edomites.

      39

      Hadar, ou Hadad d'apr√®s 1Chroniques 1.50 et d'apr√®s la P√©schito et le texte samaritain. Sa mort n'√©tant pas mentionn√©e, il vivait probablement encore au temps o√Ļ l'auteur √©crivait. C'est pourquoi aussi il a des renseignements plus pr√©cis sur sa famille. Ces d√©tails indiquent √©videmment un document d'origine √©domite.

      Pa√ľ. On trouve en Idum√©e des ruines du nom de Phauara.

      40

      40 à 43 Renseignements géographiques

      Cette liste de onze chefs d'Esa√ľ √©tonne, apr√®s celle toute diff√©rente des versets 45 √† 49. Les expressions selon leurs lieux et selon leurs demeures (verset 43) permettent d'y voir des renseignements g√©ographiques. Cependant quelques-uns de ces noms seulement d√©signent des lieux connus, et plusieurs se trouvent comme noms de personnes dans les listes pr√©c√©dentes. Ces personnes ont probablement donn√© leur nom √† une localit√©.

      41

      Ela, localité nommée ailleurs Elath, au fond du golfe Elanitique. Comarez 14.6

      Pinon, ou Punon d'apr√®s Nombres 32.42, l'une des stations des Isra√©lites dans le d√©sert. Au moyen-√Ęge, il existait encore un endroit de ce nom, avec des mines o√Ļ l'on faisait travailler les malfaiteurs, entre Tsoar et P√©tra.

      42

      Kénaz et Théman. Voir verset 11.

      Mibtsar. Un ouvrage du moyen-√Ęge parle d'une localit√© du nom de Mabsara, non loin de P√©tra.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.