TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Cantique 1

    • 1

      Cantique des cantiques (Schir-hasshirim). Cette forme est celle par laquelle on exprime en hébreu le superlatif ; comparez vanité des vanités, et jusqu'à un certain point aussi : cieux des cieux, serviteur des serviteurs ; le sens est donc : le cantique par excellence.

      Lequel. Ici se trouve dans l'original la forme complète du pronom relatif (ascher), tandis que dans tout le poème est employée la forme abrégée (sch). Cette différence correspond à peu près à celle qui existe entre notre pronom relatif lequel, laquelle, et le pronom plus abrégé qui, que, On conclut généralement de cette différence que le titre a été rédigé par une autre main que celle de l'auteur du livre. Cette conclusion n'est pas certaine ; car le titre d'un drame n'appartient pas au drame lui-même ; la forme abrégée du pronom est un provincialisme que l'auteur a mis intentionnellement dans la bouche des interlocuteurs du drame, conformément au langage populaire, tandis qu'il a fort bien pu formuler le titre dans son propre langage qui était celui du style littéraire.

      De Salomon, littéralement : à Salomon (comme auteur) ; voir les titres semblables des Psaumes.

      2

      Qu'il m'embrasse... L'une des jeunes filles du harem célèbre le bonheur d'être l'objet des attentions d'un roi tel que Sa1omon.

      Tes amours. Elle s'adresse à Salomon lui-même comme s'il était présent, car elle pressent son approche.

      3

      Ton nom est un parfum. Le nom de la personne, dans la pensée de celui qui le prononce, se confond avec la personne elle-même et rappelle toutes les qualités qui font le charme de cette personne. Notons que le mot parfum (schémen) ressemble beaucoup au mot qui en hébreu signifie nom (schem).

      4

      Entra√ģne-moi¬†! Nous courrons. La jeune fille parle maintenant au nom de chacune de ses compagnes qui l'entourent.

      Le roi m'a fait venir. C'est Sulammith qui prend la parole. En entendant ce langage, elle se rend compte de la situation critique dans laquelle elle se trouve placée.

      Nous serons dans l'allégresse. Toutes les jeunes filles se joignent à la première pour confirmer le bonheur qu'il y a d'appartenir à un Salomon.

      5

      Je suis noire : br√Ľl√©e du soleil¬†; Sulammith dit cela en comparant son teint h√Ęl√© √† celui des jeunes citadines (filles de J√©rusalem) dont elle est entour√©e.

      Les tentes de K√©dar. K√©dar √©lait une tribu arabe (Esa√Įe 21.16, note¬†; Psaumes 120.5). Les tentes des Arabes nomades sont en g√©n√©ral de couleur noire. Elles sont faites de poils de ch√®vres de teinte noir√Ętre.

      Les tentures de Salomon : qui fermaient les passages d'un appartement √† l'autre dans le palais royal¬†; elles √©taient, para√ģt-il, de couleur sombre.

      6

      Ne vous étonnez pas... Ces paroles de Sulammith sont prises par la plupart au sens littéral. A notre point de vue, elles renferment une allusion au changement défavorable qui s'est produit dans l'état du peuple à l'époque de Salomon.

      Les fils de ma m√®re. Peut-√™tre, apr√®s la mort du p√®re, non mentionn√©e, les fr√®res de Sulammith exer√ßaient-ils l'autorit√© dans la famille, ou bien √©taient-ce les fils d'un second mariage. On a expliqu√© de toute esp√®ce de mani√®re leur irritation contre leur sŇďur. Pour nous, c'est une allusion au violent m√©contentement qui poussa les chefs des tribus √† r√©clamer l'√©tablissement de la royaut√©.

      Gardienne des vignes : Isra√ęl perdit alors sa libert√© primitive.

      Ma vigne, √† moi. Les uns entendent par l√† sa beaut√©, d'autres sa libert√©, d'autres sa puret√©¬†; pour nous, il ressort de 8.11-12 qu'il s'agit de la terre de Canaan, dont Isra√ęl a ali√©n√© la propri√©t√© en se donnant un roi. Voir √† 6.12.

      7

      Dis-moi, toi que mon √Ęme aime. Sulammith s'adresse ici √† son ami absent¬†; elle voudrait aller le joindre sur la montagne o√Ļ il fait pa√ģtre, au milieu du jour, son troupeau √† l'ombre de la for√™t, mais elle ne voudrait pas avoir √† errer en le cherchant, car on pourrait la prendre pour une femme qui se cache, r√īdant dans de mauvaises intentions.

      Tes compagnons : les autres bergers, qui font pa√ģtre leurs troupeaux sur les m√™mes montagnes.

      8

      Les jeunes filles pr√©sentes entrent complaisamment dans la pens√©e de Sulamith et lui r√©pondent : Si tu l'ignores (le lieu o√Ļ est ton berger), va, cherche et fais pa√ģtre, comme tu le d√©sires, ton petit troupeau de ch√®vres parmi ceux des bergers.

      On peut traduire aussi : Si tu es si ignorante, si simple...

      9

      9 à 11 Salomon entre en scène et comble Sulammith de louanges sur sa beauté.

      L'attelage de Pharaon : un chariot, cadeau de ce roi, avec un superbe attelage, dans lequel se distinguait particulièrement une jument.

      Les cha√ģnettes : ornement compos√© d'une s√©rie de plaques de m√©tal attach√©es √† la crini√®re des chevaux. Salomon continue la comparaison du verset 9 et veut parler sans doute des boucles de cheveux qui pendent sur les joues de Sulammith.

      Au milieu des colliers : colliers de perles ou de grains de corail entourant plusieurs fois le cou.

      Nous te ferons... Salomon lui promet des ornements plus riches encore.

      12

      12 à 14 Sulammith reste absorbée dans la contemplation de son bien-aimé et déclare que, même en présence du roi, elle n'est remplie que de la pensée de celui qu'elle aime.

      En son divan. Cette expression a √©t√© entendue tr√®s diversement. Sulammith d√©signe sans doute par l√† l'appartement m√™me o√Ļ elle se rencontre en ce moment avec lui.

      Mon nard. Le nard √©tait un parfum tir√© de la racine d'une plante portant ce nom¬†; il √©tait renferm√© dans de petits flacons d'alb√Ętre qu'on portait sur la poitrine. La douceur de l'amour de son bien-aim√© est pour Sulammith comme le parfum le plus pr√©cieux.

      13

      Myrrhe : autre esp√®ce de parfum, fabriqu√© avec la r√©sine de l'arbre de ce nom, renferm√© dans des sachets que l'on portait sur sa poitrine. Son bien-aim√© est sans cesse pr√®s de son cŇďur¬†; le sentiment de son amour l'embaume jour et nuit.

      14

      La grappe de henné. Cet arbuste porte une fleur blanche et odoriférante ; les femmes arabes en emploient les feuilles pour se teindre les paupières et certaines parties du visage.

      Dans les vignes d'En-Gu√©di. Le henn√© cro√ģt dans les r√©gions les plus chaudes, telles que celles o√Ļ se trouve le hameau d'En-Gu√©di, sur la c√īte occidentale de la mer Morte (1Samuel 24.1¬†; Ez√©chiel 47.10, notes).

      15

      Exclamation d'admiration dans la bouche de Salomon.

      Des colombes : non pas, comme on traduit quelquefois, des yeux de colombe. Les yeux mêmes de Sulammith sont comparés par Salomon à des colombes, symboles de douceur et de pureté.

      16

      Sulammith r√©pond √† Salomon par une exclamation semblable d'admiration, mais en l'adressant √† son bien-aim√©. Puis, comparant l'appartement aux lambris dor√©s dans lequel elle se voit enferm√©e, avec les demeures champ√™tres, pauvres retraites de la for√™t o√Ļ elle vit d'ordinaire avec son berger, elle d√©clare pr√©f√©rer √† ces magnificences le si√®ge de mousse et les grands arbres dont l'ombrage fait son bonheur.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.