Esa√Įe 36

    • 1

      1 à 7 Première tentative de Sanchérib pour obtenir la reddition de Jérusalem.

      La quatorzi√®me ann√©e du r√®gne d'Ez√©chias. C'est certainement √† cette ann√©e-l√† qu'il faut rapporter les faits racont√©s dans le morceau suivant, chapitres 38 et 39 (maladie d'Ez√©chias et ambassade de M√©rodac-Baladan)¬†; car, d'apr√®s 38.5, Ez√©chias a v√©cu encore 15 ann√©es apr√®s ces √©v√©nements¬†; et nous savons qu'il a r√©gn√© en tout 29 ans. Mais une difficult√© s'√©l√®ve en ce que la date indiqu√©e ici est appliqu√©e dans notre verset aux √©v√©nements racont√©s dans les chapitres 36 et 37 (invasion et d√©faite de Sanch√©rib). En effet, le texte m√™me d'Esa√Įe, analys√© de pr√®s, ne permet gu√®res d'admettre, comme on est port√© √† le croire au premier coup d'Ňďil, que l'invasion de Sanch√©rib soit arriv√©e avant la maladie d'Ez√©chias et l'ambassade babylonienne dont parlent les chapitres 38 et 39. Car :

      1. Comment le prophète pourrait-il promettre à Ezéchias la délivrance de la main des Assyriens comme un fait à venir (38.6), si la chute de Sanchérib était déjà un fait accompli ?
      2. Comment Ez√©chias, dans son cantique d'actions de gr√Ęces, ne ferait-il absolument aucune allusion √† ce grand et miraculeux √©v√©nement, objet de tant de pri√®res et de promesses, s'il avait d√©j√† eu lieu¬†?
      3. Comment, peu apr√®s avoir pay√© √† Sanch√©rib l'√©norme tribut mentionn√© 2Rois 18.14-16, Ez√©chias e√Ľt-il pu √©taler les tr√©sors amass√©s par ses p√®res, sous les yeux des ambassadeurs babyloniens (39.2-6)¬†?
      Ce sont là des indices certains que les événements racontés dans les chapitres 36 à 39 ne sont pas placés dans leur ordre chronologique véritable : la maladie d'Ezéchias et les faits qui s'y rattachent doivent avoir précédé, et non suivi, l'expédition de Sanchérib.

      Ce r√©sultat ex√©g√©tique est confirm√© de la mani√®re la plus positive par les monuments assyriens. D'apr√®s ceux-ci, Sanch√©rib monta sur le tr√īne en 705 avant J.C¬†; il ne r√©gnait pas encore en l'an 714, qui correspond √† la 14i√®me, ann√©e d'Ez√©chias. Son exp√©dition en Palestine fut sa troisi√®me campagne et eut lieu en 701-700¬†; elle tombe sur la 27i√®me ann√©e d'Ez√©chias tandis que la maladie de celui-ci eut lieu dans la 14i√®me. La date du verset 1 est donc tout √† fait exacte par rapport au contenu des chapitres 38 et 39, mais inexacte par rapport √† celui des chapitres 36 et 37. Comment s'expliquer la place qu'occupe cette indication chronologique en t√™te des √©v√©nements de ces quatre chapitres, aussi bien que dans le r√©cit 2Rois 18.13¬†? Il faut admettre, selon nous, que le collecteur des proph√©ties d'Esa√Įe, qui a ins√©r√© ici ces r√©cits, afin de les mettre en rapport d'une part avec la partie pr√©c√©dente, chapitres 28 √† 35, et de l'autre avec la partie suivante, chapitres 40 √† 66, a interverti l'ordre dans lequel ils se trouvaient dans sa source, la biographie d'Ez√©chias par Esa√Įe (o√Ļ devait certainement √™tre observ√© l'ordre chronologique)¬†; et cela dans le but de rapprocher les faits racont√©s ici des proph√©ties sur lesquelles ils devaient jeter du jour. En faisant cette transposition, le collecteur conserva la date g√©n√©rale plac√©e en t√™te du r√©cit, qui devint ainsi incorrecte, puisque, au lieu de s'appliquer, comme dans l'√©crit d'Esa√Įe, √† la maladie d'Ez√©chias, elle porta sur l'invasion de Sanch√©rib, qui n'avait eu lieu que plus tard. Le r√©dacteur du livre des Rois suivit ensuite, dans l'ordre de ses r√©cits, la haute autorit√© du livre proph√©tique.

      Il ressort de ce qui vient d'√™tre dit qu'on ne saurait attribuer √† Esa√Įe lui-m√™me la r√©daction du morceau historique chapitres 36 √† 39. Et le fait que la mort de Sanch√©rib est mentionn√©e 37.38, confirme ce r√©sultat¬†; car cette mort n'eut lieu qu'en 681¬†; or l'on peut difficilement admettre qu'Esa√Įe ait surv√©cu de 17 ans √† Ez√©chias (mort en 698¬†; comparez avec l'introduction).

      Le nom de Sanch√©rib, en assyrien Sin-akhi-erib ou Sin-ah-irib, signifie : Sin (le dieu de la lune) multiplie les fr√®res. Sargon, son p√®re, mourut assassin√© en 705. Sanch√©rib monta sur le tr√īne le 12 ab (juillet) de la m√™me ann√©e. Le r√®gne de ce prince nous est parfaitement connu par les nombreuses inscriptions trouv√©es dans les ruines de son palais, situ√©es au bord du Tigre, vis-√†-vis de Mossoul, dans le tumulus de Koyoundjik. Ses deux premi√®res campagnes furent dirig√©es vers l'Orient¬†; la troisi√®me fut celle d'√Čgypte. Voir, pour l'histoire de son r√®gne, les nombreuses notes qui s'y rapportent dans ce chapitre et dans le suivant.

      2

      Rabsaké, de même que Tharthan, (20.1), n'est pas un nom propre. On peut l'expliquer soit d'après l'hébreu : grand-échanson, soit d'après l'assyrien : officier supérieur (nous dirions aujourd'hui : officier d'état-major). Rabsaké est seul nommé ici, parce que c'était lui qui portait la parole. Comparez 2Rois 18.17.

      Lakis : aujourd'hui Um-L√Ękhis, sur la route de J√©rusalem √† Gaza. Sanch√©rib √©tait alors occup√© au si√©ge de cette ville. Un bas-relief de Ninive repr√©sente le roi assis sur son tr√īne et porte cette inscription :
      Sanch√©rib, roi des peuples, roi du pays d Assur, est assis sur un tr√īne √©lev√© et re√ßoit le butin de la ville de Lakis.

      Pr√®s de l'aqueduc de l'√©tang sup√©rieur. Voir 7.3, note. Cette localit√© est situ√©e √† l'ouest de la ville¬†; les Assyriens arrivaient du sud-ouest. C'est donc dans l'endroit m√™me o√Ļ Achaz avait pr√©f√©r√© au secours de Dieu celui de l'Assyrie (chapitre 7), que les Assyriens prennent position pour faire sentir √† Juda tout le poids de leur puissance¬†! Comparez la description de leur arriv√©e 22.7 et les menaces 7.17-25¬†; 8.7-8, maintenant accomplies.

      3

      Ezéchias envoie en parlementaires trois hauts fonctionnaires. Sur Eliakim, successeur de Sebna comme premier-ministre, voyez 22.20 et suivants.

      Sebna lui-même occupait maintenant un poste subordonné, quoiqu'encore élevé ; il fonctionne ici comme drogman ou secrétaire de l'ambassade ; il comprenait le syriaque, étant lui-même Syrien d'origine (22.16, note).

      Joah, personnage d'ailleurs inconnu. On retrouve plus tard un historiographe du même nom sous Josias (2Chroniques 34.8). L'historiographe était l'archiviste du royaume, nous dirions aujourd'hui le chancelier ; il était chargé de consigner tous les actes et tous les événements du règne.

      4

      Le grand roi : titre ordinaire des monarques assyriens, babyloniens, perses, parce qu'ils avaient des rois pour vassaux (comparez 10.8).

      5

      Sanchérib veut dire : Je n'avais pas pris tes préparatifs au sérieux. Mais il faut bien que je croie à une telle folie, si tu persistes à ne pas te rendre.

      Pour t'√™tre r√©volt√©. Cette r√©volte comprend le refus du tribut (2Rois 18.7) et la r√©sistance actuelle d'Ez√©chias. Il n'e√Ľt os√© ni l'un ni l'autre de ces actes sans l'espoir qu'il avait d'√™tre secouru par l'Egypte.

      6

      Ce roseau cassé : qui, tout solide qu'il paraisse, n'en est pas moins brisé et manque sous la main à la moindre pression. Image appropriée au pays du Nil, ce fleuve dont les bords sont couverts de roseaux (comparez Ezéchiel 29.6-7).

      Tel est Pharaon... Samarie en avait fait l'exp√©rience (2Rois 17.4). Esa√Įe dit la m√™me chose en d'autres termes 33.3, 5-7¬†; 31.3.

      7

      Si tu me dis... Comparez les paroles d'Ezéchias au peuple, prononcées avant l'arrivée de Rabsaké, 2Chroniques 32.7-8 : Ne craignez pas le roi des Assyriens.... car il y a beaucoup plus avec nous qu'avec lui. Le bras de la chair est avec lui ; mais l'Eternel, notre Dieu, est avec nous pour nous aider et pour conduire nos combats.

      N'est-ce pas lui dont...¬†? Ez√©chias ne doit pas plus compter sur son Dieu que sur l'Egypte¬†; car il a d√©truit ses autels. Allusion √† la r√©forme op√©r√©e par Ez√©chias au commencement de son r√®gne, et qui avait fait dispara√ģtre les hauts-lieux, m√™me ceux qui √©taient consacr√©s au vrai Dieu, en sorte que le culte f√Ľt, selon la loi, c√©l√©br√© exclusivement √† J√©rusalem (2Rois 18.4). Il est remarquable que cette r√©forme ait fait sensation au point d'√™tre connue des Assyriens. Comparez verset 10. Rabsak√© voit dans la suppression des autels une diminution des honneurs rendus au dieu national, qui ne prot√®ge d√®s lors plus le roi du pays.

      Cet autel-ci : dans le temple de Jérusalem.

      8

      Ezéchias n'avait que peu ou point de cavalerie (31.1, note). Je t'en ferai une, lui dit Sanchérib, qui en est admirablement pourvu (5.28 ; 22.7). Gageons ! je te donnerai 2000 chevaux, si tu as 2000 cavaliers pour les monter !

      10

      Les Assyriens avaient-ils entendu parler, par des d√©serteurs ou des prisonniers juifs, des proph√©ties qui avaient annonc√© leur invasion comme un ch√Ętiment de Dieu (7.17 et suivants¬†; 10.5 et suivants)¬†? Ou Sanch√©rib prend-il les inspirations de son cŇďur pour les ordres d'un de ses dieux qu'il identifie avec J√©hova¬†? En tout cas il semble dire que les Juifs sont tenus par leur foi m√™me de se soumettre √† lui.

      11

      Il n'y avait rien d'√©tonnant √† ce que Rabsak√© parl√Ęt en langue juda√Įque, c'est-√†-dire en h√©breu. L'h√©breu et l'assyrien √©taient deux langues extr√™mement voisines, et les hauts fonctionnaires assyriens pouvaient d'autant mieux conna√ģtre la premi√®re, que depuis vingt ans le royaume des dix-tribus √©tait une province assyrienne. Quant au syriaque, c'√©tait la langue parl√©e par toutes les populations entre la Palestine et l'Assyrie¬†; elle para√ģt avoir servi en quelque sorte de langue internationale (voyez Esdras 4.7).

      12

      Qui bient√īt en seront √†... c'es-t√†-dire qui, s'ils persistent √† soutenir Ez√©chias, vont avoir √† subir toutes les horreurs d'un si√©ge et les extr√©mit√©s de la famine. Le but de Rabsak√© est de provoquer une r√©volte des habitants qui force Ez√©chias (ou qui am√®ne le peuple lui-m√™me) √† rendre la ville.

      16

      La proposition de Rabsak√© e√Ľt √©t√© maladroite, s'il y e√Ľt eu pour J√©rusalem la moindre chance de salut. Mais sa chute, √† vues humaines, √©tait certaine. Il offre donc aux Juifs de les laisser tranquilles jusqu'√† ce que Sanch√©rib en ait fini avec les Egyptiens. Apr√®s quoi ils seront transport√©s en masse, comme les habitants des dix tribus, dans un pays fertile. Cette proposition √©tait encore une grande faveur, en comparaison d'une prise d'assaut et d'un pillage in√©vitables.

      Il faut remarquer le rapport entre la promesse du verset 16 et la menace du verset 12.

      18

      Comparez 10.9-11.

      19

      Sur Hamath et Arpad, villes de Syrie, voir 10.9, note.

      S√©pharva√Įm : le Sipar des inscriptions, appel√© par les Grecs Sippara, ville de la M√©sopotamie m√©ridionale, sur la rive gauche de l'Euphrate. Sargon avait transport√© en Samarie des habitants de Hamath et de Sepharva√Įm (2Rois 17.24). Rabsak√© choisit ses exemples non parmi les villes prises par Sanch√©rib lui-m√™me, mais parmi celles dont le sort plus ancien devait √™tre bien connu des Juifs.

      Samarie est citée en dernier lieu, comme l'exemple à la fois le plus rapproché et le plus décisif aux yeux des Israélites.

      21

      Le roi avait donné cet ordre... Ils n'avaient pas de pleins-pouvoirs ; ils devaient simplement écouter et référer.

      22

      Les vêtements déchirés : en signe de la douleur que leur causent leur propre malheur et surtout les blasphèmes proférés contre leur Dieu (Matthieu 26.65).

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.