TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Esa√Įe 65

    • 1

      1 √† 7 La r√©bellion opini√Ętre et le rejet d'Isra√ęl.

      Saint Paul cite, Romains 10.20-21, les versets 1 et 2 d'apr√®s la version des LXX et applique le verset 1 √† la vocation des pa√Įens et le verset 2 √† l'incr√©dulit√© des Juifs. Calvin, Zwingle interpr√®tent ce passage de la m√™me mani√®re. La plupart des interpr√®tes modernes, au contraire, appliquent d√©j√† le verset 1 √† Isra√ęl, dans ce sens : J'√©tais accessible (√† port√©e). pour des gens (les Juifs) qui ne se souciaient pas de moi. Mais on fausse ainsi le sens des verbes h√©breux, qui peuvent bien signifier : je me suis laiss√© (ou fait) chercher, trouver, mais non pas : j'√©tais trouvable (sans avoir √©t√© r√©ellement trouv√©). Comment, d'ailleurs, appliquer aux Juifs l'expression : une nation qui ne porte point mon nom¬†? Comparez la locution : ceux qui portent mon nom, pour d√©signer pr√©cis√©ment Isra√ęl 43.7. Quelques-uns modifient la ponctuation et traduisent : une nation qui n'invoque pas mon nom. Mais ce titre ne conviendrait pas m√™me √† Isra√ęl infid√®le (J√©r√©mie 10.25). L'application du verset 1 aux pa√Įens est confirm√©e par l'opposition entre le terme une nation, au verset 1 (go√Į, le mot qui d√©signe ordinairement les pa√Įens), et le terme peuple (am), au verset 2, opposition qui ne peut gu√®re √™tre accidentelle. Les versets 1 et 2 font donc ressortir le grand contraste entre les pa√Įens, qui ne connaissaient pas Dieu et dont Dieu se fait trouver, et les Juifs¬†; que Dieu a si longtemps cherch√©s et qui ont refus√© de se laisser trouver par lui (voyez ce m√™me contraste 52.15-53.1. Isra√ęl s'est plaint que son Dieu le trait√Ęt comme s'il n'√©tait plus son peuple (63.19). Dieu r√©pond : Il est vrai, ce sont les pa√Įens qui d√©sormais sont mon peuple. Comparez Matthieu 21.13 : Le royaume vous sera √īt√© pour √™tre donn√© √† une nation qui en rendra les fruits, et la parole de Mo√Įse Deut√©ronome 32.20-21. Dieu n'est li√© par ses promesses √† la race d'Abraham que sous la condition de la foi. Si cette foi est refus√©e, il saura susciter √† Abraham une nouvelle post√©rit√© spirituelle. Comparez 44.5¬†; 45.22.

      Qui ne me r√©clamaient, ne me cherchaient pas. Ces expressions ne renferment pas ici un reproche √† l'adresse des pa√Įens¬†; s'ils n'invoquaient pas l'Eternel c'est qu'ils ne le connaissaient pas. Dieu vient au-devant d'eux dans leur ignorance, et il n'a qu'√† se montrer pour √™tre accueilli par eux.

      2

      Le verset 2 motive la vocation des pa√Įens (verset 1) par la r√©sistance obstin√©e que Dieu a rencontr√©e chez les Juifs.

      J'ai étendu mes mains... Image d'un père qui supplierait ses enfants rebelles.

      Tout le jour : c'est-à-dire pendant tout le temps des relations de Jéhova avec son peuple, depuis la sortie d'Egypte jusqu'à la captivité.

      Rebelle. Comparez 30.1-9 et suivants ; 48.4-8.

      Le mauvais chemin : voir la description 59.7-8.

      3

      Non seulement ils n√©gligent ce que Dieu ordonne, mais ils violent impudemment le plus grand commandement, en se livrant √† l'idol√Ętrie (comparez Deut√©ronome 32.21).

      Jardins : les bocages sacrés des idoles (1.29).

      Sur les briques. Ce trait s'applique bien √† la Babylonie, o√Ļ de tout temps on a construit en briques (Gen√®se 11.3)¬†; mais l'usage des briques n'√©tait pas non plus inconnu en Palestine (Esa√Įe 9.9). Il y avait l√† une violation de la loi, qui ne permettait que des autels en terre, en pierres non taill√©es et en bois (Exode 20.24-25¬†; 30.1).

      4

      Dans (ou parmi) les sépulcres : pour se mettre en rapport avec les démons et les morts, ce que la loi interdisait formellement (voir à 8.19).

      Des cachettes : des cavernes naturelles ou des cryptes artificielles, o√Ļ l'on c√©l√©brait les myst√®res des dieux. On a trouv√© des idoles de terre cuite dans des souterrains creus√©s sous les palais babyloniens.

      De la chair de porc : interdite par Mo√Įse (L√©vitique 11.7). Cette violation de la loi est d'autant plus coupable qu'il s'agit ici des repas de sacrifices idol√Ętres. On peut voir par 2 Maccab√©es, chapitres 6 et 7 que l'abstention de la chair de porc √©tait une marque distinctive du Juif fid√®le et un t√©moignage non √©quivoque de son attachement √† J√©hova. Chez les pa√Įens, il √©tait fort ordinaire d'offrir cet animal en sacrifice.

      5

      On était initié à ces cultes mystérieux, tenus pour particulièrement saints, par des cérémonies de purification ; c'est à ces rites que notre passage fait allusion. Les initiés, qui croient être après cela en possession d'une sainteté supérieure, invitent les profanes (les fidèles adorateurs de Jéhova) à respecter en eux ce caractère sacro-saint et à ne pas les souiller par leur contact, de peur d'éveiller le déplaisir des dieux nouveaux.

      La fin du verset indique le sort r√©serv√© √† ces idol√Ętres : ils seront les objets de la col√®re de Dieu. Esa√Įe d√©crit cette col√®re comme un feu inextinguible qui se manifeste par une fum√©e sortant de ses narines¬†; les narines sont envisag√©es comme le si√®ge de la col√®re, selon une image tr√®s fr√©quente. Comparez 30.27¬†; Deut√©ronome 32.22.

      6

      Cela est √©crit... Non seulement le ch√Ętiment est d√©cid√©, mais le d√©cret en est d√©j√† consign√© par √©crit. Cette image signifie que la menace verset 5 est d√©sormais irr√©vocable. Comparez J√©r√©mie 22.30.

      Dans leur sein. On porte en Orient les provisions dans le pli très ample que forme la robe sur la poitrine Ruth 3.15 ; Luc 6.38).

      7

      Le brusque changement de personne (leur, vos) est bien dans la mani√®re d'Esa√Įe (voir 33.2 et ailleurs).

      Le p√©ch√© d'Isra√ęl date de loin. Les Isra√©lites d'aujourd'hui ne font que suivre, en d√©pit des avertissements et des menaces de Dieu, l'exemple que leur ont donn√© leurs p√®res. Mais la coupe est comble, et tout le poids des fautes accumul√©es depuis longtemps va retomber sur la t√™te de cette g√©n√©ration.

      L'idol√Ętrie palestinienne (celle des p√®res) est, comme toujours, caract√©ris√©e par le culte des hauts lieux (voyez 57.7¬†; Os√©e 4.13), peut-√™tre en opposition √† celle de l'exil (verset 3 et 4).

      Le passage J√©r√©mie 32.18 para√ģt √™tre tir√© de notre verset, combin√© avec Exode 20.6 et Deut√©ronome 10.17.

      8

      8 √† 16 Isra√ęl ne p√©rira pas tout entier¬†; J√©hova rendra √† chacun ce qui lui est d√Ľ.

      On e√Ľt pu croire, d'apr√®s ce qui pr√©c√®de, que tout √©tait perdu. L'Eternel rel√®ve le courage des fid√®les¬†; il promet de retirer ses serviteurs de la masse vou√©e au ch√Ętiment, et de se servir d'eux pour accomplir le salut du monde. Le peuple est compar√© √† une grappe dont une partie est pourrie, mais qu'on se garde de jeter enti√®rement, √† cause du suc pr√©cieux qui se trouve encore dans quelques-uns de ses grains. L'image est appliqu√©e au verset 9.

      9

      Jacob et Juda : les deux portions du peuple de Dieu amenées successivement en captivité.

      Mes montagnes : la Palestine (14.25). L'héritier est le reste, ou la semence sainte (4.2-3 ; 6.13).

      10

      Ils posséderont le pays tout entier ; et celui-ci sera dans toute son étendue, depuis la plaine de Saron à l'ouest, jusqu'à la vallée d'Acor, à l'est (près de Jéricho ; Josué 7.24) d'une admirable fertilité. Comparez les tableaux des temps messianiques 30.23-25 ; 32.20.

      11

      Dressez la table, remplissez la coupe... Ces expressions se rapportent aux libations et aux repas qu'il √©tait d'usage d'offrir aux dieux. H√©rodote (I, 481) parle de la table d'or et du lit somptueux (le divan o√Ļ l'on √©tait √† demi-couch√© dans le repas, selon la mode antique) qui se trouvaient √† l'√©tage sup√©rieur du grand temple de N√©bo √† Babylone.

      Gad : le dieu du bonheur ? la Fortune, que les Babyloniens identifiaient avec la planète Jupiter (connue aussi sous le nom de Mérodac).

      Le Destin (en hébreu Méni) était une autre divinité babylonienne, la Lune, ou plus probablement Vénus. Jupiter et Vénus étaient, chez les Arabes, ces deux astres propices, Saturne et Mars les deux astres néfastes.

      Remarquez le jeu demots : le Destin et je vous destine (verset 12).

      12

      Comparez 10.4 puis 50.2 et 65. 2.

      13

      Le prophète développe dans cinq antithèses (versets13 à 15) le contraste entre le sort des serviteurs de Dieu et celui de ses ennemis : les premiers, paisibles possesseurs de Canaan et des bénédictions théocratiques ; les autres, privés de tous les biens et laissant après eux un nom maudit.

      15

      Le nom des Israélites infidèles servira d'imprécation : leur sort demeurera proverbial, et la plus affreuse malédiction sera de dire à quelqu'un : L'Eternel te traite comme ces gens-là ! (Jérémie 29.22 ; Genèse 48.20).

      Un autre nom : un nom nouveau (62.2), rempla√ßant le nom funeste de cet ancien Isra√ęl, que l'Eternel aura frapp√©. Ces paroles proph√©tiques se sont accomplies : les Isra√©lites fid√®les √† J√©hova portent un nom nouveau, celui de chr√©tiens.

      16

      Se b√©nir, c'est se souhaiter du bien √† soi-m√™me. Jurer, c'est se maudire soi-m√™me (dans le cas o√Ļ l'on mentirait). On ne prononcera plus de vŇďu ni d'impr√©cation qu'au nom de l'Eternel¬†; car J√©hova sera devenu le Dieu de toute la terre. Comparez J√©r√©mie 4.2. Par cet hommage universel on c√©l√©brera particuli√®rement sa fid√©lit√©, qui se sera manifest√©e avec √©clat comme le trait distinctif de son caract√®re. Aussi le nom sous lequel on l'invoquera sera-t-il : le Dieu de v√©rit√© (litt√©ralement : le Dieu d'Amen, c'est-√†-dire dont la parole est la v√©rit√© m√™me¬†; 2Corinthiens 1.9¬†; comparez Apocalypse 3.14). Cette fid√©lit√© sera d√©montr√©e par l'accomplissement de ses menaces, mais surtout par celui de ses promesses¬†; car toute affliction aura si compl√®tement cess√© qu'on ne pensera plus aux douleurs pass√©es et que Dieu lui-m√™me ne s'en souviendra plus (comparez Mich√©e 7.19).

      17

      17 à 25 La nouvelle création.

      Les derniers mots du verset 16 annoncent l'ouverture d'une √®re nouvelle, dans laquelle toutes les peines des √©lus seront oubli√©es. Cette id√©e est reprise et d√©velopp√©e dans la description des temps messianiques, versets 17 √† 25. A plus d'une reprise, Esa√Įe avait parl√© d√©j√† de la destruction du monde actuel (24.19-20¬†; 34.4¬†;51.6)¬†; 51.16, il avait promis express√©ment une cr√©ation nouvelle. Le tableau qu'il trace ici de cette derni√®re rappelle celui du r√®gne messianique, chapitre 11. Deux extr√™mes doivent √™tre √©vit√©s dans l'interpr√©tation de ces descriptions de l'avenir : l'un consiste √† les prendre grossi√®rement √† la lettre, l'autre √† les spiritualiser sans mesure ou √† n'y voir que le d√©veloppement po√©tique d'une id√©e morale. Une heure viendra certainement o√Ļ le r√®gne de Dieu, apr√®s s'√™tre √©tabli dans l'humanit√©, √©clatera au dehors dans les splendeurs d'une nature renouvel√©e. L'une des id√©es fondamentales de toute la Bible et de la proph√©tie d'Esa√Įe en particulier, aussi bien dans sa seconde que dans sa premi√®re partie, c'est qu'entre la nature et l'homme, son chef, il y a une harmonie profonde (voyez par exemple 43.20¬†; 44.23, notes). L'homme une fois revenu √† la saintet√©, la nature devra donc √™tre renouvel√©e et glorifi√©e avec lui. Le Nouveau Testament et l'Ancien l'affirment √©galement. Seulement, une remarque importante, faite √† l'occasion du chapitre 60, trouve ici une nouvelle application. Les proph√®tes de l'Ancien Testament, voyant les choses de loin, ne distinguent pas encore les temps et les moments. L'avenir dans sa totalit√© se pr√©sente √† eux sous la forme d'un tableau unique, et ce tableau a la terre pour cadre. Le Nouveau T'estament, au contraire, distingue des degr√©s successifs dans l'avenir promis. Il annonce, d'une part, une √©poque o√Ļ le r√®gne de Dieu sera √©tabli sur la terre, et le mal contenu, quoique non totalement supprim√©, car au terme de ce r√®gne de mille ans aura lieu une derni√®re explosion des forces sataniques, suivie du jugement universel (Apocalypse, chapitre 20)¬†; et il d√©peint d'autre part, la J√©rusalem c√©leste, qui s'ouvrira pour les √©lus √† la suite d'une nouvelle cr√©ation (Apocalypse chapitres 21 et 22). Quelques traits dans la proph√©tie d'Esa√Įe font pressentir un √©tat de perfection qui d√©passe les limites de toute existence terrestre (en particulier l'abolition de la mort 25.8). Mais ce sont l√† des lueurs isol√©es. Dans les tableaux qui remplissent les derniers chapitres, il n'est pas question d'une J√©rusalem c√©leste, distincte de la J√©rusalem terrestre restaur√©e¬†; le r√®gne de mille ans et la nouvelle cr√©ation se confondent. C'est la terre qui est le s√©jour des √©lus. Sans doute, les conditions de la vie pr√©sente sont chang√©es : l'humanit√© conna√ģt Dieu et peut voir de quel bonheur et de quelle paix elle e√Ľt joui en demeurant dans l'ob√©issance¬†; la nature est √† l'unisson du monde moral (65.17-25¬†; 11.1-9)¬†; mais le p√©ch√© et la mort, bien que restreints dans leur action, existent encore (65.20). Ce n'est pas encore la nouvelle cr√©ation au sens absolu du mot, la vie √©ternelle. Le tableau trac√© par Esa√Įe se rapporte donc, avant tout, √† cette √©poque de restauration de la vie terrestre qui sera le couronnement de l'histoire et la transition entre la terre et le ciel : le r√®gne de mille ans.

      Les choses pass√©es : la cr√©ation ancienne avec les mis√®res dont elle a √©t√© le th√©√Ętre (verset 16, fin). Les joies de leur nouvelle existence ne laisseront place dans le cŇďur des √©lus ni √† un regret ni m√™me √† un souvenir de ce pass√©. Comparez J√©r√©mie 3.16.

      18

      25.10 ; 51.3.

      19

      Jérusalem se réjouit en son Dieu (verset 18), et son Dieu en elle (52.3-5) ; car elle a été renouvelée moralement avant de l'être extérieurement (62.12). Comparez avec le début du verset avec 30.19.

      20

      Le premier trait du tableau, c'est le retour √† la long√©vit√© extraordinaire des patriarches : mourir √† cent ans sera mourir jeune¬†; le p√©cheur que son crime condamne √† une mort pr√©coce ne sera enlev√© qu'√† l'√Ęge de cent ans.

      21

      21 et 22 Le second trait : la jouissance paisible des biens de Canaan. Voir 62.8 et les menaces de la loi Deutéronome 28.29-33. Ces malédictions se changeront en autant de bénédictions correspondantes.

      Les jours des arbres : des siècles (verset 20).

      L'ouvrage de leurs mains : leurs maisons, leurs vêtements, etc., qui vieilliront avant eux (Ostervald : mes élus verront vieillir...).

      23

      Bonheur domestique non troubl√©. D'o√Ļ les craintes, les terreurs, l'inqui√©tude, sinon de la mal√©diction de Dieu¬†?... Quand il cessera d'√™tre en col√®re contre nous, nous serons heureux (Calvin).

      Une mort... littéralement : une frayeur subite ; il s'agit de jeunes enfants frappés d'une mort soudaine (Lévitique 26.16).

      Ils seront la race... Comparez 61.9.

      Avec eux : leurs enfants ne seront plus séparés d'eux (voir la menace Deutéronome 28.32,41), mais bénis comme eux et avec eux (Job 21.8).

      Comparez 30.19.

      25

      La paix universelle, la destruction du mal. Reproduction abrégée de 11.6-9 (voir à ce passage). Le seul trait nouveau est ici : le serpent se nourrira de la possière. L'idée est qu'il ne fera plus de mal à l'homme et se contentera de la part qui lui a été assignée (Genèse 3.14).

      Les derniers mots du verset sont appliqués à l'humanité dans le passage 11.9 (comparez 2.4). Nous ne voyons pas pourquoi il faudrait les entendre autrement ici et les rapporter aux animaux, puisque tout le passage n'est qu'un extrait du chapitre 11 et que le verset 24 se rapportait à l'état moral de l'humanité.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.