TopCartes x PLM collab

Esther 1

    • 1

      1 √† 12 Le festin royal¬†; refus de Vasthi d'y para√ģtre.

      Et au temps. Un livre isol√© comme le n√ītre ne devrait pas, semble-t-il, commencer par un et. Mais l'auteur suppose connus de ses lecteurs les √©v√©nements qui ont pr√©c√©d√© (l'exil, etc.). Comparez Ez√©chiel 1.1.

      Assu√©rus, litt√©ralement : Ahaschv√©rosch, Xerx√®s I, fils de Darius I, fils d'Hystaspe¬†; voir Esdras 4.6. On a quelquefois pris Assu√©rus pour Cyaxare ou Darius le M√®de¬†; mais l'empire m√®de n'a jamais compt√© 127 provinces, ne s'est point √©tendu jusqu'en Inde et en Ethiopie, ni jusqu'aux √ģles de la M√©diterran√©e (10.1), et n'a pas eu pour capitale Suse. Notre livre nous transporte dans un temps o√Ļ les Perses avaient rel√©gu√© les M√®des √† l'arri√®re-plan (1.3,14,18,19), tandis qu'auparavant les M√®des √©taient nomm√©s avant les Perses (Daniel 6.8,15). Dans 10.2 nous retrouverons les M√®des au premier rang¬†; mais voir √† ce passage. Assu√©rus ne peut √™tre non plus (Septante et Jos√®phe) Artaxerx√®s I Longuemain, qui dans les livres d'Esdras et de N√©h√©mie porte un autre nom (Artaschaschta). On comprend qu'au commencement de son r√®gne, Assu√©rus ait pu se montrer hostile aux Juifs (Esdras 4.6)¬†; mais comment, Esther √©tant reine, J√©rusalem serait-elle demeur√©e dans son mis√©rable √©tat¬†? Comment Haman aurait-il pu si ais√©ment obtenir la proscription des Juifs du m√™me roi qui, par N√©h√©mie, leur aurait accord√© tant de faveurs¬†? Ce que notre livre raconte d'Assu√©rus rappelle tout √† fait ce que nous savons par l'histoire profane du tyran fastueux, voluptueux, irr√©fl√©chi, bizarre, qui s'appelle Xerx√®s. Il a r√©gn√© de 485 √† 465. Le grand festin, par la description duquel s'ouvre notre livre, r√©pond bien √† ce qu'H√©rodote nous dit (7.8) de la grande r√©union √† Suse, la troisi√®me ann√©e de son r√®gne, de tous les personnages les plus distingu√©s de la Perse¬†; et si Esther n'est choisie que la septi√®me ann√©e, c'est que les guerres contre les Grecs sont survenues entre deux. La bataille de Salamine a eu lieu en 480. Dans les inscriptions cun√©iformes, Xerx√®s est appel√© Khsaj√Ęrsa nom qui signifie, comme H√©rodote le dit d√©j√†, homme martial, puissant, belliqueux.

      De l'Inde jusqu'à l'Ethiopie. Hérodote (VII, 9) cite aussi les Indiens et les Ethiopiens parmi les peuples soumis à Xerxès. Cyrus avait porté ses armes jusqu'aux confins de l'Inde, mais ce n'est que Darius I qui en annexa une partie à l'empire. Quant à l'Ethiopie, Xerxès, dès le commencement de son règne, fit contre les Egyptiens révoltés une expédition qui rétablit la domination perse sur la vallée du Nil. Hérodote, VII, 65 et 69, décrit l'uniforme des Indiens et des Ethiopiens qui figuraient dans les rangs de l'immense armée de Xerxès.

      C'est ici, avec 8.9, la seule mention de l'Inde dans l'Ancien Testament. En hébreu Hoddou, en arabe Hind, en perse Hidhou, en syrien Hendu, en sanscrit Sindhu, pays de l'Indus. Le mot Indus lui-même signifie le fleuve.

      Cent vingt-sept provinces. Il y en avait 120 sous Darius le Mède (Daniel 6.1). Ne pas confondre ces provinces avec les gouvernements d'Hérodote III, 89, qui étaient au nombre de 20 sous Darius, fils d'Hystaspe, et dont chacun renfermait plusieurs provinces.

      2

      Assis sur son tr√īne : dans tout l'√©clat de sa magnificence royale. Sur les monuments, les rois de Perse sont toujours, m√™me en voyage et √† la guerre, repr√©sent√©s assis sur des si√®ges √©lev√©s, et nous savons par H√©rodote, VII, 212, et par Plutarque (Th√©mistocle, 43), que Xerx√®s dirigea les deux batailles des Thermopyles et de Salamine du haut de son tr√īne. Voir aussi H√©rodote VII, 44.

      Suse la forteresse. Voir N√©h√©mie 1.4. Cette capitale du pays d'Elam ou de la Susiane, √† l'orient de la Chald√©e et au nord de l'extr√©mit√© du golfe persique, avait √©t√© d√©truite par les Assyriens en 615. Elle renaquit de ses cendres sous Darius I, qui r√©solut d'y transporter le si√®ge de son empire. Il y installa de nombreux esclaves qui la reb√Ętirent en exploitant comme carri√®re les murs des anciennes maisons. Peu d'ann√©es suffirent pour qu'elle redevint une brillante capitale. Dans ses palais, auxquels chaque nouveau souverain devait ajouter un palais nouveau, se plurent √† r√©sider tous les princes ach√©m√©nides. Alexandre-le-Grand y trouva, avec des richesses inou√Įes, des vases d'or dans lesquels on conservait, pour indiquer l'immense √©tendue de l'empire perse, de l'eau du Danube et de l'eau du Nil. La forteresse et la r√©sidence royale s'√©levaient sur un monticule qui dominait au loin la plaine¬†; √† ses pieds et dans la direction de l'orient s'√©tendait la ville, construite de briques s√©ch√©es au soleil.

      3

      L'armée : soit les officiers de l'armée, soit la garde royale, qui se composait de 2000 cavaliers d'élite, de 2000 lanciers et de 40000 fantassins (Hérodote VII, 40 et 41). Après son heureuse campagne d'Egypte, lisons-nous dans le même historien (VI, 8), Xerxès, voulant réunir sous sa main l'armée qu'il destinait à la guerre contre Athènes, convoqua une grande réunion des principaux Perses, afin de sonder leurs dispositions et de leur dire lui-même de tous points sa volonté.

      Des Perses et des Mèdes : voir verset 1, note.

      Les grands. Nous rendons ainsi le mot de parthemim qui ne se trouve qu'ici et dans 6.9 et Daniel 1.3¬†; mot d'origine perse qui signifie les premiers. On peut en rapprocher le grec pr√ītos.

      4

      Cent quatre-vingts jours. Les festivités, destinées à montrer aux officiers les ressources immenses dont disposait le roi, durèrent une demi-année et furent suivies d'une semaine de largesses accordées à la population entière de la capitale (versets 5 et 9). Dans le texte grec de Judith 1.5, nous lisons que Nébucadnetsar, entre deux campagnes fut 120 jours à se réjouir, lui et son armée. Hérodote (I, 126) parle d'un repas offert par Cyrus à tous les Perses, et d'après Ctésias les derniers monarques perses avaient en temps ordinaire 15000 personnes à leur table.

      5

      Dans la cour du jardin, littéralement : Dans le parvis qui était le jardin. En Orient, les palais des rois étaient construits au milieu de parcs et de jardins enclos de murailles. Les hommes seuls furent traités en ce lieu. Pour les femmes, voir verset 9.

      6

      6 à 8 Description du banquet des hommes.

      Il y avait. Ces mots n'existent pas dans le texte, qui se compose d'une série d'exclamations : Des tentures !... des divans !... des boissons !...

      Description des tentures qui entouraient la partie du jardin o√Ļ le festin eut lieu.

      Blanches et violettes : on dirait en termes de blason argent et azur, les couleurs nationales des Perses.

      Des divans d'or et d'argent : des lits, non pas recouverts d'√©toffes tiss√©es de fils d'or et d'argent, mais, d'apr√®s H√©rodote IX, 82, dans la structure desquels entrait de l'or et de l'argent. Xerx√®s et ses g√©n√©raux en emport√®rent avec eux dans leur exp√©dition contre les Grecs, et ces derniers en prirent plusieurs. Il faut lire tout ce passage dans H√©rodote. Pausanias s'√©tant rendu ma√ģtre du camp de Mardonius, g√©n√©ral de l'arm√©e de Xerx√®s, ordonna aux cuisiniers de ce g√©n√©ral de leur pr√©parer √† d√ģner comme pour Mardonius. Il fut ob√©i, mais quand il vit la magnificence des lits, des tables d'or et des coupes de la m√™me mati√®re, et des chariots charg√©s de chaudi√®res et d'autre vaisselle d'or et d'argent, il ne put s'emp√™cher de se r√©crier sur la folie des Perses, qui, n'√©tant point contents de tant de richesses et de tant de biens, venaient faire la guerre √† des peuples qui vivaient pauvrement. D'apr√®s Ct√©sias, Sardanapale avait 150 lits et 150 tables d'or, dont il br√Ľla un certain nombre avec lui.

      Marbre vert, blanc... : une mosa√Įque.

      7

      Le mot rendu par festin au verset 5 signifie proprement une f√™te o√Ļ l'on boit¬†; aussi les boissons sont-elles seules mentionn√©es ici.

      8

      Et ordre était donné... : littéralement : Et le boire était selon l'ordre : Point de pression ! Ordinairement, il y avait un major de table, au commandement duquel il fallait boire. Mais en ces jours-là, lisons-nous dans Josèphe (Antiquités XI, 6), le roi ordonna à ses officiers de ne contraindre personne de boire selon la coutume des Perses. mais de laisser chacun dans la liberté d'en user comme il voudrait. Jésus Sirach fait allusion à la coutume des rois des festins (Siracide 32.1).

      Selon la volonté de chacun (des conviés). A la veille d'une grande guerre, le roi cherche à capter la bonne volonté de ses sujets. Au reste, chacun avait la liberté de boire autant qu'il le voulait.

      9

      Vasthi, en perse vahisti, la meilleure, la plus belle ou la très belle.

      Le palais royal fut mis à sa disposition pour ce festin.

      La seule √©pouse de Xerx√®s connue par l'histoire profane est Amestris (H√©rodote VII, 61, 82), sa cousine germaine, dont le p√®re, Otan√®s, un des principaux g√©n√©raux perses, √©tait un fr√®re de Darius, elle avait √©pous√© Xerx√®s avant la guerre contre la Gr√®ce¬†; ses trois fils prirent part √† cette exp√©dition et √©taient des hommes faits lors de la mort de leur p√®re. Il ne peut donc en aucun cas √™tre question de l'identifier avec Esther. Quant √† notre Vasthi, il faudrait, si on veut l'identifier avec elle, admettre que ce nom de Vasthi n'est qu'un surnom et qu'elle est rentr√©e en gr√Ęce vers la fin de la vie de Xerx√®s (H√©rodote IX, 111). Le m√™me historien (IX, 108 et suivants) parle des d√©sordres auxquels se livra Xerx√®s apr√®s sa malheureuse exp√©dition. Aurions-nous l√† une allusion √† ce qui sera racont√© 2.2,3,19¬†?

      10

      Le septième jour : le dernier.

      Egayé par le vin. Même expression que 2Samuel 13.28. Sur les excès de boisson des Perses, voir Hérodote I, 133 et Xénophon, Cyropédie VIII, 8, 10.

      Les sept eunuques. Le nombre sept avait une valeur particulière aux yeux des Perses (verset 14 ; Esdras 7.14).

      11

      Diadème : un haut turban se terminant en pointe.

      12

      Quand on a lu Hérodote I,18, on comprend ce refus (Candaule, roi de Lydie, qui veut faire admirer la beauté de sa femme, la montre nue à son serviteur Cygès. CR)

      13

      13 √† 22 Disgr√Ęce de la reine. Aux sages... : astrologues et mages. comparez la r√©ponse de Daniel 2.28) : Il y a vraiment dans les cieux... D'autres pr√©tendent que l'astrologie n'√©tait point pratiqu√©e en Perse et qu'il s'agit ici d'hommes vers√©s dans l'histoire et les coutumes des anciens temps. La suite du verset est favorable √† ce dernier sens.

      Etaient portées : devaient être portées. Ceci explique pourquoi le roi n'a pas, de son chef, sévi contre Vasthi.

      14

      Et les plus rapprochés. Le roi ne pouvait pas consulter directement l'ensemble des sages (tous ceux qui connaissaient, verset 13). Tout devait passer par les princes qui, seuls, voyaient la face du roi. Il y en avait sept, voir verset 9 ; 2.9 et Esdras 7.14.
      Au-dessous du grand-vizir il y avait une sorte de conseil permanent, dont les membres étaient de véritables ministres. Ils tenaient le premier rang dans l'empire après le roi et administraient, conjointement avec lui et sous sa direction, les affaires générales. (Lenormant, Histoire ancienne de l'Orient,VI, page 58). Sur l'origine de ce conseil, voir Esdras 7.14, note.

      15

      Que le roi Assuérus... On s'attendrait à la première personne : Que je lui ai donné. Mais nous avons ici une consultation officielle et qui a passé par un secrétaire.

      Par les eunuques : voir verset 12. Sa résistance a eu des témoins.

      16

      Et Mémucan. Le texte porte ici Mumecan. Il serait aventureux de déterminer l'étymologie de noms aussi variables.

      Le dernier des princes nommés au verset 14 transmet au roi, dans une réunion de son conseil intime, l'opinion qui a prévalu dans le conseil général des sages.

      Il n'est pas √©tonnant que les sages se soient accord√©s √† bl√Ęmer Vasthi¬†; elle √©tait moins √† craindre que le roi, qui dans sa consultation m√™me (verset 5), avait d√©j√† √©tabli la culpabilit√© de Vasthi.

      18

      Et dès ce jour. Une fois ou l'autre toutes les femmes du royaume apprendront la chose (verset 17). Mais les princesses qui sont à la cour la savent déjà.

      Mépris : des femmes pour leurs maris. Colère : des maris contre leurs femmes.

      19

      Les sages tiennent √† un d√©cret en bonne et due forme, parce qu'ils redoutent la vengeance de Vasthi au cas o√Ļ elle rentrerait en gr√Ęce.

      Irrévocable : une fois remplies les formalités 8.8.

      21

      Et aux princes : réunis devant le roi (verset 16). Ce que Mémucan venait de dire était déjà le résultat de leur délibération ; mais ils ajoutent que Mémucan a fidèlement rendu leur pensée.

      22

      Pour créer des communications rapides entre les différentes provinces de l'empire, Darius avait établi des courriers répartis par stations, distantes entre elles d'une journée de chemin, qui portaient les ordres du roi aux satrapes, et les dépêches de ceux-ci à la cour (Hérodote V, 14 ; VIII, 98). Cette institution favorisait singulièrement l'action du pouvoir central. Xénophon compare au vol des grues la rapidité des courriers royaux (Cyropédie VIII, 6, 18). Notre verset n'est que le résumé de l'édit, qui racontait probablement ce qui s'était passé.

      Selon son √©criture... selon sa langue, pour que nul ne p√Ľt en ignorer. La coutume des Perses d'adresser aux peuples conquis des proclamations en leurs propres langues est prouv√©e par les inscriptions bilingues ou trilingues des rois ach√©m√©nides.

      Parler la langue de son peuple. L'autorité du mari devait s'exercer jusque dans l'emploi de sa langue par les gens de sa maison et, en particulier, par sa femme. Il ne faut pas qu'une femme puisse prétexter qu'elle n'a pas compris les ordres de son mari. Voir Néhémie 13.24. Tel est le sens probable du texte. Une légère correction, ne portant que sur les points voyelles (medubbar au lieu de medabber), permettrait de supposer que l'édit se terminait pour l'ordre à chaque satrape de le publier dans la langue de sa province.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.