TopFormation Voyagez au cŇďur de l'arch√©ologie biblique !

Genèse 31

    • 1

      1 à 3 Causes du départ de Jacob

      Première cause : jalousie des fils de Laban

      2

      Seconde cause : jalousie et mécontentement de Laban

      3

      Troisième cause : un ordre de Dieu. C'est cette révélation divine que Jacob racontera à ses femmes avec plus de détails dans les versets 10 à 13.

      4

      4 à 16 Jacob gagne ses femmes à ses vues

      Un changement para√ģt √™tre intervenu dans sa convention avec Laban (comparez verset 7), car d'apr√®s 30.35-36 Jacob ne s'occupait que des troupeaux de Laban, et c'√©taient les fils de Laban qui s'occupaient des siens. Maintenant chacun soigne son propre troupeau. Comparez verset 19.

      5

      5-9 Laban est irrit√© contre moi, veut dire Jacob. Il n'en a pourtant pas le droit, puisque c'est Dieu lui-m√™me qui m'a enrichi et puisque je me suis acquitt√© fid√®lement de tous mes devoirs (versets 5 et 6). C'est bien plut√īt moi qui devrais m'irriter, car Laban a cherch√© de toutes mani√®res √† me l√©ser, mais sans y r√©ussir (verset 7). Les versets 8 et 9 d√©veloppent les deux id√©es du verset 7.

      7

      Nous ne connaissons pas le détail de ces changements, que Jacob ne fait qu'indiquer ici.

      8

      Deux exemples de ces changements par lesquels Laban avait modifié, et même restreint, le salaire primitivement promis à Jacob, mais que la bénédiction divine avait rendus impuissants.

      10

      10-13 Plusieurs pensent,que ce récit combine deux songes qui auraient eu lieu l'un au commencement, l'autre à la fin du séjour de Jacob en Mésopotamie. Mais il est plus naturel de voir ici la communication divine mentionnée verset 3, qui a eu lieu vers la fin du séjour de Jacob dans cette contrée.

      Dieu veut montrer par là à Jacob que c'est à lui qu'il doit que le renouvellement du troupeau se soit produit comme si les béliers eussent été de la couleur favorable aux intérêts de Jacob. Dieu sanctionne donc le résultat obtenu, mais non les moyens employés. Il semble même dire à Jacob que ces moyens n'y ont été pour rien, et que c'est sa volonté de le protéger contre l'injustice de Laban qui a été la cause réelle de ce résultat.

      11

      L'ange de Dieu. Rien ne prouve que ce soit ici l'ange de Dieu dans le sens le plus élevé de ce mot. Il s'agit de l'envoyé céleste quelconque que Dieu emploie dans cette occasion. Voir l'appendice du chapitre 21.

      12

      J'ai vu tout ce que te fait Laban. Laban avait continué à être un instrument pour faire sentir à Jacob combien il est douloureux d'être trompé ; mais il n'en méritait pas moins d'être puni.

      14

      14-15 Rachel et Léa veulent dire nous n'avons plus rien à attendre de notre père (verset 14), car il a fait de nous des étrangères en nous vendant et en mangeant seul les bénéfices qui lui en sont revenus (verset 15).

      Puisqu'il nous a vendues. Sans doute c'était l'usage en Orient que le fiancé fit un don au père de la fiancée (comparez 29.18) ; mais il y avait eu une dureté excessive de la part de Laban à exiger pour remplacer ce don quatorze années de travail personnel, surtout de la part d'un parent.

      Mangé notre argent. L'expression qu'elles emploient est très énergique, et pourrait se traduire par : Il a mangé et mange encore...

      16

      Autre raison pour laquelle elles n'ont plus rien à attendre de leur père : Dieu lui-même a agi en leur faveur, et a mis entre les mains de Jacob l'héritage qui devait leur revenir. Le car de ce verset ne doit donc pas se traduire par mais, comme on l'a fait souvent ; il introduit une seconde preuve qu'elles n'ont plus de raisons pour rester avec leur père.

      17

      17-21 Fuite de Jacob

      19

      Allé tondre. La tonte durant plusieurs jours, Jacob eut tout le loisir de préparer sa fuite.

      Les théraphim. On pourrait traduire aussi le théraphim, car ce mot, comme Elohim, a la même forme au singulier et au pluriel. Ce mot vient, selon les uns, de l'arabe tarafa, jouir des biens (les dieux propices) ; selon d'autres, du syriaque teraph, rechercher les (dieux qu'on consulte).

      Les théraphim, analogues aux dieux pénates des Romains, étaient des divinités domestiques de forme humaine (1Samuel 19.13) et de diverses grandeurs. Peut-être étaient-ce primitivement des images des ancêtres. Ils servaient à consulter l'avenir, et le bien-être de la famille était lié à leur possession ; aussi comprend-on que Rachel les emporte avec elle, tout comme, dans l'Enéide, nous voyons Enée emporter ses dieux pénates. D'après Josèphe, il était encore de mode dans cette même contrée, au premier siècle après J-C de posséder des dieux domestiques, qu'on emportait avec soi quand on quittait son pays.

      20

      Jacob se d√©roba √† Laban¬†; litt√©ralement : d√©roba, ou trompa le cŇďur de Laban.

      L'Aram√©en. Cette √©pith√®te donn√©e deux fois √† Laban (comparez verset 21) caract√©rise le moment d√©cisif o√Ļ les deux lign√©es descendues de Th√©rach se s√©parent d√©finitivement : la syrienne ou aram√©enne, repr√©sent√©e par Laban, et l'isra√©lite, par Jacob.

      21

      Le fleuve : l'Euphrate, dont le nom babylonien, Purat, signifie fleuve.

      Montagne de Galaad : la contrée montagneuse qui s'étend entre le Jarmuk (rivière qui se jette dans le Jourdain un peu au sud du lac de Génésareth et le Jabbok (à un peu plus de la moitié de la distance entre le lac de Génésareth et la mer Morte). Plus tard, ce nom servit à désigner tout le pays à l'orient du Jourdain.

      Aujourd'hui encore, un massif de montagnes situ√© √† huit kilom√®tres an sud du Wadi-Zerka (Jabbok) porte le nom de D√©ebel Gil√Ęd. Sur le sens de ce mot, employ√© ici par anticipation, voir au verset 47.

      22

      22-25 Laban poursuit Jacob

      Le troisième jour. Il a été dit plus haut (30.36) que les troupeaux de Jacob étaient à trois journées de distance de ceux de Laban.

      23

      Ses frères : les gens de sa tribu. Comparez Lévitique 10.4 ; 2Samuel 19.12.

      Sept journées. Il y a en droite ligne une distance de 510 kilomètres entre Charan et la montagne de Galaad. Une troupe qui s'avance à marches forcées, comme Laban et ses gens, peut, à la rigueur, franchir cet espace en sept jours. Jacob allait plus lentement avec toute sa caravane, mais il avait eu le temps de prendre une grande avance sur Laban. En effet, depuis le moment de son départ, les messagers employèrent trois jours pour aller trouver Laban ; ce dernier dut mettre trois jours à revenir, et il lui fallut encore un certain temps pour faire ses préparatifs de départ. Ainsi Jacob a pu marcher au moins quatorze jours avant d'être atteint.

      24

      Ni en bien ni en mal : Garde-toi de lui faire ni bien ni mal ; on ne te demande pas l'un, on t'interdit l'autre.

      25

      Au moment o√Ļ Laban atteignit Jacob, celui-ci √©tait camp√© avec ses troupeaux sur le plateau de Galaad. Laban, apr√®s avoir aussi dress√© sa tente en face de lui, vient le trouver. Le plus-que-parfait avait dress√©, qui est r√©p√©t√© deux fois, est clairement indiqu√© par la forme du verbe h√©breu.

      Montagne de Galaad. Cette seconde expression précise la première, la montagne, qui laissait le lieu dans le vague.

      26

      26-44 Rencontre de Jacob et de Laban

      28

      Mes fils : mes descendants, les enfants de Jacob.

      Tu as agi follement : contre ton intérêt. L'explication se trouve au verset suivant : il aurait pu le massacrer.

      29

      Dieu de votre père : du père de Jacob et des siens : le Dieu de leur tribu.

      30

      Le départ de Jacob est encore excusable, mais non l'enlèvement des dieux de Laban.

      32

      Ne vivra point. Le patriarche avait droit de vie et de mort sur les siens (28.21).

      Nos frères. Voir verset 23, note

      33

      Il sortit de la tente de Léa et entra... Il visita donc la tente de Rachel avant celle des servantes, mais cette visite est racontée la dernière parce que c'est à elle que se rattache l'entretien suivant.

      34

      Selle √† chameau. Sorte de palanquin d'environ cinq pieds de long, prot√©g√© par des rideaux, et qu'on pla√ßait sur la selle du chameau. Dans le campement, ce si√®ge servait de lit de repos. Souvent aussi on s'asseyait sur un si√®ge dans une corbeille fix√©e de chaque c√īt√© de la selle.

      36

      Jacob, en apparence justifié, s'indigne et triomphe ; et il profite de l'occasion pour mettre dehors dans un style véhément tous ses griefs contre son beau-père.

      38

      38-42 Jacob oppose au mauvais vouloir de Laban ses services aussi désintéressés que pénibles.

      39

      D'après la loi, qui fut rédigée plus tard, le gardien du troupeau n'était pas tenu de restituer une bête déchirée s'il pouvait la produire, ni un animal enlevé par les voleurs, s'il pouvait jurer qu'il ne se l'était pas approprié. Comparez Exode 22.10-13

      Ce qui avait été dérobé de nuit. L'équité disait que ce qui avait été dérobé de nuit était encore bien moins exigible que ce qui avait été pris de jour.

      40

      Le froid. Dans les pays chauds les nuits sont tr√®s fra√ģches.

      Mon sommeil : celui auquel j'avais droit.

      42

      Dieu de mon père : le Dieu de ma famille, ou : mon Dieu de famille, en opposition à celui ou à ceux qu'adorait Laban. Comparez les expressions Dieu de votre père et mes dieux emloyées par Laban versets 29 et 30. Les deux termes suivants précisent cette expression générale.

      Dieu d'Abraham. C'était depuis Abraham que s'était faite la séparation entre les deux religions.

      La Frayeur d'Isaac : celui que redoute Isaac. Isaac n'avait pas avec Dieu les mêmes rapports intimes qu'Abraham. La première cause de cette impression de terreur que produisaient sur Isaac les apparitions de Dieu avait peut-être été le sacrifice sur Morija (chapitre 22).

      Il a prononcé : par le songe du verset 24.

      43

      Laban, vaincu et confus de son accusation qu'il croit fausse, se calme. Il rappelle qu'il pourrait exercer sa vengeance sur tout ce camp désarmé, d'autant plus que toutes ces richesses procèdent de lui ; mais l'amour paternel ne lui permet pas d'en agir de la sorte.

      44

      Un témoin. Ici, ce sera un monument de pierre.

      45

      45-55 Alliance entre Laban et Jacob

      45-46 Il faut se représenter une grande pierre debout, autour de laquelle on élève un monceau de pierres.

      Ses fr√®res : soit ses compagnons (comparez verset 23), soit plut√īt ses beaux-fr√®res, les fils de Laban. Les versets 51 et 54 sont en faveur de cette seconde alternative.

      Ils mangèrent là. Manger ensemble est en Orient un signe d'amitié. Ce repas, qui a lieu avant le traité, est probablement offert par Laban. Voir au verset 51 le repas donné par Jacob après le traité.

      47

      J√©gar-Sahadutha¬†; Galed. Ces noms, l'un aram√©en, l'autre h√©breu, signifient tous deux monceau du t√©moignage. On est √©tonn√© de cette diff√©rence de langues qui s'est form√©e en si peu de temps (trois g√©n√©rations). Il est bien probable qu'Abraham et ses enfants avaient adopt√© la langue des Canan√©ens, qui √©tait s√©mitique comme l'aram√©en. Il est √©galement frappant qu'apr√®s avoir √©t√© vingt ans chez Laban, Jacob reprenne sa propre langue aussit√īt apr√®s son d√©part. C'est qu'il s'agit maintenant d'une s√©paration d√©finitive entre les deux races, Comparez verset 20, note.

      48

      C'est Laban qui, en qualit√© de plus √Ęg√©, indique la signification du monument. Cette parole est la paraphrase des deux noms donn√©s au verset 47.

      Le nom de Galaad, donné plus tard à cette contrée, dérive de Galed.

      49

      A cette première parole, Laban en ajoute une seconde, qui a un caractère plus menaçant. Les deux noms de Galed et de Mitspa (tour d'observation), qui restèrent attachés à ce monument, rappelèrent ces deux paroles de Laban.

      Mitspa est ici le Mitspa de Galaad, dont il est parlé Josué 13.26 et Juges 11.29.

      50

      Dieu... sera témoin. Ici ce sera Dieu lui-même, et non le monument, qui sera témoin, car il n'est plus question de frontière, mais de la conduite subséquente de Jacob.

      51

      Après cette digression relative à ses filles (versets 49 et 50), Laban revient à la délimitation des frontières.

      Que j'ai dressé. D'après les versets 45 et 46, c'était Jacob qui avait dressé le monument et fait amasser des pierres. Mais c'était Laban qui avait pris l'initiative (versets 44, 47, 48), et c'étaient probablement ses fils (les frères de Jacob) qui avaient formé le monceau.

      52

      Cette démarcation devait être valable non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour leur postérité.

      53

      Cette parole de Laban est entachée de polythéisme. Il se représente Thérach ayant plusieurs dieux, dont ses fils ont chacun adopté l'un. Comparez une pensée analogue dans Josué 24.2. Jacob s'en tient au monothéisme strict en jurant par la Frayeur de son père. Voir verset 42, note.

      54

      Ses frères : ses beaux-frères, fils de Laban, et naturellement aussi Laban lui-même.

      Un repas. C'est ici le repas qui suivait les sacrifices. Laban et ses fils n'ayant pas rompu avec le Dieu d'Abraham, Jacob pouvait les y inviter.

      55

      Dans le texte hébreu, ce verset est le premier du chapitre 32.

Seuls les √Čvangiles sont disponibles en vid√©o pour le moment.
  • versets s√©lectionn√©s
  • Vid√©os et messages relatifs
  • Commentaires bibliques
  • H√©breu / Grec
  • Dictionnaire
  • Versets relatifs
  • Carte
  • Favoris
  • Partager

Pour ajouter un favori, merci de vous connecter : Se connecter

Générer un verset illustré
Logo TopChrétien carré

Télécharger l'image

Choisissez une image

Personnalisez le verset

Alignement : | | | Haut | Milieu | Bas

Taille :

Couleur :

Police :

Personnalisez la référence

Couleur :

Police :

Taille :

De légères variations de mise en page peuvent apparaitre sur l'image téléchargée.

Vous avez aim√© ? Partagez autour de vous !

Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.